L'Autriche veut un moyen d'éjecter un pays de la zone euro

 |   |  178  mots
Michael Spindelegger, vice chancelier autrichien (centre-droit) - Copyright Reuters
Michael Spindelegger, vice chancelier autrichien (centre-droit) - Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le ministre autrichien des Affaires étrangères demande que soit créé dans la zone euro un mécanisme visant à exclure un pays qui ne respecterait pas les critères de convergence.

 "Nous avons besoin de trouver les moyens nous permettant d'éjecter quelqu'un de la zone euro", lance le ministre autrichien des Affaires étrangères, Michael Spindelegger, le vice chancelier et ministres des Affaires étrangères autrichien, dans une interview au quotidien Kurier, à paraître vendredi. Ce mécanisme serait destiné aux pays "qui ne respectent pas leurs engagements". Il nécessite, a-t-il dit, un changement des traités de l'Union européenne --un processus qui pourrait facilement prendre cinq ans selon lui.

"Si nous avions déjà un tel mécanisme (...) nous aurions alors tiré les conséquences", a souligné le ministre, en référence selon le journal à la Grèce qui a déjà bénéficié de deux plans de sauvetage et qui pourrait avoir besoin de davantage.

Créer un tel mécanisme de sortie renforcerait la confiance des marchés dans l'euro, estime-t-il. Le ministre Autrichien déclare en outre que son idée est soutenue par des pays de la zone euro tels que l'Allemagne, le Luxembourg, la Finlande et les Pays-Bas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2012 à 20:28 :
L'Europe, c'est différentes cultures. Revenons à la CEE, gardons une monnaie commune, mais surtout gardons notre autonomie.
Réponse de le 20/08/2012 à 1:54 :
@henri ne penses vous pas que nous soyons autonomes ?Qui prend les decisions communes europeennes ? M barroso ? Non nos ministres au conseil europeen des ministres. Chacun representant sa nation...autrement dit l'europe federale n'existe pas du tout.

Quant aux differences .. Grand debat. L'inde a 500 langues, la chine un sacre paquet et vu d'ici on les voit comme des monolithes.
Au canada les ontariens trouvent les quebecois trop francais et reclameurs , disent avoir des cultures differentes. Aux usa meme , grande nation le nord regarde le sud avec circonspection. La cote est trouve ces gens de la cote ouest decidemment bien peu civilises...bref les grands pays sont divers.
A l'inverse en europe on voit des differences partout y compris dans chaque pays : les milanais pensent etre d'un autre pays que les napolitains, wallons et flamands, catalans, corses, bretons, alsaciens, devrait on revenir aux regions ?

Vu de loin ces differences sont bien minimes a mon humble avis, attisees a des fins politiques mais je vous assure pour avoir vecu loin de l'europe que lorsque vous etes en chine, au bresil, au usa l'europe c'est l'europe. .. Il y a que nous pris dans notre joyeux bordel pour ne pas le voir. :)

a écrit le 18/08/2012 à 9:40 :
Pourquoi pas? Il faut sortir ceux qui ne respectent pas les règles du jeux y compris ceux qui nous ont trompés pour rentrer dans la cour Euros
a écrit le 17/08/2012 à 17:33 :
Je n'y connais pas grand chose en politique européenne, mais je crois savoir que sans peur de la sanction, pas grand chose ne fonctionne !
Même que trop de liberté est anxiogène pour qui n'est pas capable de l'assumer
Alors bravo l'autrichien de commencer à poser des conditions de bon sens pour donner une chance à l'Europe de vivre
a écrit le 17/08/2012 à 16:51 :
27 gros bordel mon frére on fait plus nib tant qu'on a pas dégagé ces traitres d'anglais
a écrit le 17/08/2012 à 14:46 :
Mais aucun dirigeant n osera voter un truc pareil ne peur que cela lui retombe sur la g....
Pourtant autant l europe des 9 pouvaient etre viable avec beaucoup de concessions de chaque pays autant l europe actuel c est un pot de m....et je n ai aucune envie de payer du PQ a beaucoup
a écrit le 17/08/2012 à 13:46 :
Payer des fortunes pour des euros-députés chargés de décider du diamètre autorisé des ?ufs, et du poids des grains de mais, ou de la couleur des pommes de terres, et en plus défavoriser les pays européens au noms de principes intellos, si cela éclate, ca sera pas bien grave !! Ca mettre juste au chômages un certain nombre de bon a rien qui vivent sur le dos des contribuables et qui se croient au dessus du peuple !
a écrit le 17/08/2012 à 13:46 :
Payer des fortunes pour des euros-députés chargés de décider du diamètre autorisé des ?ufs, et du poids des grains de mais, ou de la couleur des pommes de terres, et en plus défavoriser les pays européens au noms de principes intellos, si cela éclate, ca sera pas bien grave !! Ca mettre juste au chômages un certain nombre de bon a rien qui vivent sur le dos des contribuables et qui se croient au dessus du peuple !
a écrit le 17/08/2012 à 12:32 :
Et pourquoi pas une règle politique pour exclure les pays dont les idées dérivent trop vers les extremes, droite ou gauche peu importe.
Et adieu l'Autriche, hors de l'Europe

Mais tout cela ne peut aboutir qu'à la fin de l'Europe. et cela ne sera pas sans douleurs pour les pays du Nord
Réponse de le 17/08/2012 à 12:47 :
Quand on voit ce que c'est que l'Europe, ça ne serait pas grave qu'elle éclate. On n'a pas besoin d'un tel "machin"
Réponse de le 17/08/2012 à 14:04 :
On n'a effectivement pas besoin d'un machin, mais d'une Europe qui fonctionne. Il semble que l'on soit a la croisée des chemins soit c'est l'éclatement, soit c'est plus de fédéralisme. Autant prendre se qui fonctionne déjà (comme les USA) . Un président élu par les citoyens, un congrès élu, des Juges élu, une monnaie, une langue officielle, etc.... Faire un copie collé de se qui a fait ses preuve c'est toujours mieux que de continuer à tâtonner.
Réponse de le 18/08/2012 à 16:34 :
@aka
Les USA ça fonctionne sur le dos des autres. Si tout le monde se met à fonctionner comme les USA, ça ne marche plus. Un Président élu par les citoyens? Ouais un peu comme le Sénat chez nous, une monnaie dont on se demande ce qu'elle vaut, des juges élus avec au programme la peine de mort, une langue officielle instrument de manipulation des masses ce qui devrait faire de l'Anglais la prochaine langue morte après le Latin et le Grec.
a écrit le 17/08/2012 à 12:05 :
En dehors de toute considération conjoncturelle, il eût été normal dans le cadre d'élaboration d'une organisation telle, d'être capable de mettre en place des mécanismes de sortie d'un pays de manière volontaire ou bien forcée. Imaginez un pays qui sombre dans le Nazisme par exemple et aucun moyen de le faire sortir?
a écrit le 17/08/2012 à 9:07 :
une telle proposition juste posée est d'une nullité absolue
mais une telle proposition s?intègre dans un mécanisme de contrainte budgétaire et financière, pour harmoniser, les règles financières, budgétaire et fiscales entre les pays qui use de l'euro.
car les déficits présents ont été occasionnés car, personne n'a voulu de règles supra nationales pour imposer des règles financières et budgétaires
aujourd'hui pour que l'euro soit viable, il faudra imposer ces règles
et l?expulsion de l'euro pourra avoir lieu si le déficit dépasse les 60 % Du PIB par exemple
il faut rassurer les marchés de la cohérence et de la viabilité de l'euro
Réponse de le 17/08/2012 à 9:29 :
Et les 3% de Maastricht sur lesquels tous les gouvernements successifs se sont assis dessus ? Ca servait a quoi le traité de Maastricht de 1992 si il y a 20 ans deja les gouvernements se fichaient des regles et ne respectaient pas les traites qu'ils signaient ?
L'Europe RIP
Réponse de le 18/08/2012 à 16:37 :
@Tedy
Il ne faut pas rassurer les marchés, il faut les virer, les éradiquer, les renvoyer où ils ont vu le jour, en perfide Albion et au Nouveau Monde. C'est quand même pas si compliqué.
a écrit le 17/08/2012 à 9:07 :
une telle proposition juste posée est d'une nullité absolue
mais une telle proposition s?intègre dans un mécanisme de contrainte budgétaire et financière, pour harmoniser, les règles financières, budgétaire et fiscales entre les pays qui use de l'euro.
car les déficits présents ont été occasionnés car, personne n'a voulu de règles supra nationales pour imposer des règles financières et budgétaires
aujourd'hui pour que l'euro soit viable, il faudra imposer ces règles
et l?expulsion de l'euro pourra avoir lieu si le déficit dépasse les 60 % Du PIB par exemple
il faut rassurer les marchés de la cohérence et de la viabilité de l'euro
a écrit le 17/08/2012 à 9:05 :
Il serait peut etre bon de réaliser que l´Allemagne est le noyau qui attitre un tas de petits pays satelites qui ont tout intêret a se mettre de son coté.
L´Erurope est en train de basculer pour se reformer en plusieurs " galaxies"
- la galaxie du club Med qui n´est plus recuperable ...
- un ilot britannique sui derive lentement mais surement directon les USA.
- une galaxx Europe centrale allant qu a la frontierte de la russie sous ma tutelle de l´Allemagne.
Bref on va revoir la " gross Deutschland" comme a l´edpoque des Chevaliers Teutoniques -....
e
Réponse de le 17/08/2012 à 11:25 :
Deutschland über alles.
Réponse de le 17/08/2012 à 12:44 :
On en reparle après son suicide démographique ?
Réponse de le 18/08/2012 à 16:44 :
@YawohlHerrDirektor
Oui et dans la même ligne "Arbeit macht Frei", délicieux et vivifiant petit encouragement inscrit au fronton du portail d'entrée d'Auschwitz. "Ejecter" la Grèce revient finalement à la faire partir en fumée, un peu comme à Auschwitz. Ach, Nostalgie quand tu nous tiens.
a écrit le 17/08/2012 à 8:37 :
IL FAUT ARRETER de considérer qu'il n'y a que 2 solutions au problème de l'euro : on continue ou on sort ... Il y a une 3ème possibilité : on fait évoluer l'euro monnaie unique en un euro monnaie commune. Retour aux monnaies nationales et utilisation de l'euro pour les réglements inter et extra zone euro. Les taux entre les devises nationales restent fixes mais sont révisable par la concertation. Ainsi, si un pays comme l'Italie a besoin de dévaluer de 20% alors il le pourra mais en accord avec les autres et pour une durée de 2 ou 3 ans afin de ne pas nuire, sur la durée, à la compétitivité des autres. Il y a de plus en plus d'économistes (pas les succeurs de glaces que l'on nous passe sur les télés), y compris des prix Nobel (mais là nos énarques sont certainement mieux qualifiés), qui proposent cela et personne ne semble vouloir les écouter car ce serait reconnaitre qu'ils (PS et UMP) nous ont mené dans le mur et qu'en plus, sous Sarkozy et maintenant Hollande, ils accélèrent ...
a écrit le 17/08/2012 à 7:17 :
Ah la la ! Qu'il est difficile pour nos petits idéologues français qui se prennent pour des divinités de constater que l'Euro, leur joujou adoré, est en fait un gros bide !
a écrit le 17/08/2012 à 5:27 :
S'il cela est fait, c'est simple, l'eurozone va suivre le même chemin que son ancêtre l'union latine, c'est à dire s'étioler petit à petit puis disparaître, le tout sur 10 à 15 ans.
Réponse de le 17/08/2012 à 7:12 :
Ce n'est pas "elle va suivre, mais c'est "elle suit" l'union latine !
Réponse de le 17/08/2012 à 12:45 :
Le degré de corruption et d'incompétence de la classe politique est tel qu'il empêche toute action pour combattre ce déclin. C'est donc inexorable
Réponse de le 17/08/2012 à 13:06 :
C'est le système pseudo démocratique de la représentation nationale qui pousse à la corruption ou amène aux manettes les plus incompétents (politiciens carriéristes et clientélistes, des mégalomanes en plus qui prétendent gouverner une technostructure étatique obèse, alors qu'elle est ingouvernable par nature). Lorsque vous votez, vous faites un chèque en blanc. Ne vous étonnez pas que nos chers politiciens prennent toujours leurs électeurs pour des cocus : ce sont ces derniers qui "payent la chambre".
a écrit le 17/08/2012 à 4:29 :
Enfin une initiative politique intelligente et courageuse! Les trois problèmes létaux de la zone euro: (1) pas de politique fiscale commune (et, au train ou va l'harmonie européenne, c'est pas demain la veille!); (2) l'euro piège à cafards (on peut entrer mais impossible d'en sortir); et (3) avoir accepté l?adhésion de pays éthiquement sous développés sous prétexte qu'il étaient situés en Europe! De profundis!
Réponse de le 17/08/2012 à 8:13 :
Que cette demande vienne de l'Autriche ne me surprend pas, ce pays n'est plus qu'une province Allemande; Que le Luxembourg soutienne cette idée, alors franchement ils n'ont pas froid au yeux! Vivement que l'on mette le nez dans les comptes des entreprises et banques Luxembourgeoise pour savoir ce qui est le plus moralement répréhensible: Un pays qui a menti pour rentrer dans la zone Euros ou un pays qui n'est pas clean et qui pourtant continu a dire: Tout va bien chez nous, aucun argent sale ne transite par nos banques, merci de bien vouloir regarder ailleurs. Concernant le courage de cette initiative, que l'Autriche propose quelques chose de constructif; Des sanctions pourquoi pas mais il faut une contre partie. Pour rappel, les victimes de tous ces plans d'austérité, ce sont des gents comme vous et moi; Bref, une bien belle rhétorique pour dire que les pays en difficultés n'ont cas aller se faire voir chez les G......
Réponse de le 17/08/2012 à 8:41 :
@oui mais! avez vous lu ce qu'a dit le ministre finlandais des affaires étrangères Mr Tuomioja? La Finlande n'est pourtant pas une PROVINCE allemande! Les Levantins connaissent très bien comment fonctionne leur Levant, donc un peuple à plaindre??
a écrit le 17/08/2012 à 1:14 :
Pour qui il se prends ce vice-chancelier?
De pouvoir dire des choses comme ceci,qu'il fasse deja le menage chez lui,comme dit yvan,toujour a l'extreme droite!!!,on sait et on connait leur politique.
Réponse de le 17/08/2012 à 7:14 :
Dommage pour vous, les pays d'Europe du Nord ne veulent pas financer notre dette pharamineuse et la gabegie financière de nos gouvernants qui se prennent pour des dieux. Il va falloir se rendre à l'évidence, même si c'est difficile pour vous !
Réponse de le 17/08/2012 à 8:43 :
Surtout que l'Allemagne, par ex., supporte déjà 90 points de dettes publiques et que ses banques sont dans la mouise jusqu'au cou... C'est un peu le problème d'ailleurs : des politiques de foutraques chacun dans son coin, aucune concertation, du clientélisme pour ses électeurs (en France, les rentiers boomies 68tards qui nous lèguent un système de retraite Ponzy et 1700 milliards de dettes de leur État providence )
Réponse de le 17/08/2012 à 10:14 :
Et il continue avec son Ponzy ! Cela a fait et fait encore vivre des tas de secteurs de l'économie (tourisme, restauration) et des tas d'enfants qui sont aidés par ces retraités. Il ne faut pas regarder le monde par le petit bout de la lorgnette. Quand on les impose plus, on entend les cris des libéraux. Un esprit responsable est un esprit qui réforme; pas comme Sarko qui montait une catégorie à la vindicte populaire. Sors de ce corps Sarko !
Réponse de le 17/08/2012 à 10:39 :
@ Ponzy : oui, il est vrai qu'il est tellement intelligent de financer un système social trop lourd et par un impôt confiscatoire et par une montagne de crédits. Les socialistes ne changeront donc jamais ! Ce qui est bien, avec des personnes comme vous, c'est que nous sommes certains d'aller droit dans le mur, la création de richesses n'étant pas suffisante pour financer nos dépenses monstrueuses. Sur ce, bonne journée tout de même !
Réponse de le 17/08/2012 à 10:53 :
Ponzy immo : prix immobiliers X 2,5 alors que les revenus ont crû de 45% seulement dans le même temps. Pour compenser, il a fallu créer de nouvelles béquilles sociales financées par les employeurs. Ponzi de la consommation avec un déficit extérieur qui bat des records chaque année. Ponzi des retraites : votre pension est payée en partie grâce aux dettes que souscrivent la France (fonctionnaires) et les caisses de retraite (privé). Ponzi bientôt de la dépendance des boomies. Quant à qualifier Sarko de "libéral", lui qui n'a eu de cesse de pratiquer une politique socialiste et étatique (RSA ...), c'est fort de café !
Réponse de le 17/08/2012 à 11:03 :
A lola: ne cedez pas à l'imprécation quand on est pas d'accord avec les excès verbaux de certains commentaires. 1) je ne suis pas socialiste mais centriste et cela me donne le droit de juger les propos excessifs 2) si vous lisiez le texte vous auriez compris que je suis pour réguler tout ces systèmes sociaux non équilibrés (caisse chomage, retraites, santé, aides aux entreprises qui sont considérables :1 5 milliards pour les 35 h). pour les retraites, la suppression des 10% pour frais professionnels me semble nécessaire pour éviter justement un conflit de génération; l'imprécation est le quotidien des personnes psychorigides et impulsives.
Réponse de le 17/08/2012 à 11:16 :
J'aimerais que votre vocabulaire s'étoffe un peu car vous êtes agaçant avec votre Ponzy à longueur de phrase. Pour la nième fois, l'enrichissement de certains de nos concitoyens ayant investis dans l'immobilier concernent surtout quelques riches investissseurs (artisans, médecins, commercants et...) pour se constituer une retraite et non pas la majorité (les enseignants n'ont pas les moyens d'en faire autant.). Comme John Galte, vous commencez à traiter tout le monde de socialiste, ce qui dénote une tendance à l'obsession.
Réponse de le 17/08/2012 à 11:31 :
Ma chère Henriette ( vous devez avoir dans les 92 ans pour porter un prénom aussi gracieux...) le fait est que depuis 81, la génération 68, celle qu'on appelle aussi les "insiders" a systématiquement porté au pouvoir des gens qui défendaient ses prébendes au détriment des "outsiders" : générations nées après 80, ceux qui naviguent de petits boulots en statuts précaires et qui ne peuvent se financer sans béquille sociale un logement décent ! La Ponzi génération s'est bétonnée elle un statut en or : l'état providence ! Retraite maintenue coûte que coûte, niches fiscales etc. Tout ceci avec la bienveillance du haut patronat (= hauts fonctionnaires) et la complicité des syndicats (qui représentent pour l'essentiel les rentiers du public). Les boomies se sont chargés d'écarter du pouvoir les libéraux et les réformateurs (rares) pour maintenir ce statu quo au détriment des actifs et des entrepreneurs. Hélas, dans un système Ponzi financé par les derniers entrants et de plus en plus la dette publique et privée, un simple grain de sable peut tout gripper. Nous y sommes : les entreprises exsangues ne peuvent plus supporter la charge, les cotisants diminuent et la dette souveraine devient douteuse... L'heure des sacrifices va sonner pour tout le monde (= baisse du niveau de vie) y compris pour la génération Boomies "Tout Pour Ma G....e).
Réponse de le 17/08/2012 à 11:44 :
c'est vrai que Henri exagère avec son Ponzi mais on peut dire qu'il a tort dans ce qu'il dit.
Enseignant, vous n'êtes pas la catégorie la plus à plaindre du lot. Emploi à vie, 3 mois de vacances, j'ai vu récemment un salaire d'un prof agrégé de lycée qui était de plus de 4.000 euros nets par mois. Sans parler de la retraite qui est calculé sur les 6 derniers mois de salaire. Donc svp arrêtez de vous plaindre aussi, et si votre job ne vous convient pas, allez bosser dans le privé...
Réponse de le 17/08/2012 à 12:14 :
Henri mentionne 4 exemples de Ponzi et vous n'en citez qu'un : celui de l'immobilier, pourquoi ? Il me semble qu'il cite d'autres exemples. La réalité est crue mais elle est la suivante : la génération du baby boom a constitué son niveau de vie excessif par endettement, c'est à dire sur les générations suivantes. Les jeunes générations, celles qui n'ont jamais connu le plein emploi, la stabilité, la possibilité de se projeter... "hérite" en plus de systèmes sociaux à financer dont elles ne bénéficieront jamais, d'une situation économique désastreuse (les entreprises ferment ou partent). On assiste là à la plus tragique des spoliations : celle des enfants par les grands-parents ! Le pire est que tout ça est connu et su depuis au moins 20 ans : le premier rapport alarmiste sur les retraites date de Rocard 1er ministre, je crois.
Réponse de le 17/08/2012 à 12:28 :
Henriette vous tombez dans la facilité avec ce genre d'argument.
Je pourrais vous dire que si vous n'êtes pas content de travailler dans le privé et que votre job ne vous convient pas, il vous suffit de postuler dans le public!
D'ailleurs le métier de prof est tellement rémunérateur et tellement attrayant que le nombre de candidat explose au concours du CAPES et d'agrégation.
Comme on dit l'herbe est toujours plus verte chez le voisin...
Réponse de le 17/08/2012 à 13:05 :
"D'ailleurs le métier de prof est tellement rémunérateur et tellement attrayant que le nombre de candidat explose au concours du CAPES et d'agrégation" = préparez vite une grève, la rentrée approche!!!! et par la suite, n'oubliez pas de vous mettre en arrêt de maladie car d'après les études les professeurs des écoles présentent deux fois plus d?arrêts maladie que dans le privé...
Réponse de le 17/08/2012 à 13:28 :
JPM et vi sont mal renseignés. Les candidats en maths physique ont dangeureusement diminués. DE plus pourquoi ces "jaloux " ne postulent pas si c'est si intéressant et rémunérateur d'enseigner à des jeunes de banlieux. Peut être n'ont pas le niveau intellectuel ?
Réponse de le 17/08/2012 à 13:40 :
Parce que les boomies se sont arrangés pour envoyer les jeunes profs dans les endroits les plus difficiles ! Merci les 68tards faux-jetons !
Réponse de le 17/08/2012 à 14:27 :
Il y a toujours des gens qui pensent qu' on va s'en sortir avec 2 retraités pour 1 actif, avec une retraite à 62 ans, et des salaires de millions de fonctionnaires à plus de 2500 euros net par mois! Il y a de quoi se rouler dans la pisse :-D. Puis on voit à la télé des syndicats indignés qui disent: «mais quel avenir reserve t on à nos enfants? ». Qu est ce qu on se marre! J ai une meilleure idée: tous à la retraite à 35 ans, tout le monde travaille 7 heures pqr semaine et le smic à 4000 euros! Hahaha
Réponse de le 17/08/2012 à 14:35 :
Pour Rillette
En lisant la première partie de mon commentaire vous auriez pu comprendre que mon commentaire sur le concours du CAPES et d'agrégation était à prendre au 2nd degré voir teinté d'une ponte d'ironie ;-)
Il est de notoriété public que le métier de prof aux statuts soit disant si avantageux n'attire plus les jeunes.
Réponse de le 17/08/2012 à 14:46 :
Ben pour se retrouver face à des classes les plus difficiles dans un lycée craignos, on les comprend ... Surtout les jeunes femmes ! Bizarrement les syndicats d'enseignants et les faux-jetons socialistes ne réclament jamais que ce soient les professeurs chevronnés qui s'y collent. C'est plus facile de toujours réclamer des effectifs en plus !
Un peu comme la carte scolaire que les enseignants étaient les 1ers à contourner : faites ce que je dis, pas ce que je fais...
Réponse de le 17/08/2012 à 15:07 :
Henri, je crois que la chaleur vous fait perdre toute mesure et perdre toute intelligence. Avant, vous discutiez économie avec John, ce qui était encore marrant. Là, vous ne faîtes plus que dans l'imprécation. C'est aussi facile de sortir ce genre d'arguments que de taxer les entrepreneurs de voleurs et de pollueur.
Réponse de le 17/08/2012 à 16:01 :
non, Henri a raison, ce sont les jeunes profs sans expérience qui sont envoyés dans les banlieues, c'est idem dans la police.
Réponse de le 17/08/2012 à 19:38 :
+1 : plusieurs profs bien pensants de gogoche dans ma famille et beaucoup d'hypocrisie
a écrit le 16/08/2012 à 22:44 :
@Yvan: un rapport plus compréhensible entre votre commentaire et le sujet? Ou c'était juste un envie pressante de vous sentir mieux? En tout cas, je vous espère revigoré. ;-)
a écrit le 16/08/2012 à 22:08 :
Toujours bien à l'extrême-droite, ce pays... A virer de la Zone Euro avant qu'ils ne fassent plus de dégâts.
Réponse de le 16/08/2012 à 23:26 :
Ils en ont fait moins que les Grecs qui ont entrainé la zone dans le chaos avec leurs dépenses inconsidérées et leurs comptes publics trafiqués (avec la complicité de Goldman Sachs)
Réponse de le 16/08/2012 à 23:56 :
Ha oui..?? Et ... le Portugal, l'Italie, l'Espagne, Chypre..?? Attendez de voir ce que la zone va débourser pour l'Espagne et l'Italie, et on en reparle après, d'accord..?? TOUT vient des US avec leur folie de la dette et des bulles associées.
a écrit le 16/08/2012 à 22:08 :
Toujours bien à l'extrême-droite, ce pays... A virer de la Zone Euro avant qu'ils ne fassent plus de dégâts.
Réponse de le 17/08/2012 à 9:48 :
Peut être que les autrichiens pensent la même chose de nous, mais dans le sens inverse. C'est pour dire à quel point vos propos sont stupides !
Réponse de le 17/08/2012 à 12:46 :
+1 un pays qui vote Marine ou son ersatz droite cassoulet à plus de 20%, n'a pas de leçons à donner aux autrichiens !
a écrit le 16/08/2012 à 21:20 :
il est vrai que mettre des conditions sans moyens pour sanctionner ceux qui ne respectent pas lesdites conditions, c'est comme esperer un respect des lois en supprimant, controles, police et justice : aucune chance que ça marche...!
Réponse de le 16/08/2012 à 22:23 :
Et doit-on rappeler à cet égard que la France a été le premier pays à ne pas respecter le plafond de 2% prévu, bien avant même qu'on accepte les pays auxquel pensent l'Autrichien :-)
Réponse de le 16/08/2012 à 22:44 :
Je ne pense pas que l'administration française soit un modèle de bonne gestion, loin s'en faut ! ill est dommage que les rappels à l'ordre doivent venir de l'étranger, mais il vaut mieux un bon 'rappel à l'ordre' qu'une abracadabrantesque décision anti-économique !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :