L'éclatement de la zone euro pourrait coûter jusqu'à 10% de son PIB à l'Allemagne

Non, l'Allemagne n'a aucun intérêt à ce que la zone euro s'effondre. C'est en tout cas ce que dit Lars Feld, éminent économiste allemand pour qui un effondrement de l'euro coûterait au pays entre 7% et 10% de son PIB.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Angela Merkel, la chancelière allemande, est sans doute sincère lorsqu'elle dit qu'elle souhaite voir l'euro perdurer. Car selon une étude présentée mercredi soir par Lars Feld, un économiste allemand et conseiller du gouvernement fédéral, la fin de l'euro pourrait coûter jusqu'à 350 milliards d'euros à nos voisins d'outre-Rhin, soit entre 7% et 10% de son produit intérieur brut à l'Allemagne.

Une sortie de la Grèce ne serait pas sans conséquence non plus

Et l'économiste de mettre en garde contre une sortie de la Grèce de la monnaie unique qui pourrait tout autant avoir des conséquences dramatiques pour l'économie allemande. D'abord parce qu' "à partir du moment où une bonne partie des créances ne seraient pas honorées, de nombreuses petites et moyennes entreprises déposeraient leur bilan et l'économie serait affectée". Ensuite parce que les investisseurs anticiperaient certainement la sortie d'autres pays, ce qui aurait pour effet de raviver les tensions qui pèsent déjà sur la monnaie unique.

Un soutien pour Merkel face aux eurosceptiques allemands

Ces propos trouvent une résonnance particulière alors qu'Angela Merkel vient de recevoir ses homologues français, grec et italien à Berlin. Réceptions durant lesquelles elle a changé de stratégie et adouci son discours vis-à-vis des pays en difficulté. Mardi, elle assurait être totalement opposée à une sortie de la Grèce de la zone euro et mercredi, elle se disait impressionnée par les efforts de Rome pour redresser son économie. De quoi calmer les ardeurs du ministre des Finances allemand, Philip Rösler, qui réclame de plus en plus instamment une sortie de la Grèce de la zone euro. De quoi aussi permettre à la chancelière de vendre à son opinion publique une politique plus ouverte vis-à-vis de ses partenaires européens. Car avec l'arrivée de François Hollande au pouvoir en France et la probable arrivée des socialistes au pouvoir aux Pays-Bas, l'Allemagne semble de plus en plus isolée dans le jeu européen.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 29
à écrit le 31/08/2012 à 15:59
Signaler
Il y a ici confusion. Aucun pays n'a intérêt à ce que la zone euro (ce qui ne veut pas dire grand chose en seule définition monétaire) ou l'économie de ses voisins s'écroule. Par contre la question peut se poser d'appartenir au "club européen" engagé...

à écrit le 31/08/2012 à 15:59
Signaler
Je suis fatiguée de l'euro et de la zone euro.

à écrit le 31/08/2012 à 15:18
Signaler
C'est dans le cas ou la Grèce reste dans l'euro qu'elle ne pourra pas honorer ses échéances.

à écrit le 31/08/2012 à 12:52
Signaler
Il faut arrêter de dire que la chute de la Grèce serait une catastrophe, c'est totalement faux ! C'est une goutte d'eau dans l'océan, il faut arrêter de se moquer de nous;

à écrit le 31/08/2012 à 12:37
Signaler
Voulu ou subie la sortie sera inevitable et plus on attend...mieux vaut perdre un bras que....

à écrit le 31/08/2012 à 12:37
Signaler
L' essentiel des exportations de l'Allemagne étant destiné aux pays de la zone "Euro", une forte contraction des achats de ces derniers se répercuterait durement sur les entreprises allemandes et par voie de conséquence, sur les allemands eux-mêmes. ...

à écrit le 31/08/2012 à 12:12
Signaler
Chaque jour nous apporte son lot de mauvaises nouvelles: hausses d'impôts et taxes sur les classes moyennes, hausse du chômage et exclusion des jeunes, évasion fiscale et en face l'incurie politique... On a fait une Europe infernale, il serait temps ...

le 12/12/2013 à 21:05
Signaler
une chose polluante et dangereuse responsable de nombreux accidents. Bon debarras.

à écrit le 31/08/2012 à 11:42
Signaler
LE PIB devra être comparé aux autres, si vous êtes à moins 10 et les autres à moins 25 vous êtes toujours le plus fort, c'est tellement débile tout ça. Avec en plus la valeur du Mark qui fera de l'Euro une monnaie de singe, vraiment on nage en plein...

à écrit le 31/08/2012 à 10:29
Signaler
Le soutien à la Grèce a déja coûté 350 milliards depuis le début de la crise, et va coûter environ 120 milliards de plus par an, donc l'éclatement ne serait pas si dispendieux que ça. Ce qui ne veut pas dire qu'il soit souhaitable, sauf pour la Grèce...

à écrit le 31/08/2012 à 9:10
Signaler
Un petit bonjour du Chili de bon matin ;-) : http://www.lepetitjournal.com/eco-santiago/99828-economie.html

à écrit le 31/08/2012 à 0:05
Signaler
A quand un article de La Tribune sur la faillite du Crédit Immobilier de France et de son éventuelle nationalisation ? En attendant, vous ne cessez de détourner l'attention sur l'Allemagne, alors que la situation française ne cesse de se dégrader !

à écrit le 30/08/2012 à 23:27
Signaler
L'Europe du sud sera à la charge de l'Europe du nord. L'assistanat est le seul schéma économique et social que connaisse la France...

à écrit le 30/08/2012 à 23:03
Signaler
Dans l'histoire aucuns pays n'a survécu avec strictement une monnaie commune. Il faut être honnête l'euro est une erreur. mais malgré cela des gens y croient encore comme une religion les médiats sont puissants. Le problème c'est que des pays du sud ...

à écrit le 30/08/2012 à 22:53
Signaler
certains des commentaires ci-dessous on l'air de dire ; "chic, l'allemagne va voir son PIB chuter, c'est bien fait pour eux!" ... mais les français seront-ils gagnant pour autant ? les entreprises françaises von-elles être gagnantes ??? Sauf ereur de...

à écrit le 30/08/2012 à 22:35
Signaler
Pourquoi nos dirigeants ne le comprennent pas? Et ne défendent pas les interets de la France? Philippe de www.forumdemocratique.fr

à écrit le 30/08/2012 à 19:44
Signaler
Peu importe ce que va coûter l'éclatement de la zone euro puisque ce processus est maintenant devenu "irréversible", pour reprendre le qualificatif de M. Draghi. Ce n'est plus qu'une question de temps. Stiglitz l'a dit : les premiers pays qui sortiro...

à écrit le 30/08/2012 à 19:23
Signaler
Il serait très instructif de chiffrer le coût politique, économique et civilisationnel d'une fin de l'euro et de l'EU pour la France...... ceux qui pensent que nous, français, serions capables de rattraper le retard économique en dévaluant comme ce f...

à écrit le 30/08/2012 à 19:11
Signaler
J'aimerais bien que la Tribune calcule ce que cela coûterait à l'Allemagne de soutenir indéfiniment la Grèce, le Portugal et l'Espagne (voie l'Italie), sachant que ce pays n'ont AUCUNE CHANCE de se redresser et rembourser leurs dettes à la fois. Le d...

à écrit le 30/08/2012 à 19:08
Signaler
Les Allemands vendent parce que leurs prduits sont supérieurs et demandés. Que l'Allemagne soit ou non dans la zone euro ne va donc pas fondamentalement changer la donne. Les gens continueront d'acheter les meilleurs produits. Je ne vois donc pas où ...

à écrit le 30/08/2012 à 18:47
Signaler
Encore une démonstration de la politique de la terreur où tout le monde joue à se faire peur pour maintenir les choses en l'état, malgré l'échec patent. Je te tiens, tu me tiens...

à écrit le 30/08/2012 à 18:45
Signaler
Ce qui coûterait cher à l'Allemagne, et je suppose que cet économiste en a tenu compte dans les 10%, c'est que chaque pays qui sortirait de l'euro verrait sa monnaie dépréciée alors que la monnaie que garderait l'Allemagne serait évaluée. Chaque pays...

à écrit le 30/08/2012 à 18:42
Signaler
ça fait rien il seront gagnant par la suite,et nous aussi français,sorton de cette europe,marre de recuellir toute l'europe qui nous améne rien sinon des ennuis,et des baisses de salaire.

à écrit le 30/08/2012 à 18:35
Signaler
s'il y a eclatement, c'est a dire sortie de la grece l'italie le portugal l'espagne, on a ce qu'il ft pour une troisieme guerre mondiale.......... si seuls les tricheurs sortent, ca posera qques pbs, mais bon... l'allemagne a absorbe un pays ' de la ...

à écrit le 30/08/2012 à 18:34
Signaler
Arretons de jubiler et de souhaiter la decadence economique de l'Allemagne.Ce pays fait tout pour s'en sortir et est efficient dans tout ce qu'il entreprent...Un exemple a suivre.

à écrit le 30/08/2012 à 18:32
Signaler
Les 2 chiffres annoncés ne tiennent pas la route. Même s'il y avait une perte de 2 ou 3% du PIB, ils seraient récupérés dans les 3 ans qui suivent. Je crois qu'il faut que les médias arrêtent la propagande qui profite à quelques uns

à écrit le 30/08/2012 à 18:30
Signaler
Peut etre mais combien le maintient de la zone Euro coutera a l'Allemagne, Monsieur Feld? L'italie et l'Espagne ont rejoint la Grece, l'Irlande et le Portugal dans la mouise, la France n'est pas en mesure d'aider et les autres pays de l'Europe du Nor...

à écrit le 30/08/2012 à 18:21
Signaler
Messieurs les journalistes de la Tribune, merci de m'expliquer comment l'Allemagne pourrait perdre 3500 Mds d'euros soit de 7 à 10 % de son PIB qui est de 3600 Mds ? ou je n'y comprends rien à l'économie ou une fois de plus vous "balancez" des chiffr...

à écrit le 30/08/2012 à 18:20
Signaler
3500 milliards d'Euros est plus proche de 100% du PIB annuel de l'Allemagne que de 10% .........Ce ratio est -il sérieux ou erroné ? SVPprécisez .

à écrit le 30/08/2012 à 18:17
Signaler
La zone Euroe n'a aucun avenir dans sa configuration actuelle. On assste à une fuite en avant;

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.