Angela Merkel joue la carte de l'apaisement avec la Grèce

Antonis Samaras a effectué à Berlin sa première visite officielle à l'étranger. Lors d'une conférence commune avec le nouveau Premier ministre grec, Angela Merkel a répété son souhait de voir la Grèce rester dans la zone euro mais a réaffirmé vouloir attendre le rapport de la troïka avant d'accorder un délai supplémentaire à Athènes pour respecter ses objectifs de réduction des déficits.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

Des déclarations de bonnes intentions en attendant de savoir si Athènes pourra bénéficier d'un délai supplémentaire pour respecter ses engagements. La chancelière allemande Angela Merkel a joué la carte de l'apaisement vendredi en assurant le Premier ministre grec Antonis Samaras de son soutien et en défendant la place de la Grèce dans la zone euro. "Depuis le début de la crise, j'ai toujours clairement dit que la Grèce faisait partie de la zone euro et que je voulais qu'elle y reste", a affirmé la chancelière, lors d'une conférence de presse commune avec Antonis Samaras.

Un "nouveau départ" dans la relation entre les deux pays

Le nouveau dirigeant grec a effectué à Berlin sa première visite officielle à l'étranger. Accueilli avec les honneurs militaires, il s'est entretenu environ une heure avec Angela Merkel, avant une conférence de presse commune. Les deux dirigeants ont ensuite prolongé leur entretien, a indiqué la chancellerie. Ils se sont tous les deux réjouis, devant les journalistes, d'un "nouveau départ" dans la relation entre les deux pays. Angela Merkel s'est dit persuadée que le nouveau gouvernement grec "fai(sait) tout pour résoudre tous les problèmes" du pays, alors qu'Antonis Samaras s'engageait à mener à bien les réformes.

Samaras: "Nous ne demandons pas plus d'argent mais du temps pour respirer"

Comme il l'avait déjà fait savoir dans plusieurs interviews à la presse, le Premier ministre grec a toutefois demandé un peu de souplesse dans les échéances d'assainissement des finances publiques pour ne pas étouffer toute tentative pour le pays de repartir. "Nous ne demandons pas plus d'argent mais du temps pour respirer", a-t-il déclaré, faisant de "la croissance" sa priorité. Avant toute révision des exigences imposées à la Grèce, Angela Merkel a réaffirmé vouloir attendre le rapport de la troïka (UE, FMI et BCE), une position partagée par le président français François Hollande avec qui elle a dîné jeudi soir. Pour sa part, Antonis Samaras s'est dit convaincu que ce rapport, attendu en septembre, "signalera que le gouvernement (grec) aura très vite des résultats".

Masquer les réticences de dirigeants allemands et de l'opinion publique

Ces derniers temps les dirigeants allemand et grec ont multiplié les efforts pour afficher leur unité et leur compréhension réciproque, alors que plusieurs responsables allemands avaient récemment évoqué la possibilité d'une sortie de la Grèce de la zone euro. Entre autres, le président du groupe parlementaire CDU/CSU Volker Kauder a déclaré vendredi sur la chaîne ZDF que l'on ne pouvait "négocier ni les délais ni le contenu" du programme réclamé à la Grèce et que sa sortie de la monnaie unique "ne serait pas un problème pour l'euro". Berlin, qui voit s'approcher l'échéance législative de septembre 2013, fait face à une opinion publique hostile à toute indulgence à l'égard de la Grèce et encore plus, à toute nouvelle sollicitation de son portefeuille.

"La cacophonie crée des problèmes" et "les déclarations toxiques ne peuvent être que négatives", a déclaré Antonis Samaras, demandant à l'Allemagne que cessent ces attaques, surtout au moment où Athènes s'est lancé dans un programme de privatisations. "Nous sommes un peuple fier. Nous n'aimons pas dépendre de l'argent prêté", a insisté le Premier ministre grec. Angela Merkel a aussi été dans le sens d'un apaisement des tensions. "Je trouve que c'est mon devoir de faire en sorte que les efforts des autres soient reconnus", a-t-elle déclaré. "Nous devons travailler pour que la majorité des Grecs et la majorité des Allemands voient la même chose", a-t-elle ajouté. La chancelière a assuré qu'elle allait tout faire pour que l'Allemagne soit "d'une aussi grande aide que possible" afin d'aider la Grèce à remplir ses devoirs.

Poursuite du ballet diplomatique de rentrée samedi

Le ballet diplomatique de rentrée, avec la crise de la zone euro en toile de fond, doit se poursuivre samedi avec la rencontre d'Antonis Samaras et de François Hollande à Paris. Le président français doit ensuite se rendre à Madrid et à Rome, tandis que Mario Monti est attendu à Berlin mercredi.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 26/08/2012 à 10:51
Signaler
Les allemands seraient-ils prêts à sacrifier l'Europe pour préserver leurs propres et élémentaires intérêts économiques? Les allemands ne cherchent-ils.pas à imposer l'ordre et la discipline pour préserver la paix et l'indépendance économique et moné...

à écrit le 25/08/2012 à 11:08
Signaler
Elle est bien bonne celle-là. Hier, Madame MERKEL sortait ses griffes contre la Grèce, Monsieur HOLLANDE "obéissant" suit Madame MERKEL (rien d'étonnant) et aujourd'hui, la gentille, c'est Madame MERKEL qui devient tout-à-coup compréhensive. Une vrai...

à écrit le 24/08/2012 à 22:34
Signaler
Normal que l'Allemagne ait peur : si la France, l'Italie, l'Espagne, et le Portugal suivaient la Grèce en débarrassant de l'Euro - eux qui représentent près de 45% des excédents allemands - et bien l'industrie allemande s'effondrerait. Mme Merkel le ...

le 24/08/2012 à 23:56
Signaler
Et quel est l'intérêt pour la France, l'Espagne, le Portugal ou l'Italie de rester dans l'euro ?

le 25/08/2012 à 11:21
Signaler
@Truk : t affole pas mon petit ! l´Allemagne etait excendentaire et exportaitent tres bien au bon vieux temps du D-Mark avant l´Euro, a continué sur sa lancée avec l´Euro et ceci ne changera pas apres l´Euro le cas ou ! tout comme la Suède, la S...

à écrit le 24/08/2012 à 21:56
Signaler
Patience, l'Allemagne est peut-être entrain de réaliser qu'elle joue très gros avec l'éclatement de l'Euro.

à écrit le 24/08/2012 à 19:12
Signaler
Priorité de M. Samaras la croissance, ah bon ? Avec une prévision de -7% du PIB pour 2012, c'est sans doute une blague.

à écrit le 24/08/2012 à 16:54
Signaler
Il se caresse le torse, elle le regarde comme si elle allait lui sauter dessus... WTF !

le 24/08/2012 à 20:17
Signaler
Je vois que le subtilité de la "Commedia dell'Arte" vous echappent: du theatre rien que du thatre.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.