Ayrault fustige les "prophètes de mauvais augure" et loue l'euro

 |   |  251  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
A l'occasion d'un Forum économique organisé à Manille, le Premier ministre a pris la défense de la monnaie unique.

Dans la foulée du sommet européen de jeudi, où le calendrier de l'union bancaire a été dévoilé, Jean-Marc Ayrault a tenu à défendre bec et ongles la monnaie unique. Invité à un Forum économique organisé à Manille ce samedi, le Premier ministre s'est employé à louer l'euro, alors que le Vieux Continent peine à sortir de la crise. Selon ses propos rapportés par l'AFP, il n'y est pas allé avec le dos de la cuillère, assurant que "l'euro, c'est l'acquis de l'Histoire et c'est ça qui serait en danger, que nous prendrions le risque d'abandonner? Je vous rassure: malgré les prophètes de mauvaise augure, l'euro va continuer".

Opération séduction

Et pour cause : la veille, il avait confié à la presse que tous ses interlocuteurs en Asie du Sud-Est, influencés par la "presse anglo-saxonne, en particulier britannique", s'interrogeaient sur l'avenir de l'euro, et craignaient une sortie de la Grèce de la monnaie unique.

Mais cette sortie du Premier ministre apparaît aussi (et surtout) comme une opération de lobbying auprès des investisseurs, tout à fait logique en circonstance d'une visite officielle. En bon ambassadeur de la zone euro, Jean-Marc Ayrault a argué que "l'Union européenne, c'est le plus grand marché du monde, avec 460 millions de consommateurs, c'est une chance extraordinaire". Et ce, avant de voir dans le Vieux Continent "un foyer d'innovation (...) et un continent stable, apaisé, sûr". Les mots portent visiblement leurs fruits, puisque Philippines Airlines a confirmé samedi l'achat de 10 Airbus A330.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2012 à 6:43 :
"mauvaise augure" ou "mauvais augure" ? La Tribune a quelques lacunes en Français. La réponse est bien entendu "mauvais augure", mais seule La Tribune semble l'ignorer.
a écrit le 22/10/2012 à 10:59 :
En effet on LOUE tous l'Euro, on verra si on l'achètera plus tard :-))
a écrit le 22/10/2012 à 8:30 :
Voilà des propos très réconfortants; cette homme si critiqué par les médias offre l'exemple même de la détermination à l'emploi de la simplicité, de l'efficacité. Il est aussi bon de louer des propos qui éclairent, que de fustiger les débordements, d'expressions déroutantes.
a écrit le 22/10/2012 à 1:38 :
Il ferait mieux de faire l'inverse: fustiger l'Euro et louer les prophètes de mauvaise augure pour lui donner un coup de main...
a écrit le 21/10/2012 à 22:59 :
Plus vite on virera l'euro plus vite on pourra s'en sortir.
Toc toc, j'ai pas d'argent, je m'appelle Portugal, Grèce, Italie, Espagne ... Les français vous êtes riches vous. Messieurs de la solidarité : faites les transferts de monnaie.
Bravo l'euro et l'Europe. Bravo la génération des 68ards.
Allez bon débarras.
a écrit le 21/10/2012 à 18:47 :
Par Cappelo
Réponse de le 21/10/2012 à 19:18 :
n'est-il pas ?
a écrit le 21/10/2012 à 18:35 :
C'est sûr que Ayrault est loin d'être un prophète
a écrit le 21/10/2012 à 16:27 :
Je loue l'EURO, mais de là à louer l'AYRAULT il y a un abîme.
Réponse de le 21/10/2012 à 18:02 :
Sans l'euro, nous serions dans un trou si profond que rien ni personne ne pourrait nous en sortir;
Réponse de le 21/10/2012 à 21:28 :
Et Eiffel il faut descendre de ta tour ! Sans l'Euro nous serions ...(je réfléchis) ça y est j'ai trouvé : "SANS l'EURO C'EST TOUT !" "Trou", ça c'est l'endoctrinement BFM, vous avez aussi Abysse, Chaos, fin des temps, l'essence à 3 Euros le litre, la France serait en faillite (heu mais c'est déjà fait ça Eiffel) mais c'est vrai depuis l'Euro ouf tout va bien !
a écrit le 21/10/2012 à 16:13 :
...tout va très bien, Madame la Marquise, tout va très bien , tout va très bien !!! ... évidemment, quand on commande un rapport sur la compétitivité, on peut pas s'attendre aux mêmes genres de satisfecits ... alors, ce rapport , on l'enterre ou on le brule ??!
a écrit le 21/10/2012 à 14:20 :
Euh, je vous demande pardon à tous de mettre mon grain de sel ici, mais il me semble que l'auteur de l'article devrait revoir son latin et son français. "Les prophètes de mauvaise augure" ."Les augures menteurs" disait José Maria de Hérédia dans "La Trébbie". Est-ce l'auteur de l'article qui se permet une telle faute, ou un quelconque idiot sous-cultivé qui est chargé de mettre un titre ? Allez, "La Tribune", un petit effort pour vous mettre à niveau des gens qui vous lisent...
Réponse de le 21/10/2012 à 14:31 :
Mauvais augure : Merci à la Tribune d'enlever le "E" de trop
a écrit le 21/10/2012 à 12:35 :
Arrêtons tous de rêver pour une fois, l'Euro a été construit pour permettre la spéculation massive sur une seule monnaie. Le commerce allait très bien avant, on gagnait des marchés ..etc.. depuis quand c'est la monnaie qui permet de vendre ?? Les seules choses qui comptent sont : "le produit", "le prix" et la "valeur du change" à ce moment là (Euro ou pas). Quand vous allez achetez un truc à une frontière vous comparez par rapport au prix de votre pays (regardez comme les USA s'agacent avec le Yuan Chinois), la monnaie n'a rien a y voir (on arrive encore à multiplier ou diviser !!!), l'Euro permet tout juste de ne plus avoir des pièces comme souvenirs :-(. Avec l'Euro par contre c'est le rêve absolu pour Gsachs (en particulier) qui peu spéculer via tout ces hommes de mains (Mario Monti, Dragui ... c'est déjà un bon début) et ce sur tout les pays et dans une seule devise "LE REVE TOTAL" . L'achat de matière première ETANT EN DOLLARS l'Euro n'y change rien. Moralité on nous endoctrines DEPUIS PEU avec l'idée que la "monnaie c'est l'économie", alors que "c'est l'économie qui fait la MONNAIE" (dans le sens valeur/travail) ! Il n'y aura aucunes sorties de crises ou autres justement à cause de cette logique qui ne sert que les intérêts de la finance ce qui ne créé absolument rien d'autre que du vent (la preuve avec l'immobilier, sans les banques pourrions nous spéculer ? HEU NON ! désormais tout le monde vous expliques qu'ils ont fait une super affaire car ils pourraient revendre plus cher ! On ne parle plus de son logement mais de sa valeur !!! . Donc AYRAULT est un gland qui ne fait que répéter ce qu'on lui a dit et qui ne se rend même pas compte que si les trilliards créé pour sauver l'Euro (donc les banques) allait dans l'économie réelle les choses iraient bien mieux. Mais il ne faut pas rêver, pas question de s'attaquer à la maladie ça rapporte trop; le peuple n'a aucune importance et cette fausse crise est parfaite pour justifier des changements, les banques ont refait pour beaucoup des bénéfices (Gsachs encore eux) et rien n'a été régulé, RIEN !!!! il s'agit bien d'une FAUSSE CRISE, la réalité c'est la main mise de la finance qui ne laisse plus de place pour d'autres choses. Il ne faut pas être débile si vous avez le choix entre ne rien glander et gagner 5% (minimum) sur du capital à la plage avec la BCE qui imprime pour vous ou prendre un risque et gagner 5% avec des salariés, structures ... vous faites quoi !
Réponse de le 21/10/2012 à 13:10 :
Bien expliquer EUROOUPAS 100% d'accord avec vous
Réponse de le 21/10/2012 à 14:08 :
Clap, Clap, Clap. Bien vu EUOOUPAS;
Réponse de le 21/10/2012 à 16:11 :
allez ouvrir un manuel d'economie, il y a des speculateurs qui font de grosses fortunes sur les variations du cours des monnaies et des assureurs sur le risque de change, tout çà c'est en moins dans votre poche quand vous achetez ou vendez à l'étranger , vous ou l'entreprise dans laquelle vous travaillez!
Réponse de le 21/10/2012 à 21:23 :
hahaha n'importe quoi en quoi l'Euro y change quoi que soit, si je vous suis, personne ne spécule sur le change de l'EURO ?!!! vous êtes excellent ! Quand la BCE imprime 2,3 4 trilliards pour SAUVER l'Euro à votre avis C'EST EN PLUS OU EN MOINS DANS VOTRE POCHE ? VOS VARIATIONS ... ont-elles empêché la France d'être la 5 puissance mondiale ?? Ce ne sont pas nos produits, armes, industries, tourismes, idées, créativité ... qui ont permis cela ? C'est à croire que l'économie existe depuis l'Euro ??! Nous sommes des économies différentes, et la différence C'EST BIEN, C'EST UNE BONNE CHOSE, avant l'Euro il n'y avait pas de voitures Allemande en France c'est bien connu ! Et au fait GSachs avant l'Euro et le maquillage des comptes de la Grèce ... ils faisaient quoi en Europe ?
Réponse de le 22/10/2012 à 11:48 :
je ne vois pas en quoi l'euro est responsable de la gabegie et du clientélisme!ah si peut etre parce qu'on peut emprunter a taux plus bas
Réponse de le 23/10/2012 à 14:45 :
Merci euroupas!!!
Il faut vraiment que les Français ouvrent les yeux. Qu'ils arretents d'écouter ces bons à rien et qu'on sorte vite de l'euro. Nous sommes étouffés par cette monnaie.
a écrit le 21/10/2012 à 12:17 :
Ayrault en hérault de l'euro mais le héros est déjà fatigué! Il en oublie que l'euro c'est aussi 40 millions de chômeurs, une pauvreté croissante des inégalités qui se creusent et une désindustrialisation rampante. En fait il défend quelques multinationales et les élites qui sont les seules à tirer bénéfice de cette monnaie. Ses incantations soulignent bien que les partisans de l'euro sont dans la déraison, l'irrationnel. S'il faut 6 millions de chômeurs à Ayrault pour sauver sa monnaie, il y aura 6 millions de chômeurs. Mais son joujou sera sauf (pour quelques temps).
a écrit le 21/10/2012 à 12:12 :
Quand un patron dit « il n'y aura pas de licenciements » (ou pas de délocalisation si vous préférez), il y en a invariablement 6 mois ou 1 an plus tard. Quand j'entends les politiciens dire « on ne lâchera pas la Grèce » ou « l'euro n'est pas en danger », je comprends donc le contraire, à la lumière de l'expérience. Ce n'est qu'une question de temps. Maintenant, est-ce que ce sera une bonne ou une mauvaise chose, on verra bien. Toujours est-il que comme on nous serine à longueur de temps que la chute de l'euro serait une catastrophe planétaire, ça m'amène à penser que c'est en fait tout le contraire. Du moins pour nous autres, petites gens.
a écrit le 21/10/2012 à 10:50 :
Pour moi le problème n'est pas l'euro, s'est sa mise en place qui a été faite n'importe comment. A des fin politique il n'a pas été fait attention a l?économie de chaque pays et a la difference de leur économie. Des réglés ont peut être été édicté mais jamais respecté ainsi les critères du pacte de stabilité n'ont pas été respecté. Certains pays ont intégré la zone malgré une dette publique supérieure à 100 % du PIB. La crise actuelle est sous-jacente des erreurs des politique dans la creation de la zone.
a écrit le 21/10/2012 à 9:50 :
JM Zayrault n'a rien à dire concernant l'Euro puisque tout se décide à Berlin. Seule consolation : il peut en discuter avec Angela dans la langue de Goethe.
a écrit le 21/10/2012 à 2:33 :
Si les Zélites EU tiennent à l'Euro au point de faire tomber la moitié des pays européens dans la dépression, c'est qu'il doit y avoir des gens pour la quelle cette monnaie est vitale
Visiblement, ça ne semble pas ètre le gros de la population!
le 1%, quand tu nous tiens...
Réponse de le 21/10/2012 à 6:40 :
Devant un tel consensus, c'est peut être dans votre intérêt aussi.
Réponse de le 21/10/2012 à 10:28 :
Leon, vous faites semblant d'ignorer que tout ce qui est hors zone euro s'en sort mieux que nous, y compris de "simples" états... Suède, Norvège, Danemark, Suisse, Islande...Je trouve que pour le moment, et depuis trop longtemps, notre interêt n'est pas évident, et l'optimisme de Jean Marc AYRAULT vu le contexte et les perspectives, me semblent relever de l'incantation, ce qui est très inquiètant. Avez vous lu les récentes analyses d'Emmanuel TODD et de Frédéric LORDON, qui croyaient en l'euro, et qui sont très éclairantes, de même pour Jacques SAPIR ou Markus KERBER économiste allemand. Sur le plan politique Nicolas DUPONT AIGNAN a publié depuis longtemps sur son blog et développé dans son programme des analyses très complètes qui ne cessent de se vérifier. Cordialement.
Réponse de le 21/10/2012 à 11:18 :
Dupont aignan n'a pas bcp de partisans ne vous en déplaise et personnellement, même si l'eurosceptiscisme fait recette aux extrèmes des bords opposés et aux anglomaniaques, je plaide pour une poursuite du projet européen, conscient par ailleurs de tous les obstacles.
a écrit le 20/10/2012 à 23:45 :
Il faut évidemment comprendre qu'il y a une guerre des monnaies entre un dollar qui ne vaut plus rien et un euro très fort qui le concurrence comme monnaie de réserve . Les américains n'en veulent absolument pas car ils comptent financer le QE de bernanke sur le dos du monde . Avec l'allemagne, c'est une sortie par le haut mais avec de gros sacrifices des peuples dont les politiciens ont été les plus clientélistes. Avec la france et les pays du sud, c'est une dévaluation de l'euro mais qui peut amener à l'hyperinflation et donc à la dictature . La grosse erreur de l'europe , c'est d'avoir fait croire aux pays du sud qu'ils pouvaient avoir le même niveau de vie que les allemand sans être plus productif. Résultat, ils se sont créés artificiellement de la croissance en utilisant la dette pas cher de l'époque pour fabriquer des bulles (immobilière pour l'espagne) et maintenant ils doivent revenir à leur niveau de vie réel..., ce qui créé des tensions importantes.
Réponse de le 21/10/2012 à 9:52 :
Le tout est de savoir quand et comment interviendra la désagrégation de cette monnaie pourtant promise à un bel avenir. Il se peut que le Nord la conserve et que le Sud adopte la roupie européenne qui dévaluera régulièrement. Comme au bon temps du franc (français évidemment) et de la lire.
Réponse de le 21/10/2012 à 18:54 :
@mitch72: D'accord avec la seconde partie de vote analyse (pays du sud). Mais pas avec la première: vu la faiblesse de l'économie us et du $, vu la dette colossale de l'Etat us, la finance mondiale se retournera contre le $ dès que la crise de l'euro sera terminée. Ils n'ont donc pas intérêt à une disparition de l'euro. Tant que les européens tournent autour de la question de la monnaie unique, ils gagnent du temps. Quant aux QE de la FED, c'est désormais la FED elle-même qui finance ce genre d'opération. Les Chinois ne jouent plus le jeu.
a écrit le 20/10/2012 à 21:20 :
Putain, 5 ans!!
a écrit le 20/10/2012 à 21:02 :
Ben c'est normal: il n'est pas "premier ministre par hasard".
a écrit le 20/10/2012 à 20:36 :
debordee ZOE SHEPPARD l'appologie des regions un succes sans precedent de la mediocritee de la fonction publique
a écrit le 20/10/2012 à 20:21 :
Quand Zayrault mène la politique de l'autruche....Déplorable !
a écrit le 20/10/2012 à 20:10 :
"un foyer d'innovation (...) et un continent stable, apaisé, sûr". Ainsi donc notre premier ministre à un coté comique, qui l?eut cru.
Super des Airbus (qui faut-il le rappeler ne doivent rien ni à l?Europe et encore moins à l?euro) la chansonnette habituelle, sauf que l'on oublie le poids de la sous-traitance américaine ou hors zone-euro, et que ces avions seront probablement assemblés en Chine ou aux États-Unis.
Sans omettre de dire que les Allemands deviennent encombrants chez l?avionneur.
a écrit le 20/10/2012 à 20:03 :
L'euro, comme toutes les monnaies papiers, sont menacées de disparition vu les montants ahurissants d'impression de leurs billets de banque. Mais comme l?Allemagne d'aprés la premiere guerre 14, toutes ces fausses monnaies risquent fortement de disparaitre, et vos économies avec. Alors un seul conseil achetez de l'or physique vite !!
a écrit le 20/10/2012 à 19:09 :
MONSIEUR AYRAULT FAIRE MARCHER LA PLANCHE A BILLETS COMME LE FAIT LA BCE C'est une sortie en inflation garantie,
DE toute façon la Grèce ne pourra rembourser sa dette et il le sait
et la France devra trouver 30 Milliards chaque année l'equilibre des finances publiques atteint
ARRETONS DE JOUER LA MONTRE EN REPOUSSANT LE MUR DES DETTES
Réponse de le 20/10/2012 à 20:36 :
Totalement FAUX : le Japon fait marcher la planche a billet encore plus, et a toujours un gros problème de DEFLATION ! il faut tordre le cou a ce mensonge : LA PLANCHE A BILLET N'A JAMAIS PROVOQUE D'INFLATION ! c'est tout le contraire : c'est l'inflation qui rend nécessaire l'utilisation de la planche a billet, c'est d'ailleurs comme cela que l'Allemagne avait été contrainte de produire des billets et des timbres de 1 a 1000 milliard de Deutschemark. [explication :] A cette époque, la monnaie circulait plus vite. Faire circuler plus vite la monnaie a le même effet sur l?économie qu?augmenter sa quantité. Gabriel Galand et Alain Grandjean8 établissent que c?est la vitesse de circulation de la monnaie et non pas l?émission excessive de monnaie qui a provoqué l?inflation. Ils s?appuient sur les études de Wagemann et sur les travaux de Hugues. En 1920 et 1921, la création monétaire ne sert qu?à fournir les liquidités indispensables aux échanges compte tenu de l?augmentation des prix. Après 1921, c?est-à-dire lorsque l?inflation a commencé à s?amplifier, et surtout au premier semestre 1922 lorsqu?elle s?est accélérée, la quantité de monnaie disponible s?est réduite, preuve que la planche à billets ne fonctionnait pas. La masse monétaire ne représentait alors que 5 jours de dépenses, ce qui est très faible8. Les auteurs, citant Castellan, signalent que la spéculation a aussi joué un certain rôle dans la dépréciation de la monnaie. (exemple de source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hyperinflation_de_la_R%C3%A9publique_de_Weimar#La_vitesse_de_circulation_de_la_monnaie). BREF, C'EST LA SPECULATION QUI EST A L'ORIGINE DE L'INFLATION ET NON LA PLANCHE A BILLET !
Réponse de le 20/10/2012 à 21:15 :
@ Age,donc il ne sert à rien de créer de ma monnaie si ceci crée de la déflation. Dans ce cas là, les remèdes utilisés par la BCE, la BoE et la FED ne servent à rien. Il faut donc arrêter cette politique absurde qui ne mène nulle part, si ce n'est sur une impasse.
Réponse de le 20/10/2012 à 21:17 :
On ne sait toujours pas ce qu'est la spéculation, argument tarte à la crème des hystériques. A quand une définition intelligible ?
Réponse de le 20/10/2012 à 21:57 :
L'article Wiki cité est un tissu de mensonges marxistes. Autrement dit, poubelle en direct, sans hésitation. Merci d'avoir signalé cette horreur dans Wiki : elle sera rapidement nettoyée.
Réponse de le 20/10/2012 à 22:21 :
@age : je ne sais pas d'ou vous nous tirer ce tissus d'inepties et cet ensemble de "supposés économistes", mais vous essayerez d'expliquer en quoi la spéculation entraîne l'inflation !!
en tout cas je vais vous montrer en quoi la planche à billet provoque l'inflation, qui est d'ailleurs beaucoup plus présente et pernicieuse que vous n'imaginez : normalement la monnaie (billet) doit être adossé à un actif tangible : il garde alors sa valeur, en revanche si les billets ne sont adossés à rien, alors l'inflation démarre, et les prix augmentent !!
a écrit le 20/10/2012 à 19:06 :
Moins il y a de devise dans le monde et moins il y a de concurrence, ne me parlai plus de concurrence "libre et non faussé" avec un "Euro" pour monopole!.
a écrit le 20/10/2012 à 17:56 :
Raleurs europhobes, si vous ne croyez pas dans l'euro avec vos beaux arguments nationalistes achetez donc des livres sterling. Cameron va mettre son veto a l'accord europeen, car aucune de ses predictions europhobe ne se realise et il a peur.
Tiens, c'est curieux personne n'achete de livre sterling, est-ce que les monnaies nationales seraient pourries et l'angleterre un paradis pas si radieux? il serait temps que tous les detracteurs de l'euro mettent en accord leur theorie avec la pratique , et là il n'y a plus personne pour parier un penny ni un drachme ou un franc.
Et ne venez pas me dire que la couronne suedoise ou le franc suisse sont de meilleurs placements, la suede et la suisse viennent d'acheter des dizaines de milliards d'euro car la surevaluation de leur monnaie peut les faire perir. En gros, les pays a monnaie faible et a monnaie forte achètent des euros pour des raisons differentes et cela c'est la caracteristique d'une monnaie de reference sur laquelle on peut batir une economie, pas comme les monnaies nationales ou les matières premieres peuvent tripler de prix en quelques jours, et où la fluctuation du dollar transforme un bénéfice en perte.
C'est la France enadministrée qui meure, pas l'euro !
Réponse de le 20/10/2012 à 18:11 :
La France "enadministrée" et "l'euro", c'est quasiment la même chose. Et la question n'est pas de savoir si d'autres pays achètent de l'euro, mais si l'euro profite aux économies qui l'emploient comme monnaie. Et là...
Réponse de le 20/10/2012 à 18:32 :
Et non l'enadministration n'aime pas l'euro qui lui enleve ses privileges "regaliens" comme ils disent. Et puis oui une monnaie refuge et reference est un atout economique majeur, confiance des investisseurs dans l'avenir, previsibilite des couts et recettes pour les entreprises et trop plein de billet absorbé à l'etranger tout cela represente une prime dont les americains ont étés longtemps les seuls a bénéficier (autrefois la france et l'angleterre mais c'était grace a la suprematie militaire de monnaies imposées)
Réponse de le 20/10/2012 à 20:14 :
Cher monsieur, si vous êtes retraité vous crèverez de l'euro, sinon, si vous êtes plus jeune vous aurez l'immense avantage d'avoir ruiné vos enfants, mais ils pourront toujours aller cirer les pompes des Brésiliens, des Coréens, des Finlandais bref de tout ceux ou les pleutres et les euro-maniaques n'ont pas pris le pouvoir..
Réponse de le 20/10/2012 à 20:21 :
à Vive l'euro : Ce sont effectivement les énarques qui ont fait et promu l'euro en France. Quant aux qualités d'une monnaie refuge, tout le monde est d'accord. Sauf quand le refuge n'est qu'un instrument financier, au bénéfice des marchés, pendant que les populations vont pointer au chômage et que les entreprises partent à l'étranger faute de compétitivité. Demandez aux Suisses s'ils veulent que leur monnaie se renforce encore et encore. Vous nagez en pleine contradiction. Quant au dollar, il est tout sauf fort si c'est l'intérêt du moment des Etats Unis. Et l'Allemagne ne veut pas que des Etats sortent de l'euro, pour ne pas risquer d'avoir une monnaie trop forte qui ruinerait leur compétitivité produit. Reprenez-vous.
Réponse de le 20/10/2012 à 21:19 :
@ vive l'euro: La cohabitation des monnaies doit reposer sur un certain équilibre. La faiblesse de l'euro et du dollar, causé par les effets de la création de l'euro sur l'économie de sa zone et une politique us négligeante, contraint les pays stables (Suède, Suisse, ...) à compenser leurs efforts pour maintenir leurs monnaies à un niveau acceptable pour leurs exportateurs par des achats d'euro. Ils vendent des CHF, très demandés, et achètent des euros, dont les investisseurs se débarrassent. Ensuite les banques nationales de ces pays doivent faire quelque chose de cette masse d'euro. Donc ils achètent de la dette d'Etat européenne, vu qu'un chaos économique dans les pays de la zone euro ne les favoriserait pas. Ce qui se passe, c'est que la couronne suédoise, norvégienne et le CHF tendent à remplacer l'euro sur les comptes des investisseurs...
Réponse de le 21/10/2012 à 16:26 :
Si les investisseurs achètent des monnaies fortes de pays qui achètent de l'euro, l'europe devient detentrice de ces monnaies fortes, et les investisseurs detiennent de l'euro indirectement. La chine,suede,norvege,suisse etc.. achetent massivement de l'euro et soutiennent indirectement et involontairement notre economie. Si on avait le Franc, ce ne serait pas le cas, le franc coulerait il faudrait une brouette d'euro pour acheter une baguette et les pays sus nommés crèveraient de surevaluation ou achèteraient du Dollar comme autrefois. L'euro ne sauvera pas notre economie avec un budget eternellement deficitaire, mais il lui offre un très long délai de survie, le franc ne l'aurait pas permis.
Réponse de le 21/10/2012 à 20:12 :
@ vive l'euro : Il y a deux raisons qui poussent les banques centrales des pays à monnaie forte à acheter de l'euro : il faut bien faire quelque chose de la masse d'euro obtenue par la vente de CHF, NOK, ...etc ; les Etats voisins de la zone euro ne peuvent pas laisser s'effondrer les Etats de la zone alourdis par leurs dettes puisqu'une telle catastrophe finirait par leur nuire. Mais il y a des limites à ce soutient : la BNS, par exemple, achète des obligations d'Etat aux pays notés AAA, et non aux autres (Italie, Espagne). Qui en auraient bien plus besoin. Elle ne le fait pas parce que les analystes helvètes craignent une sortie des Etats du sud et un défaut. Et cela incite un pays comme la France, dont le AAA est menacé, à ne pas faire les réformes nécessaires puisqu'il parvient encore à placer sa dette au meilleur prix. Mais c'est une situation un peu artificielle. On ne peut pas placer le franc, monnaie disparue, dans la situation créé par l'euro. C'est artificiel. La zone euro à créé pendant une décennie une situation de fausse sécurité qui a incité des politiciens peu avisés à multiplier promesses et dettes. Ils n'auraient pas osés si la sécurité de leurs Etats respectifs avaient été clairement mis en danger par ces pratiques électoralistes. Divers corps ou corporations (cour des comptes, presse, armée, partis) les auraient rappelé à leur devoir. L'établissement de l'euro a mis tout le monde sous gaz hilarant. On voit le résultat.
a écrit le 20/10/2012 à 16:52 :
Le défaut commun aux monnaies telles que nous les connaissons, euro ou franc, est le monopole légal qui empêche de connaître le prix de la monnaie et, partant, les quantités nécessaires à l'économie. La monnaie étant un bien comme un autre, seules l'offre et la demande en concurrence permettent de connaître à tout instant les prix et les quantités utiles. Historiquement, la croyance selon laquelle la monnaie était un élément constitutif de la souveraineté, le souverain fût-il élu, a été une des causes majeures des crises économiques et des guerres. Plus récent, l'espoir qu'un homme providentiel, le banquier central (ou même un comité central d'experts auto-proclamés), pourrait déterminer, plus efficacement que la libre interaction de centaines de millions d'acteurs économiques, le prix et la quantité de monnaie dont nous avons besoin, relève de la pensée magique à l'origine des crises modernes. Tout monopole est condamné à l'échec, surtout en matière monétaire. Cependant, l'euro dispose d'un atout essentiel par rapport aux monnaies nationales comme le franc, celui d'empêcher les manipulations monétaires par les hommes politiques nationaux, dictateurs ou élus. Parce que ce sont des outils d'assujettissement des populations, il convient de refuser le retour aux monnaies nationales monopolistiques. L'apaisement économique durable dépendra de la mise en concurrence des monnaies, c'est-à-dire de leur privatisation. La concurrence monétaire est une des conditions nécessaires pour mettre enfin un terme aux crises économiques systémiques qui ravagent les nations. Pour y parvenir, il faut dès aujourd'hui accepter que l'euro n'a pas plus d'avenir que l'ancien franc.
Réponse de le 20/10/2012 à 19:09 :
vous faites un contresens total sur la nature de la monnaie : ça ne peut pas être un "bien comme un autre", puisque justement elle fixe la valeur des autres biens ... Acheter de l'argent a une valeur différente de sa valeur nominale est ce qu'on appelle une "usure" de la monnaie. Si ca lui fait perdre de la valeur => inflation. Quand au monopole régalien, vous faites encore une erreur : aucun gouvernement n'a jamais abusé de ce qu'on appelle la "planche a billet". d'ailleurs, son utilisation pour une augmentation jusqu'à 5% de la masse monétaire (niveau jamais atteint) ne crée pas d'inflation contrairement au mensonge couramment répandu. Cette règle est d'ailleurs en vigueur depuis la création de la BdF, et de plus la création monétaire n'a jamais été sous la responsabilité directe du président, mais établi par convention entre le gouverneur de la BdF et le ministre des finances (ce qui était une erreur, puisque ç'aurait dû être le rôle des députés, qui votent le budget, et non le ministre).
Réponse de le 20/10/2012 à 21:14 :
Aucun gouvernement n'aurait jamais utilisé son pouvoir monétaire pour produire de l'inflation, l'impôt caché idéal ? Sans rire ? Tu t'es vu quand t'as bu ?
a écrit le 20/10/2012 à 16:49 :
Vous avez vu j'ai un index et je croule sous les cheveux blancs.
a écrit le 20/10/2012 à 16:47 :
Les Américains font tout pour que l'Euro subsiste à la crise. Les preuves ne manquent pas.

Un débat entre Myret ZAKI et François ASSELINEAU a eu lieu à ce propos le 22 septembre 2012 à Annecy. A voir ici :
http://www.youtube.com/watch?v=KXO-Yv779nI&feature=youtu.be
a écrit le 20/10/2012 à 16:44 :
L'euro n'est pas une monnaie unique mais une monnaie commune. Les banques centrales de chaque Etat membre sont dépositaires des euros et responsables devant la BCE. Mais un euro grec n'est pas un euro allemand : preuve par la spéculation dont fait l'objet la Grèce...

Les investisseurs et détenteurs d'actifs de l'Europe du Sud transfèrent massivement leurs deniers en Allemagne depuis plusieurs mois car ils savent eux, que la monnaie COMMUNE va éclater.

Pour aller plus loin :
http://www.newsring.fr/economie/1272-leurope-est-elle-le-maillon-faible-de-leconomie-mondiale/18345-cest-lidee-folle-de-la-monnaie-europeenne-qui-est-en-train-de-mener-tout-le-monde-au-desastre
a écrit le 20/10/2012 à 16:17 :
Sortir de l'?uro ce serait accéder aux désirs de nos amis anglais et américains. L'Euro, il n'en veulent pas car ils en ont peur, c'est pour cela qu'avec la complicité des agences de notation ils font tout pour que la zone ?uro explose. Diviser pour régner, c'est toujours ce qu'ils ont fait, même à utiliser la subversion et la guerre. Ces pays ne sont pas dans un meilleur état financier que nous et il vaut mieux pour eux que les yeux soient braqués sur les problèmes de l'Europe plutôt que sur les leurs. Néanmoins, l'Europe tient bon. Il faut donc s'attendre à des mauvais coups encore plus durs contre la zone ?uro. Toute autre explication n'est que littérature.
Réponse de le 20/10/2012 à 16:48 :
les UK et USA ne veulent pas de l'euro ? première nouvelle : au contraire ils font tout pour le soutenir ont largement investi dedans ! même les russes et les chinois ont investi massivement dans le soutien a l'euro. Pourquoi ? réfléchissez un peu : tout simplement parce que cette monnaie chère freine nos exportations, et donc favorise LEUR balance commerciale a nos frais.
Si Obama a demandé a l'UE de conserver la Grèce dans la zone euro au moins jusqu'aux élections US, c'est bien parce que l'euro favorise les USA en plombant les économies européennes, ce qui lui permet d'afficher de bons résultats pour se faire réélire. Or faire sortir la grèce, lui permettre le défaut et la dévaluation serait mettre a mal l'euro, qui risquerait ainsi l'explosion, et ça les USA ne le veulent absolument pas ! les anglais ne veulent pas de l'euro POUR EUX MEME, mais le veut pour les autres pays, tout simplement parce qu'ils ont compris le piège : ainsi les UK ont dévalué la livre sterling pour faire revenir les industries, constatant que l'explosion de l'euro impacterait sa principale activité : les activités boursières (City). En effet en faisant revenir les industries, ils re-solidifient leur économie sur le réel. tout simplement.
Réponse de le 20/10/2012 à 17:06 :
L'Europe est le premier exportateur mondial. De quel frein parlez-vous ?
Réponse de le 20/10/2012 à 18:25 :
Faux : les 2 premiers sont la Chine et les USA. si vous prenez l'europe, elle n'est que 2eme, mais c'est une erreur de considérer l'europe des 27 : d'abord parce que ca n'est pas un pays, ensuite parce que si vous prenez un morceau comme la France, sa balance commerciale est négative et diminue au fil des délocalisations provoquée par la surévaluation de l'euro pour sa compétitivité, qui nous force a dévaluer par les salaires (chômage). voilà où est le "frein". les seules "forces" de l'UE sont l?Allemagne (3eme du classement) et les pays bas, dont la monnaie est largement sous-évaluée par rapport a leur compétitivité, tout comme... la Chine ("curieusement" 1ere du classement). la surévaluation de l'euro entraine mécaniquement une divergence des économies. pour bien faire, il faudrait qu'il soit au niveau du pays le plus faible... ce qui serait très mal vu des autres pays...
Réponse de le 20/10/2012 à 23:49 :
Régions exportatrices, parties du commerce mondial : Europe 39%, Asie 28%, Amérique du Nord 17% (OMC, données 2011). Depuis 2000, les exportations de la zone euro ont progressé de 64% contre seulement 53% pour les importations (source BCE). L'Europe n'a jamais autant exporté qu'en ce moment, avec une des monnaies mondiales parmi les plus stables. Il ne suffit pas de répéter un mensonge indéfiniment pour qu'il devienne vrai.
a écrit le 20/10/2012 à 16:14 :
AYRAULT DEMISSIONNE STP MERCI
Réponse de le 20/10/2012 à 16:23 :
vous voulez le remplacer par harlem Désir ?
Réponse de le 20/10/2012 à 16:36 :
Ouh là, sûrement pas, Harlem Désir, sans son origine ne serait pas là où il est...
Et d"ailleurs de son vrai nom ne s'appelle pas Harlem Désir, mais Jean-Philippe, son nom de famille est un nom commun, donc sûrement historiquement emprunté. C'est comme Arnaud DE Montebourg, Philippe DE Villepin, Johnny Hallyday...LES VRAIS NOMS CA SE PERD. D'ailleurs Sarkozy n'aurait jamais dû être président, son élection invalidable du fait de son faux nom sur les bulletins.
a écrit le 20/10/2012 à 15:55 :
S'il veut parler de l'euro, qu'il le fasse en Europe et non à Manille.
a écrit le 20/10/2012 à 15:44 :
défendre l euro à Manille j apelle ça des vacances à nos frais
Réponse de le 20/10/2012 à 15:58 :
C'est un peu court, mais pas étonnant pour quelqu'un qui oublie les majuscules, les apostrophes, un "p" et un point final...
a écrit le 20/10/2012 à 15:43 :
Ne pas se déjuger et avouer ses erreurs magistrales, commises en créant l'euro, une pseudo monnaie qui ne représente RIEN qu'un fatras de pays hétéroclites. Résultat: on retarde l'implosion de cette zone artificielle. Plus dure sera la chute.
a écrit le 20/10/2012 à 15:24 :
Je rigole , retour au franc: une monnaie de singe qu'on devaluait tout le temps. On payait les importations 3 fois leur prix a cause du risque de change, et maintenant qu'on ne fabrique plus rien et qu'on importe tout .
la nostalgie vous égare, mais il y a bien des nostalgiques de vichy ou du communisme alors... Preparez vous a economiser une vie pour une télé made in china
a écrit le 20/10/2012 à 15:24 :
L escalade vertigineuse de notre deficit commercial a commencé avec la mise en place de l euro , surévalué pour des economies comme la france , l italie , l espagne . L allemagne s en sort avec un neomark et un grand marché stable autour d elle .
Ca a fonctionné 10 ans , grace a l endettement . Maintenant voilà l addition .
Réponse de le 20/10/2012 à 17:03 :
L'escalade vertigineuse de notre deficit commercial a commencé avec la mise en place des 35h. Supprimons les 35h et les seuils sociaux, réduisons le code du travail qui met 5 millions de personnes au chômage, réduisons les effectifs de la fonction publique d'au moins 3 millions de personnes, réduisons les impôts d'environ 60%, privatisons la sécu et les retraites... et l'euro sera une monnaie sous-évaluée pour une France ayant retrouvé son dynamisme. Bref, il faut tourner le dos à plusieurs décennies de socialisme pour sortir de la crise de l'Etat providence obèse.
a écrit le 20/10/2012 à 15:02 :
Le problème c'est qu'une bonne partie de ces "prophètes de mauvaise augure" parlent depuis fort longtemps et avaient tout prévu (souvenez-vous de Séguin...). Le problème ces que ces prophètes sont nombreux, il y en a d'ailleurs dans la coalition au pouvoir (Chevènement et le MRC, on se demande d'ailleurs bien ce qu'ils font dans cette galère !). Le problème c'est qu'ils sont nombreux, qu'ils viennent d'horizons divers et qu'on ne pourra pas les museler éternellement (économistes Sapir, Gréau, Stiglitz, intellectuels comme Todd qui continue contre toute raison à croire à la mue prochaine de Hollande en superhéros) Le choix est clair :
soit le retour aux monnaies nationales avec euro monnaie commune, ajustements monétaires, coordination des politiques au niveau européen
soit on continue avec une monnaie unique et on laisse l'Allemagne devenir la force d'attraction de l'UE et les pays du Sud devenir des terres d'émigration et de rancoeur.
Unie dans la diversité ou bien désunie dans une fédération technocratique désincarnée ? Vous préférez quelle Europe ?
Mon choix est fait... DLR, de l'air !
Réponse de le 20/10/2012 à 16:05 :
Je comprends pas bien l'idée d'un euro coexistant avec des monnaies nationales. Soit l'euro est la monnaie d'un espace économique cohérent, soit il sera toujours la source de crises. La monnaie unique était pourtant un beau projet, les européens payent le prix de l'incompétence du personnel politique. L'unique solution aurait été de construire l'euro à partir de l'Europe de la CECA, puis l'ouvrir le cas échéant sur les bases d'un traité prévoyant critères de convergence avec contrôles systématiques et procédures d'exclusion quasi-immédiat en cas de non respect. C'était très simple. Les européens payent aujourd'hui le prix de l'incompétence de leur personnel politique (ou autrement dit, leur propre incompétence collective).
a écrit le 20/10/2012 à 15:00 :
Quelle est cette religion qui rend aveugle, qui fait perdre toutes capacités de discernement, quel est ce dieu qui emmène les peuples au sacrifice ? L'EURO cette monnaie capable de faire tourner la tête. Ces politiques qui veulent rentrer dans l'histoire à touts prix et qui ne veulent pas admettre qu'ils se sont tromper. Nous ne sommes qu'au début de la crise, il suffit pour ça d'écouter monsieur Dupont Aignan pour comprendre le but final de cette construction européenne mal née et, réalisée contre les peuples. Cette à t elle respectée toutes les promesses qui nous ont été vendues depuis le début ? NON
a écrit le 20/10/2012 à 14:32 :
"Hayrault loue l'euro" : Vu le prix de la location, autant racheter notre liberté monétaire et revenir aux monnaies nationales, solution beaucoup plus rentable sur le long terme, même si pour éviter les dévaluations compétitives il faille fixer les parités par concertation...

"l'Union européenne, c'est le plus grand marché du monde, avec 460 millions de consommateurs, c'est une chance extraordinaire" oui, pour les grandes multinationales, au détriment de l'emploi et des salaires, et donc du pouvoir d'achat global ... et ça se dit "socialiste" (sic).
Les 460 millions de consommateurs ont toujours été là Mr. Hayrault, et cela ?uro ou pas, UE ou pas. En revanche parmis eux, les grecs, espagnols, portugais et même les français consomment de moins en moins, et cela grâce a l'euro non dévaluable... car c'est un fait : l'?uro génère sa propre crise. il est donc voué a disparaitre.
Réponse de le 20/10/2012 à 16:55 :
Fixer les parités en concertation, ça s'appelle l'euro. Quand on ne sait pas, on demande.
Réponse de le 20/10/2012 à 18:46 :
non, fixer les parités en concertation, ca s'appelle le SEM monnaies nationales+écu. Quand on sait pas on la ramène pas trop ...
Dire que l'euro est une monnaie commune est une escroquerie intellectuelle : le fait que chaque pays ait des parts dans la BCE n'est pas un argument pour prétendre que c'est une monnaie commune. l'euro est bel et bien une monnaie dont la valeur est UNIQUE pour tout les états.
a écrit le 20/10/2012 à 14:12 :
Que dire de ses âneries ?: L'euro, comme monnaie unique amène la plupart des états qui composent l'UE à leur ruine. Les anciennes monnaies nationales avaient pour intérêt, de pouvoir adapter les finances de chacun à leur niveau de compétitivité en permettant éventuellement des dévaluations. Sortons de l'euro en tant que monnaie unique et transformons-la en monnaie commune. Dans le même temps redonnons à chaque état la possibilité de retrouver son indépendance financière en lui permettant de créer de nouveau sa propre unité monétaire adapté à son niveau de productivité
Réponse de le 20/10/2012 à 17:37 :
Renseignez-vous avant de poster un commentaire aussi vide de justesse.
D'ailleurs ça n'est pas étonnant, la grande majorité des français y va de son analyse sans avoir étudié la moindre phrase de la constitution européenne ----> L'EURO EST UNE MONNAIE COMMUNE ET NON UNE MONNAIE UNIQUE !!! De plus qu'elle soit commune ou unique ne change strictement rien aux méfaits de l'Euro, car les ajustements paritaires sont INTERDIT par la BCE.
Réponse de le 20/10/2012 à 18:49 :
@As De TRefle : pour essayer de vous faire comprendre : on s'en tape de la constitution législative de l'euro, on parle ici d'économie et non de droit ! la valeur de la monnaie "commune" en terme de droit est UNIQUE en terme d'économie ! ok avec votre dernière phrase cependant.
a écrit le 20/10/2012 à 14:06 :
Le problème de l'Europe n'est pas dans l'euro mais dans le déclin économique qui la touche et va la toucher...Il faut un gouvernement économique plus que financier.
Réponse de le 20/10/2012 à 14:40 :
C'est justement l'euro qui est responsable en grande partie du déclin économique.
Vous n'avez pas compris qu'une gouvernance économique globale ne résoudrait rien : elle se verrait contrainte de gouverner au cas par cas, parce que les compétitivités ne sont pas ajustables sans solutions socialement explosives (salaires très bas pour un cout de la vie très haut, très fort chômage, etc...) !

Les monnaies nationales sont le seul moyen de réguler ces différences tant qu'elles sont gérées en libre concertation avec les autres pays, et non par des technocrates qui ne savent réagir qu'au jour le jour en fonction de leurs croyances.
Réponse de le 20/10/2012 à 14:56 :
Si le problème de l'Europe n'est pas l'euro, dites-nous alors pourquoi, c'est la zone euro qui s'en sort le moins bien ? Une monnaie, quelle qu'elle soit, ne peut servir les intérêts de plusieurs pays à la fois dont les économies, les cultures, les langues, les démographies et les peuples sont foncièrement différents. Une monnaie ne fera jamais de plusieurs peuples un seul. C'est une évidence que seuls les technocrates apatrides et les politiques complices préfèrent ignorer, bien à l'abri financièrement du chaos économique que vivent les peuples des pays du sud. Et ils auront beau claironner que l'euro est une chance (oui, pour eux, certainement !) ou qu'il est irréversible (le Titanic aussi était insubmersible), les faits sont têtus et démontrent indéniablement que cette monnaie aura une fin, ce n'est qu'une question de temps. La démonétisation de la Grèce démontre que ce pays est déjà techniquement hors de la zone euro.
a écrit le 20/10/2012 à 13:54 :
La fin de l'euro c'est comme la baisse des prix immobiliers sur Paris où la légalisation du cannabis toujours annoncée comme 'dans la mare des mensonges, il ne nage que des poissons morts'...
Réponse de le 20/10/2012 à 14:14 :
@tauto : L'Euro n'a pas de fin, il se terminera tout seul. Le soucis ce n'est pas l'Euro ce sont les civilisations de la zone Euro, pouvez-vous imaginer un instant qu'il y ai un retour à 3% de croissances et 5% de chômage en France, Portugal, Italie ... ! Evidement que c'est impossible, avec quoi ? N'oublions pas le rouble, il existe encore et alors ?! Une monnaie doit avoir une valeur, le nom MARKETING on s'en fiche. L'Euro a juste 10 années et regardez ou nous en sommes, c'est ridicule mais comme "le ridicule ne tue pas" autant continuer. N'oubliez pas le matraquage de la peur "si on en sort, il y aura des ouragans, les maisons vont disparaître, le pain n'existera plus, on va tous crever, oh la la mon dieu non, gardons l'Euro de grace ! :-)))"
Réponse de le 20/10/2012 à 14:21 :
Qu'un système soit mauvais ne veut pas dire qu'il s'effondrera vite. L'URSS reposait sur un système non viable, mais il a tenu 80 ans à force de sacrifices et de violence du pouvoir qui éliminait tous ceux qui protestaient. L'Euro est non viable, mais il peut tenir longtemps si les dirigeants s'acharnent à le maintenir quoi qu'il en coûte aux populations. C'est d'ailleurs ce qu'ils font. Et si jamais un dirigeant récalcitre, il est remplacé, comme en Italie ou en Grèce où l'Europe a installé ses homme-liges, Monti et Papandréou, au moyen de véritables coups d'état masqués.
Réponse de le 20/10/2012 à 15:30 :
Sauf que pour l immobilier , il ne s agit plus de l eclatement d une bulle cyclique , mais d une logique implacable . Nous ne sommes plus dans une periode d endettement mais de rembourement . La crise est profonde , durable et l immobilier en fera les frais , progressivement et sur le long terme .
Réponse de le 20/10/2012 à 17:16 :
Le mensonge à propos des coups d'Etat ne tient pas une seconde pour l'observateur objectif. Aucun parti traditionnel n'a voulu assumer la réduction des montagnes de dettes qu'ils avaient créées par pur clientélisme. Ce sont eux qui ont nommé les dirigeants actuels. En France, le problème est identique : les deux partis socialistes qui se partagent le pouvoir ne veulent pas assumer l'issue inexorable de la corruption de la démocratie. Ils ne font que la repousser en accumulant les dettes. Mais plus la France retarde l'échéance de la sortie du socialisme, plus le remboursement sera douloureux car il faudra quand même payer, quoi qu'il puisse arriver.
a écrit le 20/10/2012 à 13:23 :
Société générale a annoncé vendredi la vente de sa filiale grecque Geniki Bank, déficitaire, à Piraeus Bank pour un million d'euros, une transaction qui se soldera par une perte d'environ 100 millions dans ses comptes du troisième trimestre .
Avec des banquiers comme les nôtres , des pantouflards de la fonction publique , on
n' est pas sorti d' affaires . Le prochain c' est le crédit agricole avec Emporiki !!!!
Réponse de le 20/10/2012 à 14:14 :
Ce que personne ne rapporte c'est que Geniki a couté bonbon à l'achat (1.3 mia) et que la SG va s'asoeir sur un bon milliard, sans compter les recapitalisations faites dont je n'ai pas le détail.
Réponse de le 20/10/2012 à 16:07 :
aucune inquiétude pour les banquiers. l'argent publique leur est disponible.
a écrit le 20/10/2012 à 13:22 :
"l'euro, c'est l'acquis de l'Histoire" Il a du bien arrosé le repas, hahahaha mort de rire. Il parle de quoi ? de quelle histoire ? C'est quoi son délire ? Il parle bien de l'Euro qui ne nous permet plus de dévaluer, l'Euro qui à tout augmenté d'au moins 25%, l'Euro qui à créé la bulle immobilière, l'Euro qui nous endette jour après jour un peu plus pour le "SAUVER" ???? Bon je comprend bien qu'il est obligé de lécher cette monnaie sinon on ferait comment ! Vivement l'entrée de Lestonie c'est sur qu'avec ça on va loin !
a écrit le 20/10/2012 à 13:16 :
Pour une fois je suis d'accord avec Ayrault. Le succès de l'euro est surtout un problème pour les USA et le UK deux économies qui sont dans un état pitoyable. La moitié les états US sont dans dans une situation proche de la grèce (dont la californie qui est l'état le plus riche...) avec une disparition quasi totale des services public et la grande majorité des ménages sont en surendettement tandis que le UK n'a plus que la city comme industrie. Certes ils ont ont une capacité de rebond indéniable liée à leur culture mais la fuite en avant à ses limites. Aujourd'hui, qu'on le veuille ou non L' Europe est de loin la première économie du monde avec une balance commerciale positive. Tous ceux qui prédisent la chute de l'euro depuis 5 ans en sont pour leurs frais.Évidement l'Europe est plus conservatrice et prudente dans son approche mais elle a su traverser les ages et je ne voit pas pourquoi elle ne réussirait pas cette fois ci. Il est plus facile pour les amateurs de brèves de comptoir de fustiger l'euro que de faire preuve de vision à long terme.
Réponse de le 20/10/2012 à 13:28 :
"Le succès de l'Euro" ? Non mais il faut être aveugle pour oser parler de succès à propos de cette monnaie qui a laminé les industries du Sud de l'Europe où seules les bulles immobilières ont fait illusion. Les promesses de l'Euro, c'était la croissance, l'emploi, la convergence. Les résultats sont que la zone Euro a cru moins que le reste du monde, que les pays de l'OCDE, et que les pays de l'UE qui n'ont pas l'Euro. Que le taux d'emploi y est l'un des plus faibles du monde occidental. Que les économies ont convergé. C'est donc un échec. Quant à la situation des Etats-Unis, regardez leurs chiffres de croissance au lieu d'enfiler les lieux communs : c'est consternant à quel point ce pays d'où est partie la crise nous devance en tout point.
Réponse de le 20/10/2012 à 13:32 :
Doutions nous du Franc avant de lâchement l'abandonner? Non! doutons nous de l'Euro? Oui!
Réponse de le 20/10/2012 à 13:56 :
Bien sûr que si on doutait du franc, une monnaie de singe qui avait perdu 99% de sa valeur en quelques années et n'avait été sauvée que grâce aux Allemands (déjà) pour éviter un effondrement des marchés européens.
Réponse de le 20/10/2012 à 14:09 :
Euh... c'est l'inverse. C'est la France et les autres pays européens qui étaient venus au secours du mark à la suite de la Réunification, mal gérée par les Allemands (Ils avaient décidé, assez étonnamment, qu'un Mark de l'Est vaudrait un Mark de l'Ouest).
Réponse de le 20/10/2012 à 19:20 :
Le Franc était adaptable a notre économie et participait a la concurrence, ce que l'euro ne peut pas faire!
a écrit le 20/10/2012 à 13:05 :
La création de l'Euro était censée cimenter la construction Européenne;le seul problème réside dans le fait que tous les Etats Européens n'ont pas harmonisé leurs politiques économiques,budgétaires,fiscales,sociales etc...
Il en résulte ce à quoi nous assistons actuellement:la pagaille,qui risque de durer longtemps.La solution n'est pas forcément de sortir de l'Euro,car c'est trop tard;en revanche,il faut accélérer le procéssus d'intégration et faire taire tout ce qui pourait constituer un obstacle à ladite intégration.Mr Hollande fait partie de ces empécheurs de tourner en rond en invoquant des principes éculés du style:souveraineté budgétaire ou fiscale etc...Il est temps pour les Politiques d'agir rapidement car bientot il sera trop tard,et ce sont les Peuples qui,un fois encore,paieront la note (ce qui est déjà un peu le cas).
Réponse de le 20/10/2012 à 13:17 :
"Ils n'ont pas harmonisé leurs politiques économiques, budgétaires, fiscales, sociales" dites-vous. N'était-ce pas l'Euro qui était de lui-même faire "converger" les économies ? C'était cela que défendaient les partisans de sa création. M. Delors le disait, et ajoutait que l'Euro nous procurerait "1% de croissance supplémentaire". C'était une erreur d'analyse bien sûr. Et sur le reste, votre raisonnement n'est pas incorrect, il oublie juste une chose : la dotation en facteurs de production, et la mobilité du travail. La première ne se décrète pas (on peut faire harmoniser tout ce qu'on veut, la dotation en facteurs de production est quasi-inamovible) et la seconde réclame une convergence culturelle et linguistique énorme, avec les flux de population associés, et cela réclamerait au bas mot deux à trois générations, si tant est que les gens le veuillent. Bref, l'Euro est une erreur car les conditions qu'il aurait fallu pour qu'il fonctionne ne sont pas encore réunies, et peut-être même ne pourront jamais l'être...
Réponse de le 20/10/2012 à 13:27 :
L'euro était (est) censé forcer les choses pour éviter tout retour en arrière, forcer les peuples a s'adapter a une idéologie européenne, a s'uniformiser, a se mettre au service de l'économie et d'oublier ses racines, sa famille, ses us et coutumes, ses anciens...et de n'avoir comme seul repère que la notion économique de sa valeur!
a écrit le 20/10/2012 à 13:04 :
la haine de l'euro resurgit, une monnaie que le monde s'arrache, et la zone euro est la premiere puissance economique mondiale: forcément on est les meilleurs , mais allez expliquer çà aux gens quand tout le fruit de leur travail est pompé par l'état . Quant en même temps que notre reussite on a créé une masse d'assistés profiteurs qui nous delestent de notre richesse. Les etrangers, ils sont bien sur d'accord, l'euro les gêne comme le dollar nous gêne et ils voudraient bien le faire disparaitre mais en attendant, conscients de sa valeur refuge, ils en stockent ce qui indirectement nous enrichit.
Réponse de le 20/10/2012 à 14:12 :
Vous semblez avoir passé une très mauvaise nuit ... Si vous regardiez un peu vous verriez que Siemens à retirer 500 Mio ? en une fois, que d'autres grands groupes font pareils pour des milliards (exemple de EADS qui veut créer sa propre banque pour stocker sa trésorerie tellement les risques de faillite généralisée de l'euro sont forts), les grandes fortunes diversifient actuellement leur euros en NOK-SGD-CHF afin de se prémunir (d'ailleurs les banques ont mis la barre à 1.2 Mio ? comme montant minimum pour pouvoir accéder à cette facilité), et vous, vous pensez que l'on nous envie l'euro ??? Mais vous etes en plein reve et bientot le cauchemar de la réalité ...
Réponse de le 20/10/2012 à 15:07 :
Si vous aviez un minimum de croyance dans ce que vous affirmez vous vendriez tout ce que vous possedez pour acheter une autre devise avant que l'euro s'effondre et la bingo, vous etes millionnaire , mais quelle devise?
C'est la question que tout le monde se pose, as de la finance et simples particuliers, la moins mauvaise c'est l'euro c'est pourquoi il reste à 1.3 dollar (il a eté a 1.50 mais ausssi a 0.8) ce qui defie tous les augures aigris qui racontent n'importe quoi!
Réponse de le 20/10/2012 à 18:08 :
Paulo, vos petits millions sont derisoires, renseignez vous la suisse a acheté des dizaines de milliards d'euro,les chinois aussi la norvege et la suede aussi a un degré moindre pour lutter contre la surevaluation imbecile de leur monnaie. Ils auraient pu acheter du dollar ou de la livre (je rigole, il n'y ont même pas pensé une seconde).
L'euro est une monnaie de reference, même si cela vous chagrine
Réponse de le 20/10/2012 à 22:38 :
@Vive l'euro : SI la suisse a acheté de l'euro c'est pour maintenir le taux à 1.20 et ne pas perdre en compétitivité. Si l'euro monte c'est bien à cause des QE déguisés de la BCE. Tout cela n'est que de la monnaie de singes ... Je suis très actif dans les pays producteurs de pétrole, et leurs réserves sont diversifiées et pas en euro ...
Réponse de le 21/10/2012 à 0:30 :
@Vive l'euro : Tenez, j'avais oublié de citer Shell qui vient de sortir 15 milliards vers les USA afin de limiter ses risques avec l'euro ... http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/08/06/97002-20120806FILWWW00208-shell-retire-des-fonds-en-europe.php
a écrit le 20/10/2012 à 13:02 :
Il faut de la croissance , mais ...verte . Alors mettez des éoliennes sur les minarets .
ça c' est du développement durable ! Les usine ça pollue ...
Réponse de le 20/10/2012 à 13:14 :
C'est sûr, il y a au moins une mosquée dans chaque ville moyenne.
a écrit le 20/10/2012 à 13:00 :
Pour essayer de donner un petit peu de stature international à Ayrault, Hollande qui n' en a aucune lui-même a envoyer le petit maire de Nantes en voyage à l' autre bout du monde. Hélas ses discours ne sont pas entendus à part en France, grâce aux médias complices et avec sa politique socialiste il ne risque pas de soulever l' enthousiasme des peuples. 3 millions de chômeurs et 3 millions d' assistés ce n' est pas un exemple à suivre.
Réponse de le 20/10/2012 à 15:03 :
Une vieille nantaise s'inscrit en FAUX Ayrault a été un très grand Maire de Nantes il a fait de notre ville une citée que beaucoup nous envie .C'est toujours tellement facile de critiquer et de salir.
a écrit le 20/10/2012 à 12:54 :
"un continent stable, apaisé, sûr", on verra bientôt si les peuples de l'europe du sud étaieront cette opinion bien optimiste.
a écrit le 20/10/2012 à 12:47 :
Mauvais augure et non mauvaise...
Réponse de le 20/10/2012 à 13:17 :
Ne vous fatiguez pas, la Tribune compte sur ses lecteurs pour corriger les fautes. Tribune low cost pour sûr.
a écrit le 20/10/2012 à 12:42 :
Si vous tenez à l'euro Mr Ayrault , alors aligner la fiscalité , voter des règles, faites les appliquer et sanctionner les mauvais élèves. L'europe est devenu une zone de dumping social et fiscal organisé par des lobbyes puissants dont les politiciens sont les pantins.
a écrit le 20/10/2012 à 12:37 :
Le pauvre Blayrault est vraiment coincé : il ne peut plus dire que c'est une énorme erreur technique et politique. Figer la monnaie devait avoir pour soupape d'énormes transferts intra-zone pour compenser les différentiels de productivité. Sinon, de manière mathématique et inévitable, c'est le chômage qui sert de soupape.
L'Euro continuera jusqu'à ce que le peuple y mettre fin, et passe en justice tous les dirigeants qui l'ont construit, approuvé et soutenu.
Réponse de le 20/10/2012 à 12:47 :
Le pauvre Zayrault n'a pas grand chose à dire avec ses 1600 milliards de dette. C'est Nagela qui mène la danse et comme elle le veut.
Réponse de le 20/10/2012 à 12:54 :
La seule peine que j'infligerai à tous les eurolâtres ce serait d'aller travailler dans une usine. Ah, voir Alain Minc et Jean-Claude Trichet travailler sur une ligne d'assemblage à Poissy... ils verront ce que c'est que la "mondialisation heureuse" et une monnaie forte ! Ils pourront expliquer ces merveilleux concepts à leurs nouveaux collègues !
a écrit le 20/10/2012 à 12:16 :
C'est bien le problème : il loue l'euro alors qu'il faudrait le vendre.
Réponse de le 20/10/2012 à 13:39 :
Bien vue! Si l'on arrivai a le vendre on n'aurai pas besoin de le louer!
a écrit le 20/10/2012 à 11:46 :
Comment se fait-il que les pages de commentaires des journaux électroniques soient si souvent envahies par des extrémistes ? Jamais les responsables des pages courrier de la presse papier n'auraient repris tels quels ce type de propos qui donnent de l'opinion une image terriblement déformée. Il est vrai qu'ils avaient pour habitude de jeter à la poubelle les courriers anonymes, comme ceux ici de Truk et Glycol. Ce serait peut-être utile de réintroduire cette règle sur le net.
Réponse de le 20/10/2012 à 12:00 :
La parole est à tous le monde. Votre réaction amène directement à la censure et avec des gouvernements qui vont avec. La presse papier n'est que des torchons de désinformation (ou d'information type rubrique de chiens écrasés) Si vous n'êtes pas capable de faire le tri et de réfléchir par vous même, continuez de lire votre presse écrite qui se chargera de modeler votre penser.
Réponse de le 20/10/2012 à 12:02 :
Ainsi, vous voudriez rétablir la censure, et interdire à autrui de s'exprimer ? Ce ne serait pas vous l'extrémiste, par hasard ? Et où sont vos arguments ? Et tous les économistes de renom, dont trois prix Nobel, qui critiquent l'Euro, ce sont des extrémistes aussi ? L'Euro est la pire erreur de politique monétaire commise depuis le peg Peso-Dollar. Cette erreur, ce sont nos dirigeants incompétents qui l'ont voulue, malgré tous les avertissements, et ils ne veulent pas l'admettre. Parce que l'idéologie européiste les aveugle. Si comme moi l'on se méfie des idéologies, surtout de celles qui se prétendent les plus généreuses, alors on voit l'Européisme pour ce qu'il est : un extrémisme acharné, insensé, et dangereux.
Réponse de le 20/10/2012 à 12:09 :
Ne vous inquietez pas, vous pouvez essayer de masquer la réalité en limitant les informations, mais l'euro est un contre-sens et le peuple finira par descendre dans la rue pour faire partir les ayatollahs de l'euro qui nous tue. Ce hour-là, le peuple demandera des comptes à tous ceux qui l'ont mis dans cette situation, et surtout parcequ'ils ont tout fait pour ne jamais ouvrir le débat. Maintenant, les politiques savent et ils ne pourront plus dire qu'ils découvrent la situation quand cela va exploser.
Réponse de le 20/10/2012 à 12:43 :
Cher bgirard, il est évident que certains souhaiteraient museler la voix de retour permise par l'Internet ces dernières années. Cependant, s'ils étaient un peu plus malin, ils la laisseraient s'exprimer totalement librement sans censure, car c'est la seule qui leur permette de vraiment savoir ce qu'est l'ambiance de ceux qu'ils "dirigent" (dans le mur). Mais peut-être n'avez-vous aucune envie de savoir ce qu'est la réalité ?
Réponse de le 20/10/2012 à 12:50 :
@bgirard ne serait-il pas "bigeard" ?
Réponse de le 20/10/2012 à 12:51 :
Il est inexact de dire que les commentaires aux articles seraient anonymes, @bgirard, le fil de la Tribune dispose du nom des tous les intervenants. Ils prennet pour certains un pseudo pour des raisons complexe tenant souvent à leur emploi. Il est tout aussi inexact de dire qu'ils seraient "extrêmistes" ou alors vous devrez définir ce terme, employé il est vrai pas des télévisions de plus en plus contestées elles aussi, sur la base d'un positionnement arbitraire des députés à l'Assemblé nationale. Il est encore inexact de dire que les commentaires seraient le reflet de l'opinion sans y voir un des éléments de ce reflet. Le gouvernement dispose lui pour son information de sondages "officiels" qui on le sait sont tous de bonne foi. Enfin vous appellez à la censure et à l'économie qui va avec, formant couple tant on évite de laisser commenter l'inacceptable. Ces journaux sont à l'image de la Pravda (la vérité) et de régimes socialistes bâtis sur des millions de morts. Bien triste. Ne seriez-vous pas extrêmiste ?
Réponse de le 20/10/2012 à 13:26 :
Mais l?extrémisme n?est il pas d?imposer une politique pro Euro alors qu?il n?y a plus d?accord ni discussion sur l?euro et sur l?Europe depuis une éternité. L?extrémisme c?est aller au delà du raisonnable pour imposer son idée.
Et quel est votre opinion, non extrémiste, sur l?avenir de l?Europe sans solidarité entre les riches et les pauvres, sans politique sociale et sans espoir d?en avoir, sans imposition commune, sans régulation des échanges, sans transfert de population possible a cause de la langue, sans échange possible d?idées des peuple a cause de la langue. D?ailleurs Merkel et Hollande commencent à interpréter de différentes façons le traité de régulation des banques a peine signé.
a écrit le 20/10/2012 à 11:44 :
Que l'euro perdure durant quelques années, je n'en doute pas, mais que sa valeur réelle soit divisée par 4 voire plus, je n'en doute pas non plus. Jusqu'au jour où nos roubleuros serviront au départ de feux...
a écrit le 20/10/2012 à 11:10 :
Les vrais prophètes de mauvais augure sont ceux qui annoncent que l'Euro va continuer. Cette monnaie folle, décidée par des grands bourgeois jouisseur, est en train de détruire le projet européen. Mais les politiques n'aiment pas reconnaître leurs erreurs. Regardez les Soviétiques : dès les années 1950, ils avaient des doutes sur la viabilité du système économique de l'URSS. Ils ont tenu bon quand même : peu leur en coûtait, ce sont les peuples qui souffraient. Le parallèle est frappant : nos élites ont lamentablement échoué, le savent, l'admettent même en privé pour certains, mais ils ne lâcheront rien. C'est d'ailleurs peu surprenant.
Réponse de le 20/10/2012 à 11:29 :
En effet, les milliardaires de l'ancien bloc soviet sont tous des anciens du parti communiste, rarement issus du bas peuple qui paye les pots cassés.

Ayrault fera parti je pense de ceux qui s'en sortiront le mieux de cette catastrophe euro, c'est nous qui payeront puisque nous les avons élus.
Réponse de le 20/10/2012 à 11:43 :
Quand l'Euro commencera à ne plus servir les intérêts de nos élites repues et suffisantes, elles y mettront fin sans hésiter, et se seront mises à l'abri des conséquences de cette décision. Car il y aura bien des avantages à en finir avec cette monnaie folle, mais un coût aussi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :