Après son "coup de matraque fiscal", Lisbonne reçoit une nouvelle tranche d'aide

 |   |  213  mots
Vitor Gaspar, le ministre des Finances portugais a souligné que les hausses d'impôts constituaient la seule façon d'atteindre l'objectif de réduction du déficit budgétaire à 4,5% du PIB, prévu dans le cadre du plan de renflouement. Copyright Reuters
Vitor Gaspar, le ministre des Finances portugais a souligné que les hausses d'impôts constituaient la seule façon d'atteindre l'objectif de réduction du déficit budgétaire à 4,5% du PIB, prévu dans le cadre du plan de renflouement. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le FMI a annoncé mercredi qu'il verserait une nouvelle enveloppe d'environ 1,5 milliard d'euros au Portugal.

Le "coup de bambou fiscal" a vraisemblablement satisfait le FMI. L?institution dirigée par Christine Lagarde a annoncé ce mercredi le "versement immédiat" d?une nouvelle tranche d?aide de 1,5 milliards d?euros dans le cadre du plan de sauvetage financier du pays mis en place par la communauté internationale depuis mai 2011. Dans un communiqué, le FMI précise que cette enveloppe porte à 21,8 milliards d'euros le montant total versé par l?institution au Portugal.

Pour Lisbonne, c?est la preuve que les réformes menées pour sortir le pays de la crise de la dette porte ses fruits. Et pour cause, celui-ci n?y est pas allé de main morte. Le 16 octobre, celui-ci a fortement poussé le levier fiscal. Ainsi, les ménages qui déclarent plus de 41.000 euros par an (3.417 euros par mois) devront désormais payer 45 % d'impôt sur le revenu, contre 35,5 % jusqu'ici. Et ceux qui gagnent plus de 80.000 euros seront imposés à 48 %.

En agissant de la sorte, Lisbonne tente de remplir ses obligations vis-à-vis de l?UE, de la BCE et du FMI, qui lui ont avancé 78 milliards d?euros il y a deux ans. Sachant que le pays a déjà obtenu un an de plus, jusqu'en 2014, pour atteindre un déficit de 3 % du PIB.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2012 à 15:32 :
Il s'agit evidemment de la tranche supérieure!!!
qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme commentaires ridicules!!!
a écrit le 25/10/2012 à 11:50 :
oh oui les réformes portent leurs fruits : la consommation est en chute libre, les salaires nominaux baissent et les gens s'appauvrissent à vue d'oeil etc quand on est pauvre on consomme pas donc la balance commerciale s'améliore et la balance des paiements aussi. C'est une fausse amélioration.
Mais est ce que cela règle le problème de fond d'un pays comme le Portugal ? en d'autres termes : Est ce que le problème du Portugal ce sont des salaires trop élevés et un temps de travail plus faible que les autres ?
La réponse est clairement non : les portugais ont le cout horaire le plus faible d'Europe derrière les grecs et même derrières des pays de l'ancien bloc de l'est. Ils n'ont pas les 35h et la retraite c'est 67 ans.
la troika et le FMI exigent des coupes budgétaires violentes y compris sur l'éducation et sur la santé. Comment voulez vous restaurer une compétitivité sans education, sans R&D, etc.. ? juste une compétitivé prix ? c'est illusoire. Le pays l'a déjà relativement mais bien sur sera toujours trop cher comparé à la chine ou au Bengladesh.

bref le pauvre Portugal est encore loin de la félicité...et cette politique ne l'aide pas.
a écrit le 25/10/2012 à 11:41 :
Pour 3500 euros/mois, 45% d'impôts !!!! Et on pleure à longueur de commentaires en France !
a écrit le 25/10/2012 à 0:58 :
on va aller juq'au avec leurs connerie de matraque fiscal vraiement faut pas avoir fait les grandes écoles pour voir qu'avec c politique on va droit dans le mur
a mon avis nos politicars n'ont fait que la maternelle

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :