Mario Monti : "La crise a révélé un certain déficit démocratique"

 |   |  173  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alors que de plus en plus d'efforts sont demandés aux européens pour faire face à la crise, le Premier ministre italien estime primordial que les décisions européennes reflètent bien les positions nationales et prône une "démocratie plus complète".

"Il est important que les citoyens soient assurés que la décision prise à l'échelle européenne est bien une projection de la démocratie au niveau national" : Mario Monti juge l'organisation politique européenne perfectible et le fait savoir. "La crise a révélé un certain déficit démocratique" estime-t-il dans une interview accordée au Figaro et publiée sur le site du journal lundi soir.  Le chef du gouvernement italien depuis un an juge par ailleurs que la France ne doit pas trop attendre pour lancer des réformes structurelles. "Il ne faut pas attendre la pression des marchés pour réformer" prévient-t-il.

Interrogé sur la volonté allemande de réformer les traités européens dès 2015, le dirigeant italien considère que "Les institutions européennes doivent évoluer avec leur temps". Mario Monti est le co-auteur, avec la député européenne Sylvie Goulard, d'un ouvrage intitulé "De la démocratie en Europe" (Flammarion) qui sortira mercredi 14 novembre en France comme en Italie.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2013 à 11:17 :
Beaucoup semblent ne pas vouloir comprendre que ce sont justement les règles qui sont la cause de la crise financière et des problèmes de l'Union Monétaire. Des règles imposées aux autres pays de l'Union par et principalement dans l?intérêt de l'axe franco-allemand, règles qui favorisent les plus forts puisque elle ne protègent pas les pays faibles malgré eux de l'Union, ce qui permet le cannibalisme industrielle (Italie production industrielle moins 25% depuis 2007, malgré le fait que les salaires sont plus bas en Italie que en Allemagne) et la désertification, suivie d'un exode de masse des jeunes vers d'autres continents.
L'union Monétaire est composé de pays très hétérogènes, il faut donc en tenir compte et modifier les règles en conséquence.
a écrit le 12/01/2013 à 7:21 :
"Il ne faut pas attendre la pression des marchés pour réformer" prévient-t-il.
Une mesure immédiatement efficace serait d'autoriser les pays déficitaires de l'Union Monétaire a introduire une TVA différentielle; élevée pour les produits importés (25%) et réduite pour les produits locaux (15%), ceci devrait freiner les importations en provenance de pays comme la Chine, l'Allemagne, la Corée et autres pays excédentaires et encourager les entreprises de ces pays à investir dans les pays déficitaires et importateurs pour ne pas perdre ces marchés. - - Cette TVA différentielle ne serait autorisée que tant qu'il y a déficit de la balance commerciale. Il n'y a aucune raison pour qu'une voiture de luxe pour le directeur de banque madrilène soit construite en Allemagne par des Allemands et non pas en Espagne par des Espagnols. - - Grâce cette règle de la TVA différentielle et les investissements dans les pays déficitaires qui en suivraient, le chômage des jeunes (plus de 50%) devrait être rapidement réduits dans ces pays. Tout déficit équivaut à une fuite de capital, à une augmentation des dépenses sociales tel allocations chômage, à une diminutions des recettes fiscales du pays, puisque les chômeurs par définition ne payent ni impôts sur le revenu salaire, ni cotisations sociales, d'où déficit budgétaire. - - La campagne de dénigrement contre les pays déficitaires, savamment orchestrée par les médias à la solde du gros capital (surtout allemand), ayant pour bût de faire porter le chapeau par les victimes du système "Euro" tel qu'il est. C'est à dire qu'il avantage les pays les plus forts économiquement (un paradoxe selon moi) ce qui renforce les divergences économiques internes de l'Union.
a écrit le 13/11/2012 à 16:37 :
La preuve : l'élection de Hollande.
a écrit le 13/11/2012 à 15:04 :
Ministre de 2006 à 2008 de l?économie et des finances de l?Italie, Tommaso Padoa Schioppa, président du Think Thank « Notre Europe ». Très grand responsable européiste. Les enseignements de l?aventure européenne : revue commentaire n°87 ,1999.

« La constitution européenne est une révolution même si les révolutionnaires ne sont pas des conspirateurs, blêmes et maigres mais des employés, des fonctionnaires, des banquiers et des professeurs.
L?Europe ne procède pas d?un mouvement démocratique, elle s?est faite suivant une méthode que l?on pourrait définir du terme « despotisme éclairé ».
a écrit le 13/11/2012 à 15:01 :
Monti un enfant de coeur arrivé au pouvoir par un coup d'état de la commission européenne de la BCE et du FMI. Vous me direz que des gens non représentatifs des peuples puisque nous ne les avons pas élus; L'Europe cette dictature qui nous gouverne.
a écrit le 13/11/2012 à 14:04 :
Que ce Mario Monti commence par s'occuper de sont pays ou il n?a fait que de créé des nouvelles taxes. On c'est bien pour qui il marche ce monsieur.
a écrit le 13/11/2012 à 11:39 :
Oui au réforme structurelle en France ! licenciement massif de fonctionnaires et suppression des administrations publiques avant de se prendre le mur.
Réponse de le 13/11/2012 à 12:48 :
et on vire les senateurs, la moitie des deputes, on revoit l empilement des niveaux entre commune et etat etc....et là on economise 30 mds et les vires ils se retrousse les manches pour produire....
Réponse de le 14/11/2012 à 9:00 :
On embauche à la production Monseigneur sarkozy qui a mis sur le dos des contribuables, au passage pas ses amis riches,une dette bien au delà des recommandations de 60% d'endettement public de l'UE alors qu'il avait présidé le conseil européen .
a écrit le 13/11/2012 à 11:04 :
Monti joue la carte allemande, le néo-libéralisme et la finance, en considérant que la France doit engager des réformes structurelles. Nostalgique de l'Axe Monti?
Réponse de le 13/11/2012 à 15:02 :
L?Union européenne cherche à construire un gouvernement économique commun mais les personnalités mises en avant appartiennent toutes à la superclasse mondiale : le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, est un homme du Bilderberg et de la Trilatérale ; comme l?est Mario Monti, le nouveau premier ministre italien, par ailleurs ancien de Goldman Sachs ; tout comme Mario Draghi, le nouveau président de la BCE. Ce qu?on appelle la « gouvernance européenne » est de fait au service de la finance mondialisée.
Réponse de le 13/11/2012 à 16:38 :
néolibéral t'as quel âge mon pote
a écrit le 13/11/2012 à 10:51 :
Et lorsque les peuples en auront trop marre de ces libéraux, ils mettront des extrêmes au pouvoir. "bravo" messieurs.
Réponse de le 13/11/2012 à 14:03 :
c'est qui va se passer, tot ou tard, les peuples qui n'en pourront plus de l'austerité, du chomage, de la pauverteté ect... eliront un gouvernement d'extreme gauche ou plus certainement d'extreme droite . On refait les memes erreurs qu'apres la crise de 1929, on aura le meme resultat si on continue dans cette voie
Réponse de le 13/11/2012 à 16:39 :
Le plus drôle c'est que la France n'a pas vraiment une politique d'austérité.
a écrit le 13/11/2012 à 10:34 :
quelle hypocrisie de parler de democratie de sa part alors qu'il a ete imposé par les marché financier en italie, que dans l'interview au figaro il dit que le traité europeen tscg qui met sous tutelle de bruxelles ( des gens non elu donc) les parlements nationaux pour le budget ne doit pas etre voté par referendum. Monti juge, dans le meme interview, salutaire les pressions des marchés financiers pour forcer les gouvernement à reformer. En gros c'est salutaire la speculation pour forcer les gouvernements à mener les reformes ultra-liberale que la finance attend.
Réponse de le 13/11/2012 à 12:17 :
Vous savez ce qu'on dit? Berlusconi n'a pas fait le travail pour lequel il était élu. La population le regrette-t-il?
a écrit le 13/11/2012 à 9:35 :
encore un vieux au pouvoir .. Certes, mais alors que les jeunes votent et s'expriment .Certains vieux par leur expérience ne demandent qu'à les écouter.
Sarko pourtant jeune a été jeté.
Cher ''encore un vieux etc'' savez vous expliquer sérieusement pourquoi .
Réponse de le 13/11/2012 à 10:03 :
De toute façon ce n'est pas normal qu'une société soit dirigée par beaucoup de vieux rentiers "Sénat assemblée nationale et autres chargés de mission type Jospin". Quand au vote on sait très bien qu'on a pas le choix vu le système des partis. Les deux principaux bloquent tout. La démocratie en souffre car il y a un temps pour tout un temps pour être parents un temps pour être grands parents il faut savoir passer le relais.
a écrit le 13/11/2012 à 9:27 :
L' euro n'est plus soutenable pour toutes les nations de l'UE sauf l' Allemagne. L'euro commun ne convient pas à toutes les économies, c'est comme celà.
a écrit le 13/11/2012 à 9:26 :
Si on attend d'un ancien de Goldman Sachs pour nous expliquer les problèmes de nos institutions démocratiques on est pas sorti... d'ailleurs on est pas sorti !
a écrit le 13/11/2012 à 9:25 :
Nous avons envie de balayer ses politiciens verreux qui veulent nous faire des repas à la chinoise. NON et NON les français sont un peuple libre avant dêtre europeen de l' UE.
Car l' europe est un continent donc europeen sans l' UE.
a écrit le 13/11/2012 à 9:22 :
Ça lui va bien de dire ça, lui qui n'a été élu par personne et un ancien Goldman Sachs, qui plus est !
Réponse de le 13/11/2012 à 10:56 :
TC, vous aussi vous ne pouvez pas dire cela ! M. Monti a été nommé par le Président de la République (comme MM. Fillon et Ayrault...). Les trois composantes de l'assemblée (élue) ont toujours voté les textes présentés et la confiance. Il est vrai que ces "élus" ne souhaitaient pas, pour l'instant, et à raison, se représenter devant le Peuple...Etre un ancien de GS n'est pas une tare indélébile. Libre à vous de préférer une gouvernance d'Enarques fonctionnaires et pour l' Italie d'avoir la nostalgie de Berlusconi ou de la Démocratie Chrétienne.
Réponse de le 13/11/2012 à 14:13 :
@Henry vous n'avez aucune idée de la réalité Italienne, Monti est très détesté dans sont pays par la hausse des impôts pour sauver les banques sans aucune lois de relance de l?économie.
a écrit le 13/11/2012 à 9:05 :
La grande erreur de "l'Europe" est d'adapter son économie a sa monnaie pendant que les autres pays adaptent leur monnaie a leur économie, la compétitivité passe par là!
Ce dogmatisme vers plus d'uniformisation ne peut que nous mener vers l'économie du pays le plus faible...sans trouvé néanmoins la compétivité indispensable par rapport au autre pays hors zone!!
a écrit le 13/11/2012 à 8:43 :
encore un vieux au pouvoir !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :