La zone euro et le FMI débloquent enfin l'aide à la Grèce

 |  | 359 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Photo Reuters)
La zone euro et le Fonds monétaire international se sont entendus lundi soir pour réduire la dette grecque à 124% du PIB d'ici 2020. Cela représente un allégement d'environ 40 milliards d'euros d'ici 2020, selon une source européenne citée par l'AFP.

C?est un soulagement pour la Grèce et le reste de la zone euro. Tard dans la nuit de lundi à mardi, après plus de treize heures de réunion, les ministres des Finances de la zone euro et le FMI se sont enfin mis d?accord au sujet de la dette grecque. Résultat : celle-ci devra être ramenée à 124% du PIB d?ici 2020, contre un objectif initial de 120% (défendu par le FMI). Soit un allègement de près de 40 milliards d?euros.

Un premier versement en décembre

Les ministres ont ainsi décidé de débourser un total de 43,7 milliards d'euros bloqués depuis des semaines. Une première tranche d'un peu plus de 34 milliards devrait être versée le 13 décembre. Le versement du solde se fera en trois tranches au cours du premier trimestre 2013.

Des négociations laborieuses

"Cela a été laborieux, constructif, nous avons fait un effort collectif", a commenté la directrice générale du FMI Christine Lagarde. "Le FMI voulait s'assurer que la zone euro prendrait les mesures nécessaires pour remettre la Grèce sur la voie d'une dette viable. Je peux dire aujourd'hui que cela a été fait", s'est-elle félicitée au cours d'une conférence de presse.

Au total, il aura en effet fallu trois réunions de l'Eurogroupe en deux semaines pour parvenir à cet ensemble de mesures, sans compter une réunion téléphonique entre les ministres samedi pour tenter d'aplanir leurs différends. Faute d?accord, la dette grecque était évaluée à quelque 144% du PIB en 2020, selon un document de travail sur lequel ont travaillé les ministres.

Un climat apaisé

De son côté, le patron de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a également salué la décision prise par les ministres des finances, estimant que cette décision allait ?sans aucun doute réduire l?incertitude et renforcer la confiance dans l?Europe et dans la Grèce?.

Rassurées par la conclusion de l'accord de Bruxelles, les bourses asiatiques, le marché pétrolier et l'euro affichaient d?ailleurs pour la plupart une hausse modeste mardi matin en Asie.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2012 à 11:08 :
Allons y gaiement......
empruntons à tour de bras...ne payons pas les intérèts , et surtout remettons le remboursement aux calendes grecques...

tristes responsables irresponsables.... ajoutons en plus la corruption organisée et tout va bien madame la marquise
a écrit le 27/11/2012 à 18:43 :
Mais une fois la "dette" épurée,qu'est-ce qui va remettre le moteur de l'économie grecque
en route...?C'est vrai:le port du Pyrrhée est à 1/2 chinois...Quand il sera en totalité chinois,
la Grèce sera assurée de l' "aide" que lui procurera la Chine et ses "bons du Trésor" améri
cains...Ensuite,ça sera le tour du port de Lisbonne et du Portugal...Je crains que l'Europe
communautaire ait "mis la charrue avant les boeufs"...Or,les Chinois sont de + en + ner
veux devant le "bidouillage" de rattrapage de la "dette" en Europe...On peut les compren
dre...Ouais,l'Europe communautaire se délitte...
a écrit le 27/11/2012 à 18:20 :
Nous saturons vraiment de cette incompétence hors norme...
Nous saturons également d'être perpétuellement raquettés pour le délice ou le délire devrait-on dire de quelques uns.

Qui va payer en réalité ? c'est encore nous !
a écrit le 27/11/2012 à 15:15 :
On s'engage sur le chemin qui n'a pas trop mal réussi à l'Argentine , c'est à dire un effacement de la dette dans le temps mais cette fois ci dans un cadre politiquement correct. Mais l'Argentine a tout de même des ressources pour financer sa croissance économique, quelles sont les équivalents en Grèce a part le tourisme plombé par le coût de l'Euro ?
a écrit le 27/11/2012 à 14:40 :
Triste monde, la Grèce est le tonneau des Danaïdes, que peut-on en espérer ?
Pourquoi leur faire des fleurs ? Dans ce cas, pourquoi ne pas effacer une partie des dettes des autres pays qui augmentent les leur pour leur venir en aide ?
Les dirigeants sont trop orgueilleux pour reconnaître qu'ils ont fait fausse route avec l'Europe - Ils n'assument rien et font payer leur incurie aux citoyens, mais lorsque ceux-ci seront saigner à blanc, comment feront-ils pour trouver l'argent nécessaire avec lequel ils jouent impunément ?
Lorsque l'on voit les querelles de pouvoir, comment ne pas avoir de frayeurs - Que ce soit de droite comme de gauche, nos dirigeants n'ont aucune compétences et ne pensent qu'à leurs bas de laine
a écrit le 27/11/2012 à 14:31 :
Qu'il est amusant de voir les pro et anti europe, les pro et anti intervention étatiques, les pro et anti libéraux s'écharper. Nous les ultra riches, nous nous accommodons de tous les régimes politiques, de toutes les idéologies, de toutes les obédiences. Peu nous chaut le capitalisme, le communisme, l'islamisme ... Partout notre ultra-richesse et notre ultra pouvoir croissent. Comme dit mon ami Warren, la lutte des classes est terminée et nous l'avons gagné ! De tous temps, mais encore plus depuis la dérégulation générale, nous savons capter les richesses produites par le vulgus pecum. Mais l'histoire, si tant est qu'elle existe, s'accélère ! Nul ne s'étonne qu'un agriculteur occidental de 2012 vit moins bien avec 1.000 hectares que son père il y a 40 ans avec 50 hectares. Personne ne comprend, ou ne veut comprendre dans les soit disant "sphères décisionnelles" que nous les ultra riches avons construit les dispositifs financiers et favorisé l'endettement généralisé pour tirer profit des gains de productivité permis par le progrès technique. Oh, bien sûr, nous avons redistribué les miettes pour ne pas susciter trop de soupçons... Nous avons toujours tiré les ficelles du pouvoir, mais ce qui est tragique pour la démocratie, c'est que les politiques élus s'en remettent désormais totalement à nous car ils sont perdus, désespérément démunis face à la grande crise que nous avons provoquée (non par complotisme, mais tout simplement par notre goût immodéré pour l'Argent Roi). Lorsque nous avons besoin d'une caution "scientifique", nous sommes même capables "d'inventer la réalité". Qui croyez-vous se cache derrière la théorie économique ? Qui finance les "recherches" des ânes savants de l'économie ? Qu'il est est amusant de voir tout ce monde s'écharper. Pendant ce temps, nous continuons à concentrer les richesses... Voici venir notre temps, après celui des bourgeois de 1789, celui de la nouvelle classe dominante : celle des ultra riches. Vae victis !
Réponse de le 28/11/2012 à 11:46 :
@ arnault : votre allégorie est crainte de vérité. Bravo !
a écrit le 27/11/2012 à 13:53 :
Impossible de faire autrement. D'abord les banques grecs renflouées et le reste dans les eaux perdues pas pour tout le monde; Un nouveau tour semble maintenant impossible pour cette dette sans valeur; Passons à la dette Espagnole.
a écrit le 27/11/2012 à 11:39 :
La Grèce est malade, mais elle n'est pas la seule. La France avec une croissance nulle, voire négative, ne peut plus se permettre de donner des milliards d'euros qui partent en fumée. Le système avec l'Europe ne fonctionne pas et il n'a jamais fonctionné. L'Allemagne est la seule qui ait intérêt à ce que ça continue. La Grande-Bretagne va en sortir, c'est évident. Nous n'avons plus les moyens d'entretenir la terre entière. Nous DEVONS assainir la situation et par des reformes structurelles de l'Etat (+ de 1000 milliards) rembourser la dette au plus vite. Nous n'avons pas le droit (moral) de continuer à endetter nos enfants et les enfants de nos enfants! Nous payons pour alimenter un ECHEC permanent. Quelle satisfaction!!!
Réponse de le 27/11/2012 à 11:56 :
avez vous vu dans le passé qu'il est possible de guerir un alcoolique en le faisant boire?

et bien pour un surendetté comme la Grece c'est le meme regime: reprenez de la dette vous vous porterez mieux.

Quel imbecile peut croire que cela va marcher.......?
a écrit le 27/11/2012 à 10:51 :
N'ayons pas peur de la situation actuelle en france (petit f) Pourvu que le chômage explose et les gréves générales revendicatives soient quotidiennes!!! En france on a du fric!!! donc si hollande nous saigne, saignons hollande pour nos propres intérêts!! car actuellement et avec hollande en prime, celui qui vit comme un poisson dans l'eau, c'est celui qui touche le fond de l'océan comme la grèce et ses corrompus!!dont hollande soigne leur engouement au détriment des nationaux Français!!
a écrit le 27/11/2012 à 10:16 :
Sachant que la France garantit indirectement 20 % de la dette grecque, ce petit jeu de passe passe vient de couter aux contribuables français 8 milliards, qui viendront s'imputer au budget 2013. Mais bon, il sera tjrs temps en 2013 d'augmenter les impots des autres ...
Réponse de le 27/11/2012 à 13:39 :
Bof 8 milliards de plus ou de moins, ce n'est pas passionnant comme actualité!!! Ce qui intéresse les citoyens encore quelques peu éveillés, c'est la grande piéce de théatre avec les principaux acteurs que sont copé et fillon qui, eux ne sont pas concerné par la crise du pays mais par la prise de pouvoir de leur "secte" afin d'en engranger encore plus!!
a écrit le 27/11/2012 à 9:16 :
l'article a oublié de préciser que : "L'Eurogroupe autorise enfin Athènes à racheter ses propres titres, avec une décote de plus de 60 %." on peut assimiler ce mécanisme à un effacement pur et simple de dette. Les français ont la joie de faire don au grecs de plusieurs milliard qui seront prélevé sous forme de hausse d?impôt
a écrit le 27/11/2012 à 9:11 :
Comme on le dit souvent dans le monde bancaire : "quand tu as un crédit de 100 000 euros alors ton banquier te tient, si tu en as un de 1 million alors tu fais danser ton banquier" ... Pour l'instant c'est nous qui dansons, car nos dirigeants sont des faibles qui pensent que cela va s'arranger, alors que sans aucune action forte rien ne peut s'arranger ... Mais pour cela il faut du courage ...
a écrit le 27/11/2012 à 8:53 :
ils ont si bien compris que nos dirigeants européens sont faibles qu'ils ont bien raison d'en profiter et profiter encore .... et nous, comme des C****s, on paye s'en broncher .... REVEILLONS NOUS !
Réponse de le 27/11/2012 à 11:32 :
de payer pour les Grecs
a écrit le 27/11/2012 à 8:37 :
S'endetter soi même pour désendetter les autres, voila une idée qu'elle est bonne !
Que chacun reprenne le contrôle de sa propre monnaie et puisse manoeuvrer comme bon lui semble; chaque peuple doit assurer sa destinée et ne pas compter sur les autres, dont les intérêts ne sont pas nécessairement les mêmes.
a écrit le 27/11/2012 à 8:36 :
Ohé les français-pigeons, les français vaches à lait, les français c.c.s, prêts pour la "taxe Grèce"?? Ben ouais, la solidarité a un prix; la preuve, quand ce sera notre tour d'être en faillite, les grecs nous enverront un bateau d'olives et un bateau d'Ouyzo pour oublier.
Réponse de le 16/09/2014 à 17:40 :
Peut-être mais les chômeurs et les jeunes ne remercieront pas Valls et son archeo-socialisme pour ses mots creux éculés sur notre "modèle social" en mal de financements de toutes parts
a écrit le 27/11/2012 à 8:14 :
Pourquoi ce « enfin » puisque les dirigeants grecs savent parfaitement qu'ils nous tiennent ? Nous n'avons plus d?autres solutions que de faire vivre le pays pour des décennies en payant encore et encore. Je pensais naïvement que les allemands siffleraient la fin de la récréation, mais les élections dans ce pays bloquent les progrès vers la sortie nécessaire des grecs de l?euro !
a écrit le 27/11/2012 à 8:13 :
combien de mois de gagner ?
a écrit le 27/11/2012 à 7:58 :
UNE fois de plus , on recule , on donne espoir , sâchant trés bien que cette dette ne sera jamais remboursée , et nous pauvres couillons , on nous taxe un peu plus , pour sois disant ètre solidaire , mais notre solidarité , elle profite toujours à ces gens qui se gavent , en attendant de déposer le bilan , chose irreversible , car l europe ne vivra jamais en l état actuel !!!
a écrit le 27/11/2012 à 7:24 :
On a droit à ce semblant d'optimisme tous les trimestres depuis 3 ans. Laissez moi rire !
a écrit le 27/11/2012 à 7:21 :
un français naît avec une dette de combien d'euros? Je ne m'en sens pas soulagé.
a écrit le 27/11/2012 à 7:08 :
On le savait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :