Dégradation du MES par Moody's : "Il ne faut pas s'affoler"

 |   |  636  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
INTERVIEW - Docteur en économie et auteur de "Les agences de notations" (La Découverte, 2010), Norbert gaillard juge que la dégradation du Mécanisme européen de stabilité par Moody's est "logique" et n'aura pas d'impact majeur sur sa capacité à emprunter à taux bas.

Que pensez-vous de la dégradation du Mécanisme européen de stabilité (MES) et du Fonds européen de stabilité financière (FESF) par Moody's?

On pouvait s'y attendre. C'est relativement logique, puisque la France constitue le deuxième pilier du MES (avec une part de 20,4%, contre 27,1% pour l'Allemagne, Ndlr) et a perdu son "triple A" chez Moody's le mois dernier. Toutefois, certains pensaient qu'avec une Allemagne toujours notée "triple A", l'agence ne procéderait pas à cette dégradation. Concernant le FESF, il faut noter que paradoxalement, il avait besoin de cette dégradation pour pouvoir emprunter! En effet, les statuts du Fonds européen de stabilité financière précisent bien que ses émissions doivent être couvertes à 100% par les Etats ayant une note supérieure ou égale à la sienne. Après calcul, cela veut dire que le FESF est en mesure d'emprunter dès lors qu'un peu plus de 60% des Etats garants de la zone euro ont une note supérieure ou égale à la sienne. Mais avec la dégradation de la France, ce n'était plus le cas! On voit que la dépendance aux agences de notation est véritablement ubuesque. Cela devient délirant.

Une fois encore, des voix se sont élevées pour dénoncer le geste de Moody's. En outre vendredi, Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France, a qualifié d'"erreur factuelle" la dégradation de l'Hexagone, fustigeant l'argument de Moody's concernant son exposition aux pays fragiles de l'Union monétaire...

A chaque dégradation son "choc" politique... Il ne faut pas s'affoler plus que de raison. La note "Aa1" représente une probabilité de défaut quasi-nulle. Et aujourd'hui, on va vers l'ère des quasi-triple A. Il n'y a guère que des pays comme la Norvège, la Suède ou Singapour qui conserveront leur "triple A" sur le long terme. Les marchés le savent bien. Par ailleurs au niveau mondial, la zone euro bénéficie toujours de la confiance des investisseurs. Les pays membres sont considérés comme plus fiables que la plupart des pays émergents.

Enfin, il faut tenir compte de la politique monétaire de la BCE cet été (qui a décidé de racheter de façon illimitée des dettes souveraines pour des maturités allant jusqu'à trois ans, Ndlr) et qui a constitué un tournant. Dans la foulée, on a vu les CDS [Credit Default Swaps] et les taux d'intérêt de tous les pays de la zone euro baisser. Depuis, la zone euro a toujours des difficultés pour gérer la situation macroéconomique (c'est-à-dire l'Espagne). Mais le spectre d'un problème de financement des pays du Sud est écarté. Il faut donc rester calme. La France comme le MES et le FESF pourront continuer à emprunter à des taux bas.

Toutefois Moody's a assorti ses dégradations de la France, du MES comme du FESF de perspectives négatives... Faut-il s'en inquiéter?

Tout d'abord, il est fort possible que Fitch dégrade la France d'ici deux semaines, mais comme celle de Moody's hier, je ne pense pas que ce soit un problème. En revanche, ce qui pourrait faire mal à la France, mais aussi au MES et au FESF, ce serait un nouvel abaissement de la note de l'Hexagone par Moody's ou Standard & Poor's. Or la probabilité est élevée... S&P a déjà dit qu'il y avait une chance sur trois que cela se produise. Personnellement, j'estime à une chance sur deux que ces deux agences passent à l'action d'ici décembre 2013. Si cela arrivait, il y aurait certainement des mouvements sur les taux... De nombreux investisseurs pourraient se dire que la France est dans l'impasse. Et faire un parallèle avec la situation de l'Espagne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2012 à 11:28 :
A tous ceux qui critiquent le pouvoir "excessif" des agences de notation, je propose de réfléchir un peu : vous rendez-vous compte que c'est aussi absurde qui si on critiquait le "pouvoir excessif" d'un journaliste ou d'un essayiste qui publie des opinions ?
Ce "pouvoir" n'existe que pour une seule et unique raison : le fait que les Etats prennent les notations de ces agences comme référence officielle dans leurs textes réglementaires. Par exemple, dans le cas du MES, la capacité d'emprunt a été fixée par rapport aux notations relatives es Etats et du MES. Cela donne effectivement une position dominante indue à ces agences, mais les seuls responsables sont les ETATS, qui choisissent délibérément de donner une valeur quasi "juridique" aux notes de ces agences. Si les Etats cessaient de faire référence aux notes de ces agences, et bien elle redeviendraient de purs organes de certification, sur un marché libre et concurrentiel, et chacun serait libre ou non de leur accorder du crédit. Comme pour un journaliste.
a écrit le 02/12/2012 à 11:42 :
Non !!! non !! pas d'affolement, le capitalisme de marché à l'Occidentale est à l'agonie, la finance s'autodétruit .Il n'aura survécu qu'une vingtaine d'années à son rival, le capitalisme d'État de type soviétique, mais surtout pas d'affolement ce n'est que le casino mondial qui va être en dépôt de bilant !!
Réponse de le 02/12/2012 à 12:14 :
De toute façon même si le capitalisme financier se meure, il renaîtra, c'est ce même type de capitalisme qui est à l'origine de la crise de 1929 et depuis toujours les mêmes erreurs. Certes le système communiste n'était absolument pas le meilleur mais il représentait une menace et en cela le monde occidentale devait faire des compromis (cf le compromis fordiste),depuis l'implosion de l'URSS, le visage du capitalisme a changé pour redevenir le même que dans les années 20, la spéculation s'est accrue et aujourd?hui rien de concret ne s'oppose au capitalisme financier. Bien sûr, je parle d'un point de vue purement économique et il est certain que les conséquences sociales et sociétales à long terme seront désastreuses et encore une fois je me réfère à la décennie de crise des années 30: augmentation des inégalités,paupérisation de la société, faillites, montée des extrémismes...
Réponse de le 02/12/2012 à 13:23 :
Oui léa@, je ne partage pas votre optimisme, vous oubliez une chose, le moteur du système économique. Depuis les années 70 le moteur de la croissance est cassé, pour soigner le moribond, le crédit à tout va a été instauré et il vient de montrer ses limites, le dollar est de moins en moins crédible. L'économie repartira ? sur qu'elle base? Une chose est certaine, nous sommes la première génération qui donnons en héritage moins que ce quel a reçu, je suis triste pour les enfants.
Réponse de le 02/12/2012 à 14:16 :
La croissance est en berne car les salaires sont gelés depuis des années voire baissent (cf l'Allemagne), d'où l'explosion du nombre de crédits pour pouvoir consommer, il est grand temps d'arrêter la politique libérale et revenir au Keynésianisme encore faut-il que tous les pays fassent la même chose, faute de quoi ce sera un échec (cf relance de Mitterrand début des années 80). Je ne suis pas vraiment optimiste car je ne considère pas ce système comme bon, et je suis d'accord avec vous l'avenir est très loin d'être resplendissant. Seulement il faut bien voir qu'en France nous sommes des privilégiés et je pèse mes mots : il suffit d'observer la classe moyenne qui s'écroule aux Etats-Unis et au R.U( chômage à 15%, pas d'assurance maladie, retraite par capitalisation), même en Allemagne certes il y a moins de chômage parce qu'il y a beaucoup plus de temps partiels, la retraite est à 67 ans et l'assurance maladie beaucoup moins efficace qu'en France. Quant à vos doutes sur la viabilité de l'économie française je les partage et je m'en inquiète profondément mais l'économie mondiale elle est toujours là et avec de nouveaux leaders.
Réponse de le 03/12/2012 à 7:41 :
@Lafronde et Léa: Allons! Allons! Le Capitalisme n'est ni mort ni en train de mourir; et il nous survivra pour le plus grand bien de nos enfants.
a écrit le 02/12/2012 à 11:38 :
A force de répéter en boucle que FR a un problème de compétitivité, on a ce que l'on mérite (sans même faire appel au roi du dénigrement français, l'inénarable Baverez). Question compétitivité,- vis-à-vis de l'Allemagne peut-être (et encore)-, mais surtout en valeur relative. Qui donc expliquera pourquoi ,si c'était vraiment le cas, nos exportations en valeur absolue atteignent le plus haut niveau jamais atteint soit $ 578 Mds en 2012 (source Douanes, Eurostat) ?
a écrit le 02/12/2012 à 11:05 :
@Pierre Henry. Vous me l'avez pris des mains si vous permettez je reprends le refrain avec vous : tout va très bien tout va très bien. Sauf que j'en ai marre qu'ils SE FOUTENT DE NOTRE GUEULE.
a écrit le 02/12/2012 à 10:52 :
Tout va très bien Madame la Marquise, tout va très tout va très bien ....
a écrit le 02/12/2012 à 10:04 :
L'Espagne décide unilatéralement d'accorder un visa de longue durée à des russes pour peu qu'ils achètent un logement en Espagne ou investissent dans ce pays. La Grèce envisage la même chose. Et la Grèce ne délivrera plus de passeport à des immigrés sur son sol. L'Europe se disloque et c'est tant mieux. Oublions ce qui devait être un rêve mais qui se révèle un cauchemar. Vite, tournons la page.
a écrit le 02/12/2012 à 8:46 :
Il ne faut pas s'affoler mais on a une chance sur deux pour qu'avant décembre 2013, sous un an, d'être encore dégradé et là, il y aura des conséquences et sur le MES et sur les taux à payer. Bref, il ne faut pas s'affoler, le risque de dégringolade est pour dans un an. Remarquable logique ! Ces "positions", il n'y a pas d'analyse, n'ont aucun intérêt. Le presse économique devrait chercher les gens qui disent des choses nouvelles permettant une relance non-déficitaire.
a écrit le 01/12/2012 à 23:21 :
C'est le signal d'une dégradation prochaine de nos conditions d'emprunts.
a écrit le 01/12/2012 à 23:19 :
oui
a écrit le 01/12/2012 à 20:55 :
Tout est de savoir si c'est utile pour la France ou la mondialisation!
a écrit le 01/12/2012 à 19:47 :
Je pense qu'il y toutes les chances qu'on "foute un coup de pied au c..." à ces pseudos agences de notation qui n'ont aucune légitimité pour "noter" des Etats ou des institutions comme le MES.
Réponse de le 02/12/2012 à 5:22 :
Pourtant ce sont de bêtes lignes de codes mathématique, appelées "algorithme", qui produisent ces résultats. On va pas foutre un coup de pied au *** des mathématiques, non!?
Ce n'est pas que ces agences ne soient pas légitimes, mais c'est qu'elles ont une forte crédibilité pour le public averti : Les investisseurs.

L'économie c'est un peu con, si t'as 100 balles, eh bien t'as 100 balles : Mon foyer n'est pas endetté à 95% de mon PIB malgré que je n'ai que le Brevet des collèges comme diplôme. Il faut dire que j'ai été élevé dans la simplicité et l'humilité : Je n'ai donc pas fait ENA, Sciences Pot ou autres.

Non, le problème est ailleurs, saviez-vous que depuis 1973 les états ne doivent plus emprunter à des banques nationales, mais à des banques privées et que l'étalon or a été abandonné :
La dette était prévue : Elle est montée de toute pièces depuis (au moins) 1973.

Faire péter les acquis sociaux des français (la cohésion populaire aussi bien sur...diviser pour mieux régner) et niveler l'europe par le bas tel est leur but.

Oui je parle de cohésion populaire détruite : Qui n'a jamais entendu dire un ouvrier : "Les patrons s'en foutent plein les fouilles"
Qui n'a jamais entendu un entrepreneur se plaindre de ses charges et pester contre ses ouvriers qui eux ont leur salaire à coup sur.
Eh bien personnellement je pense que là ils ont fait fort les ******* d'en face.

Et là, j'en profite pour rebondir sur la remarque de Bastien : "Il faut savoir d'où on vient pour savoir où l'on va" :
Si je compare les USA à l'Europe, je vois déjà facilement ce qui est entrain de se profiler, pour simplifier : les riches en Californie et les pauvres en Louisiane.

Une migration importante est prévue en Europe dans les années à venir : Riches dans les pays où il fait bon vivre, mais où l'immobilier est hors de prix. Et pauvres dans les pays de l'est, une baraque à 20 000, le top quoi.
(France en 2012 : Une maison d'ouvriers des années 60 nécessitent aujourd'hui le salaire de 2 cadres supérieurs endettés sur 25 ans)
Finalement : Ils ont réussi à nous foutre dehors de chez nous. On a rien vu venir, moi je dis bravo Gerard Majax.

Allez salut



Réponse de le 03/12/2012 à 9:43 :
Visiblement, les maths c'est pas votre truc...
Il faut savoir que vos fameux "algorithmes" peuvent être totalement faux. Il suffit de se rappeler des subprimes..
Donc oui je pense qu'il faut leur donner un coup de pied au cul mais dans le fond il faut aller plus loin:
Il faut instaurer la terreur et exterminer toute cette vermine. Il faut détruire ces banques. L'activité bancaire doit être publique. De toute manière, quand il n'y aura plus rien dans le frigo, les premiers à en souffrir seront les banquiers, spéculateurs de tout poil, les financiers qui ont pris le contrôle des industries et réclament un minimum de 15% de dividende...pour quoi faire? être plus riche que son voisin? j'ai la haine...
a écrit le 01/12/2012 à 19:47 :
Je pense qu'il y toutes les chances qu'on "foute un coup de pied au c..." à ces pseudos agences de notation qui n'ont aucune légitimité pour "noter" des Etats ou des institutions comme le MES.
a écrit le 01/12/2012 à 19:47 :
Je pense qu'il y toutes les chances qu'on "foute un coup de pied au c..." à ces pseudos agences de notation qui n'ont aucune légitimité pour "noter" des Etats ou des institutions comme le MES.
Réponse de le 01/12/2012 à 21:52 :
En l'espèce, si, elles sont parfaitement légitimes puisque ce sont ces mêmes organismes qui, pour être crédibles auprès des prêteurs, demandent à être notés. Actuellement, les suisses achètent beaucoup d'euros pour maintenir leur devise basse mais, pas fous, dans le même temps, ils organisent des exercices aux frontières en prévision de la grande explosion. J'aime beaucoup les suisses, ils ont à eux seuls toute l'intelligence qui fait défaut aux peuples de l'U.E. Quant au M.E.S, libre à vous de lui prêter autant que vous voulez (de toutes façons, vous serez contraint de lui donner malgré vous !). Mais entre un Napoléon 20 francs or et une créance du M.E.S., je ne cogite pas très longtemps.
Réponse de le 01/12/2012 à 23:42 :
Bien dit @Bastien. Oui, de toute façon, vous serez contraint de donner au MES...par vos impôts ! Et effectivement l'or est et sera encore plus recherché. L'Euro et l'Europe sont en route pour l'implosion en laissant des dizaines et des dizaines de millions de personnes sur le carreau. Dans la misère. Dans le malheur. Les Suisses ont effectivement toute l'intelligence, la compétence, la sagesse et le savoir-faire qui manquent à nos grands seigneurs responsables mais pas coupables.
Réponse de le 02/12/2012 à 11:36 :
Je suis désolée mais les agences de notations ont un pouvoir considérable et de plus elles ne sont encadrées par aucune législation, pour moi elles ont donc aucune légitimité. Vous n'est surement pas sans savoir que S&P, moody's et Fitch sont à l'origine de la crise des subprimes de 2007 dont nous subissons les conséquences actuellement puisque ce sont-elles qui ont attribuées aux crédits subprimes la note maximale du triple A, alors qu'elles savaient pertinemment ces crédits pourris. D'ailleurs la plus grande banque du monde Goldman Sachs n'a t-elle pas fait le" casse du siècle" en pariant contre ses propres investisseurs et contre les notes des agences de notation. De plus il faut bien avoir à l'esprit que les marchés financiers n'obéissent à aucune logique concrète. Pour ceux qui souhaiterait mieux comprendre la finance je vous conseille Monnaie Banques et finances J. Couppey-Soubeyran Puf, 2ème édition,2012. Pour ma part, je suis sûre que les politiques n'ont aucun pouvoir et d'autant plus en France puisque nous faisons parti de l'UE et nous sommes dans une économie globalisée. Les politiques et notamment Obama ont laissé passé leur chance car en 2007-2008 les banques étaient à genou et les gouvernements étaient en mesure d'exiger certaines choses d'elles, aujourd'hui c'est trop tard. En outre je vous propose d'étudier la théorie d'Irving Fisher concernant le désendettement, pour ma part, il est clair qu'en prenant des mesures d'austérité drastiques (cf. la Grèce et l'Espagne)nous courrons à notre perte, il suffit de comparer la crise actuelle à celles des années 30. A bon entendeur salut.
a écrit le 01/12/2012 à 19:46 :
"Un geste difficile à comprendre", la décision des agences et logique, il n ont plus confiance dans la capacité des pays européen à résoudre la crise sans perte pour les investisseurs. La france n à pas fait de réforme structurelle depuis plus de 30 ans, les dettes des état sont très fortement sous estime, part de plus en plus importante du hors bilan (environ 10 à 15 % environ pour l état français). De plus Une agence se fait rémunérer par les entités qui veulent recevoir une note ou celles qui utilisent la note donc les état qui critique ces agences sont également ceux qui les font vivre. Chaque fois qu un pays ou entreprise émettent de la dette sur les marchés, ils s'acquittent alors en plus d'une commission de 0,045 % de la transaction. 90 % du chiffre d'affaires des agences de notation provient des entités notées.
Réponse de le 01/12/2012 à 20:56 :
Les entreprises payent, pas les états.
Réponse de le 02/12/2012 à 4:40 :
Bonjour , La Taupe , Doc.
Au sujet de qui paye quoi et à qui, il est intéressant d'avoir quelques notions,
d'une certaine forme de comptabilité........
juste au cas ou, voir : CREATIVE ACCOUNTING.....
Cela fait plus de 30 ans que cet art très particulier fleuri dans les audits d'Amérique.
C'est une vraie merveille, je puis vous l'assurer.......... bonne rigolade à plus.......
a écrit le 01/12/2012 à 19:31 :
L'Europe s'enfonce dans la récession, les citoyens des pigs font un bond de 30 ans en arrière, les analystes sont toujours positivement surpris par les stats des USA et donc les bourses de valeurs sont au plus haut malgré des résultats en baisses. Les financiers considèrent que nous sommes en pleine euphorie économique et nous ne nous en rendons pas compte...
a écrit le 01/12/2012 à 18:36 :
pas besoin de docteur en économie mais un peu d'économie classique pour savoir que le capital a été pris ou... que les dettes des pays sont énormes que la croissance ne va pas que le PIB est calculé en intégrant des services et des productions qui ne sont que du vent.... et que lorsqu'on est endétté à 95 % de son PIB (c'est curieux d'ailleurs que l'on s'endette sur un PIB qui n'appartient pas à l'état mais a tous) on continue un banquier est autorisé a vous preter au maxi 35 % de votre revenu......et le snotations doivent etre réduite de plusieurs points a mon avis
Réponse de le 01/12/2012 à 22:08 :
C'est curieux, fin 18° siècles, beaucoup des meilleurs esprits considéraient que seule l'agriculture produisait vraiment !
Réponse de le 02/12/2012 à 10:27 :
et oui, mais c'était de la vraie production a distribuer.... alors que les services bancaires ??? et on a essaye de nous faire de coup - j'ai pas connu - du retour a la terre maréchal nous voila......bon mais la vraie richesse elle est ou a mon avis dans la production reelle à répartir des cartes bleues visa ou autre ca ne produit pas des produits alimentaires..... ca facile leur achats... mais s'il n'y a pas de salares dans le super machin ou le marocain du coin on fait quoi avec sa carte visa ???
Réponse de le 02/12/2012 à 15:25 :
En ce qui concerne les services financiersvous avez en grande partie raison, mais il y a d'autres services qui ont une valeurs, l'éducation, la santé etc...
a écrit le 01/12/2012 à 18:25 :
Le gouvernement nous pisse dessus, les journalistes nous informent que c'est de la pluie.
Moi je m'en fous j'ai un parapluie
Réponse de le 01/12/2012 à 18:42 :
je ne connaissait pas cette remarque intéressante, mais je pense aussi qu'il faut avoir des bottes....et en sus je commence à me méfier madame ma demandé un parapluie (bien sur de grande marque) pour noel;.... elle doit préparer quelque chose.... bon WE
Réponse de le 02/12/2012 à 4:48 :
Cher Capitoul,
Je vous remercie d'avoir remarquer cette petite phrase qui m'a moi même interpellé tant elle est pleine de vérité.
Quant aux bottes, effectivement vous avez raison! Cela pourra m'éviter, tel notre emblème national le coq, de chanter avec les deux pieds dans la merde.
Pour le parapluie de madame, effectivement c'est étrange, méfiance donc!
Bon week-end
a écrit le 01/12/2012 à 18:21 :
Soit que l'on est sérieux et que l'on fait son job, soit que l'on copine et que l'on s'arrange pour les "médias"!
a écrit le 01/12/2012 à 16:56 :
Ah, c'est juste grandiose ... Comment s'adapter à l'air du temps... Le même homme qui, interviewé par le Figaro en juillet 2011 déclarait, je cite : "Je partage le point de vue de Patrick Artus sur le fait que les notations de plusieurs pays industrialisés sont excessivement élevées. Fitch, Moody's et S&P ont «surnoté» la Grèce et plusieurs pays européens car elles ont considéré, à tort, que l'appartenance à la zone euro réduisait le risque d'insolvabilité? Ce fut une erreur. Les États dont la dette publique a fortement augmenté depuis une décennie, qui n'ont pas encore réorganisé leur État-providence et qui ont insuffisamment réformé leur système de retraite, devraient être dégradés.". Mon grand père disait que pour savoir où l'on va, il faut savoir là d'où l'on vient. Cela n'a jamais été aussi vrai !
Réponse de le 01/12/2012 à 18:40 :
on va à l'encontre des grands chantres de la reprise ??? comment la zone euro n'est pas solide ?? tout le monde le dit, sauf l'allemagne a ZUT les autres pays sont en faillites mais non tout va bien, ca me rappelle une grande phrase classique "nous nous sommes arrétes au bord du précipice et depuis nous avons fait un grand pas en avant"....la grece en plus a menti grace d'ailleurs aux personnes qui sont aux commandes de la BCE et du reste....et on oublie qu'un membre gangréné fait pourrir tout le reste
Réponse de le 01/12/2012 à 18:40 :
on va à l'encontre des grands chantres de la reprise ??? comment la zone euro n'est pas solide ?? tout le monde le dit, sauf l'allemagne a ZUT les autres pays sont en faillites mais non tout va bien, ca me rappelle une grande phrase classique "nous nous sommes arrétes au bord du précipice et depuis nous avons fait un grand pas en avant"....la grece en plus a menti grace d'ailleurs aux personnes qui sont aux commandes de la BCE et du reste....et on oublie qu'un membre gangréné fait pourrir tout le reste

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :