Martin Schultz : "Le conseil européen s'autoproclame gouvernement de l'Europe"

 |   |  581  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Interview du président du parlement européen sur le rôle de l'institution et la crise.

La Tribune- Le sentiment général est que le parlement européen est resté plus spectateur qu?acteur dans la crise européenne. Partagez-vous cette vision ?

Martin Schulz - Non, le parlement européen n?est pas resté spectateur. En réalité, c?est l?éternel problème du parlement: ses pouvoirs sont beaucoup plus importants que ce que lui accorde la perception publique. Lorsque le parlement vote en faveur de la taxe sur les transactions financières, cela est beaucoup moins remarqué que lorsque les chefs d?Etat ?qui ne sont pas parvenus à se mettre d?accord pendant des mois sur ce thème? évoquent ce sujet. Je pourrais faire une longue liste des initiatives qui prouve le rôle actif du parlement : le Six-Pack ou l?actuel travail sur la régulation des agences de notation.

Mais alors, comment expliquer cette perception ?

Nous avons un rôle actif, mais nous ne pouvons contraindre les gouvernements. Or, les chefs d?Etats et de gouvernements ne manquent jamais de s?occuper de chaque dossier et de s?autoproclamer le gouvernement de l?Europe. Et en agissant ainsi, ils réintroduisent le principe de l?unanimité. Ceci conduit à une stagnation et à la mise en place de solutions qui ont en réalité plutôt conduit à aggraver la crise.

Récemment, sur la nomination d?Yves Mersch au directoire de la BCE, le conseil a désavoué le parlement européen. Le regrettez-vous ?

L?Union européenne n?est pas un Etat fédéral. Si c?en était un, le gouvernement serait responsable devant le parlement. Mais aujourd?hui, c?est optionnel: lorsqu?il s?agit de surveiller les budgets nationaux, on agit comme si l?on était un gouvernement fédéral. Et lorsqu?il s?agit de respecter les choix du parlement, on rappelle que l?UE n?est pas un Etat fédéral. En refusant la décision parlementaire sur la nomination d?Yves Mersch, le conseil européen était dans son droit. Mais il ne devra pas s?étonner si le parlement répond en utilisant un jour le droit de bloquer une de ses décisions.

Comment observez-vous le rôle de l?Allemagne dans cette crise ?

D?abord, il faut souligner que l?Allemagne est solidaire. Les Allemands garantissent jusqu?à 400 milliards d?euros dans l?ensemble des mécanismes de stabilité, alors que leur budget annuel dépasse à peine les 300 milliards d?euros. Malgré tout, ils donnent le sentiment de ne pas être solidaires. Or ?et c?est le deuxième point? l?Allemagne n?est pas la seule à réclamer la rigueur comme solution à la crise. La Suède, la Finlande, les Pays-Bas, le Royaume-Uni en font autant. Mais il est désormais clair que si la rigueur est nécessaire, aucun budget ne pourra être rééquilibré sans retour à la croissance. Je reste convaincu, et je suis peut-être un des derniers à l?être, que les Eurobonds sont la solution. Peut-être qu?une licence pour le MES pourrait également régler le problème. Aujourd?hui, la situation est absurde : une banque emprunte à la BCE à 0,75 % et prête à l?Italie à 4,5 %. Mais l?Italie est un des propriétaires de la BCE. On est donc contraint de voir la BCE intervenir de façon illimitée pour empêcher cette situation. C?est au final une forme de mutualisation de la dette, ce qui aurait été aussi le cas avec les Eurobonds?
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2012 à 11:32 :
"s'autoproclame " on sent l'esprit démocratique !
Réponse de le 09/12/2012 à 15:45 :
L'auto proclamation c'est de la véritable démocratie !
a écrit le 09/12/2012 à 11:07 :
Le parlement européen devrait éviter de se vanter d'avoir voté la taxe sur les transactions financières, cette taxe contre productive coutera beaucoup plus a l'europe qu'elle ne rapportera mais, semble-t-il, les parlementaires européens sont aussi ignares économiquement que leurs camarades des parlements nationaux.
a écrit le 09/12/2012 à 1:39 :
Il est clair qu'il faut avancer plus rapidement vers l'Europe fédérale, réduire le nombre d'instances politiques coûteuses et inefficientes, régions, communes dans chaque pays. Les Etats-Unis ne sont pas un modèle mais furent assez en pointe au moment où nous allions entrer en révolution. On aurait évité plusieurs guerres si nous avions à cette époque choisi une voie similaire à la leur avec pour objectif une 'Europe fédérale plutôt que de laisser des pouvoirs nous entraîner vers des conflits et intérêts qui ne sont pas ceux des populations mais personnels et de visions limitées. Ce n'est pas abandonner sa culture que d'harmoniser sa fiscalité, ses différents budgets, avoir une armée et des armements communs, une politique énergétique commune, une politique des transports commune etc. On a de nombreux exemples type Airbus etc et de nombreux programmes qui fonctionnent à nos avantages à tous européens et l'Europé a énormément apporté. S'il n'y avait pas eu l'Europe nous serions bien plus retardé, voir encore en guerres ou envahis. Les gens qui veulent casser l'Europe plutôt que de l'améliorer sont majoritairement des partis populistes démagogiques dont les origines ou l'histoire ont souvent été sombres dans le passé, qui prêchent pour leur seule paroisse et tente de prendre le pouvoir pour leurs seuls intérêts. On voit çà en Hongrie entre autres et on constate les problèmes et reculs pour les hongrois.
Réponse de le 09/12/2012 à 5:46 :
Plus on restera dans l'Europe et plus on connaitra la misère. C'est vrai on se rend compte que la Suisse et la Norvège sont très attardés parce qu'ils ne sont pas dans l'Europe. Vivre en Norvège où en Suisse est une horreur, c'est bien connu. A se demander pourquoi des millions d'Européens (dont moi) rêvent de quitter cette Europe ? Quel raisonnement stupide. En tout cas, les Européens que nous sommes vont devoir payer pour la Grèce, chaque contribuable à hauteur de plus de mille euros ce qui ne sera pas le cas des Suisses ou des Norvégiens.
Réponse de le 09/12/2012 à 7:36 :
on dirait un soviétique qui parle...!!! incroyable pendant des dizaines d'année il y a eu la Guerre Froide..les Français étaient tous mobiliser pour combattre les idées des soviétiques..et puis sans un coup de fusil nous sommes tomber dans la même dictature de la pensée unique...!!! WOW ça fout les chetons...!!
faites vous soignez VIVE l'Europe....Votre Europe va nous faire régresser de 30 ans..!!!!
Vive la France LIBRE...!!!
Réponse de le 09/12/2012 à 9:56 :
A @vive l'Europe. Et quand on connait le contenu des articles 67, 69 et 79 du Traité de fonctionnement Européen signé par la France, on n'a qu'une seule envie : foutre le camp au plus vite et le plus loin possible de cette Europe !
Réponse de le 09/12/2012 à 12:43 :
Ne dit-on pas ''l'union fait la force''? Je crois que cela serait une erreur de se renfermer sur nous-même, notre nationalisme. Je me sens plus européenne que française. Les personnes qui voient en l'Europe, un monstre destructeur, sont trop égocentriques. Si la Suisse ou Norvège ont des économies fleurissantes, c'est en partie grâce à l'Europe. L'économie d'un pays a toujours eu des répercussions sur ces voisins. Pourquoi critiquer à ce point les grecs, un peuple merveilleux, qui plus est est le berceau de notre civilisation. Nous ne sommes pas mieux que les grecs, espagnols ou italiens, au vu de notre dette publique. Seulement à la différence des grecs, nous obtenons encore la confiance des investisseurs, mais si ce n'était pas le cas, nous serions dans une situation pire que la Grèce, alors accuser les grecs, alors que nous sommes pires, je ne trouve pas cela très fair-play. Nous sommes dans l'obligations de vivre les uns avec les autres. Nous ne sommes pas seuls sur cette Terre. Cela nous oblige à faire des concessions, et à apprendre à vivre dans cette société européenne. SI vous saviez l'impacte mondiale qu'à notre Europe sur le monde, vous penseriez différemment. Nous sommes certes, un tout petit territoire, mais notre influence est grande. Nous avons une telle chance, de vivre dans une Europe en paix. Regardez autour de vous, les gens sont plutôt heureux, nous n'avons jamais été aussi riches. Nous ne manquons de rien. Regardez autour de vous, plutôt que le nombril! Voyagez! L'Europe est généreuse, et nombreux sont les populations qui nous envient. Bien sûr qu'il existe des problèmes économiques, mais le problème vient de chacun. Nous devrions nous sentir plus solidaire les uns des autres, au lieu de nous accuser les uns les autres. Soyez fier d'être Européens. Bien sûr que les inconvénients existent, mais les nôtres, sont moins pires qu'ailleurs. Il faut juste plus responsabiliser, non seulement les acteurs de notre sociétés mais également chaque citoyen, car si tout le monde fait un peu d'effort, nous y gagnerons tous.
Réponse de le 09/12/2012 à 13:14 :
C'est vrai @Marie l'impact mondiale de l'Europe.... fait se plier de rire les Russes par exemple ! Et les Suisses veulent tous venir vivre en Europe c'est bien connu. Mais je suis d'accord avec vous, les suisses et les norvégiens ne connaitront jamais la paix parce qu'ils ne sont pas dans l'Europe. Et ces gens la sont si malheureux, les pauvres. Chez nous nous ne manquons de rien ...même pas des restos du coeur ! Le monde entier nous envie c'est vrai, notre ISF par exemple, notre chômage etc.
a écrit le 08/12/2012 à 22:23 :
la bce, les dettes nationales, les fonds, les swaps, les contrôles, les contrôles des contrôles.. toutes ces conneries vont péter à la figure dans quelques temps. Il faut rendre les situations simples et contenues: un pays, une législation, une pouvoir, une indépendance, une monnaie. Tout foutre dans le même sac et en ayant tout le monde qui y mets la main et alors plus personne ne sent responsable de remplir le sac. Revenons à des situations claires et alors qui seront plus controlables.
Réponse de le 09/12/2012 à 1:50 :
Si on vous a bien compris c'est revenir à la situation précédente que vous proposez. Le problème c'est que çà n'a jamais marché durablement dans le passé et que depuis le monde a en plus changé, on se doit de raisonner au plan planétaire voire au delà et il y a des grandes zones économiques, politiques etc. en face de nous. Reprendre ses billes pour représenter géographiquement et plus un "timbre poste" vieillissant sur le globe et sans ressources c'est se préparer à être exploités ou envahis ou les deux. C'est une vision passéiste qui craint d'aller de l'avant là où çà ne pose aucun problème aux jeunes formés dans divers endroits de l'Europe et qui en seront les meilleurs promoteurs puisqu'elle est encore inachevée et que c'est au contraire le moment de l'achever et de s'en préoccuper plutôt que de chercher à la démanteler sous de faux arguments et prétextes et de fausses espérances dont on connait parfaitement les résultats puisque nous avons connu toutes les situations auparavant et pas seulement cette partie du globe car les mêmes situations individuelles produisent toujours les mêmes effets.
Réponse de le 09/12/2012 à 5:39 :
C'est vrai la Norvège va être envahie, la Suisse aussi. Et ces pays sont des horreurs à vivre, n'est-ce pas ? Quelle vision passéiste ces deux pays !! On y vit si mal. Pour sûr ils regrettent de n'être pas dans l'Europe.
Réponse de le 09/12/2012 à 12:02 :
Pierre : + 1000000!
Réponse de le 09/12/2012 à 12:33 :
@Europe fédérale. je travaille en dehors de la france. ma croyance est différente: mettre les pommes, poires , oeufs pourris dans le même panier ne donne pas de la clarté mais permets de nager en eau trouble et aux vicieux d en retirer un profit. les oracles fédéralistes sont intéressants mais ils devraient se sendre compte que tant qu ils n auront pas l evasion fiscale, les produits pourris des banques, la corruption sous contôle.. rendra l eau encore plus trouble ne va qu empirer le sujet.
a écrit le 08/12/2012 à 18:09 :
Ci-joint un article de la Libre Belgique, la Commission Européenne (non élue par les peuples européens) veut juste mettre les Européens au service des Etats-Unis" .

http://www.lalibre.be/economie/actualite/article/780554/martin-schulz-aimerait-une-zone-de-libre-echange-entre-europe-et-usa.html

a écrit le 08/12/2012 à 18:08 :
On nous parle tout le temps de l engagement allemand. Mais n oublions pas que celui de la France est presque aussi important (20,6% du risque). En définitive, cela représente environ 50 milliards d?euros, soit près de 1000 euros par habitant, que les Français devront payer si la Grèce, comme cela est maintenant très probable, fait défaut.

Mais le pire, c est que ce défaut épongé par le contribuable ne servira à rien puisque les dirigeants européens se refusent totalement à admettre que la seule solution est la sortie de l?euro de ce pays. Seule solution en effet pour lui permettre de redémarrer sa production locale, de relancer le tourisme, etc, etc?

Un gâchis immense causé par l?entêtement des chefs d?Etat et des faiseurs d?opinion.

Au même moment où la France débat sur le fameux choc de compétitivité, on apprend que Renault, entreprise dont l?Etat est actionnaire, se livre à un chantage social ahurissant en Espagne et en France. Pendant ce temps, Volkswagen prévoit des milliards d?investissement sur le sol allemand.

Le seul véritable choc de compétitivité à même de sauver notre industrie est, bien sûr, la dévaluation compétitive ou plus exactement la réévaluation de la monnaie allemande. Cela, bien sûr, passe par le démontage organisé et raisonnable de l euro. Tout le reste n?est que littérature.
http://blog.nicolasdupontaignan.fr/post/Pendant-le-grand-guignol%2C-la-Terre-continue-de-tourner-%21
Réponse de le 09/12/2012 à 1:58 :
On peut dévaluer à perpétuité comme dans le passé, çà n'a jamais marché longtemps. Si c'était si simple çà se saurait. On importe déjà plus de 60 milliards d'euros d'énergies fossiles par an et on fait financer notre dette par des capitaux pour beaucoup extérieurs. Si on dévaluait faîtes le calcul de la perte sur ces seuls plans des importations et de la dette. En Islande la monnaie a été dévaluée de 70%, l'économie aurait dû décoller, ce n'est pas le cas, elle va juste un peu mieux pour le moment, malgré les abandons de dettes, l'énergie géothermique à bas coûts, l'arrivée de diverses entreprises opportunistes etc et c'est un pays de quelques centaines de milliers d'habitants seulement, pas la France qui est bien plus complexe.
a écrit le 08/12/2012 à 18:02 :
L Union européenne supranationale est en train de tuer la belle idée européenne de réconciliation et de paix. Il faut oser dénoncer l?imposture de Bruxelles et en finir avec cette escroquerie intellectuelle et morale.

Pourquoi ? Tout simplement parce que l?on ne peut pas construire l Europe contre les peuples, contre les démocraties, contre les sentiments nationaux, contre les réalités économiques.

Ainsi, de même que pour domestiquer la nature il est nécessaire de s y soumettre, penser l?avenir oblige en réalité à s?inscrire dans les grandes continuités historiques dont fait partie, au premier chef, le fait national. Souvenons-nous, là encore, les paroles fortes de Charles de Gaulle, figure si souvent citée mais si rarement écoutée : « La France savait aussi bien que quiconque, en tout cas beaucoup mieux que ceux qui ne sont pas européens, qu?il ne peut y avoir d Europe qu?en vertu de ses nations, que, de par la nature et l histoire, notre continent est tel que la fusion n y est que confusion, à moins qu?elle ne soit l oppression, qu?on n?est pas un européen si l?on est un apatride, que, par exemple, Chateaubriand, Goethe, Byron, Tolstoï pour ne parler que des romantiques n?auraient rien valu du tout en volapük ou en espéranto, mais qu?ils sont toujours de grand écrivains de l?Europe parce que chacun d?eux s?inspira du génie de son pays. » (conférence de presse tenue à l?Hôtel Continental, 12 novembre 1953).

Avec la monnaie unique, l euro, par exemple, on a voulu « commencer de construire la maison par le toit ».
http://www.debout-la-republique.fr/article/nicolas-dupont-aignan-berlin
a écrit le 08/12/2012 à 14:12 :
C'est bien gentil l'Europe mais quand on lit quelques rapports on est consternés: les directives ne sont pas appliquées en France sur l'ouverture des marchés, les prélèvements ne cessent d'augmenter malgré un vote à droite ce que l'électeur ne voulait pas, l'économie compétitive, c'est une gigantesque farce, l'investissement de recherche n'a jamais été fait selon Lisbonne, bref, on tire l'appareil productif vers le bas alors qu'on fait une monnaie forte, comment faire des salaires sans productivité, on a un Etat papier de main d'oeuvre, on parle réformes et rien ne bouge... On parle bien mais on compte mal.
Réponse de le 08/12/2012 à 16:19 :
c'est un peu consternant de lire toutes ces anomalies dont ( la commission?, le Parlement? le Conseil?) l'Europe (laquelle?) serait à l'origine. En fait que les nationalistes la combattent c'est logique mais que les esprits éclairés (il doit y en avoir même à l'ère des textos et autres twitts) ne la défendent pas je le pépète c'est consternant.
Réponse de le 09/12/2012 à 11:19 :
Il y a des fautes de frappes qui ne sont pas consternantes! merci de nous procurer un peu de rigolade dans un monde de consternation.
a écrit le 08/12/2012 à 14:02 :
L'europe c'est une arnaque, c'est un bracage associé à une démolition des pays qui la constituent. Si le conseil se déclare en gouvernement, un pouvoir exécutif doit être élu... alors selon la constitution française la population est automatiquement en Etat d'insurrection. nous avons notre ami Baverez qui propose des Etats Généraux... face à la déroute faut-il vivre libre ou mourir?
Réponse de le 09/12/2012 à 12:06 :
Zac + 1
a écrit le 08/12/2012 à 11:59 :
L'Europe ne peut pas fonctionner telle qu'elle est actuellement. Soit on choisit de se constituer un véritable état fédéral, soit on redonne leurs pouvoirs aux pays: mais entre les deux il n'y a que souffrance, et c'est ce qu'on vit actuellement.
L'Europe telle qu'elle est faite à présent ne fait les choses qu'à moitié et refuse de se poser les vraies questions fondamentales de son modèle.
Réponse de le 09/12/2012 à 1:12 :
Ce n'est pas l'Europe qui pose problème mais certains pays européens. Le souverainisme de la France, la position de l'Angleterre etc font partie des nombreux exemples.
a écrit le 08/12/2012 à 9:34 :
Entre l'UMP et le Conseil Européen, on s'autoproclame de partout !
Réponse de le 08/12/2012 à 10:25 :
et pourtant "j'ai rien, vu, j'ai rien entendu ! "
a écrit le 08/12/2012 à 7:16 :
Un petit pays bien accueillant le Luxembourg.
a écrit le 08/12/2012 à 6:44 :
Aujourd?hui, la situation est absurde : une banque emprunte à la BCE à 0,75 % et prête à l?Italie à 4,5 %

Après cette affirmation du président du parlement européen on comprend mieux qui détiens le pouvoir dans cette Europe.
Réponse de le 08/12/2012 à 7:41 :
Ce monsieur Schultz devra bien faire attention lui ou ça famille de ne pas avoir un malheureux accident de voiture en voulant s'attaquer aux puissants banquiers.
a écrit le 08/12/2012 à 4:57 :
très grave décision un gouvernement doit être élu par toute la communauté européen il faut limogé ceux en place sans discussion autrement nous allons vers une dictature en Europe.
Réponse de le 09/12/2012 à 8:50 :
mais c'est déjà une dictature
a écrit le 07/12/2012 à 22:29 :
La Commission Européenne et ceux qui en vivent grassement sont les ennemis des Européens. Ils sont aux citoyens ce que les apparatchiks soviétiques étaient à la population d'URSS : des sangsues gardiennes d'un dogme faux et qui sacrifie les peuples aux intérêts d'une minorité et de sa cour.
Réponse de le 07/12/2012 à 23:45 :
Vous seriez bien en peine d'apporter des éléments concrets de ce que vous affirmez. En bref vision simpliste et propagande anti-européenne basique et sans portée.
Réponse de le 08/12/2012 à 1:02 :
Je n'ai jamais eu à tirer un coup de feu parce que de mon vivant l'Europe n'a jamais été en guerre. Sauf catastrophe vraiment difficile à anticiper, il devrait en être de même pour mes enfants. Mon entreprise peut de plus en plus facilement travailler dans tous les pays d'Europe, sans se faire plumer dans des opérations de change. Je suis proche d'une frontière, je peux la franchir sans perdre à chaque fois du temps à un poste de douane. Avec le même téléphone portable, je peux me balader partout: le GSM est un produit de l'Europe, comme Airbus, Ariane et tant d'autres choses qui nous placent nous Européens à égalité avec les autres grands blocs du monde. L'Europe n'est pas parfaite loin de la, on peut certainement l'améliorer mais on a rien vu de mieux pour le moment dans nos contrées depuis plusieurs siècles, je ne sais d'ailleurs pas à quand remonte une période pacifique aussi longue. Si le prix à payer est de lire parfois des gens comme vous, ca reste supportable (bien qu'énervant)
Réponse de le 08/12/2012 à 7:47 :
@rourou. J'ajoute que je suis aussi entrepreneur travaillant avec plusieurs pays d'Europe mais aussi du Monde. ET je puis vous dire que si la France va mal, elle ira encore plus mal. Beaucoup plus mal. Ce que nous vivons n'est RIEN à côté de ce que nous allons vivre. Bon courage quand même.
Réponse de le 08/12/2012 à 10:21 :
Si vous étiez entrepreneur travaillant avec plusieurs pays du monde, vous n'auriez pas le temps d'écrire ce type de message qui n'est même pas argumenté.
Réponse de le 08/12/2012 à 10:39 :
Aveugles Julien et rourou, qui nous racontent le joli prêchi prêcha de l'Européisme béat, comme en leur temps en URSS il y avait de niais et dévoués russes pour chanter les louanges d'un état qui les martyrisait. La Commission européenne est compétente ? Mais alors pourquoi aucun des objectifs qu'elle avait fixés pour la création de l'Euro ou pour leur plan de réalisation de la crise grecque n'a été atteint ? Pire : c'est l'absolu inverse de ce qu'ils disaient qui arriverait qui est advenu. La Commission européenne est incorruptible ? Mais alors pourquoi les lobbies pullulent comme jamais à Bruxelles, certains se vantant d'avoir fait passer les projets de directive qui les arrangeaient ? Sans parler des scandales concernant certains directeurs de DG de la commissin... Quant à vos mièvreries sur le change, pourquoi donc le commerce entre zone Euro et pays hors zone est-il plus développé qu'entre pays de la zone ?
Réponse de le 08/12/2012 à 11:39 :
Pour votre gouverne, Je lis TOUS les jours LA TRIBUNE , à mon avis le meilleur journal économique français. Travailler avec l'option monde ne signifie pas vivre en dehors de la réalité, bien au contraire. @Truk a mille fois raison. Son jugement est juste. Et la comparaison avec l'ex-URSS est toute à fait appropriée. Truck vous êtes parfaitement lucide.
Réponse de le 09/12/2012 à 1:10 :
Votre superficialité d'analyse est consternante Truk et Albin. Ce n'est pas l'Union européenne avec certes ses défauts et son inachèvement en raison de plusieurs pays qui est responsable de la plupart des problèmes que nous vivons. Elle apporte plus d'avantages que d'inconvénients. Vous avez la mémoire courte sur la situation individuelle des pays européens auparavant et au cours de l'histoire et l'exemple soviétique est très mal choisi, c'était un ensemble issu de conquêtes et partage du monde mis en place pendant la dernière guerre notamment. Quel mélange absurde et sans portée. Comme béats vous êtes champions, vous propagez les arguments des partis populistes dont on se souvient du comportement avant et pendant la guerre et qui ne prêchent que pour leurs intérets et pouvoir propres, quel bel avenir vous proposez pendant que toutes les zones géographiques du monde font l'inverse. Rien à voir avec un de Gaulle etc. votre vision et propagande basiques qui ne tiendraient pas longtemps si on pouvait détailler ici argument par argument.
Réponse de le 09/12/2012 à 12:48 :
Ma vision est peut-être consternante mais comme dit Huguo plus haut lorsqu'on connait les articles 67, 69 et 79 du Traité de fonctionnement Européen on comprend mieux la situation désastreuse dans laquelle on se trouve actuellement et celle encore plus désastreuse dans laquelle on va se trouver. Les inconvénients nous amènent à la mort lente. Le plus béat n'est pas celui que l'on croit.... Mais bon Julien, c'est beau de rêver encore. Le réveil n'en sera que plus difficile. Surtout pour vos enfants.
a écrit le 07/12/2012 à 20:18 :
une autoproclamation..., elle est belle la démocratie dans cette Europe!,
ja ja, un allemand dit que l'Allemagne est soit-disant solidaire mais ne serait pas l'Allemagne qui serait en partie responsable de la crise actuelle en Europe? Tout porte à croire que c'est bien le cas.
Réponse de le 21/12/2012 à 10:18 :
Heureusement que pour vous les frouzes il y a les boches. C'est simple avec vous ils sont toujours responsables de tout y compris de vos propres conneries.
a écrit le 07/12/2012 à 19:42 :
C'est le capo de Berlusconi ? alors les camps sont où ce sont les pays européens et le Obersturmbanführer `? ce dont les ministres des états ? et le führer avec sa petite moustache ?
a écrit le 07/12/2012 à 18:59 :
il a pas mal celui la, le president de l'europe , c'est moi , signé flambi
Réponse de le 08/10/2014 à 20:11 :
Bravo à eux..
a écrit le 07/12/2012 à 18:57 :
la rigueur , c'est pour remplir les poches de nos politiciens vereux , il faut sortir de l'europe , il est encore temps
Réponse de le 07/12/2012 à 19:30 :
En quoi la rigueur remplit elle les poches des politiques ?? Quel rapport avec l'Europe ?
Réponse de le 08/12/2012 à 14:20 :
Il faut plutôt soigner la dépensite maladive... Déjà il faut savoir si l'entreprise c'est autorisé, parce que là on écrase tout. Le paresseux roi près du radiateur, ça peut pas fonctionner!
a écrit le 07/12/2012 à 18:51 :
Nos dirigeants ne savent faire qu''une chose : créer des montagnes de dette à partir de monnaies papier qui ne valent rien. Nous ne sortirons pas de la crise actuelle sans remettre en cause le principe meme de l'argent dette non indexé sur un étalon.
Réponse de le 08/12/2012 à 21:49 :
Voila pour le moins un argument aporétique: jusqu'à présent les monnaies étaient fiables parce que l'économie était fiable. Tout le monde sait ça. L'intox pourrie ça sert à rien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :