L'Irlande bien décidée à revenir définitivement sur le marché obligataire en 2013

 |  | 490 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Premier ministre Enda Kenny a déclaré qu'il avait besoin d'une aide pour alléger la dette de ses banques afin d'assurer sa sortie du plan de sauvetage international.

L'Irlande envisage de revenir définitivement sur les marchés obligataires dans la deuxième moitié de l'année 2013, mais elle a besoin d'une aide pour alléger la dette de ses banques afin d'assurer sa sortie du plan de sauvetage international, a annoncé le Premier ministre, Enda Kenny. S'exprimant quelques jours avant que l'Irlande prenne la présidence de l'Union européenne -le 1er janvier-, ce dernier espère obtenir un assouplissement des conditions de remboursement des billets à ordre ("promissory notes"), que Dublin avait principalement injecté dans Anglo Irish Bank, avant la date limite de remboursement en mars.

L'Irlande serait le premier pays européen à s'affranchir de son plan de sauvetage

"Nous espérons être le premier pays à s'affranchir [d'un plan de sauvetage] en 2013 mais le niveau d'aide promis à l'Irlande doit nécessairement être maintenu", a déclaré Enda Kenny lors d'un entretien mercredi soir. La priorité de Dublin est de modifier les difficiles conditions de remboursement des billets à ordre et de bénéficier rétrospectivement d'un projet autorisant les fonds de secours de la zone euro à recapitaliser les banques présentant un haut niveau de risques.

Engagements européens

Les dirigeants de la zone euro sont parvenus à un accord au mois de juin visant à améliorer les conditions de remboursement des banques ayant bénéficié du plan d'aide. Cela a eu comme conséquence une forte baisse du rendement des obligations et a fait de l'Irlande le premier pays de la zone euro bénéficiaire d'un plan de sauvetage à se financer à nouveau auprès des marchés sur du long terme. Le Fonds monétaire international (FMI) a prévenu cette semaine qu'un retour durable de Dublin sur les marchés était corrélé au respect des engagements pris par l'Europe.

Perspectives budgétaires

Dans son dernier rapport semestriel, le ministère des finances a revu à la baisse les perspectives de croissance du pays pour les trois prochaines années. L?économie irlandaise devrait croître à un rythme de 0,9% cette année, 1,5% en 2013, 2,5% en 2014 et 2,9% en 2015. L'Europe et le FMI s?attendent quand à eux, à une croissance de 1,1% l?année prochaine. Les 8,6 milliards d'euros d?économies prévus sur la période (3,5 milliards en 2013, 3,1 milliards en 2014 et 2 milliards en 2015) devraient permettre de ramener le déficit budgétaire à 8,3% du PIB cette année et 7,5 % en 2013. Si les intérêts sur les Promissory notes n?étaient pas payés, cela ramènerait le déficit 2013 à 6,4% du PIB.

Retour sur le marché de la dette

Dublin a déjà fait son retour sur les marchés de capitaux au cours des derniers mois. Petit à petit, l'agence de la dette irlandaise regagne la confiance des marchés. Elle a émis de la dette à très court terme à plusieurs reprises et cet été, elle a même procédé à ses premières émissions d'obligations de maturité longue (5 et 8 ans, en partie par un échange de titres) depuis septembre 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/12/2012 à 17:09 :
Quand F.H travaille sur la fiscalité certains cri au haro....un levier inexploité pour l' Irlande . (aide, subventions, aides )
et nous et nous ont fait comment ?
a écrit le 20/12/2012 à 16:13 :
Même en siphonnant les impôts des autres pays de l'UE (Impôt sur les entreprises), l'Irlande ne s'en sort pas et va encore produire de la dette.
a écrit le 20/12/2012 à 14:22 :
Le gouverneur de la Banque centrale d?Irlande avoue que son pays ne peut pas rembourser les 85 Mds d?euros
http://www.u-p-r.fr/actualite/france-europe/gouverneur-irlande-dette
Réponse de le 20/12/2012 à 17:50 :
je confirme. j observe ceci régulièrement en irelande (voir mon article plus bas; comme j ai décidé en 2000 d'acheter une maison là-bas quand les prix se seront effondrés.. cela a mis quand même 10 ans.. je pensais que cela se casserait la figure bien avant).
Il ne faut pas trop massacrer les irelandais: en sauvant leurs banques.. ils ont sauvé les banques allemandes qui avaient trop de liens là-bas. Donc: Merkel sera bien obliger de renvoyer l'ascenceur et d accepter une coupure de dette.
a écrit le 20/12/2012 à 14:18 :
les irelandais émigrent: il ne restera plus que de la dette là bas. il n y a pas de chance: les créditeurs doivent accepter d´abandonner une partie de leurs prêts à l´irlande.
a écrit le 20/12/2012 à 13:12 :
L'Irlande a fait défaut une première fois. Parce qu'ils ont pris les bonnes décisions (austérité de l'Etat providentiel obèse), ils sont en train de s'en sortir. Et puis, patatras ! La première chose qu'ils envisagent, c'est de recommencer à s'endetter, donc de refaire exactement la même erreur. Indécrottables politiciens collectivistes ! Combien de faillites successives leur faudra-t-il pour comprendre que l'Etat ne doit jamais s'endetter ?
Réponse de le 20/12/2012 à 13:43 :
un état peut s'endetter pour investir ,de même qu'un particulier pour acheter un appartement .
Réponse de le 20/12/2012 à 14:02 :
@ Dette publique :Je ne vous comprends pas, comme en Espagne, après l'éclatement de la bulle immobilière (l'achat immo: c'était une réelle frénésie hystérique de la population) l'état irlandais a dû secourir ces citoyens à travers ses banques privés. L'état n'était pas du tout obèse, il a dû éponger la dette privé pour éviter le collaps financier du pays. Pour les prochaines années l'état irlandais s'endettera beaucoup mais de moins en moins. La dette va augmenté et devenir de plus en plus grande, mais le rythme (le défficit bugétaire annuel) va baissé.
A cause de cela Mr Kenny pense pouvoir retourner sur les marchés financiers pour s'endetter "librement". Mais pour cela, pour être indépendant, il veut de l'aide! (Ce n'est pas expliqué en quoi consisterait cette aide) Il veut être assisté pour gérer d'une manière indépendante ses finances. L'Espagne formule des idées semblables et aussi extravagantes! Faudra aider leurs banques et puis l'Espagne reviendra sur le marché financier! Qui comprend? Est-ce que le déni conditionne l'instabilité macro-économique de certains pays et la formulation d'idées absurdes?
Réponse de le 20/12/2012 à 14:35 :
Enfin l'aide consiste à repousser certaines échéances. Et puis l'Espagne reçoit donc 39 milliards d'aide de l'UE pour sauver ses banques. Ne l'oublions pas, pour en réalité, sauver ses citoyens du sur-endettement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :