La Grèce à nouveau en grève générale contre l'austérité

 |   |  438  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le pays va de nouveau tourner au ralenti mercredi sous l'effet d'une grève générale contre la poursuite de l'austérité exigée par ses créditeurs de l'UE et du FMI.

Un avertissement. C'est le message que souhaite adresser la Grèce, mercredi, via une grève générale. Celle-ci vise une fois encore à protester contre les mesures d'austérité qui plombent le pays, dont le taux de chômage a explosé à plus de 27%.

Cette journée d'action, la première de l'année a été décidée par les centrales syndicales du public, Adedy, et du privé, GSEE. Elle doit perturber les transports, notamment aériens du fait d'arrêts de travail en cours de journée des aiguilleurs du ciel. Les trains et dessertes urbaines seront affectées, tandis que les bateaux desservant les îles doivent rester à quai.

"Des mesures contre le chômage"

Succédant à une grève générale en novembre, et à plus d'une dizaine depuis le début de la crise grecque en 2010, le débrayage doit culminer avec une manifestation dans le centre d'Athènes à la mi-journée. Il doit aussi perturber le fonctionnement des administrations, écoles et hôpitaux, tandis que les syndicats d'avocats et de commerçants s'y sont ralliés.

Arqués contre le nouveau train d'austérité que le pays surendetté a dû adopter cet automne pour rester sous perfusion financière internationale, la GSEE et l'Adedy avaient appelé à cette mobilisation en riposte à la décision du gouvernement de briser deux récentes grèves, du métro d'Athènes et des marins, en recourant à la réquisition. Dans un communiqué, la GSEE a assuré lutter "pour les conventions collectives", "des mesures contre le chômage", et pour "la sauvegarde des droits démocratiques". De plus, l'Adedy entend faire barrage à des licenciements dans la fonction publique, dont les créanciers veulent réduire la taille.

Un message à la troïka

Alors que le pays traverse sa sixième année de récession, le principal parti d'opposition, le Syriza, de gauche radicale, a appelé à une mobilisation massive pour "faire tomber le plus vite possible" le gouvernement de coalition droite-gauche modére emmené par le conservateur Antonis Samaras. La police a prévu un important dispositif pour prévenir les débordements, fréquents lors des manifestations anti-austérité en Grèce.

La grève constitue un avertissement social avant l'arrivée attendue d'ici début mars à Athènes de la troïka des créanciers (UE-BCE-FMI). Celle-ci qui doit juger du respect par Athènes de ses engagements de rigueur et réformes, conditionnant la poursuite du versement des prêts UE-FMI, censés atteindre d'ici 2014 un total de 240 milliards d'euros.

Lire aussi: Les Grecs accueillent François Hollande partagés entre attentes et désillusions

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2013 à 19:50 :
On en est à l'euthanasie de la population.... c'est du beau travail cette Europe!
a écrit le 21/02/2013 à 20:13 :
La guerre civile en Grèce est une chose normale puisque le gouvernement a trafiqué les comptes publics. Il s?agit donc de rétablir une démocratie avec des comptes clairs. Chez nous, c?est un régime fondé sur le mensonge.
Réponse de le 23/02/2013 à 11:25 :
Une guerre civile, oui, ils en parlent là-bas, mais j'ai entendu aussi, pourquoi pas un retour des Colonels, ça allait mieux pour les affaires????
C'est un peuple courageux, ( je pense vraiment), qui a été manipulé; les maires des villages, les gens... se sont laissés avoir par un appareil d'Etat + Eglise corrompu.
C'est un pays d'à peine 11 millions d'habitants, ça barde; attendez ce qui nous attend ici...
Réponse de le 04/03/2013 à 16:30 :
partir a la retraite a 50-55 ans et escroquer plus de la moitié des sources d impots ca ne dure qu un temps on peut pas avoir le beurre l argent du beurre et la crémiére
Réponse de le 06/03/2013 à 10:57 :
c'est en France qu'on voit des retraités de 50/55ans! là-bas, ils bossent beaucoup plus tard qu'ici dans les entreprises. Je ne suis pas pro-Grèce, mais j'y vais souvent . En France, le marché noir fonctionne bien!!!! regardez autour de vous ...La corruption également est en place chez nous aussi: salaires, indemnités; nous avons 60 millions d'habitants, en Grèce: 11 millions.Beaucoup de Grecs dénoncent depuis longtemps leur système gouvernemental, mais chez nous??, enfin tout va mal partout; la Grèce a bon dos, du moins la plupart des braves Grecs.
a écrit le 21/02/2013 à 14:38 :
C?est une économie de marché noir, ils n?ont rien à faire dans l?Europe !
a écrit le 21/02/2013 à 14:36 :
La démocratie n?est pas une évidence, puisqu?ils trafiquent les comptes publics. Ou alors cela signifie que les autres font pareil ? Que dire de la comptabilité publique de l?Etat français qui condamne les jeunes même qualifiés à la misère à perpétuité, combien d?engagements hors bilan déjà ?
a écrit le 21/02/2013 à 14:31 :
Avec Papandréou du PSOE, c?est l?euthanasie de la société, les jeunes sont victimes des bureaucrates bourreaux de l?Europe et du laxisme.
a écrit le 20/02/2013 à 15:25 :
pourquoi vouloir faire de la censure car a ce moment la on devient comme les bolcheviques;
a écrit le 20/02/2013 à 15:23 :
je croiai certainement a tort que la visite de HOLLANDE en GRECE avait fait des étincelles je vois qu il n en est rien sortir c'est seulement pour HOLLANDE un bon jour d agrément et qu il en profite bien car il n y en a plus pour longtemps on sent chez les gens des envies d aller voir ailleurs d un coté et de dire que nous risquons de revoir ce qui c'est passé en 1789 .
a écrit le 20/02/2013 à 10:57 :
Possible de publier mon post ?
a écrit le 20/02/2013 à 10:54 :
Si les "élites" françaises avaient un peu de "corps au ventre",on n'en serait pas là...Il faut
rebâtir une nouvelle Europe,en commençant par la Grèce,la Roumanie,la Bulgarie et l'Uk
raine;la mise en place d'un nouveau "plan Roosevelt",baptisé "plan Marshall" après la 2è
guerre...Et en serrant très fort les "boulons" pour éviter les fuites...Mais si la Grèce sort de
l'Euro,il pourrait aussi y avoir le Portugal,l'Espagne,l'Italie,l'Eire,la Lettonie,la Pologne et le
Royaume-Uni serait tellement heureux de voir la Communauté européenne se déliter,pour
proposer alors à la Norvège,la Suède de reconstruire autre chose sur ses ruines...l'Oncle
Sam en arrière-plan...Quelle joyeuse perspective...Si le "couple franco-allemand" casse,
l'Allemagne n'y perdra quasiment rien,se tournant alors vers les "immensités russes" et
les pays de l'ex-bloc soviétique...
N'oublions jamais que c'est dans les pires moments que se révèlent les amitiés et les pac
tes les + "vrais"...Il y en a marre des éternels défaitistes et "moralistes" en vrac...!!En de
hors de voter pour PS,UMP,il y a d'autres voies à explorer...Encore faut-il en avoir l'idée-d'
abord- + le courage ensuite...
Réponse de le 20/02/2013 à 13:01 :
Voilà, ce que j'aimerai lire ds tous les commentaires. Alors merci pour celui-ci!
Que cette prise de position essaime ds l'esprit des européens, c'est tut ce que l'on peut souhaiter. Lisez les solutions du comité Roosevelt et sachez qu il existe bien des solutions positives d'avenir heureux pour l'Europe que les mauvaises promises aujourd'hui par nos dirigeants. L'ennui, c'est la désinformation, le manque de temps et de volonté des gens pour s'informer réellement. Arrêtons un peu de penser droite ou gauche!
Réponse de le 21/02/2013 à 13:43 :
100% d'accord avec stoppeur, on entend que la démagogie et propos gratuits non évalués, dépenser, s'endetter, prendre dans l'argent public, ...absence totale de la moindre culture de gestion et de priorisation, il faut s'attaquer aux vrais sujets, et avec des solutions saines qui rapportent
a écrit le 20/02/2013 à 10:27 :
La cigale Hollande est venue les soutenir. On comprend qu'ils n'aiment pas la fourmi Angela.
Réponse de le 20/02/2013 à 14:06 :
+1, les cancres se retrouvent prés du radiateur, ils n'ont pas aenvie de s'attaquer aux vrais problèmes comme l'ont fait ceux qui réussissent : finlande, suéde...il faudrait un conseil d'administration de citoyens pour obliger à agir sinon remerciement du patron...
a écrit le 20/02/2013 à 10:03 :
Décidément ils comprennent rien eux...
a écrit le 20/02/2013 à 9:35 :
Ras le bol de la Grèce et de ses dirigeants qui mettent leur fric en Suisse : ras le bol de faire payer les contribuables français déjà essorés par le gouvernement socialiste, pour renflouer un état qui doit quitter l'Europe au plus vite.
Réponse de le 20/02/2013 à 13:04 :
Cher Monsieur, c'est Goldam sachs qui a aidé la grèce à entrer dans l europe. Posez vous la question de savoir pourquoi ! Continuez ainsi, votez comme vous le faites umps et vous serez le grec de demain mais sur sol français!
Réponse de le 20/02/2013 à 13:52 :
Rappel, La Grèce a payé Goldman pour tricher ! Je ne vois pas en quoi cela peut les disculper.
Réponse de le 20/02/2013 à 14:15 :
Ce ne sont pas les grecs mais l'oligarchie grecque qui a magouillé avec GS, ce n'est pas pareil.
Réponse de le 20/02/2013 à 14:46 :
Yves, ce n'est pas la Grèce qui a magouillé avec GSI mais le gouvernement grec de l'époque tout cela avec la bénédiction de l'Europe (Eurostat était parfaitement au courant) de l'Allemagne et de la France qui avaient des intérêts économiques à défendre par le biais de l'intégration de ce pays dans la zone euro
L'Allemagne et la France ont eux aussi, et plusieurs fois, franchis la ligne du "pacte de stabilité" sans avoir eu la moindre sanction ou même observation...
Si la Grèce est dans cet état c'est parce que la spéculation financière, qui avait énormément perdu d'argent aux USA avec la crise des "subprimes" de 2007/2008, a su tiré profit de la faiblesse de cet Etat pour s'engager dans le marché très lucratif des "obligations ". On raconte même, dans le milieu, que la crise des dettes souveraines de la zone euro, a pour origine, outre le fait qu'elle n'est que le prolongement de la dette américaine d'origine "privée", un mouvement de spéculation lancé par cinq Hedges funds, les plus petits acteurs financiers, contre la dette de la Grèce et via les marchés dérivés (avec les fameux CDS). Comme le résultat fût bénéfique pour ces fonds le caractère fortement moutonnier de la finance a fait le reste et tout le monde s'est rué sur la Grèce ce qui a ruiné le pays.
a écrit le 20/02/2013 à 8:01 :
On s'en fout. Ils se tirent eux même les balles dans le pied. Qu'ils sortent de l'Euro et retournent dans le tiers monde qu'ils n'auraient jamais quitté s'ils n'avaient pas bénéficié des taux d'intérêts allemands.
Les autres peuples verront alors les conséquences d' une sortie de l'Euro. Cela calmera !
Réponse de le 20/02/2013 à 10:12 :
Détrompez-vous, sortir de l'euro et de l'ue leur fera le plus grand bien, ce que ne veulent pas "nos élites" de peur que cela donne des idées aux autres. De toute façon nous finirons tous par sortir de cette union européenne qui casse les populations aux seuls profits des banquiers et multinationales (les bandits de Bildeldberg). Pour finir, je rappelle que c'est Goldman Sachs qui a "conseillé" la Grèce pour la maquillage de ces comptes pour pouvoir rentrer dans la zone euro. Goldman Sachs dont le VP Europe en charge des états à l'époque des faits était un certain Mario Draghi. Oui oui le Draghhi qui dirige aujourd'hui la BCE. Cela ne vous interpelle pas ?
Réponse de le 20/02/2013 à 11:51 :
Si cela le fera le plus grand bien, mais pourquoi ne le font ils pas ?
Et pourquoi, tous les sondages d'opinion en Grèce sont ils contre une sortie de l'Euro ?
J'aimerais comprendre.
Réponse de le 20/02/2013 à 12:28 :
"mais pourquoi ne le font ils pas" tout simplement parce que les grecs, comme tous les européens sont manipulés par la classe politique (chef de gouvernement ancien de Goldman Sachs) et les médias à la botte de l'oligarchie. "tous les sondages d'opinion en Grèce sont ils contre une sortie de l'Euro ?"Lol. Merci pour la blague. Vous avez vu les questions posées ? et les réponses ? Et quel crédit apporté à ces infos vu les mensonges permanents qu'on nous donne. La vérité c'est que Papandreou voulait organiser un référundum mais que les banksters de l'ue l'en ont empêché. Pourquoi ?
Réponse de le 20/02/2013 à 13:13 :
Piller le pays (étape quasi terminée), créer un laboratoire d'expérimentaions économique et social histoire de voir jusqu'où l'oligarchie peut aller contre les peuples, étudier et mesurer les degrés de peur ainsi engendrés chez les citoyens des pays européens voisins et l'éventuelle solidarité de ceux-ci (s'ils lisent les commentaires incitant au lynchage des grecs sur la place plublique: ils ont la réponse!), se faire de l'oseille sans frais via le Fmi, etc
Réponse de le 20/02/2013 à 14:06 :
@Pascal non s il ne sortent pas c est qu ils savent que leur monnaie devaluee serait le pire des remedes, ils savent qu une fois une gestion saine de leur pays retabli ils pourront a nouveau beneficier des subside de l europe, ils savent qu un tout petit pays seul sans ressource naturelles s il ne fait pas parti d un plus grand "organe" est mort dans une economie mondialisé, ils savent que l euro leur fait payer moins cher les importations..... toute medaille a son revers....
Réponse de le 20/02/2013 à 14:37 :
Vous pouvez développer vos affirmations ? "sortent pas c est qu ils savent que leur monnaie devaluee serait le pire des remedes" les grecs ne rembourseront pas leur dette au grand dam des banksters et des contribuables. En ce qui concerne la monnaie, l'euro est trop fort pour l'économie grecque (comme pr ts les pays d'europe hors allemangne d'ailleurs). Qu'il retrouve une monnaie dévaluée et correspondant à leur niveau de compétitivité c'est du bon sens économique. "ils savent qu un tout petit pays seul sans ressource naturelles" Et alors, la grèce a toutjours vécu sur le tourisme, l'agriculture et le transport maritime (ports aux emplacements stratégiques) et quel est le problème ? Vous croyez qu'on peut tous faire des mercedes comme en Allemagne ? "
D?un plus grand "organe" est mort dans une économie mondialisé" N'importe quoi. L'UE est un grand "organe" ou personne n'est d'accord et tout le monde doit être d'accord pour avancer, vous avez le résultat après 20 ans de ce machin ? "ils savent que l?euro leur fait payer moins cher les importations" A quel prix ? oui chaque médaille a son revers et si une sortie de l'ue aura un coût, il sera infiniment moins important qu'un maintien dans l'ue d'un point de vue économique, démocratique, social et politique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :