Pourquoi Berlin fait du zèle budgétaire

 |   |  820  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le déficit fédéral allemand sera encore réduit en 2014. Wolfgang Schäuble et Angela Merkel sont sourds aux demandes de relance, malgré le bon état des finances publiques outre-Rhin.

L?Allemagne refuse d?abandonner la rigueur budgétaire. Selon la Süddeutsche Zeitung de ce lundi, le gouvernement fédéral devrait annoncer mercredi un projet de déficit du budget fédéral pour 2014 d?environ 7 milliards d?euros. Ce serait environ moitié moins que ce qui avait été envisagé jusqu?ici et ce serait un niveau jamais atteint depuis 2000.

Dans les discussions budgétaires en cours, le ministre des finances, Wolfgang Schäuble, a donc imposé son choix de faire de la consolidation budgétaire une priorité du prochain budget. Angela Merkel lui a donné raison contre plusieurs de ses collègues qui demandaient que l?on lève un peu le pied. Selon Der Spiegel, même le FMI réclamerait dans son prochain rapport sur l?Allemagne, un peu plus d?investissement public afin de favoriser le potentiel de croissance du pays sur le long terme.

Un zèle budgétaire très stratégique

Il est vrai que, dès cette année, le budget fédéral allemand sera dans les clous de la « règle d?or » constitutionnelle qui ne réclame un déficit « structurel » maximal de 0,35 % du PIB. Sauf que cette règle ne s?appliquera qu?en 2016? Autrement dit, Wolfgang Schäuble fait du zèle. Il envisagerait même de consacrer les excédents considérables des comptes sociaux allemands, notamment de l?assurance-maladie et de l?assurance-retraite, aux remboursements de la dette. Berlin veut donc, plus que jamais, apparaître comme le bon élève budgétaire de l?Europe.

Ce « zèle budgétaire » s?appuie au moins sur deux excellentes raisons. La première, c?est la position européenne de l?Allemagne. En affichant des finances publiques irréprochables, Berlin est en position de force pour négocier avec des « partenaires » qui ne parviennent pas à consolider leurs budgets : non seulement ceux du « sud », mais aussi la France ou encore les Pays-Bas? De plus en plus, la crédibilité de la zone euro vis-à-vis des marchés dépend de celle de l?Allemagne. Mais en retour, le poids de l?Allemagne dans les décisions européennes est proportionnel à l?amélioration de sa position budgétaire.

Couper l?herbe sous le pied des adversaires politiques d?Angela Merkel

Deuxième raison : les élections fédérales de septembre. Depuis une semaine, Angela Merkel doit faire face à un nouveau parti, Alternative für Deutschland (AfD), qui prône une sortie de la zone euro en raison du coût du « sauvetage de l?euro » pour le contribuable. Selon un sondage réalisé par l?institut Emmid, 26 % des électeurs allemands pourraient voter pour cette formation. C?est donc un vrai danger pour la CDU d?Angela Merkel qui caracole en tête des sondages actuellement avec une avance sur la SPD comprise entre 13 et 15 points.

En accélérant la consolidation budgétaire, la chancelière entend couper l?herbe sous le pied des Eurosceptiques pour leur montrer que l?impact sur le budget fédéral des aides aux pays européens en difficulté est sans impact. Elle se drape également dans le costume très apprécié outre-Rhin de la bonne gestionnaire, ce que, en Allemagne, on appelle la « mère de famille souabe » (Schwäbische Hausfrau) qui économise et épargne l?argent de son foyer. Il lui sera, alors, aisé de repousser les arguments d?AfD sur sa politique « dangereuse » et de rejeter l?accusation sur son adversaire social-démocrate favorable à une plus grande « socialisation des dettes » en Europe. Ce budget 2014, qui sera appliqué par le futur gouvernement est donc un budget avant tout politique.

Un adieu au rééquilibrage de la zone euro

Reste que cette obsession consolidatrice pose le problème du rééquilibrage européen. En accélérant le pas sur le plan budgétaire, l?Allemagne affiche une fin de non-recevoir à ceux qui souhaitent que Berlin réalise une « réévaluation interne » pour répondre aux « dévaluations internes » des autres pays et, ainsi, favorise par un peu de relance, la croissance chez ses partenaires et donc leur consolidation budgétaire. Plutôt que cette stratégie, l?Allemagne privilégie une politique de stricte autonomie budgétaire accompagnée d?une aide ? conditionnelle ? en cas de besoin.

Angela Merkel estime que cette stratégie est moins coûteuse pour son pays que de devoir perdre de la compétitivité et donc de la croissance potentielle. Il est vrai que, pour le moment, le sauvetage de l?euro n?a pas coûté cher aux contribuables allemands puisqu?il a pris la forme soit de garanties non appliquées, soit d?un emprunt de la banque publique KfW avec garantie fédérale. Seul l?apport au capital du Mécanisme européen de Stabilité (en tout 22 milliards d?euros) devra être réellement dépensé.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2013 à 21:00 :
Le présidents de la république doit réformé le passage l?heure d?été, avec le gouvernement européen!
L?heure d?été, du 7 mois, contré seulement 5 mois, en heure d?hiver, on trouve ça
pas l?égal du tout!
De plus les enfant craigne beaucoup c?est heure d?été, qui comme dés fin, mars alors que les grande vacances d?été, ne sont pas avant début juillet!
Il faut obligatoirement, réformé l?heure d?été pas avant le dernier dimanche, d?avril, au lieu de fin mars!
Et sella qui fera, 6 mois pile en heure d?hiver et d?été, sa serai plus l?égal.
a écrit le 12/03/2013 à 12:51 :
bah .... pour plaire aux électeurs !!!!
a écrit le 12/03/2013 à 6:44 :
Assumer le leadership aurait dû conduire l'Allemagne a prendre en compte un des objectifs de l'Europe: créer un développement et une croissance durable, notamment le rééquilibrage. Mais ces gouvernements nous montrent l'Europe des politiques sans envergure ni projet de Société. UK à défendre les lobbies financiers, l'Allemagne l'orthodoxie budgétaire et faire payer par l'exportation sa richesse... Ces personnes se moquent de la Société humaine; c'est triste car je crois que l'Europe a cette capacité de réunir et de créer une Europe des citoyens.
Réponse de le 12/03/2013 à 9:11 :
L'Allemagne a une véritable politique de croissance qui n'est pas une croissance étatique et d'intervention. La croissance de l'état comme moteur de croissance économique est totalement factice sur le long terme. Ce fut la politique française pendant les 27 ans de l'ère Mtterand-Chirac. Toute une génération de profiteurs.
a écrit le 11/03/2013 à 23:16 :
Que dire d'autre si ce n'est que Berlin a ses raisons qui paraissent judicieuses pour l'Allemagne. Que celle-ci ne veuille pas reproduire l'effort qu'elle a du accomplir pour la réunification du pays- la dire le malade alors de l'Europe étant une ineptie- en le répétant à l'échelle de l'Europe est compréhensible et admissible. Quant à prétendre soumettre l'Allemagne aux nécessités du "Fantôme Européen" est plutôt "débile" au vu de ce qu'on a fait pendant un demi-siècle d'entêtement : un vulgaire et obèse foirail de plein vent où se chamaillent comme larrons en foire une ribambelle d'Etats antagonistes, au mépris total de leur population, tout en se prétendant démocratiques. N'y manque plus que le bazar d'Istanbul. Berlin se renforce et se muscle en prévision d'une déliquescence des 17-1 ou 27-1, nécessitant son orientation plus nette vers Moscou, la Chine et les émergents, en sus de sa tutelle sur l'Europe Centrale. Quand la France sera-t-elle capable de faire du zèle constructif pour son avenir et celui de ses citoyens ?
a écrit le 11/03/2013 à 21:40 :
Les français mangent dans la main de l'état français, et ils sont contents. L'état français mange dans la main des banques et FH est content. Et aussi les banques profitent. Cela n'est possible que parce qu'il reste des gens sérieux en Europe qui désirent ardemment rembourser leurs dettes. Ce devrait être la préoccupation principale de la génération Mitterand, à l'image des Allemands.
a écrit le 11/03/2013 à 18:40 :
Celui qui devait ré enchanter la France est aux abonnés absents. De toutes façons désormais tout se décide à Berlin et ce sera encore plus le cas dès septembre prochain. Les fourmis continuent d'épargner tandis que les cigales vont déchanter.
Réponse de le 11/03/2013 à 22:50 :
Le taux d'épargne français est supérieur au taux d'épargne allemand. Arrêtez ces clichés stupides qui ne résistent pas aux faits. L'Allemagne a mis en place une politique mercantiliste aux dépens de ses voisins européens dont les monnaies ne pouvaient plus fluctuer face à celle de l'industrie teutonne. Cela va se retourner contre elle, hélas. L'Allemagne reste le passager clandestin de l'Europe.
Réponse de le 12/03/2013 à 8:51 :
Et vous le passager clandestin de LT.
Réponse de le 12/03/2013 à 12:56 :
Le taux d'épargne français est supérieur au taux d'épargne allemand.... mais pourquoi ?.... manque de crédibilité des politiques Français tout simplement !!!!!!!!!!
a écrit le 11/03/2013 à 18:14 :
tout ce qu'il ne faut pas faire ! ça c'est de la bonne gestion mathématique et prussienne.
On enfonce les autres une bonne fois pour toute ! on refuse non seulement de les aider lors de leur recession prolongée , on refuse que la BCE les aide et en plus on coupe leur principal marché d'exportation en coupant encore dans les budgets et en accumulant des excédents inutiles en période de récession. Qu'elle le fasse quand l'Europe tournera à 5% de croissance
Mme Merke a la mémoire courte : pendant que l'Allemagne - grand malade de l'Europe en 2002 - se restructurait elle exportait à tour de bras vers les pays du Sud évitant ainsi de justesse la récession.
L'Espagne accumulait à l'époque les excedents budgétaires. Mais là aucun ministre des finances allemands pour demander que la vertueuse Madrid les double ! aucun ministre allemand poru demander une hausse des taux d'interet au vu de la surchauffe dans le Sud de l'Europe.
Réponse de le 12/03/2013 à 9:18 :
Si la Franced avait du encaisser le fardeau d´une réunification comme l´Allemagne, elle n´aurait été le soit disant "grand malade" mais le "grand MORT". En 1990 lors de la reunifgaction 15 millions de "nouveaux venus" avaient les poches vides : pas de travail, pas de sécu , pas de caisses de retraite, une industrie moribonde et inutile.
La masse d´argent de singe le "Ost Mark" a ete échangée au cours de 1 a 1.
Apres le chaos de 1945, le nouveau chaos de 1990, faut peut etre comprendre pourquoi ils ont en ras le bol de payer les pots cassés.





Réponse de le 12/03/2013 à 14:37 :
C'est un autre sujet. 1- je ne vous parle pas de la France 2 la réunification a eu lieu 10 ans avant l'euro (et si c'est un évenement improtant le bilan économique de la réunification et des l'intégration des pays de l'est est plus que largement positif pour l'économie allemande)
Le fait est que l'allemagne a bénéficié du soutien de ses partenaires économiques et de la BCE depuis l'intégration de l'euro. Quand elle avait besoin de taux d'intéret bas la BCE les lui a servi, quand elle avait besoin d'exporter pour compenser sa demande interne atone la périphérie tournait à 5% de croissance et dégageait des excédents budgétaires qu'elle même n'a pas connu.
Aujourd'hui l'allemagne est restructurée et compétitive. Elle devrait suivre l'exemple de son voisin du nord suédois qui avec des performances tout aussi bonne voir encore meileures fait un plan de relance de l'économie.
Les pays du nord doivent relancer leurs économies : cela fera plaisir à leurs citoyens et cela rendra la transition dans la périphérie plus facile.
bref faire ce que la périphérie a fait il y a10 ans
a écrit le 11/03/2013 à 18:13 :
Un pays exemplaire , depenser ce que l'on a avec parcimonie et etre vigilant pour ne pas couler.L'Allemagne doit rester prudente avec les deniers du peuple allemand car demain ne sera pas aujourd'hui. Merkel l'a bien compris .Exemple a Suivre pour les pays du sud a la derive.
a écrit le 11/03/2013 à 17:36 :
Bravo Mme Merkel, à touf le moins vos enfants et petits enfants allemands ne pourront pas vous reprocher de laisser un pays exangue après votre départ. N'en déplaise à nos dirigeants français du moment. Quand à ceux qui écrivent de tels articles, ils sont comme de nombreux français ......derrière les "Poulidor" et perdants. Aujourdh'ui, vaut-il mieux être en situation de surendettement ou avoir de l'argent sur son compte en banque et faire des envieux....apparemment d'aucuns ont choisi leur camp.....
Réponse de le 11/03/2013 à 18:07 :
L'Allemagne comme le Japon est en plein suicide démographique ! Merkel bosse pour les rentiers allemands.
Réponse de le 11/03/2013 à 19:23 :
30% de budget de l'éducation en moins en Allemagne, pour un pays de plus de 80M d'habitant contre 65 en France. Parce que les allemands ne veulent (ou peuvent ?) pas faire d'enfants. Il est plus facile d'aller voler des travailleurs qualifiés et des ingénieurs tout faits en Grèce, Espagne, Italie, France, après que ces pays en aient financé la formation. Et après ça vient donner des leçons de bonne gestion aux autres: A bas la nouvelle dictature cachée sous l'UE! Reprenons un monnaie nationale, on verra ce que l'Allemagne exportera quand le nouveau DM sautera en l'air comme un bouchon de champagne pendant que le nouveau Franc sera dévalué de pas mal de pourcents.
Réponse de le 11/03/2013 à 20:36 :
N importe quoi !!
Réponse de le 11/03/2013 à 21:32 :
Vous me faites rigoler avec votre démographie .... si cest pour avoir des chômeurs par centaines de milliers en plus chaque année alors cela fait une belle jambe ...
Réponse de le 11/03/2013 à 22:54 :
Oh que non, PhB95 ne dit pas n'importe quoi ! L'Allemagne avec un Neue Mark - qui s'apprécierait de 30% face à l'Euro et de 10 à 20% face aux Yen, Dollar, Sterling, Won, Yuan, etc. - cette Allemagne là s'effondrerait et son industrie ferait faillite. Vous croyez qu'ils en vendraient beaucoup, des VW Golf avec un prix de production soudain réhaussé de 30% face à la monnaie franco-hispano-italienne ? Finis les excédents commerciaux, finie la balance des paiements, finie l'Allemagne qui meurt de sa démographie. C'est pour cela qu'ils essaient de sauver l'Euro : sans cette monnaie, ils sont morts.
a écrit le 11/03/2013 à 17:24 :
L'allemagne est le pb de l'europe et les prochaines echeances electorales devraient pas arranger les choses. Maintenant, la question est que faisons nous?
Réponse de le 11/03/2013 à 17:55 :
Le problème de l'Europe, ce sont les pays endettés. La bonne gestion ne peut pas être une mauvaise chose mais la mauvaise gestion amène tous les problèmes ( financiers, chômage,;...) L'allemagne devrait être l'exemple pour ses performances ....Croyez vous qu'être sous la menace des autres pays européens parce que notre gestion est catastrophique est un exemple ( arrêtons l'assistanat )
Réponse de le 11/03/2013 à 21:33 :
Ce ne sont pas les pays endettés le problème de l'Europe, c'est l'Europe le problème des pays endettés. Cette saleté d'Euro a laminé la compétitivité des pays du Sud, qui s'est effondrée, mais leur monnaie ne s'est pourtant pas dépréciée, ce qui est fou (je ne parle pas d'une dévaluation sauvage). Quand on vous prive de vos revenus, il ne reste que la dette. Car dans cette crise de dette, le problème, ce n'est pas (que) l'excès de dépense, c'est (surtout) l'insuffisance des revenus. La source a été tarie par l'Euro, monnaie qui empêche les justes ajustements des parités monétaires. Est-ce normal que le Portugal, dont l'économie s'est effondrée, ait conservé la parité avec la monnaie de l'Allemagne ? Non, c'est du suicide bien sûr.
Réponse de le 12/03/2013 à 9:14 :
Oh les pauvres pays du sud victimes de la méchante Allemagne. Un peu pathétique votre post Truk. C?était la fête pendant dix ans en Grèce, Espagne... Des millions investis dans des projets inutiles, des politiciens sans aucune vision a long terme maintenant ils payent leurs conneries.
Réponse de le 12/03/2013 à 11:32 :
Non mais l'Allemagne use de sa rigueur avec intelligence, pour que ça marche faut-il qu'en face ils dépensent, c'est le soucis avec la rigueur "permanente" c'est que plu personne dépense et hop cercle vicieux, mais il y a une chose que l'Allemagne se garde bien d'étaler, c'est les comptes de ses landers...
Réponse de le 12/03/2013 à 12:30 :
"User de sa rigueur avec intelligence", je me permets de traduire : faire sortir des classes moyennes 5 millions d'allemands en 10 ans et favorises les écarts croissants de revenus. Autrement dit, saper le fondement même de la démocratie... Super "l'intelligence" allemande !
a écrit le 11/03/2013 à 16:43 :
En regardant les milliards en chiffres, vous avez raison. Mais la base de référance est une autre et ceci explique les différences en pourcentages. Il ne faut pas oublier que dans la dette accumulée Allemande il se cache un versement de 1.500 Milliards d'Euro dans les Nouveaux Pays après la rénification. Aucun autre pays Européen aurait pu supperter une telle somme en 10 ans. La productivité des Nouveaux Pays est encore loin de celle des Anciens Pays avec des taux de chomage nettement plus important. Cela promet pour le futur.
L'Euro est une énorme faute exigée par Mitterand comme condition de la réunification. Il ne fallait pas mettre dans le même panier des pays avec une telle différence de productivité et organsation industrielle. Montrer avec le doigt sur "les mauvais" ne sert à rien, il faut reconnaître les faits et adapter les politiques. Les Allemands ne se compare pas avec les autres pays en Europe mais leur benmark est la competitivité sur le marché global. Aux autres de faire la même chose au lieu de monter des murs de nouveau.
Les Espagnol ont augmenté leurs salaires de 56 % et les Allemands de 6% dans la même période. Qui est fautif ou qui a vecu une illusion?
Réponse de le 11/03/2013 à 20:43 :
Bien dit: aucun autre pays n´aurait pu encaisser et surmonter le fardeau de la réunification comme l´a fait l´Allemange depuis 1990.
La dette allemande c´est avant tout le prix de la réunification .
C´est tellement évident mais la grandes majorité ne veut pas le comprendre.
Réponse de le 11/03/2013 à 22:59 :
N'importe quoi. D'où sortez-vous ces inepties ? Etayez un peu au lieu d'enfiler les perles pro-allemandes et les clichés racistes sur les Latins. Figurez-vous que tous les créanciers de l'Allemagne (dont la Grèce) ont accepté de renoncer à leurs créances sur l'Allemagne justement à la réunification. L'Allemagne est le pays européen qui a le plus fait défaut sur sa dette au XXeme siècle. Facile d'avoir peu de dettes quand on ne rembourse pas celles contractées dans le passé.
Réponse de le 12/03/2013 à 9:44 :
"Figurez-vous que tous les créanciers de l'Allemagne (dont la Grèce) ont accepté de renoncer à leurs créances sur l'Allemagne justement à la réunification." Ah bon???? c'est la ère fois que j'en entend parler. Vos sources SVP?
a écrit le 11/03/2013 à 16:20 :
Les rentiers français aiment Angela, croyant qu'elle va les sauver. Sauf qu'Angela travaille pour les rentiers allemands et se moquent comme d'une guigne des petits français. Quand l'économie française sera par terre, il restera aux rentiers français à essayer de vivre aux crochets des chômeurs et assistés...
Réponse de le 11/03/2013 à 22:55 :
exact, l'Allemagne n'en a que faire de la France et de l'Europe. Seul ses intérêts comptent.
a écrit le 11/03/2013 à 16:19 :
C'est normal que l'allemagne dépense ce qu'il gagne et rien de plus. La France devrait prendre l'exemple. C'est une gestion saine des caisses publiques.
a écrit le 11/03/2013 à 16:13 :
Les investisseurs achètent à prix élevé (taux d'intérêt bas) la dette française à défaut d'acheter de la dette allemande ou américaine. Moins il y aura de dette allemande en circulation, mieux la France pourra continuer à se financer avantageusement, et elle en a de plus en plus besoin. Merci à l'Allemagne.
Réponse de le 11/03/2013 à 16:22 :
La dette allemande est plus importante en valeur que la dette française.
a écrit le 11/03/2013 à 15:49 :
Si l'Allemagne continue à ne pas écouter les autres membres de l'UE, il faudra peut-être que leurs peuples commencent à aller en Allemagne montrer leurs opinions et se faire écouter ....
a écrit le 11/03/2013 à 15:46 :
Comprenez bien que l'Allemagne se prépare à l'implosion de l'euro. Dans l'immédiat, ils font ce qu'il faut pour ne pas se prendre une pelle aux élections, mais juste après cela va être un festival ... Ouvrez les yeux ...
a écrit le 11/03/2013 à 15:41 :
L' Allemagne est dirigée par une grande Chancelière et sa politique est beaucoup plus efficace que celle menée par les politiciens français depuis Mitterrand : voir le chômage, l' économie,la rigueur budgétaire : tous les commentaires de La Tribune sont franco-français et donc pro-socialiste.
Réponse de le 11/03/2013 à 16:06 :
Tout à fait d'accord, Angela Merkel a au moins deux qualités: le courage et la compétente, elle doit bien rire quand elle rencontre notre capitaine de pédalo et son équipage !
Réponse de le 11/03/2013 à 16:06 :
La chancelière récolte les fruits de la politique menée il y a une 10zaine d'année.
Réponse de le 11/03/2013 à 16:24 :
5 millions d'allemands sont sortis des classes moyennes en 10 ans. Remarquez, c'est le sort que les petits rentiers français de la génération 68 comptent réserver à leurs plus jeunes compatriotes ! Génération "Tout Pour Ma Gueule", dont on a quelques spécimens gratinés ici...
Réponse de le 11/03/2013 à 16:32 :
effectivement !
Réponse de le 11/03/2013 à 18:42 :
Les français n'ont que ce qu'ils méritent car ils votent depuis 30 ans pour le père Noel ou pour des arracheurs de dents. Quand ils voteront avec raison, en forçant le débat et en prenant le temps de comprendre les enjeux alors peut-être le pays pourra s'en sortir, et verra émerger un Pépé Grillo apolitique (et un peu moins spécial que la version originale italienne).
Réponse de le 11/03/2013 à 19:06 :
"à d' autant que tout n' est pas rose" : les métiers qui ne demandent aucune qualification ne devraient pas être payés au smic,car c' est une barrière, un frein à l' embauche pour ces métiers sans qualification.
a écrit le 11/03/2013 à 15:28 :
Article franco-francais !Si l'Allemagne ne réduisait pas son déficit budgétaire l'article serait : "Faites ce que je dis, pas ce que je fais" et on accablerait l'Allemagne en disant qu'ils imposent aux pays du Sud ce qu'ils se refusent à s'imposer. L'Allemagne diminue la dette de ses enfants, il faut être culotté de les blamer et appeler cela du zèle !
De plus la rigueur allemande plait aux marchés financiers, qui ne l'oublions pas finance notre modèle social, et permet à la France d'émettre à des taux bas.
Réponse de le 11/03/2013 à 15:55 :
"marchés financiers, qui ne l'oublions pas finance notre modèle social," Les marchés financiers financent essentiellement notre dette (1400 milliards d'intérêts payés aux banques depuis 1973 sur 1800 milliards de dette) qu'ils maintiennent afin de généner toujours plus d'intérêts avec l'aide de nos élites corrompues.
Réponse de le 11/03/2013 à 16:19 :
oula ! Si le trésor français pouvait émettre moins, je vous assure qu'il le ferait. Le trésor français émet par nécessité, ce ne sont pas les marchés qui demandent au trésor d'émettre ! La France émet de la dette afin de payer les activités du service public.
En ce qui concerne le choix des marchés pour la dette, c'est une obligation pour les pays de l'Euro-zone sous VGE.
Réponse de le 11/03/2013 à 16:19 :
@ Réponse de 15:55 - Entièrement de votre avis. Il n'y a aucune raison objective qui oblige l'Etat, entité publique, souveraine et sans vocation commerciale, de payer des intérêts aux marchés. Ce chevauchement privé / public est non seulement très coûteux pour la collectivité, et représente une menace constante pour les finances publiques. A l'inverse, si l'Etat devait retrouver son autonomie de financement direct sans intérêts auprès de la banque centrale, il serait loyal que l'Etat respecte le principe de discipline budgétaire et s'abstienne de pratiquer l'émission monétaire pour faire concurrence au secteur privé.
Réponse de le 11/03/2013 à 16:43 :
"En ce qui concerne le choix des marchés pour la dette, c'est une obligation pour les pays de l'Euro-zone sous VGE." Faux, nous n'avions pas cette contrainte à l'époque (aujourd'hui c'est le cas avec l'ue). Pompidou (ancien de la banque Rotschild et son fils en était le DG à l'époque des faits), a vendu aux banques notre souveraineté monétaire. @Tony Meuter : tout à fait d'accord avec vous, retrouver notre souveraineté monétaire ne doit pas nous exonérer d'une certaine discipline.
Réponse de le 11/03/2013 à 17:02 :
Cela a commencé sous VGE, ne jouons pas sur les mots. Mais vous pouvez vérifier partout, les états de l'Euro-zone doivent emprunter sur les marchés. Les états ne peuvent plus se financer auprès des banques centrales. Donc désolé, mais VRAI !
Réponse de le 11/03/2013 à 17:11 :
soyons précis:
"(...) la loi du 3 janvier 1973 dont l?article 25 précisait « Le trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l?escompte de la Banque de France », interdisant donc le financement direct de l?État par la Banque de France. Cette loi a été confirmée par l?article 104 du Traité de Maastricht ? devenu 123 du Traité de Lisbonne. (...) "
Réponse de le 11/03/2013 à 17:13 :
"Les états ne peuvent plus se financer auprès des banques centrales. Donc désolé, mais VRAI !" Je ne dis pas le contraire "nous n'avions pas cette contrainte à l'époque (aujourd'hui c'est le cas avec l'ue)". Mais désolé en 1973 c'était un choix de Pompidou et il n'avait pas l'obligation "européenne" de le faire.
Réponse de le 11/03/2013 à 17:28 :
"Cette loi a été confirmée par l?article 104 du Traité de Maastricht" Elle n'a pas été confirmée, elle a été REPRISE. Ce n'est pas pareil. Bien que la logique soit identique : piller les peuples au profit des banksters afin de mieux les asservir.
Réponse de le 11/03/2013 à 17:44 :
Qui a voté Maastricht? Les banques?
Arretons la mauvaise foi, nous avons élu ces gens, nous avons voté Maastricht.
Réponse de le 11/03/2013 à 17:56 :
Les marchés sont fermés, @demain !
Réponse de le 11/03/2013 à 19:12 :
Qui a voté Maastricht?" les français avec oui "massif" de 51% et une abstention record et une absence totale de débat (les plus et les moins de l'UE). Vous souvenez vous de la propagande de l'époque : "on vous promet richesse et croissance". Qui a voté non à 55% contre le traité de Lisonne en 2005 ? les français. Et qu'est ce qui s'est passé ? Un coup d'état démocratique ou notre sarko a bafoué ce référendum pour passer en force via le parlement. L'UE est une dictature "éclairée"
Réponse de le 12/03/2013 à 10:54 :
Merci, 51% c'est la démocratie et non les banques.
Et qui a élu Sarko ? les banques aussi ?

Nous nous trompons de bouc émissaire, c'est bien nous qui avons élu ces tocards. Nous nous sommes mis dans cette situation car nous regardions nos intérets personnels et en plus à court terme. Nous avons voté pour des personnes nous promettant moins d'impôts, plus de sécurité social, plus de remboursement maladie and co., l'accès à la propriété pour tous sans jamais réfléchir au financement de ces coûts. Nous avons sacrifié la jeune génération pour notre bien être, nous aurons un retour de baton, et c'est bien normal.
a écrit le 11/03/2013 à 15:25 :
Je propose un référendum sur l'appartenance ou non à l'EUROPE. Le résultat serait certainement pire qu'en 2005.
a écrit le 11/03/2013 à 15:14 :
A force de tirer sur la corde, elle cassera, et les autres pays européens boycotteront le Made in Germany. Faisons confiance à certains populistes pour y penser. Ca a déjà commencé en Italie, et je suis presque surpris que personne n'y ait fait référence en France.
Un bon système est un système en équilibre, or l'UE est complétement déséquilibrée pour des tas de raisons qui existaient il y a15 ans et que tout le monde a mises sous le tapis.
Bref, on reviendra 50 ans en arrière au grand soulagement des autres grandes puissances
En conclusion, messieurs les Allemands ne roulez pas trop des mécaniques. Messieurs les Français, faites les efforts suffisants pour que les Allemands ne la ramènent plus.
C'est loin d'être gagné
Réponse de le 11/03/2013 à 15:30 :
"à certains populistes pour y penser. Ca a déjà commencé en Italie," Vous pouvez développer en quoi être eurosceptique est populiste ? Vouloir sortir de l'ue et de l'euro ce n'est pourtant que du bon sens vu la misère dans laquelle ce "truc" nous mène. 20 ans d'europe pour quel bilan à part ce désastre démocratique et économique ?
Réponse de le 12/03/2013 à 1:51 :
J'étais européen convaincu jusqu'à il y a peu, mais comme pas mal je le suis de moins en moins, et sans l'Europe pour déverser ses excédents, l'Allemagne perd probablement bien plus que la France. C'est pour ça que j'écris que leur attitude de rouleurs de mécaniques est bien dangereuse pour eux
a écrit le 11/03/2013 à 14:49 :
Après le refus à peine courtois du "pingoin hésitant" de redresser les finances publiques de son pays, l'Allemagne fait cavalier seul en renforçant sa politique d'économies budgétaires. On la comprend, car entre le partage de son épargne avec les gouffres à dépenses publiques sans fonds des pays du sud, dont la France, et l'utilisation de cette même épargne pour racheter à bon compte les entreprises de ses partenaires incapables de faire tourner une éconoie moderne, il n'y a pas photo. C'est l'arret de mort du modèle français, celui de l'Europe aussi probablement, mais on ne peut éternellement demander à l'Allemagne de payer pour la lacheté des politiciens français. A terme ce sera peut-être un jour de nouveau la guerre;mais à qui la faute, on ne pousse pas sur une corde.
a écrit le 11/03/2013 à 14:30 :
Certes le timing n'est pas bon pour les pays européens en difficulté (France y compris) qui espérait la réévaluation interne allemande pour faciliter le rééquilibrage et limiter l'intensité de leur austérité (clairement très négatif quand c'est trop fort/rapide).
Mais c'est justement quand cela va économiquement relativement bien qu'il faut faire l'effort de revenir au moins à l'équilibre budgétaire pour se préparer aux prochaines difficultés (économiques, démographiques etc ...).
Avoir laisser filer les déficits dans les "bonnes" années 2004-2007, c'était de l'irresponsabilité, ça accentue aujourd'hui les efforts demandés ...
a écrit le 11/03/2013 à 14:27 :
Elle a gouté aux ravages du socialisme et du communisme, elle s'en rappelle encore, elle a même fait son doctorat des sciences à l'université Karl marx, tout un symbole.
Elle souhaite rendre ses dépenses publique irreprochables, l'opinion publique allamande est avec elle en majorité, elle ne souhaite pas que la dette espagnole ou gracque devient la sienne, c'est son droit le plus absolu, elle ne cède pas au chantage moral des profiteurs qui use et abuse du slogan de solidarité, franchement, je ne comprends pas ce qu'on lui reproche, sauf peut etre, de bien gerer son pays et son interet national ?
Réponse de le 11/03/2013 à 14:48 :
elle oublie simplement que son pays fait partie de quelque chose qui s'appelle l'UE et que si chaque pays se préoccupe uniquement de son propre intérêt, alors l'UE explose. L'Allemagne en a bien profité, avec un marché protégé pour son industrie et une protection armée gratuite. Elle ne s'en souvient pas car en ce moment elle n'en a pas besoin, mais les pays européens se souviendront de son attitude. A chercher les profits économiques immédiats elle en oublie son intérêt politique à long terme.
Réponse de le 11/03/2013 à 14:48 :
Tu vois Chico, l'europe se divise en deux : les allemands qui tiennent le gouvernail et les autres qui rament. Nous, on rame...jusqu'à quand ?
Réponse de le 11/03/2013 à 15:23 :
"chaque pays se préoccupe uniquement de son propre intérêt, alors l'UE explose." C'est une des raisons pour lesquelles l'UE ne peut pas fonctionner : trop de pays aux intérêts divergeants.
a écrit le 11/03/2013 à 14:22 :
Les excédents allemands sont les déficits commerciaux français, italiens, grecs. C'est un jeu à somme nul: ce qui est gagné d'un côté est perdu de l'autre. Et un jeu encore plus nul lorsque les gains de productivité sont obtenus en baissant la rémunération des salariés ce qui comprime la demande, ce qui oblige par mimétisme les pays les plus endettés à baisser encore plus la rémunération de leurs propres salariés ce qui comprime encore plus la demande, etc...Pour faire de l'Europe, un espace de développement pacifique, il faudrait substituer à de cette logique de guerre économique une logique de coopération: plus d'excédents commerciaux entre partenaires, relèvements des salaires et des minimas sociaux dans les pays les plus productifs. Dans l'état actuel des choses, l'économie n'est que la poursuite de la guerre par d'autres moyens (pour paraphraser Clausewitz). Donc, ne nous étonnons pas qu'elle fasse des gagnants et des perdants.
a écrit le 11/03/2013 à 14:19 :
Titre supide. Voulir gérer efficacement l'argent des contribuable est tout ce qu'il y a de plus normal. C'est l'irresponsabilité de nos dirigeants depuis des décennies qui est scandaleuse.
a écrit le 11/03/2013 à 13:51 :
Il n'y a pas de zèle mais juste irresponsabilité des autres pays autrefois donneur de leçons , mais c'est tellement plus facile de faire porter sur les autres la responsabilité de ses échecs !
Jusqu'au jour où on se retrouve tout seul au piquet près du chauffage à accuser le prof de ne pas aider suffisamment les nuls.
a écrit le 11/03/2013 à 13:50 :
Vous rigolez? Le tax d'interet en Europe est aussi bas pour saufer les pays deficitaires du Sud de la faillite! Les Allemand payent dans ce mécanisme des milliards et des milliards d'Euro de pertes sur leurs investissements privés, leur retraites, leurs caisses privés de maladies. leurs assurances à vie etc. En plus l'Allemagne porte un risque de sommes pharaoniques (Target 2), car les pays du Sud importent certes, mais ne payent pas leurs dettes. On livre des BMW contre des perles en verre.
Les Allemands ont ras le bole de payer pour que les autres vivent bien sur leur peau. Ceci est la raison de ce nouveau parti. 25 % est peut-être un peu exagerer, mais 10% changeraient le jeux politique déjà considerablement. Les pays en problème ne sont pas pauvres. Les Italiens sont même plus riches que les Allemands. Les gouvernement n'ont qu'a assurer que les riches de tour ces pays payent leurs impots. Et le problème est vite resolu. Que tout le monde balaie devant sa porte et la rue sera propore
Réponse de le 11/03/2013 à 14:14 :
L'Euro, non seulement ne coût rien à l'Allemagne, mais il lui rapporte (comme aux autres contributeurs) : les sommes apportées au différents fonds européens ne sont pas des dons mais des prêts rémunérés et garantis. Les "perles de verre" sont en réalité des euros assortis d'intérêts conséquents et le risque sur les "sommes pharaoniques" sont le juste retour d'investissements effectivement risqués sur des actifs pourris ou pour développer artificiellement des marchés.
Réponse de le 11/03/2013 à 14:27 :
Le cadeau du Sud de l'Europe en crise c'est d'offrir à l'Allemagne une monnaie "faible" pour son économie exportatrice.
Ceci étant dit, la France doit quand même se réformer. ça commence par des mesures de libéralisation de son économie qui ne coutent pas 1 euro mais rapporteraient beaucoup en croissance et créations d'emploi.
a écrit le 11/03/2013 à 13:46 :
Bravo aux allemenand de maintenir le cap de la vrai croissance par une diminution du poids de l'état et sa moindre intervention dans l'économie. Les dépenses publiques grèvent la compétitivité et la croissance. Bravo aux allemands de rendre crédible l'Europe dans le monde en diminuant leur endettement. Car ils sont avec les US un pilier de l'économie mondiale. Le pb de la France, ce sont les dépenses publiques, la nationalisation rampante de l'initiative économique, les prélèvements excessif. Jouer l'augmentation des prélèvement et l'augmentation des interventions de l'état comme le fait FH est suicidaire.
a écrit le 11/03/2013 à 13:36 :
et le cancre dans cette perspective au fond de la classe avec la Grèce, l'Espagne, l'Italie, le Portugal, la France avec Hollande !
Réponse de le 11/03/2013 à 17:12 :
Pourquoi pas Chirac , Sarkosy, durant dix ans . Ces deux monarques ont mis la France a genoux. a vous de prouver le contraire
a écrit le 11/03/2013 à 13:21 :
Il est inquiétant de voir les allemands arc-boutés sur une position d'austérité sans fin. Même les Etats-Unis, modèle capitaliste par excellence, on engage un peu de rigueur mais aussi des politiques de relance (par l'investissement ou par la machine à billet). Le problème est que l'Allemagne impose ses choix et son tempo à toute l'Europe. Inquiétant, car au rythme où l'on va, d'ici une à deux décennie une partie de l'Europe sera considérée comme "en voie de développement". Cette course à l'austérité se construit en plus de manière totalement désordonnée avec la stratégie du "moins-disant" et une compétition malsaine entre Pays.
Réponse de le 11/03/2013 à 13:31 :
Heeu, Kristoph, l'Allemagne a raison de mettre de coté actuellement car la BCE vient de donner 28 milliards supplémentaires à l'Irlande pour ses banques. En effet, san rentrées d'argent pour cause de non-imposition sur leurs sociétés, les Irlandais ont menacé d'écroulement du pays. Vous voyez donc bien que ce n'est pas si désordonné que cela ...
Réponse de le 11/03/2013 à 13:41 :
L´Allemagne n ´impose rien a personne. Elle veut tout simplement respecter les accords qiu elle a signés à Masstrich entre autres, et respecter ses propres regles d´endettement (règle d´or). Ces vertues ne tombent pas du ciel, ca c´est vrai !


.
Réponse de le 11/03/2013 à 13:42 :
Vous dites des bêtises, les USA sont en fin de course, aucun économiste n'a jamais vu de la croissance réelle ou un redémarrage de l'économie en faisant tourner la planche à billets, bien au contraire cela conduit à l'hyperinflation qui ruine, les rentiers et les épargnants, la France connait bien cela 1 franc en 1900 a eu un taux d'inflation de 2500 % à force d'user de la planche à billet ou de la dévaluation on coule. L'Allemagne a été battue en 1945, elle se venge d'une façon ou d'une autre et la France fait pâle figure dans ce palmarès. Une personne qui doit maigrir de 150 kg fait une cure d'amaigrissement et non pas une cure d'engraissement, certains l'ont fait mais sont morts d'un infractus, l'austérité c'est la même chose après une indigestion on s'abstient, cure rigueur, austérité, discipline, courage, vaillance des mots inconnus des Français, alors continuez comme cela, l'Allemagne sera la puissance dominante avec l'alliance des Russes, ce sera explosif.
Réponse de le 11/03/2013 à 13:44 :
Il est vrai que la planche à billets, hormis regonfler les bulles d'actifs pourris, je ne vois pas trop ce que ceci relance. Vous rigolerez moins quand la bourse de New-York connaitra un krach encore plus grave que celui de 2008, provoquant un tsunami financier emportant tout sur son passage. En ce sens, la politique de la BCE et de l'Allemagne en ce qui concerne la politique monétaire me semble sage.
Réponse de le 11/03/2013 à 13:47 :
Non kristoph, ce n'est pas l'austérité en Allemagne ! Leur compétitivité leur permet primes et hausses de salaire significatives... Libre aux français de choisir la politique inverse : plomber les entreprises, les mettre en faillite... et eng...ler les patrons qui ont investi en France...
Réponse de le 11/03/2013 à 14:18 :
@kristoph Peut-être il y a trop d'austérité, je ne suis pas économiste. Ce qui est sûr c'est que les Français refusent tout pour remettre la France en état. Travailler plus longtemps pour la retraite - "noaun, pas question, restructurer des entreprises, pas question, dégraisser la fonction publique, surtout pas, réformer le code du travail ah non! Alors, déjà en 1969 un certain J.J.Chaban-Delmas disait qu'il faut réformer la fonction publique. Qu'est-ce qu'on a fait pendant 44 ans? grèves, vacances.... Même un soit disant "meilleur système" a besoin un jour de se réformer, le monde continue à tourner, même si en France on ne le voit pas.
a écrit le 11/03/2013 à 12:47 :
la réponse est simple; pour ne pas se retrouver dans la m..... comme nous!!!!!!
Que soit d"exemple à tout le monde.
a écrit le 11/03/2013 à 12:43 :
Pourtant la transition énergétique s'apparente bien, aux vu des montants investis, a un plan de relance. Je ne peux que rester admiratif de la gestion à l'allemande : malgré l'arrêt du nucléaire, pas de black out et pas de déficit monstrueux. l'Allemagne empruntera de 6 à 8 milliards cette année, malgré l'importance de la transition énergétique engagée. Quand la France empruntera 171 milliards malgré son immobilisme...
Réponse de le 11/03/2013 à 13:33 :
En effet. Malgré l'arrêt du nucléaire, ils vont construire 15 centrales à charbon. Et y parait qu'y sont écolos...
Réponse de le 11/03/2013 à 13:48 :
yvan; pour continuer à nous vendre de l'electricité comme cet hiver,malgré Duflot......
a écrit le 11/03/2013 à 12:37 :
Je suis Allemand (36, interessé en politique) mais je n'ai jamais entendu parler de AfD...
Réponse de le 11/03/2013 à 12:58 :
AfD : Aide fédérale au Divertissement !
Réponse de le 11/03/2013 à 13:35 :
AfD : je confimre totalement inconnu en Allemagne .
Réponse de le 11/03/2013 à 13:59 :
Oh Mann, das ist aber schwach, und dann auch noch in einer französischen Zeitschrift! Je ne sais pas à quelle politique s'intéresse ce jeune homme Allemand de 36 ans, mais il est de connaissance publqiue que ce partie a été fondé recement et une grande réunion est prévu à Berlin en mai 2013. Guten Morgen allerseits!
Réponse de le 11/03/2013 à 14:22 :
@Alternative fuer Deutschland - faux , c'est "Anti Euro Partei" c'est trop rigolo!!! qui sera fondé en Avril, les père fondateurs - que des patrons! LOL

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :