Le Luxembourg prêt à réduire (partiellement) son secret bancaire

 |   |  262  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le ministre des Finances du Grand Duché affirme que son pays est disposé à renforcer sa coopération avec les autorités fiscales étrangères.

Après la Suisse, le Luxembourg ? Le ministre des Finances du Grand Duché, Luc Frieden, affirme dans la presse allemande que son pays est prêt à lever partiellement le secret bancaire en vigueur, très controversé au sein de la zone euro. « La tendance internationale va vers un échange automatique d'informations bancaires. Nous n'y sommes plus strictement opposés » déclare le ministre au « Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung », après les critiques des partenaires de la zone euro des pratiques bancaires particulières du Luxembourg, qui favorisent l?évasion fiscale.

Ne pas compter sur les clients qui veulent échapper au fisc
« Nous voulons renforcer la coopération avec les autorités fiscales étrangères », affirme le ministre, citant comme exemples d?informations pouvant être transmises les paiements d'intérêts à des clients étrangers. «Le Luxembourg ne compte pas sur les clients qui veulent économiser sur leurs impôts » fait-il valoir. Le ministre avait récemment indiqué qu?il souhaitait que les clients financiers viennent au Luxembourg « non pas pour échapper au fisc ... mais parce que nos produits et nos services sont mieux adaptés aux besoins internationaux. » La semaine dernière, le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn, avait cependant critiqué la taxe sur les dépôts bancaires imposée à Chypre en contrepartie du plan de sauvetage, estimant que « l'Allemagne n'a pas le droit de décider du modèle économique d'autres Etats de l'Union européenne. » Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, avait cependant souligné qu?on ne pouvait comparer les cas de Chypre et du Luxembourg.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2013 à 12:40 :
... qu'il serait dommage qu'un pays plus florissant que bien d'autres (suivez mon regard !..) et qui, lui, conserve légitimement son triple A, mérite d'être laminé. L'Europe et la zone euro, c'est la politique mafieuse et populiste du nivellement par le bas. Et l'hypocrisie la plus crasse des - vraies - dictatures, bien plus perverses que les dictatures "officielles".Mis à part quelques simplets issus du populo et, qui se laissent manipuler par la propagande nauséabonde de la pensée unique, et quelques politiciens véreux et démagos qui font le contraire de ce qu'ils disent (voyez le cas de super-Sarko qui avait à lui seul liquidé les paradis fiscaux et qui a dilapidé l'argent des français pendant 5 ans, creusant le goufre financier dans lequel se trouve aujourd'hui le pays et qui a largement profité des largesses de certains "généreux donateurs" qui n'avaient pas tout leur pognon dans l'Hexagone), personne ne veut porter atteinte aux pseudo-paradis fiscaux parce qu'ils contribuent pour une large part à faire tourner toute la machine. En outre, les soi-disant "paradis" fiscaux n'existent que par comparaison aux véritables enfers foscaux (France, Belgique, Allemagne, etc etc) qui ont transformé l'impôt sur le revenu (et ses nombreuses variantes) en un véritable racket étatisé. L'impôt sur le revenu, outre le fait qu'il est contre-productif, est non seulement inutile, mais il est immoral. Il ne sert qu'à permettre aux "dirigeants" de dilapider encore plus de pognon. Mais il prive surtout les consommateurs de faire tourner l'économie intérieure des états-voyous au niveau fiscal.Si l'impôt sur le revenu était la panacée, la France ne serait pas dans son merdier actuel, pas plus que la Belgique, l'Allemagne (qui fait sciemment crouler l'Europe pour tenter de garder provisoirement la tête hors de l'eau, mais le pays et les gens vont mal, très mal !). Par contre, comment expliquer que les pays qui n'appliquent pas d'impôt sur le revenu, ou un taux dérisoire, se portent financièrement, économiquement et socialement nettement mieux que les états racketteurs aux mains de voyous élus par des veaux et des moutons (voire, une fois de plus, la France notamment). dans ce contexte, les paradis fiscaux gardent non seulement toute leur légitimité, mais aussi toute leur pertinence. Il est normal, sain, moral et juste, de mettre son argent à l'abri de la mafia politicienne. Il est normal, sain, moral et juste de ne pas se laisser tondre comme un mouton. Et tout cela pour rien. Juste pour permettre de gaspiller chaque année plus de pognon. La meilleure arme contre les pseudo-paradis fiscaux ? Que tous les pays deviennent de sparadis fiscaux. L'économie, la situation financière et le contexte social de chaque état ne s'en prterait que mieux. En attendant, oui les "paradis fiscaux" existent et, oui, il faut en profiter au maximum. Par n'importe quel moyen ! Croyez-moi, pas besoin d'être multimilliardaire pour en profiter. Les places intéressantes existent dans bien des régions du monde et il est parfois surprenant de constater que certains pays dont on ne parle pas sont au moins aussi intéressants que les places classiques (Iles Vierges, Caïmans, Singapour, Suisse, ...) dont on nous rabat les oreilles. A chacun d'en profiter. C'est juste et légitime ! Surtout dans les périodes actuelles qui tendent à faire des vols institutionnalisés et des rackets étatiques la ,forme. Européenne, en tout cas. Mais pourquoi donc encore laisser son pognon en Europe ???
Réponse de le 09/04/2013 à 10:53 :
ISRAEL aucun problème.... mais il existe des niches plus près et qui rigolent bien en ce moment et attendent de récupérer la manne financière là où il y a un "léger" impot et pas de "communications avenirs".
a écrit le 08/04/2013 à 9:48 :
Et si nous regardions la réalité, si nous acceptions que les états dépensent plus que ce qu 'ils devraient et si l 'argent était la fausse idée ,le prétexte l 'excuse à tout. Les Français n 'aiment pas les riches mais souhaitent le devenir. Les états chasse la fraude fiscale mais ils donnent des avantages fiscaux au Quatar pour les faire venir en France comme ailleurs. Les politiques se cachent en Suisse ou ailleurs tout cela pourquoi? pour masquer nos erreurs,pour développer de fausses idéologies dépassées ou qui ont fait leur démontrassions de capitalisme à la Chinoise ou à la Russe et si pour une fois nous étions honnêtes nous avons tous besoin d'argent tous besoin de le faire entrer dans le pays pour qu'il permette les investissements et développe l 'activité pourquoi le chasser officiellement et le chercher . Arrêtons le mensonge la délation et les fausses doctrine anti . Le trop d'impôt tue l 'impôt ,la fuite de l argent tue le pays.
Réponse de le 08/04/2013 à 12:21 :
reduire "partiellement" ?????????
a écrit le 08/04/2013 à 9:44 :
Il y a des dizaines de milliers de frontaliers français (lorrains) qui traversent la frontière luxembourgeoise tous les jours pour aller travailler dans les banques notamment. Ils seront au chômage si l'argent quitte le Luxembourg pour un paradis fiscal hors d'Europe.
Réponse de le 08/04/2013 à 12:23 :
Les frontaliers travaillent en Allemagne egalement car ils le salaire est plus eleve et qu'en France ils ne trouvent pas d'emplois
a écrit le 08/04/2013 à 9:36 :
Avant de taper sur le Luxembourg ou autre, il faut se poser la bonne question: si un pays est bien géré et que les impôts y sont légers seuls les très très riches veulent frauder le fisc. Pour les autres, le risque n'en vaut pas la chandelle. Cela réduirait l'évasion fiscale d'au moins les deux tiers. Les très riches, eux, toruveront toujours un moyen de frauder-en toute légalité- car ils peuvent se payer les meilleurs avocats fiscaux.
Pays bien gérés?
La France n'a aucune chance de figurer sur cette liste. Comparée à l'Allemagne, et corrigé de l'écart de population, la France a un million de fonctionnaires de trop. Qui coûtent une fortune aux...contribuables français. Commençons pas ce nettoyage-là!
a écrit le 08/04/2013 à 9:03 :
Les paradis fiscaux europeens sont trop en vu. Il est tres facile pour eux de n etre que les tetes pensantes des shemas de fraudes. Il est tout aussi facile d avoir des comptes dans les paradis fiscaux intouchables: barbades, iles vierges, BVI, hong kong etc... Tout est deja prevu pour rendre tout cela encore plus opaque et inviolable. Les succursales des banques suisses et autres poussent comme des champignons sur les iles !!
a écrit le 08/04/2013 à 3:14 :
Il me semblerait assez juste qu'il y ai une transparence fiscale sur les intérêts et bénéfices des comptes locaux.
Ainsi, au début un client dépose son argent dans un paradis fiscal, c'est le principal, ensuite il fait du bénef ou non dessus,et quand il retire l'argent, il est déclaré automatiquement tant que le principal n'est pas touché.
exemple dépôt de 20 millions, pendant un certain nombre d'année ça travaille, puis ça passe à 28 millions quand le client retire d'abord 3 millions, déclarés donc entièrement, puis 7 millions, la banque ne déclare que 5 millions. Alors que se passe t-il si le client perd de l'argent ? son pays lui offre un avoir fiscal correspondant ?
Alors bien sûr c'est compliqué, mais comment conjuguer la liberté des capitaux et l'imposition sur les bénéfices financiers ? à moins de refaire ce qui serait le plus simple, remettre les frontières en place et taxer à la sortie au niveau des impôts, ensuite l'état se fiche de ce que devient le reliquat de cet argent déposé à l'étranger.
On peut aussi, pour ne pas revenir au passé, déplacer la taxation de l'argent par les états vers le niveau européen, et déplacer ainsi la taxation aux frontières européennes, l'argent circulant librement à l'intérieur.
On peut enfin, simplement ne rien taxer du tout, ainsi il n'y a plus besoin de contrôles et on peut rendre transparent les comptes, mais là aussi, on peut distinguer un nouveau cas, celui où on limiterait d'office ( accords internationaux) les sommes d'argent déposées( tel un super livret A), une sorte de plafond, obligeant ainsi à redépenser ou réinvestir l'agent qui dort, puisque qu'après tout à l'origine tout le problème est là, de l'argent qui dort et ne travaille pas dans l'économie réelle.
Imaginez que tous les comptes réunis d'une personne ou d'une entreprise sur la planète ne puissent dépasser, par exemple 100 millions, c'est beaucoup certes, mais c'est déjà une limite.
Pour finir, je dirais que la principale raison pour placer son argent en suisse a longtemps été simplement la solidité de la devise suisse, ne pas mettre tous ses sous en euros mais les dispatcher en euros, en francs suisses, en livres sterlings, en dollars etc..
Mais voilà, pensons toujours au passé et aux contre-exemples, à ces états qui sont devenus fous et avaient décidé de spolier une partie de leur propre population, comment protéger les réfugiés de se voir prendre à distance ce qu'ils ont réussi à sauver par un état dans lequel ils n'y sont même plus ? Nous arrivons là dans un domaine de réflexion qui touche aussi à la nationalité et la disparition de son importance culturelle au profit d'une importance purement financière, administrative.
Nous n'en sommes qu'au début; tant de questions en suspens, à moins de créer une sorte d'organisme Onusien de contrôle de la finance et de ses flux, nous restons condamnés à faire du bricolage.
a écrit le 07/04/2013 à 23:11 :
Après d'aussi longues années d'un Juncker du Luxembourg paradisiaque à la tête de l'euro-groupe, annoncer une coopération partielle est une supercherie révoltante. Se défendre fallacieusement d'un intérêt significatif pour une clientèle voulant économiser des impôts est une grossière imposture. Si l'on ajoute, alléguées par un Dr Schäuble, par ailleurs procureur impitoyable des pays du Club Méditerranée, une difficulté internationale pour agir ou encore des mesures chypriotes inapplicables ailleurs, fût-ce en duo avec Lagarde , alors, la dose de couleuvres à avaler devient trop indigeste et inacceptable.
a écrit le 07/04/2013 à 22:34 :
Ce serait la moindre des choses. Il faut arréter avec cette triche institutionnalisée par certains pays non coopératifs.
a écrit le 07/04/2013 à 19:23 :
Le Luxembourg gère 100 fois plus de fonds que Chypre .Le secret bancaire = fraude .Après le très prochain credit crunch suivi d'un big krach les états seront sans pitié pour les fraudeurs: ce n'est pas à 60% comme à Chypre qu'il faudra taxer mais à 80% voire 90% : ces gens ne paient pas d'impôt depuis des années voire des décennies , ce sera justice ....
a écrit le 07/04/2013 à 17:23 :
Vous voulez rien changer et je crois que vous êtes comme ceux qui dirigent notre pays depuis 30 ans moi je crois que la transparence total finira par arriver au niveau mondial sous la pression des peuple et que cela devrait être le but de tous nos dirigeant. Mais je suis sans doute un rêveur !!!!
a écrit le 07/04/2013 à 14:19 :
Eh oui, la France est un paradis fiscal pour le Quatar: suite à un accord ratifié entre la France et le Quatar, les entreprises du Quatar qui détiennent des sociétés françaises sur le territoire français ne payent pas d'impôts....honteux quand on connait l'état des finances.
Et après on s'étonne que le Quatar achète plein pot, ...comme le Printemps par exemple.
Réponse de le 07/04/2013 à 19:08 :
Exact. La France est aussi un paradis fiscal. Surtout pour les élus qui votent les impôts pour les autres et veillent scrupuleusement à ne pas en payer eux-mêmes (indemnités non-imposables).
Réponse de le 07/04/2013 à 21:52 :
FN ? Pourquoi acceptez-vous les investissements américains ou chinois en France ? Ou allemands ? Dites de quels pays les investissements sont acceptés ?
a écrit le 07/04/2013 à 13:42 :
Ils sentent le vent tourner. Ils vont lâcher le minimum le moins vite possible. Il faudrait les mettre dans la liste noir et leur faire un ultimatum de retrait de l autorisation bancaire en France des méthodes misent en œuvre par les États Unis Pour ça il faudrait des politiciens qui veulent régler les problèmes et qui ne soient pas des Béni oui oui flambi. Malheureusement. Il faudra sans doute atteindre le fond du trou pour réagir. Ça me désespère !!!!
Réponse de le 07/04/2013 à 14:42 :
Pierre, il faut arrêter de fumer la moquette. Le Luxembourg est un pays souverain.
Réponse de le 07/04/2013 à 16:43 :
Absolument et ses dirigeants sont les banquiers, financiers et autres blanchisseurs d'argent sale qui mènent l'Europe à la catastrophe ...
Réponse de le 07/04/2013 à 16:48 :
Bien vu Pierre c'est tellement mieux lorsque l'argent sera planqué en Israel ou dans certains pays arabes ou même dans d'autres pays fiscaux. On sera au moins bien sûr de ne jamais en profiter sous forme d'investissements dans nos économies florissantes. Pour votre gouverne Isarël est un excellent paradis fiscal, sans doute un des meilleurs au Monde et c'est pas le seul. Il y en a au moins un autre à qui la communauté européenne n'osera jamais se frotter. Et c'est pas une île paradisiaque.
Réponse de le 07/04/2013 à 17:33 :
il sagit je suppose du Delaware?
Réponse de le 07/04/2013 à 19:08 :
surement , il fait bon y vivre :))
Réponse de le 07/04/2013 à 19:12 :
Ah je ne savais pas que les maffieux investissaient dans nos économies... Ah si bien sûr : la corruption des élus, c'est une forme "d'investissement"... Pfff ! Les rentiers fiscophobes sont juste : Pathétiques !
Réponse de le 07/04/2013 à 21:57 :
La City de Londres ? Le plus grand paradis fiscal au monde ?
Réponse de le 08/04/2013 à 9:16 :
Le plus gros paradis fiscal est le Royaume Unis avec ses "Trust"
Réponse de le 08/04/2013 à 14:08 :
apolo585 Vous résumez tout bravo continuez à voter sans rien changer!! l 'argent hors de nos frontière est sale comme le dise nos politiques sauf quand il est le leur en provenant de commissions de labo ou de marché publique que vous payer...et ces pays à la fiscalité réduite sont la cause des difficultés de l 'Europe ....les dépenses de nos états les frais de toutes nature le nombre croissant de nos fonctionnaires ...tout cela est de la responsabilité du Luxembourg ou de la City ? posez vous les vrais questions pas celles de nos politiques qui cherchent à se justifier de leur erreurs

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :