Chypre : le PIB pourrait reculer de 15% en 2013 et 2014

 |  | 394 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn, a évoqué un possible recul de 15% du PIB chypriote en 2013 et 2014, selon l'AFP. Dans un document de travail, la troïka tablait sur une contraction de l'économie d'environ 12,5%.

 Chypre l?a assuré vendredi. L'augmentation du coût de son plan de sauvetage à environ 23 milliards d'euros n'entraînera pas de coût supplémentaire pour les déposants des banques du pays.
Le pays a affirmé que ses besoins de financement dans le cadre du plan de sauvetage de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI) ont augmenté à 23 milliards d'euros, au lieu des 17,5 milliards initialement annoncés, en raison de la détérioration de l'économie du pays qui affecte ses ressources. « Cette (augmentation) ne signifie en rien que de nouvelles recapitalisations des banques soient prévues, ni aucune contribution supplémentaire des déposants », a déclaré le porte-parole du gouvernement chypriote Christos Stylianides.

La zone euro valide le renflouement

Les ministres des Finances de la zone euro ont validé vendredi à Dublin le renflouement de 10 milliards d'euros accordé à Chypre par la troïka des bailleurs de fonds internationaux, composée de la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et FMI. Chypre devra lever de son côté 13 milliards d'euros, dont la majorité sera obtenue par la fermeture de Laïki et la restructuration de Bank of Cyprus, respectivement deuxième et première banques du pays. Le montant de la contribution chypriote avait été évalué à sept milliards initialement. 

"Des temps difficiles"

L'essentiel proviendra de la restructuration du secteur bancaire, qui comprend une ponction sur les créanciers, y compris les déposants au dessus de 100.000 euros. Cette mesure inédite rapportera 10,6 milliards. Elle a suscité la controverse car c'est la première fois que certains déposants sont mis à contribution dans le cadre d'un plan de sauvetage de la zone euro. En plus de cette mesure-phare, Nicosie doit mettre en oeuvre des privatisations pour au moins un milliard d'euros. Il est également prévu des augmentations d'impôts pour 600 millions d'euros et la vente de réserves d'or excédentaires pour 400 millions.
« Chypre va sans aucun doute connaître des temps difficiles », a reconnu le ministre des finances des Pays-Bas Jeroen Dijsselbloem.
Le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn, a évoqué un possible recul de 15% du PIB chypriote en 2013 et 2014 selon l'AFP. "Dans les circonstances, il y a des incertitudes sur les chiffres précis", a-t-il dit. Dans un document de travail, la troïka tablait sur une contraction de l'économie d'environ 12,5%.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2013 à 9:46 :
Un seul mot d'ordre ! Vider son compte bancaire avant que la banque et les troîka de Bruxelles vous le vide, Amen !
a écrit le 14/04/2013 à 22:57 :
Il serait intéressant de calculer également la chute du PNB. Elle risque d'être gigantesque aussi.
a écrit le 14/04/2013 à 10:35 :
Cette crise est bien venu pour la réunification de l'ile. il faut la partie Chypre grecque rejoint le partie Chypre turque qui n'était pas dumping par UE. Une augmentation factice par les mafia grecque, russe et occidental.
a écrit le 13/04/2013 à 21:43 :
les pays de la baltique ont pris ca aussi apres lehmann, on ne les a pas entendu gemir; on ne va pas renflouer un paradis fiscal, si? ils peuvent vendre leurs actifs aux russes qui seront ravis de les acheter ( ou aux turcs, eventuellement...)
a écrit le 13/04/2013 à 21:40 :
On s'en tape, de toutes les façons cela fait 5 ans qu'on nous annonce la fin de la crise, que c'est la faute des espagnols, des grecs,des portugais,...
J'ai vraiment un problème avec cela. Appelons un chat un chat, c'est la faute aux spéculateurs véreux qui attaquent des pays pour faire des gains énormes en sachant que lorsque leur banque spéculative se plantera, attendra que nos politiciens les renflouent avec l'argent du contribuable. Il est temps que l'économie se mette au service de la population et non le contraire.
a écrit le 13/04/2013 à 21:24 :
Ils sont trop forts, la Troika!
a écrit le 13/04/2013 à 16:53 :
comme ça les chypriotes seront moins gaies
Réponse de le 13/04/2013 à 21:44 :
comme on dit la bas : ' dans la vie on n'est jamais trop aidé' ;-)))
a écrit le 13/04/2013 à 16:52 :
Nous aurions pu avoir aussi la Turquie dans l'union... . On a beau serrer les dents ça peut venir hein si l'Europe tient le coup.
a écrit le 13/04/2013 à 16:51 :
source le monde:La proposition du commissaire européen Michel Barnier (services financiers) prévoit que les actionnaires soient d'abord mis à contribution, puis les créanciers et les déposants au-dessus de 100 000 euros "si cela est nécessaire", puis le fonds de résolution que chaque Etat membre doit mettre en place.

Dit autrement la faillite de Chypre va faire école à Bruxelles est ce en 2015 et non 2018 comme prévu. Cela sous-tend de nouvelles difficultés dans le secteur bancaire à venir
Notre ami Mr Dijsselbloem avait tout bon, même si l'on l'on incité après coup (sur Chypre) à un rétropédalage.
Si les déposants sont mis à contribution ,il faut modifier les règles de gestion des banques,la parité dans les conseils d'administration doit être revue.
a écrit le 13/04/2013 à 16:45 :
Si il recule et que nous avançons comment voulez-vous que ça marche ?
a écrit le 13/04/2013 à 16:04 :
Enfin ! D'habitude, le contribuable paye le renflouement des banques. C'est profondément immoral .La, on laisse les banques faire faillite. Super.
a écrit le 13/04/2013 à 16:04 :
Enfin ! D'habitude, le contribuable paye le renflouement des banques. C'est profondément immoral .La, on laisse les banques faire faillite. Super.
a écrit le 13/04/2013 à 15:35 :
le PIB melange de chiffres plus ou moins imprécis;... ne veut rien dire... ou pas grand chose, mais il est exact que la disparition des opérations bancaires qui a mon avis sont loin de créer dela vraie richesse, vont conduire à réduire cette fausse appréciation de la production de ce pays, on va revenir a des mesures plus précises de la réalité, lesservices sont ils producteurs de richesse ? oui éphéméres et sans valeurn on prend de l'argent des autres (le meme que l'on fait tourner) desmilliards d'opérations financières sont donc considérées comme une production de richesse .... génial...mais le phénoméne et les impacts sont identiques dans les autres pays on a fait du faux PIB que l'on a rédistribué.... ce qui explique les déficits..
Réponse de le 13/04/2013 à 16:34 :
Définition:Le PIB quantifie -pour un pays et une année donnés- la valeur totale de la production de richesse effectuée par les agents économiques (ménages, entreprises, administrations publiques), résidant à l?intérieur du territoire national.
D'aventure si la France devait voir son PIB diminué de 15% cela ferait un peu plus de 300M?,là on rigolerait moins,c'est plus facile à perdre qu'a regagner.
Réponse de le 13/04/2013 à 17:43 :
la production de richesse est quantitifée pour le secteur public par le montant des salaires versées, non pas par la production... ce qui fausse totalement les mesures il faudrait aussi intégrer cette notion par tete meme si elle ne represente pas la production, 400 000 francais en plus une prétendue croissance de 0 a 0.1 cela fait une recession par tete de pipe

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :