"A Bruxelles, la France a déserté le terrain"

 |   |  819  mots
Henri Malosse, Bruno Arnold
Henri Malosse, Bruno Arnold (Crédits : BRUNO ARNOLD)
Le 11 juillet 2012, le Comité économique et social européen (CESE) basé à Bruxelles a élu le français Henri Malosse pour présider l'institution. Son mandat officiel commence ce jeudi. Il présente ses ambitions à La Tribune dans un contexte européen agité.

Pouvez-nous nous expliquez le CESE et ses missions ?

Le CESE a été institué par le Traité de Rome en 1957. Il est l'assemblée consultative des partenaires économiques et sociaux européens. Sa mission est simple : permettre à tous les acteurs économiques de se faire entendre de la Commission, du Conseil et du Parlement européens, via des avis formels. De cette manière, il participe au processus décisionnel de l'Union européenne [UE]. Elus pour cinq ans, les 344 conseillers du CESE sont regroupés au sein de trois groupes représentant les employeurs dans le groupe 1, les salariés dans le groupe 2 et les organisations professionnelles notamment dans le troisième groupe.

Concrètement, à quoi sert-il ?

Il émet des avis sur tous les dossiers traités par la Commission européenne. Mais, et je le regrette, il se disperse inutilement depuis trop longtemps, ce qui le rend inaudible. Je veux changer les choses. Nous devons nous concentrer sur les sujets sur lesquels nous pouvons apporter une véritable valeur ajoutée. Ce fut par exemple le cas en mars lorsque le CESE a émis un avis sur la piraterie maritime et sur la réaction de l'Union européenne dont la rapporteure était Anna Bredima, la secrétaire générale de l'Union des armateurs grecs. Savez-vous que 218 marins sont actuellement prisonniers sur les mers du globe ? Des demandes de rançons ont été faites, notamment à des pays de l'UE. Or, on ne l'entend pas. Si 218 personnes étaient prises en otage dans un avion, on en parlerait davantage.

Comment comptez-vous vous faire entendre ?

Depuis des années, la société civile, via le CESE, est au service des institutions. Je veux inverser cette logique durant mon mandat, d'autant plus que nous avons une fenêtre de tir intéressante. Le CESE sera pendant quelques mois la seule institution qui ne verra pas sa composition modifiée, en clair, qui pourra travailler d'arrache-pied.
Je veux, et ceux qui ont voté pour moi également, que le CESE ne soit plus le caniche de la Commission. Il doit émettre des avis forts en évaluant à sa juste valeur la politique menée à Bruxelles, que ce soit sur des sujets techniques comme les frais d'itinérance dans la téléphonie mobile ou sur des sujets de société comme l'emploi des jeunes. Lorsque la situation l'exigera, nous taperons du poing sur la table pour nous faire entendre et nous faire respecter.

Le CESE doit être le poil à gratter, le Gemini Cricket de Bruxelles. Les difficultés récentes de Chypre sont riches d'enseignements. Pourquoi Bruxelles décide en 2008 de protéger l'épargne des européens, même les dépôts supérieurs à 100.000 euros, puis autorise cinq ans plus tard leur taxation pour résoudre la crise bancaire chypriote ? Le CESE doit poser la question et doit obtenir une réponse.

Avez-vous d'autres dossiers en tête ?

Il y en a tellement. Comment peut-on rester muet quand la Commission presse le Portugal, au nom de l'orthodoxie budgétaire, de couper les dépenses dans l'éducation alors que c'est totalement contraire à la stratégie de Lisbonne et à l'agenda 2020. Nous avons interpellé José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne sur ce point. Nous attendons sa réponse.

Comment jugez-vous la politique européenne de la France ?

Voyons les choses en face. Depuis la brillante présidence de l'Union européenne en 2008, la France est sortie du radar. Hormis quelques coups de gueule, très gaulliens, la France n'est plus une force de propositions en Europe. On reproche actuellement l'omnipotence de l'Allemagne. Mais ce procès n'est pas juste. Si l'on entend si fort la parole allemande, c'est parce que l'autre pivot de la construction européenne a déserté le terrain. A Bruxelles, le cas français intrigue beaucoup. La France est devenue une curiosité.

L'Union européenne est dans l'impasse, au niveau politique et au niveau économique. Comment sortir de cette double crise ?

La construction d'une Europe fédérale s'est arrêtée avec la création de l'euro en 2002. Depuis cette date, un certain nombre de pays, dont la France, ont préféré la discussion intergouvernementale plutôt que de poursuivre dans la voie du fédéralisme. Or, que ce soit à six, à neuf ou à vingt-sept, l'intergouvernemental ne fonctionne pas. Il a conduit aux deux guerres mondiales, il attise la haine et accélère les dissensions. Le courage politique a manqué aux dirigeants européens.

Fallait-il poursuivre l'élargissement de l'Union européenne ?

L'élargissement n'est pas l'origine des dysfonctionnements de l'UE. C'est l'absence d'approfondissement qui explique la crise actuelle.

Mais une Europe à deux vitesses n'est-elle pas une bombe à retardement ?

Absolument pas. Actuellement, c'est une Europe à trois, quatre vitesses que nous observons. Tant que les économies convergent, et c'est encore le cas pour de nombreux pays, notamment ceux d'Europe centrale et orientale, l'Europe avance.

 

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/04/2013 à 12:16 :
je voudrais m excuser aupres des europeens pour la mediocrite des representants francais mais on avait rien d autres pour vous donner une idee de la classe politique francaise j espere neanmoins qu ils vous font bien rire
a écrit le 19/04/2013 à 11:41 :
Première question : A quoi sert l' Europe , à part imposer de nouvelles réglementations chaque année , à part à ponctionner de l' argent aux contribuables pour son fonctionnement et le soutien aux pays en difficultés ?
a écrit le 19/04/2013 à 5:06 :
encore une machine à fabriquer des mégots...
a écrit le 18/04/2013 à 18:08 :
Les français ne voulaient d'europe et n'en veulent toujours pas.. à bon entendeur salut car diantre quelle escroquerie que l'UE
a écrit le 18/04/2013 à 17:21 :
Je n'ai jamais su à quoi servait le Parlement Européen,il faut dire qu'il est largement censuré par les médias Français.
Cela aurait de la gueule de voir Nigel Farage dans ses réflexions sur le fonctionnement de L'Europe.
a écrit le 18/04/2013 à 13:38 :
"Pourquoi Bruxelles décide en 2008 de protéger l'épargne des européens, même les dépôts supérieurs à 100.000 euros, puis autorise cinq ans plus tard leur taxation pour résoudre la crise bancaire chypriote ? Le CESE doit poser la question et doit obtenir une réponse."
La réponse est évidente: si l'épargne des +100.000? n'était pas taxée pour résoudre ce problème, tu aurais perdu ton job dans les 6 mois, coco.
a écrit le 18/04/2013 à 13:36 :
"Le CESE sera pendant quelques mois la seule institution qui ne verra pas sa composition modifiée, en clair, qui pourra travailler d'arrache-pied. "
En clair, il y a personne qui bosse Bruxelles dans les prochains mois qu'une institution non décisionnaire. La belle vie, quoi. A nos frais.
a écrit le 18/04/2013 à 13:34 :
"Elus pour cinq ans, les 344 conseillers du CESE sont regroupés au sein de trois groupes représentant les employeurs dans le groupe 1, les salariés dans le groupe 2 et les organisations professionnelles notamment dans le troisième groupe."
On a réinventé les Etats Généraux!!! Oratores, Bellatores, Laboratores ! C'est fou l'Histoire.
a écrit le 17/04/2013 à 14:07 :
Comprendre cette dictature européenne au service de notre oligarchie : www.u-p-r.fr
Réponse de le 17/04/2013 à 16:57 :
c'est dérisoire comme point de vue, vous n'avez donc pas compris que la france seule n'est plus rien dans ce monde
Réponse de le 17/04/2013 à 17:52 :
vous racontez n'importe quoi depuis quand on a besoin des autres pour exister ?? la France est un grand pays on doit pas être soumis, à l'union européenne, elle apporte le chaos regardez la grece le Portugal l?Espagne l?Italie l?Irlande Chypre, ... et la guerre avec la montée des extrêmes et la guerre en Libye au Mali etc .. vous travaillez chez Goldman Sachs ?
Réponse de le 18/04/2013 à 9:35 :
Rectification: la France etait un grand pays elle ne l'est plus. Enlevez vos oeillères que diable, ne voyez-vous donc pas que le monde a changé? Croyez vous sincerement que dans 20 ans la France seule avec ses 60 Millions d'habitants fera le poid face a la Chine, l'Inde, le Brésil ? Non. Et Goldman Sachs n'a rien a voir avec ca. Stop a la theorie du complot ca devient fatiguant de devoir constatement lire ce genre de post sur LT ...
Réponse de le 18/04/2013 à 17:15 :
ARRETONS de prendre pour exemple les pays cités ci-dessus,on faisait quoi avant ,la chine était toujours plus grande que la France idem l'Inde.Que doit faire la Suisse,le Liechtenstein se sabordés.Avec cette Europe nous allons dans le décor est on klaxonne joyeusement.Nous construisons une Europe à géométrie variable,17 économies il y a pas une meilleur que l'autre y compris l'Allemagne.restons modeste SVP.
Réponse de le 19/04/2013 à 0:18 :
@ Reponse a mon pauvre. a répondu le 18/04/2013 à 09:35

je partage l'avis de Kirk
je rajoute
si on prend l'histoire de la France il y a des hauts et des bas, la France est toujours un très grand pays on nous apprend à la détester, on a des racines une façon de vivre de séduire, de vivre unique au monde, pourquoi l?abandonner les Américains aiment notre façons de vivre de penser, ils n'ont pas d'histoire, comme les australiens.
Vous avez une vision mercantiliste et numériques des hommes, personnellement je sais pas dans 2 ans comment le monde va bouger mais dans 20ans vous êtes fort !
Je respecte tout les pays Chine, inde etc .. mais je veux qu'ils gardent leurs identités et non une culture unique mondialisé métissé .. avec une religion le shopping, une langue l'anglais.
a écrit le 17/04/2013 à 14:01 :
Encore une enieme commission. Et elle compte tout de meme 344 membres. Le mille-feuille electoral commence deja au niveau de l'Europe.
a écrit le 17/04/2013 à 13:13 :
Avec hollande nous n'avons meme plus une place d'écoute à Bruxelle, notre politique européenne est désastreuse,sans relief à l'image d'un président fallot. La bonne entente avec l'Allemagne c'est finie, grace à l'incompétence du président à concilier les impératifs budgétaires avec les obligations dues à la monnaie commune. Nous ne tenons pas nos engagements, nous n'avons plus cette figure d'un président agissant, nous sommes redevenu des petits. Regardez Fabius, pensez-vous qu'il est à la hauteur d'un ministre des affaires extèrieures? Nous avons à la téte du pays, un systéme dévastateur en terme économique et de relation. Et dire qu'il va falloir attendre encore quatre ans pour voir finir cet exutoire socialiste
Réponse de le 19/04/2013 à 11:34 :
Attendre 4 ans ?
Peut-être pas .
Je respecte les institutions , la Loi mais j' ai vraiment du mal à imaginer Hollande tenir encore 4 ans .
a écrit le 17/04/2013 à 13:04 :
A l'heure de rationaliser les depenses publiques, le CESE et son petit frere le Comite des Regions sont des institutions a l'utilite douteuse: pourquoi ne pas les supprimer? Franchement, pour donner des avis sur les propositions de la Commission europeenne, a t'on besoin de 2 organismes avec les depenses afferentes en personnel, bureaux... sans compter les indemnites verses aux conseillers designes par les Etats membres de maniere totalement opaque.
a écrit le 17/04/2013 à 12:49 :
La brillance de la présidence française de 2.008 n'a été qu'une pantalonnade creuse comme un tambour, alors qu'à la même époque la France vitupérait contre l'égoïsme germanique, avant de se blottir plus tard contre celle qui portait la culotte en Europe. Ce n'est pas le commissaire au marché intérieur actuel qui crédibilise ces Français aussi absents, ou au mieux rares et éphémères. Les Britanniques savent depuis toujours y tenir des places influentes alors qu'ils bénéficient du statut le plus centrifuge possible. Hors le passage de Delors, la France ne compte que comme subsidiaire d'un dominant.
a écrit le 17/04/2013 à 12:33 :
Ce dimanche sur France-Inter, Rachida Dati expliquait qu'elle vouait l'intégralité de son temps à ses administrés du VIIème arrondissement de Paris, dont elle est maire. Petit hic, elle aussi députée européenne ! Alors, la France à Bruxelles, tant qu'il y aura des cumulards, elle ne pèsera pas grand chose. Qu'on n'en attende aucune proposition, ce qui lui permettra en plus de placer l'Europe en situation de bouc-émissaire pour toutes ses difficultés !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :