Austérité : le Parlement européen dénonce lui aussi le jusqu'au-boutisme actuel

 |  | 483 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Martin Schulz, le président du Parlement européen estime que la réduction à marche forcée des déficits publics n'a pas les résultats escomptés. Elio Di Rupo, le Premier ministre belge, est sur la même longueur d'ondes.

 Si le Parlement européen s'y met lui aussi. Après l'OCDE, un certain nombre de gouvernants européens parmi lesquels François Hollande, et de plus en plus d'économistes, c'est au tour du président du Parlement européen, le social-démocrate allemand Martin Schulz de remettre en cause l'austérité actuellement en vigueur en Europe. Dans une interview publiée samedi par le quotidien belge L'Echo, il estime les gouvernements des pays de l'Union européenne (UE) vont "beaucoup trop loin".

"Concernant le niveau national, nous sommes engagés beaucoup trop loin dans la politique d'austérité. L'argument qui consiste à dire qu'avec la réduction des budgets publics, la confiance des investisseurs revient, est manifestement faux. Aucune économie nationale ne se redresse sans une relance économique avec des investissements stratégiques", explique-t-il.

De son côté, dans une interview accordée  au quotidien La Libre Belgique, le Premier ministre belge Elio Di Rupo ne dit pas autre chose, jugeant que "l'austérité nuit à la santé" et que "dans les mois qui viennent, nous devons travailler au sein de l'Union européenne pour modifier le tir". "Les choses évoluent. Ecoutez le FMI, l'OCDE... Que disent-ils? Qu'il faut arrêter les politiques d'austérité, la zone euro étant la plus mal lotie dans le monde en termes de reprise. Ce n?est pas parce qu?on a une crise aujourd?hui qu?on va balayer tout ce qui a été acquis depuis la Seconde guerre mondiale.", estime Elio Di Rupo. .

Ne pas accuser Angela Merkel

A propos de la position de la chancelière allemande, qui défend l'orthodoxie budgétaire et dont les socialistes français ont, dans un texte publié vendredi, fustigé "l'intransigeance égoïste", Martin Schulz estime qu'"on ne peut pas accuser Angela Merkel de décider seule, alors qu'il y a 26 autres dirigeants autour de la table" au Conseil européen et que l'Allemagne "n'a qu'une voix".

"Le seul qui a contredit cette approche, c'est François Hollande, qui a demandé un paquet croissance. Mais où sont restées ces mesures ? Je vais le répéter, le 22 mai, à nouveau aux dirigeants européens" lors du prochain sommet, promet-il. 

Concernant le projet européen dans son ensemble à l'approche des élections européennes de 2014, il dit "comprendre les gens qui sont déçus" et juge que "l'Union européenne est dans un état lamentable". "Il faut aller chercher les citoyens là où ils se trouvent. Et ils se trouvent actuellement dans une situation de scepticisme compréhensible: il y a l'inefficacité de l'Union européenne, le manque de transparence dans les décisions, une troïka qui impose certaines mesures aux pays... (...) La Banque centrale européenne, quelle est sa responsabilité démocratique? Le FMI, quelle est sa responsabilité démocratique? Il faut qu'on admette que les gens ne comprennent plus le fonctionnement de l'UE", avance Martin Schulz.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2013 à 18:04 :
?Lorsqu?un gouvernement est dépendant des banquiers pour l?argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. [...] L?argent n?a pas de patrie ; les financiers n?ont pas de patriotisme et n?ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain.?
Napoléon Bonaparte, Empereur Français, (1769-1821).
a écrit le 29/04/2013 à 12:27 :
y a des élections bientôt au niveau européen ?? après les dégâts que la majorité libérale a provoqué, ça me fait bien rire (jaune)
a écrit le 28/04/2013 à 15:22 :
ils se rendent compte des résultats pour les pays et donc de leurs efforts ? leur politique fut mauvaise à quand une relance à l'américaine ????
a écrit le 28/04/2013 à 13:45 :
J'en vois qui pensent à leur ré-élection ! Evidemment, laisser croire qu'on peut retarder, voire "oublier" de rembourser ce qu'on a allègrement emprunté et dépensé, peut faire gagner quelques voix...
a écrit le 28/04/2013 à 13:41 :
Merde, il n' y a pas que les socialos-collectivistes français qui le disent maintenant. On est dans de beaux draps.
a écrit le 28/04/2013 à 9:10 :
Difficile de faire comprendre qu?il faut des économies..... Est-ce que c'est l'Allemagne qui a emprunte a tout va pour créer les dettes des autres? Non. Créer les dépenses énormes sur les budget des autres générateurs des déficits abyssaux? Non. Si tous ses chantres de la dépense a tout va faisaient la même chose chez eux a la maison il seraient depuis longtemps ruines. S'ils veulent ne plus payer les dettes, qu'ils le disent haut et fort.....on verra qui leur financera encore les dépenses courantes. Car a ce jour, ils sont en train d'emprunter pour manger........
Réponse de le 28/04/2013 à 12:54 :
Dette Allemande 83% du PIB, dette Française 90% du PIB , ce qui est assez comparable et en tous cas ne permet pas de donner des leçon aux autres (la dette Espagnole en % du PIB est plus basse que la dette Allemande) . D'accord la dette Allemande commence a baisser mais avec la récession Allemande qui arrive chez elle aussi il n'est pas évident qu'elle puisse continuer. On ferait mieux de mettre en place un mécanisme qui garanti le remboursement de la dette à hauteur des 60% du PIB lors des prochaines phases de croissance , plutôt que de demander aux pays en récession de rembourser plus avec toujours moins de revenu.
Réponse de le 28/04/2013 à 18:12 :
Bien + 1
Réponse de le 29/04/2013 à 15:13 :
@rappel +1000
a écrit le 27/04/2013 à 22:23 :
L'exécutif allemand et la chancelière n'ont plus de bouffon pour attirer l'attention et faire croire que qui porte la culotte le fait pour le bien de tous. Ceci étant, la partie de faux culs est paralysante, avec le foirail de 27 complètement masochistes, 17 étant des Panurge centripètes si longtemps autour d'un guide de leur eurogroupe, champion d'un notoire paradis fiscal, et 10 autres centrifuges, circonspects sinon en opposition dans un splendide particularisme. Voilà l'obèse caravansérail obtenu en un demi siècle, et de surcroît durant trois décennies exposé à tous les vents d'une cavalerie financière endiablée, chargée en Occident d'y engendrer création de valeur et de croissance. Et cela fait six ans que le désastre obtenu, d'un krach dans les casinos boursiers accompagné d'une crise interminable, fait l'objet de G20,G8,G7,forums, tous plus volontaristes les uns que les autres pour que jamais pareil cataclysme n'advienne. Puisque du foirail, certains miséreux se trouvent bannis, et que s'égraine implacable la liste des pénitents condamnés au sacrifice, le plus sensé serait d'éviter les disputes homériques et d'adapter dans le temps et dans l'espace de liberté, le statut d'obédience des foireux du foirail. Entre statut coincé dans l'eurogroupe et indépendance volage britannique, il doit bien y avoir un moyen terme acceptable aux états et surtout aux populations mises à l'écart de leur devenir.
a écrit le 27/04/2013 à 21:18 :
Les économies européennes remercient les économistes libéraux et friedmanniens; mêmes causes mêmes solutions aux effets désastreux qu'en Amérique du Sud des années 80-90. Mais comme ces gourous dominent les systèmes financiers et le FMI. Par contre de vrais remerciements des banquiers et autres financiers (leur vrais clients?): ils ont créé la crise, ont commis des fautes qui devraient leur couter l'autorisation d'exercer la banque, ont fait payé les citoyens par les impôts et la réduction des services de l'Etat. Si le parlement européens ou les commissaires avaient un mandat politique, peut être auraient ils pu composer une opposition crédible. Mais l'intégration européenne a beaucoup d'adversaires.
a écrit le 27/04/2013 à 18:53 :
Après avoir plumer les Français, maintenant on va plumer les Allemands !
Réponse de le 27/04/2013 à 21:09 :
Il faut pas être réducteur comme ça...Ils vont plumer les Européens en entier...Regarde le hold-up sur Chypre. Ils rembourseront les dettes avec tes économies, ta retraite, ta maison s'il le faut...Ne soit donc pas si restrictif, la loi et le pouvoir, c'est eux.
a écrit le 27/04/2013 à 18:17 :
@ mirabeau. Le bon gigot allemand vs les fainéants. L'Allemagne n'est rien sans l'Europe. Si ce n'était pas le cas, ils en seraient sortis depuis longtemps. Que l'Allemagne commence déjà par payer aux Grecs les dommages de guerre qu'elle leur doit depuis trop longtemps.
Réponse de le 27/04/2013 à 18:52 :
+1000
Réponse de le 27/04/2013 à 19:52 :
@HaPy. argument fulgurant et Nous , nous allons payer nos multiples dettes de guerre avec Napoleon, le Grand et le Petit ( ils attendent désespérément en Russie et en Espagne ) et puis les Romains vont bien nous verser quelque chose. Arrêtez donc de boire le samedi soir.
Réponse de le 27/04/2013 à 20:52 :
@mirabeau. Napoléon ? Les Romains ? Non, les nazis, il y a quelques décennies. Ma mère a survécu ,malgré les souffrances, la faim et l'extrême cruauté endurée sous l'occupation allemande. Et je n'oublie pas mes compatriotes de Thessalonique partis en fumée en Pologne. Cela mérite que l'on exige le paiement des dommages de guerre que doit l'Allemagne à la Grèce ! On ne peut pas impunément piller et assassiner.
Je ne sais pas pour vous, mais moi, je ne bois pas.
Réponse de le 28/04/2013 à 18:19 :
Alors l'Allemagne doit de l'argent à la Grèce, mais se permet de l'affamer ????....!
Réponse de le 28/04/2013 à 20:28 :
Exactement.
a écrit le 27/04/2013 à 18:09 :
C'est quoi le projet du SPD ? La fuite en avant ? Encore plus de dettes pour maintenir artificiellement des économies à bout de souffle qui sont déjà submergées de dettes ? Comme si le seul moyen de soigner un drogué consistait à lui donner une dose supplémentaire de stupéfiant ! Des erreurs ont été commises, il faut maintenant en payer le prix.
a écrit le 27/04/2013 à 18:00 :
"estime que la réduction à marche forcée des déficits publics n'a pas les résultats escomptés." la preuve scientifique que la méthode n'est pas la bonne. Comme un médecin qui donne un médicament qui n'améliore pas la santé du patient, il faut changer de médication. Prendre des mesures, puis vérifier si elles sont pertinentes, le début de la sagesse. Les économistes seraient-ils des apprenti-sorciers, leur science "hasardeuse" ? Ou les dirigeants aveuglés....
Réponse de le 27/04/2013 à 18:51 :
A cause du "bug" caché dans le tableur Excel utilisé par les deux brillants économistes de Harvard, Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, (lol)
a écrit le 27/04/2013 à 17:03 :
Martin Schultz est un ultra gauche et à part de vouloir recommencer une politique folle d?emprunts à tout va (et auprès de qui ????, les gros malins, qu?ils demandent aux Grecs de leur prêter), il n?a rien à proposer de sérieux. Ils tournent tous comme des loups affamés autour du bon gigot allemand qui ne se laissera pas manger par ces fainéants.
Réponse de le 27/04/2013 à 18:07 :
Les personnes qui doutent de la politique d'austérité serait-ils gauchisants?
Réponse de le 27/04/2013 à 18:09 :
"fainéants" pourquoi?
Réponse de le 27/04/2013 à 18:27 :
êtes-vous si mordant envers les exilés fiscaux?
Réponse de le 27/04/2013 à 19:12 :
@william fainéant parce que nous nous accrochons à ces fameuses 35 heures, parce qu?une jeune femme travaillant comme chef de régulation à Lille Europe SNCF est toute fière d?annoncer l?âge de son départ à la retraite tout en prenant les précautions en ajoutant peut être que ce sera alors 60 ans (RTL, les grosses têtes), des exemples à foison. Refus de toute austérité dans la fonction publique, création de faux emplois etc etc.
a écrit le 27/04/2013 à 15:40 :
Hollande avance maintenant ses pions. Il a discrètement contrecarré l'offensive allemande visant à imposer une rigueur budgétaire. Il savait qu'elle était vouée à l'échec sans le concours actif de la France. L'Italie s'est enlisée dans un nouvel imbroglio politique et les autres pays du sud n'ont pas la capacité de s'en sortir tout seul. L'heure de la contre-offensive politique est venue. Le PS a donné le ton lors de ses dernières réunions. Le socialisme à la française peut partir à la conquête de l'Europe.
Réponse de le 27/04/2013 à 19:05 :
Vous avez raison, la première chose à faire est de croire les illusionistes et les saints.
a écrit le 27/04/2013 à 15:25 :
Encore un qui découvre l'Amérique... Il aura donc fallu que l'Europe devienne un désert industriel et économique avant que nos élus ou pas, ne réalisent que l'austérité telle que l'on nous la sert, ne génère que misère et chômage.
a écrit le 27/04/2013 à 15:16 :
pourquoi l'austérité ne marche pas tout simplement parcequ'elle n'est pas accompagnée des nombreuses économies possibles ex un beau reportage allemand où les députés de bruxelles,à 7 h du matin viennent pointer avant de partir pour toucher les 283 euros de la journée autre ex français cette semaine il a été voté une nouvelle taxe sur les poids lourds qui va encore diminuer le POUVOIR D'ACHAT deS consommateurS; N'etaient présents que quelques 70 deputés sur 577;UN senat qui ne sert à rien etc etc
Réponse de le 27/04/2013 à 18:04 :
j'ai vu ce reportage....une journaliste allemande en caméra cachée... un vrai scandale... aussi grave que l'affaire CAHUSAC...à mon sens... bien peu de personnes réagissent....pourtant... cette réalité aurait dû offusquer le peuple... et les médias aussi non?....mais non....et pourquoi?
Réponse de le 27/04/2013 à 19:59 :
Résignation à tous les étages! c'est incompréhensible...c'est impensable et pourtant...qu'arrivent il aux individus? il y a de quoi se poser la question comme vous...quant aux médias, peu actuellement, dénoncent, mettent en évidence....c'est incroyable, on dirait avoir affaire à la banalisation de tout, même du plus grave.....et cet état de fait, est très, très inquiétant !
Réponse de le 27/04/2013 à 20:44 :
+1

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :