L'Onu dénonce l'impact de l'austérité sur les droits de l'Homme en Grèce

 |   |  567  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'Onu a dénoncé vendredi les atteintes aux droits de l'Homme causées par l'austérité en Grèce, alors qu'en Europe, les tenants de la rigueur systématique reculent de plus en plus.

Encore une attaque contre l'austérité et ses conséquences sociales et humanitaires en Grèce. Selon un expert de l'Onu dépêché dans la péninsule hellénique pour en mesurer l'impact, le plan de redressement des finances publiques imposé par la troïka (Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) en échange d'une aide mine les droits de l'Homme dans le pays. 

Pauvreté, santé publique, xénophobie sont les maux de l'austérité

L'expert s'est notamment ému lors d'une conférence de presse à Athènes vendredi "de la hausse de la pauvreté". Selon ses conclusions, environ un tiers de la population vit avec moins de 60% du revenu médian, qui est la mesure officielle du seuil de pauvreté. Près d'un enfant sur deux est touché.

Il faut dire que depuis quatre ans que dure la crise en Grèce, l'économie s'est contractée de 20%, confrontant les Grecs à une hausse exponentielle du chômage, qui dépasse aujourd'hui les 27,2%, contre 6,6% en mai 2008. Le nombre de sans logis a augmenté d'un quart depuis 2009 et touche aujourd'hui 20.000 personnes, alors que le pays y était peu habitué. Comme l'avaient constaté deux chercheurs grec et américain, la crise engendre un véritable problème de santé publique avec la réapparition de maladies disparues et une explosion du nombre de séropositifs (porteurs du virus du sida). La faute aux coupes dans le budget de la santé et à l'augmentation du prix des soins. Autre conséquence de l'austérité constatée par l'Onu, la progression du sentiment xénophobe matérialisée par la percée dans les sondages d'opinion depuis plusieurs mois du parti d'extrême droite Aube dorée qui a fait son entrée au parlement lors des dernières élections.

L'austérité systématique de plus en plus dénoncée, Bruxelles recule

Rien de bien neuf. Si ce n'est que cette prise de position par l'Onu vient s'ajouter à de nombreuses autres, isolant encore un peu plus les partisans de l'austérité systématique. Il y a quelques semaines, un diplomate américain avait même dénoncé une crise humanitaire grave qui sévissait dans la zone euro. De même que le secrétaire au Trésor américain Jack Lew. Du côté des dirigeants européens, on dit en avoir conscience et on veut réagir en atténuant les politiques d'assainissement des finances publiques en se concentrant sur la lutte contre le chômage dans les pays sinistrés par la crise.

Cette semaine, le président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso a ainsi sifflé la fin de partie pour le tout austérité. Selon lui, ce modèle a "atteint ses limites" car il favorise la montée en puissance de partis qu'il qualifie de populistes et hostiles à l'Union européenne (UE). Faisant suite aux propos de Christine Lagarde, directrice du FMI, qui exhortait les dix-sept à ralentir l'assainissement budgétaire afin de ne pas pénaliser la croissance. Reste à savoir quelles seront les routes empruntées par ces nouveaux tenants de la rigueur douce pour redonner aux investisseurs la confiance nécessaire à toute relance de la croissance. Car sans cela, les chances que les tentatives de lutte contre le chômage et la pauvreté fonctionnent sont  minces.

>> LIRE AUSSI L'austérité est morte, vive l'austérité !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2013 à 14:05 :
"pour redonner aux investisseurs la confiance nécessaire à toute relance". Déjà bien d'avoir trouvé la source du problème. Suffit de supprimer les "investisseurs", tout simplement.
a écrit le 27/04/2013 à 11:40 :
Bonjour, MDR de lire cette accusation, l?ONU , le machin au ordre des USA ferrais mieux de dénoncer les atteintes au droit de l?homme du fait de la mise en place de l?OMC qui a ruiner des millier d?entreprise et jeter a la rue tout autant de pauvre gent? Je ne parle pas de l?action du FMI qui par sont action d?aide économique à exiger des réforme et ouverture de marcher qui ses bien trop souvent terminer par l?explosion des pays les plus pauvres?. Alors le machin ferrais bien de mieux regarder notre monde construit par le capitalisme américain?
a écrit le 27/04/2013 à 10:15 :
Cet article est un assemblage de poncifs. L'austérité a bon dos. Quand l'état distribue la mane de Dieu, tout le monde se porte bien, y compris les pauvres. Quand chacun doit travailler pour vivre, la sélection naturelle joue. C'est là qu'il convient de mettre en place des politiques sociales et solidaires, d'éducation en masse, etc. et pas seulement des prisons et asiles, pour que les pauvres s'en sortent. Quand les salaires sont institutionalisés supérieurs à la productivité moyenne du travail pour protéger une caste, quand les prix incorporent les charges démesurées de l'état, il n'y a plus de demande globale ni de travail. Quand l'éducation incorpore des numérus clausus obsolètes, il n'y a plus assez de compétence, d'entrepreneurs, de médecins et ingénieurs. Dans les pays pauvres, chacun rève que son fils soit fonctionnaire.
Réponse de le 27/04/2013 à 20:45 :
"Sélection naturelle"... En voilà encore un qui a compris Darwin (s'il l'a lu). Ferais mieux d'aller lire Kropotkine...
Réponse de le 28/04/2013 à 16:32 :
Kropotkine ? Pourquoi ne pas commencer par Proudhon ?
a écrit le 27/04/2013 à 9:48 :
L'ONU avait-elle contesté quand la Grèce vivait pendant des décennies largement au dessus de ses moyens et en comptant sur les subsides des autres? Allez dans un 3* Michelin avec 20 euros en poche et régalez-vous..hé bien, avant de sortir, il faudra payer l'addition.
Réponse de le 27/04/2013 à 10:21 :
Faudrait-il que les grecs expient ?
Réponse de le 27/04/2013 à 15:19 :
@Alextocrate. Bien sur ! La Grèce doit servir d'exemple. Les Grecs sont entièrement responsables de leurs malheurs.Ils auraient dû quitter l'U.E. dès le début de la crise et ne pas écouter les "experts"qui leur prédisaient le pire. Le pire, ils le vivent au quotidien, au sein même de l'Europe.
Il faudra bien qu'un jour, les dirigeants européens rendent des comptes !
Réponse de le 27/04/2013 à 20:47 :
Bien vrai ça que les grecs ont la faute. Ils n'avaient pas besoin de voter pour des gens qui leurs inspiraient confiance. Bien fait pour eux. Heil!
Réponse de le 27/04/2013 à 20:55 :
votre commentaire ne vous grandit pas! ils auraient dû quitter l'UE, bien s^r, ils devait y avoir un référendum, vous avez vu où il est passé ? croyez vous que le peuple fait ce qu'il veut? les politicards en "haut n'écoutent rien, ne foutent rien de bon, et nous on écope ! pareil en Grèce! c'est le petit peuple que crève pendant que les affairistes passent au travers avec l'accord de l'état ! entre gangsters, on se soutient! d'ici que ce soit aussi la France qui "serve de 2eme exemple, qu'elle "expie", elle aussi les fautes de ses énarques, et p"eut être changerez vous d'avis...Rien n'est moins sûr ! (je vous rapelle en passant, puisque d'après vous les peuples sont fautifs", et c'est normal qu'ils payent leurs erreurs, la conclusion du référendum de Lisbonne...on avait voté NON, et ça c'est traduit par OUI! tous des Fêlons, tous des traitres ! après ça, c'est un peu gros de mettre tout sur le peuple Grec.....
Réponse de le 27/04/2013 à 22:30 :
@Coconut @ @ HaPyLa première partie de mon commentaire ne doit pas être prise au premier degré ! Au contraire, j'ai de la famille et des amis en Grèce et je connais leurs souffrances.
Réponse de le 28/04/2013 à 13:28 :
Pour moi, les Grecques comme un ensemble des individues ont une certaine responsabilité dedans parce que pendand des années ils ont voté en majorité pour les parties qui ont conduit à la situation dans laquelle ce pays se trouve aujourd'hui.

Selon votre logique, les Allemands des années trentes ne sont aors pas été responsables de la Shoah et du deuxième guerre mondiale parce que Hitler dès le moment d'être elu (par environ 40% des votes uniquement d'ailleurs) n'a plus consulté le peuple pour demander leur avi sur ces deux "entreprises". Et pourtant les gens aujourd'hui incluant les Allemands eux-même tiennent les Allemands de l'epoque responsables ...
a écrit le 27/04/2013 à 8:23 :
Cela n'a rien à voir avec l'austérité, mais bien les politiques.
Réponse de le 29/04/2013 à 11:51 :
Enfin une vérité! Et il conviendrait que cela se sache: il y a des conséquences à voter pour des pourris et des mauvais. Il serait temps que les citoyens, grecs ou français, se le rappellent et agissent en conséquence.
a écrit le 27/04/2013 à 8:09 :
ce phénomène ne s'arrête pas à la frontière grecque, il n'est pas du comme on nous le fait croire au nombre de fonctionnaire ou à leur soit disant église.
La Suède est le pays qui a le plus haut nombre de fonctionnaire et pourtant elle se porte très bien.
La pauvreté est là où nous avait dit qu'il y aurait le plein emploi, la croissance, la prospérité. La pauvreté se trouve dans la zone euro, tout simplement.
Réponse de le 27/04/2013 à 9:09 :
@ toto Souvenez vous, la Suède a réformé, car un moment elle était là où est la France actuellement. Et c'était sa faute à elle même, pas d'un autre pays. Des contribuables Suédois devaient payer plus d'impôts qu'il n'avait de revenu. Les politiques dans ce pays vivent plus modestement aussi. Les réformes était dur pour tout le monde, non seulement "les riches". En France on ne peut réformer. Il y des entreprises suédoises qui ont disparues, impossible en France, il faut toujours sauver des emplois et c'est ainsi on n'en crée pas un seul nouveau. Il faut choisir d'autres pays comme exemple.
Réponse de le 27/04/2013 à 9:51 :
Vos preuves sur le nombre de Fonctionnaire en Suede???? je pense que vous avez tort, ils ont reforme y a 10 ans, pour un moins d etat mais mieux d etat
Réponse de le 27/04/2013 à 11:20 :
tout d'abord je tiens à signaler ma joie de dialoguer, débattre avec des commentateurs comme vous, posé, posant les bonnes questions.
Plutôt qu'une longue synthèse pour répondre à vos questions, je vous invite à consulter deux liens. -le premier
http://www.elusmcs.com/article-emploi-public-dans-l-union-europeenne-fausse-verite-46626345.html donnera la réponse aux nombres de fonctionnaires dans les pays de l'Union Européenne.
Le second http://www.u-p-r.fr/sortie-de-leuro/faut-il-avoir-peur-de-sortir-de-leuro (deuxième partie) sera l'exemple Suédois, vous apprécierez l'immense propagande mise en place pour faire adopter la monnaie "unique". soit disant ericksson devait délocaliser si l'euro n'était pas adopté. Il est encore là. Vous avez les cartes en main, je vous souhaite la meilleur utilisation possible.
a écrit le 27/04/2013 à 7:38 :
Et le gouvernement grec ne veut toujours pas passer par la case de depart: liquidation de 30% de fonctionnaires inutiles et nuisibles. C'est si simple de remettre ces nuisance au boulot, mais ce sont de copains des partis.
Tant qu'on ne fera pas cela, la misere va continuer son bonhomme de chemin.
Réponse de le 27/04/2013 à 15:56 :
Les purges dans les salaires des fonctionnaires équivalent à une vague de licenciement massive, et ils ont eu les départs en retraites non renouvelés en plus. Que voulez vous leur prendre de plus à ces malheureux???? L'administration doit quand même continuer à fonctionner sinon après moi le déluge???
Réponse de le 27/04/2013 à 20:23 :
retraites, salaires, du jour au lendemain ont été sucrés de la moitié !!!! que ferions nous en France si on en arrivait là??? des milliers de gens dans les rues, sous les cartons, faire les poubelles, crever de maladies, souffrances et le reste !! des maladies comme la tuberculose referaient apparition (c'est déjà là ! ), ce serait l'enfer! oui! si cela arrivait ici, nous serions comme eux ! ça n'a pas de nom ce qu'ils vivent les Grecs et ce depuis déjà un bon moment!! jusqu'à quand? combien devront mourir encore..?....
a écrit le 26/04/2013 à 23:41 :
on peut que regretter un tel reportage pour le genre humain , que ferions nous a leurs place ? , honnêtement j'aimerais pas être un grec a l'heure actuelle , ah si les grecs n'avaient pas élu des démagogues et des chanteurs de jours heureux dans l'EU , euro en prime , on savait depuis des décennies que l'état grec était une bombe a retardement , aujourd'hui comme hier c'est toujours les plus petits qui paient la note , demain sera la colère voir pire dans les urnes et il faudra pas pleurer que nous ayons des extrémistes au pouvoir on fait tout pour ..
Réponse de le 27/04/2013 à 20:17 :
d'accord avec vous, pour le tenir de quelqu'un de proche, être Grec en ce moment est intolérable! suicides, vols, délinquance, on n'a plus rien à donner aux enfants, on ne peut plus se soigner! un crève coeur que d'imposer cela à un peuple qui, hélas paye les pots cassés de gouvernements successifs , qui n'ont pas fait ce qu'il fallait : imposer ceux qui devaient l'être ! les ouvriers, eux, n'étaient pas oubliés pour les impots, les richissimes passaient à travers, trop d'économies souterraines ...c'est quasiment un crime que de faire subir cela ! et comme vous le dites si bien dans les urnes sortiront les éxtrémistes , et en effet, tout aura été fait pour en arriver là !! le revers " de la médaille", en quelque sorte...
a écrit le 26/04/2013 à 22:45 :
Quelle honte d'en arriver là . Et dire qu'il y en a tant qui réclament en France la casse du "modèle social"
( notamment des soins médicaux ) français, tellement déjà dégradé, à commencer par la conscience professionnelle et la déontologie sacrifiées sur l'autel de la productivité aveugle. Ceux-là hurlent contre une présidence qui conduit pourtant la même politique que la précédente !
Réponse de le 26/04/2013 à 23:27 :
Si à la sécurité Sociale, tout ce qu'on lui doit lui était versé par divers organismes et même l'état en propre, la S.S serait en excédent! c'est dire !!!!
a écrit le 26/04/2013 à 22:27 :
Atteintes aux droits de l'Homme "!!! il serait grand TEMPS qu'on les déplorent, avant que plus ne crèvent! c'est surtout la "montée en puissances de certains partis indésirables" qui les dérangent, plus que l'atteinte à "l'Humain"! , à l'inertie de la croissance et la montée inéxorable de la misère et du chômage! lamentable et écoeurant !
Réponse de le 27/04/2013 à 10:21 :
100% d'accord avec vous, savez vous où se trouvent les Grecs, armateurs? Faut il les sauver également? Ont-ils créé un "parti indésirable"? On pourrait peut-être faire quelques dons (organiser un genre téléthon) pour qu'ils puissent sauver leur petits bateaux, non?
a écrit le 26/04/2013 à 22:18 :
Pendant ce temps _ là, il y a des gens qui ne se privent guère dans les beaux quartiers d'Athènes.
C'est vrai qu'il y a pénurie de médicaments, mais il y a encore de jolis billets de banque qui circulent... Les Grecs affairistes savent se débrouiller dans la crise.
Regardez chez nous comme la misère s'installe; allez en province défavorisée, Voyez le nombre de magasins rideaux baissés à vendre, à louer. Voyez la population immigrée grandissante, allez dans les supermarchés aux alentours des gares, c'est comme en Grèce, soleil en moins.
Réponse de le 26/04/2013 à 22:54 :
il parait que comme le dit la chanson, la"misère est moins dure au soleil", gabegie que cela, quand on est malade et qu'on ne peut se soigner, quand on a faim et qu'on a rien à becqueter, quand on est désespéré, soleil ou pas, ça ne change rien, parce qu'on ne le voit même plus ! et puis, si "pendant ce temps là comme vous dites des gens en Grèce ne se privent "guère" dans les beaux quartiers, pendant la dernière guerre, ici, il y avait des gens qui mangeaient plus quà leur faim, "grâce au marché noir, malheureusement, pas tout le monde y avait accès, pour ne serait ce que manger un peu à leur faim.....c'est partout pareil, il y a les "affairistes démmerdards, et les pauvres autres.......
Réponse de le 27/04/2013 à 0:42 :
Le problème de ces pauvres Grecque se trouve avant tout dans la politique Grecque qui ne parvient pas à prendre l'argent là où il est (sociétés maritime, l'eglise orthodoxe) et de faire disparaître l'économie de l'ombre mais elle prend de ceux qui ne sont pas en mesure de s'en defendre. Les consequences dramatique de la rigueur est donc plutôt dû à l'indulgence du gouvernement Grecque envers ceux qui ont tout.
Si on sait que l'économie de l'ombre en Grèce représente environ 25% du PIB Greque on voit bien que l'état Greque pourrait s'en sortir très facilement si il pouvait faire imposer ces affaires là ...
Réponse de le 27/04/2013 à 12:30 :
tt a fait d'accord ,c'est l'economie parrallele qui a precipité les grecque dans le trouon ne px pas avoir ts les services que procur un etat et le spolier fisclement a tt bout de champ ss consequence . pour moi ils ont joué et perdu , pensant que l'ue dverserait un flot d'argent ss contrepartie .. mal joué!!!
Réponse de le 27/04/2013 à 13:11 :
le plus desolant est encore qu'il y a un vrai risque qu'une bonne partie de ces aides sont aussi disparru dans ces troux.
Réponse de le 27/04/2013 à 13:19 :
et le plus triste est que certains politiciens en Europe, notamment en Grece mais aussi dans certains coins politiques de la France orientent la colère des gens vers l'Allemagne pour distraire du vrai problème. Comme cela on fait monter les peuples les uns contre les autres sans que les vrai responsables seront inquietés. Et il est desolant à voire que les gens tombent dans cette piège populiste. Ceci me rapelle un peu des années 20 quand certains politiciens ont attisé l'antisemitisme pour distraire de leur propre defaillance.
Réponse de le 27/04/2013 à 20:06 :
hélas, presque toujours l'histoire se répète....espèrons que non! ce qui est passé, ne sert presque jamais pour expérience, malheureusement....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :