Les illusions de la stratégie européenne de François Hollande

 |   |  1534  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
François Hollande s'est présenté comme celui qui veut relancer l'idée européenne. Mais ces projets risquent bien de ne rester que des coquilles vides...

Les Français sont décidément incorrigibles. Leur surmoi monarchique est tel qu'ils sont franchement convaincus qu'il suffit que le roi parle pour que la réalité change. Aussi a-t-on entendu dans l'Hexagone bien des éloges sur l'ambitieux plan européen de François Hollande dévoilé ce jeudi. Il est vrai que l'équipe de communication de l'Elysée avait mis les petits plats dans les grands en ouvrant l'intervention du président sur ces quatre propositions pour l'Europe qui, si l'on en croit certains observateurs (français) constituent un « tournant dans l'histoire européenne. »

L'espoir du général Hollande

Au-delà d'une telle emphase, on peut certes remarquer le mouvement stratégique du président français qui « prend l'Allemagne au mot » sur son désir d'intégration. Sa logique - son espoir - est de piéger Berlin. Si Angela Merkel refuse de créer ce « gouvernement économique », alors Paris pourra clairement rejeter la faute du blocage européen vers l'Allemagne. On pourra reprendre le thème de « l'intransigeance égoïste », on pourra enfin prouver que Berlin ne joue la carte que de ses propres intérêts, refusant celle de l'intérêt général. Le mouvement est certes malin, puisqu'il s'agit justement de prouver que « la France n'est pas le problème, mais bien la solution à la crise. » En politique intérieure et en Europe, François Hollande aura regagné une aura qu'il n'a pas été capable d'acquérir jusqu'ici.

Un gouvernement économique, oui, mais pourquoi faire ?

Mais il y a un hic : ce gouvernement économique n'est en réalité qu'un mot, une coquille vide. Tout dépend de ce qu'on y mettra. François Hollande s'est bien gardé ce jeudi d'entrer dans ce détail. Il s'est contenté de dire qu'il voulait « moins d'austérité et plus de croissance en Europe. » Prise au piège de la stratégie française, l'Allemagne pourrait bien accepter - sous une forme ou sous une autre (le terme de « gouvernement économique » n'est pas bien perçu outre-Rhin) - cette nouvelle instance. Après tout, il n'y a là aucun mal : un président de plus, après celui de l'Eurogroupe et du conseil européen, cela ne porte pas à conséquence...

Le poids de l'Allemagne dans le gouvernement économique européen

L'essentiel n'est pas là, mais bien dans ce que feront concrètement ce nouveau président et cette nouvelle instance. Et c'est ici que le bât blesse. Rien en économie ne peut se faire dans la zone euro sans l'Allemagne, qui pèse pour 27 % de son PIB, qui est la seule grande puissance exportatrice de la région et qui surtout est la référence de confiance pour les marchés financiers. Dans une instance chargée de définir la politique économique de la zone euro, un « nein » allemand a valeur de veto. Un « non » français, beaucoup moins, s'il est isolé. Pour résumé, il y a peu de chance que ce gouvernement économique prenne des orientations non désirés par l'Allemagne. Il faudra donc convaincre l'Allemagne d'une autre stratégie. Exactement comme aujourd'hui. Autrement, dit, cette nouvelle coquille n'aura pas changé la situation.

Le gouvernement économique existe déjà

Du reste, on voit mal comment. Il existe en effet déjà un embryon de « gouvernement économique » avec l'Eurogroupe et l'Ecofin qui sont décisionnaires sur plusieurs sujets, notamment la mise en place et le déblocage des aides. Or, on le voit dans le cas de Chypre ou du Portugal, ces instances sont les gardiens de l'orthodoxie budgétaire et les garants de la politique d'austérité. De même, lorsqu'à l'été 2011, Nicolas Sarkozy avait obtenu de l'Allemagne un accord sur le « gouvernement économique », il s'en était dégagé le pacte budgétaire, dont on va forcément reparler dans les prochaines années puisqu'il interdit tout déficit structurel de plus de 0,5 % du PIB en 2018. Ce pacte avait été conçu par le gouvernement allemand qui avait ainsi pu montrer à l'Europe qu'il participait à ce « gouvernement économique européen. » On le voit, un « gouvernement économique européen » n'est pas le garant d'une politique de relance, bien au contraire. Il existe actuellement une vraie politique économique européenne : celle de la compétitivité par la déflation interne. Et comme on ne voit guère poindre de vraie prise de conscience outre-Rhin d'une nécessité de changer de politique économique, le général Hollande risque bien de se faire envelopper par son propre mouvement. Car il n'a guère prouvé jusqu'à présent qu'il était capable, ni même désireux, de résister à l'influence allemande. C'est bien à sa demande que le pacte budgétaire a été ratifié par le parlement français.

Les tâches du gouvernement économique à la limite de l'utopie

Evidemment, François Hollande a défini un certain nombre de tâches à sa nouvelle invention. Mais on ne peut guère imaginer que ces objectifs soient réalistes. La lutte contre l'évasion fiscale peut certes encore faire l'objet d'un certain consensus, même si Autriche et Luxembourg tenteront de résister. Mais cette lutte ne se joue pas uniquement au sein de la zone euro. Quant aux autres objectifs, ils relèvent du v?u pieu. L'harmonisation fiscale est un vieux serpent de mer dont, en réalité, personne ne veut. Ceux qui ont les taux les plus bas sont fort satisfaits de la situation de concurrence. Ceux qui ont les taux les plus élevés ne veulent pas baisser les recettes de l'Etat et attendent donc de l'harmonisation fiscale un relèvement du taux des autres... La situation est inextricable et on ne voit pas pourquoi l'Irlande ferait passer son taux de l'impôt sur les sociétés de son taux actuel de 12,5 % à celui de 35 % en vigueur en France.

Et si la France réduit son taux, acceptera-t-elle de tailler dans ses services publics pour maintenir l'équilibre budgétaire comme ne manquera pas de le lui demander le « gouvernement économique » ? C'est peu probable, et en tout cas, ce n'est pas ce que François Hollande semble désirer. L'harmonisation sociale « par le haut » n'est pas davantage réaliste au moment où de nombreux pays réduisent leurs prestations sociales et réforment leurs marchés du travail à la demande même de la troïka, donc d'une forme de gouvernement économique européen. D'autant que le niveau d'endettement général des pays de la zone euro laisse peu d'espoir sur le sujet. Dans ces deux cas, la France n'est pas en mesure d'imposer ses choix au reste de l'Europe. Tout simplement, parce qu'ils ne sont pas payants pour ces autres pays.

Manque de réalisme

Toutes les propositions européennes de François Hollande manquent de réalisme. La Communauté européenne de l'énergie ? Mais elle buterait sur la politique ambiguë de la France concernant son nucléaire. A moins que Paris n'accepte ainsi implicitement de renoncer à son énergie nucléaire, ce que François Hollande s'est bien gardé de dire ! Un budget européen renforcé ? Mais il vient d'être enterré par Angela Merkel et David Cameron ! En passant, on remarquera que la chancelière n'a guère souffert dans son image ou dans sa position de cette décision bien peu fédéraliste, ce qui laisse songeur sur la capacité de réussite de la stratégie française décrite plus haut. Les Eurobonds ? L'Allemagne a toujours dit que ce serait le dernier boulon de la construction européenne. Lorsque chacun respectera le pacte budgétaire et que les risques seront alors minimes, il deviendra possible de faire des emprunts communs avec des risques partagés. Mais on en est encore loin, et il ne peut être question de les voir émerger d'ici deux ans.

Victoire à la Pyrrhus

On le voit, si la proposition de François Hollande est acceptée par Berlin, ce qui est possible, ce ne sera sans doute qu'une victoire à la Pyrrhus. Car la zone euro est aujourd'hui dominée par un rapport de force favorable à l'Allemagne. Depuis un an, François Hollande, quand bien même il s'en défendrait, a accepté ce rapport de force. Il refuse de le modifier. Il doit donc accepter de se soumettre aux choix économiques faits à Berlin. Aucune nouvelle instance européenne ne modifiera cet état de fait. Il se passera donc sans doute ce qui s'est passé en 2011 et 2012. Consciente qu'elle ne peut apparaître hégémonique ou égoïste, l'Allemagne acceptera la proposition Hollande. En partie. Elle ne conservera que ce qu'elle veut conserver, laissera le reste à l'état de projet ou de fausse concession. A l'été 2012, Angela Merkel a accepté un « pacte de croissance » qui a désormais disparu corps et biens au point que le président français, qui l'avait « arraché » n'en a pas parlé ce jeudi. En échange de cette concession de façade, elle a obtenu le pacte budgétaire qui lui s'imposera bien à la France. L'Allemagne ne se paie pas de mots. Les Français, malheureusement, si, lorsque ce sont ceux de leur monarque républicain.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2013 à 11:38 :
c'est quoi ces vilaines taches jaunes sur le drapeau bleu marine ?
a écrit le 20/05/2013 à 10:31 :
L'Europe n'est pas un ensemble démocratique tout le monde le sait.... Par ailleurs la construction baroque qui a conduit à créer une monnaie unique sans convergence des règles fiscales et sociales et sans gouvernement économique, ce qui implique des abandons de souveraineté, ne peut conduire qu'à un désastre nous commençons à en subir les premières conséquences. D'autres comme la Grèce goûtent pleinement les avantages de cette construction.
Réponse de le 07/06/2013 à 14:04 :
Ou l'ex-URSS et sa dictature... Mais personne ne bouge...??!!
a écrit le 19/05/2013 à 18:46 :
Les Français ne voulaient pas de l'europe!, cette adhésion est une forfaiture de Sarkozy qui a détourné le plébiscite du peuple Français en s'en remettant à l'assemblée nationale à sa botte.
Tôt ou tard la caste d'oligarques ploutocrates en paiera le prix!.
Réponse de le 19/05/2013 à 19:59 :
le plus tôt, sera le mieux !
Réponse de le 19/05/2013 à 20:34 :
Il me sort par les yeux, le passez plus à la télé.
Réponse de le 07/06/2013 à 19:55 :
Mois aussi "jeanpeuplu". Nos gouvernants se sont assis sur la décision des Français ( voir référendum sur le traité Européen de 2005 ). Ils finiront par le payer très cher. Certains ont encore une mémoire...! Ne compter plus sur les politiques..! de tout bord.
a écrit le 19/05/2013 à 18:35 :
Hollande n'a pas été élu par un plébiscite des Français mais par un rejet massif d'un autre imposteur de l'élysée.
Hollande a été élu sur la base de mensonges par 1 Français sur 3 en âge de voter, que cet individu se présente comme président de la république Française relève de la plus haute forfaiture!.
Réponse de le 20/05/2013 à 6:14 :
propos de mauvais perdant !
Réponse de le 29/05/2013 à 22:40 :
Non,il s'agit bien d'une forfaiture,52%de suffragesEXPRIMES,il s'agit d'une minorité,d'ailleurs comme depuis des décennies ! Mais là la coquille est plus que vide.
Sa médiocrité le rattrapera avant la fin du quinquennat,les idées ,c'est bien mais les résultats c' est mieux,mais quand on est une anguille ou une limace,cela ne le fait pas!
Réponse de le 07/06/2013 à 19:13 :
Même si N.Sarkozy est beaucoup plus intelligent que notre président actuel, il a commis l'erreur de ne pas réformer la France, en profondeur, dès 2007. La France était en état de faillite donc d'urgence; C'est trop tard. le pire nous attend jusqu'à l'effondrement final. Puis, des personnes de la société civiles compétentes, qui pensent à la France et pas à leur nombril, redresseront le Pays contre vents et marées. N'attendez plus rien des politiques.
a écrit le 19/05/2013 à 15:23 :
Il est maintenant bien clair que la seule préoccupation de Hollande est de gagner du temps, d'éviter toute réforme véritable de la France, et de développer de sa base électorale pour 2017;.Réformer la France pour la rendre plus compétitive n'est pas vraiment son problème..Il cherche sans cesse de nouveaux boucs émissaires successifs : Sarkosy,les riches, les entrepreneurs, la finance, l'Allemagne, Merkel, la famille traditionnelle,. Il enfume les français par l'évocation de questions sans rapport avec les vrais problèmes à résoudre. Il a été élu sur un malentendu, et des promesses de campagnes grotesques.Les français ne sont pas dupes de ces palinodies. Maintenant, le pédalo tourne en rond. On enfume à tour de bras, en proposant à nouveau à l'Allemagne un gouvernement économique, déjà évoqué entre Merkel et Sarkosy, Un tel gouvernement est impossible sans une communauté d'objectifs. Si les taux d'intérêt remontent, les français devront affronter la réalité sans chef véritable, digne de ce nom. L'hypocrisie, l'incompétence, le cynisme mèneront sans doute à des situations très douloureuses pour les français. Seuls certains journalistes peuvent faire semblant d"adhérer faiblement aux intentions affichées par le président. GLOUBI, GLOUBA, CAHIN CAHA, COUAC, HOP LA, POURVU QUE LES ELECTEURS GOBENT CES BOBARDS, PENSE T IL.
a écrit le 19/05/2013 à 8:07 :
Il y de fortes chances que l'Europe continue de l'avant et peu qu'elle se refragmente. Hollande joue donc gagnant sans risque. Les septiques de l'Europe ne sont obligatoirement des nationalistes mais des déçus par la lenteur et la frilosité des gouvernants. Les citoyens ont tout à gagner les élus beaucoup moins.
a écrit le 18/05/2013 à 21:57 :
Trop négatif votre article. Vous ne voyez que les critiques et vous n'avez rien à proposer. Et s'il s'agissait de prendre les allemands au mot pour qu'ils disent exactement ce qu'ils veulent comme Europe ? Maintenant on discute, avant on ne faisait rien de toute façon.
Réponse de le 19/05/2013 à 0:23 :
daccord avec toi aiglon
a écrit le 18/05/2013 à 21:12 :
Macron essaye de cacher les chiffres mais c'est fini,la fête néolibérale est terminée ,il pourra chercher sa catallaxie à Lourdes .....Nous allons vers un beau krach planétaire pire que celui de 29,les économies étant beaucoup plus interconnectées.Barroso dérégulera jusque la veille du krach tellement il est aveuglé par les idées simplistes des néolibéraux : le résultat de ces dérégulations et autre laxisme financier c'est 60 000 milliards d'argent fraudeur dans les "paradis" soit x 30 en 25 ans ! Mais ce délire qui n'a rien à voir avec l'économie tout court ,ce ne sont que des combines pour faire de l'argent facile .Mais il n'y a plus rien à spéculer et le point de non retour est dépassé depuis des années comme le disent Delamarche et Jorion . Le lendemain du krach les derniers néolibéraux seront en fuite et certains mis en prison quand on verra l'étendue des fraudes...Hollande pilotera le retour à l'économie réelle : les livrets A ,assurances vies et autres partiront en fumée
a écrit le 18/05/2013 à 20:09 :
Les dettes, en fin de compte, ne sont du qu'a nous même puisque que nous empruntons sur notre futur!
a écrit le 18/05/2013 à 20:02 :
Je préfère un créateur d'illusion qu'un défaitiste et cela va dans les deux sens: "La création "d'une" Europe ou le retour à nos frontières"!
Réponse de le 19/05/2013 à 18:39 :
@ Pragmat
Eh ben!!!, avec des idées comme les vôtres, nous ne sommes pas sortis de l'auberge!.
Si vous aimez les patates au menu tous les jours, moi pas!.
a écrit le 18/05/2013 à 17:48 :
Ce sont plutôt les journalistes qui sont incorrigibles !!! Personne ne vous autorise à parler ainsi de vos concitoyens. Pourquoi leur prêter immédiatement tous les défauts de la création. C'est facile, injustifié, et cela n'apporte rien, soit le degré 0 du journalisme. Quant à l'initiative européenne, vous proposez quoi ? Vaut-il mieux ne rien dire, ni ne rien faire ? Il est vrai que votre connaissance des mécanismes européens me paraît bien légère...
a écrit le 18/05/2013 à 16:58 :
La grande question à se poser est pourquoi harmoniser fiscalement les pays européens au lieu de créer un budget européen indépendant ? Un budget européen avec donc des impôts européens, c'est la fédération, mais une harmonisation fiscale européenne, c'est la nation européenne; nos dirigeants pensent-ils donc qu'il vont réussir là où les états-unis ont échoué( même en payant le prix d'une guerre civile) en passant directement de la confédération à la nation ? De plus à quoi serviront nos politiciens nationaux cela une fois fait ? car ils ne pourront plus modifier les budgets, les taux, les impôts; c'est le principe même de la démocratie( on élit celui qui va dépenser notre argent au mieux à notre place) qui va fortement reculer, à moins que.. il y a autre chose dans les tiroirs.
Réponse de le 18/05/2013 à 17:32 :
Un petit impôt fédéral pour financer le budget de l'Europe actuelle au lieu du système de cotisation étatique un peu bancal, pourrait mettre tous les pays d'accord. Un impôt simple, facile à recouvrer sur les personnes physiques résidentes en l'UE. Par exemple une fraction de % de taxe à la valeur ajoutée puisque ce système prévaut partout en Europe.
Réponse de le 18/05/2013 à 17:44 :
+1 c le fond du problème , un état fédéral implique un gouvernement supranational et aussi une armée supranational.
Cela implique la suppression de postes administratif mais aussi militaires ( moins de présidents,de ministres et de généraux , pépère va t il montrer l exemple. ?)
Réponse de le 18/05/2013 à 17:47 :
@Xavier-marc, faire attention de mettre tout le monde pareil car cela va ressembler au goulag des républiques soviétiques, beaucoup de tentation d'harmoniser tout le monde même dans notre pays actuellement et je ne pense pas que sa soit d'une grande vertu , mais plutôt budgétairement économique . C'est la solution facile mais elle détruit tout et dans un impôts Européen chaque acteur voudra en rajouter pour divers frais de fonctionnement.
On pourrait comparer à la CSG et le RDS créer au départ pour les retraites et la sécu sous un seul nom, puis ensuite RMI, CMU et divers et ++++... et moins de salaire et plus de problèmes pour financer ce qui l'était auparavant..
Réponse de le 19/05/2013 à 14:27 :
Vous ne croyez quand même pas que les gens veulent payer pour une organisme qu'ils ne peuvent même pas élire. Non, moi je suis complètement opposé à cela. Et même si ce serait le parlament européem qui fixera cet impôt. Un parlament qui donne pour lequel une voix d'un Belge compte plus qu'une voix française ou allemande parce que le nombre des sièges accordées aux pays est disproportionniel par rapport au nombre des habitants des pays, ce qui favorise les pays à petite ou moyenne taille.
a écrit le 18/05/2013 à 16:05 :
D'abord, il faut regarder les chiffres des pays européens. Ce sont les chiffres de la dette publique et les chiffres de la chute du PIB qui montrent le mieux l?effondrement des pays européens :

10- Allemagne : dette publique de 2166,278 milliards d?euros, soit 81,9 % du PIB.

9- Espagne : dette publique de 883,873 milliards d?euros, soit 84,2 % du PIB.

8- Chypre : dette publique de 15,350 milliards d?euros, soit 85,8 % du PIB.

7- Royaume-Uni : dette publique de 1387,436 milliards de livres sterling, soit 90 % du PIB.

6- France : dette publique de 1833,810 milliards d?euros, soit 90,2 % du PIB.

5- Belgique : dette publique de 375,389 milliards d?euros, soit 99,6 % du PIB.

4- Irlande : dette publique de 192,461 milliards d?euros, soit 117,6 % du PIB.

3- Médaille de bronze : le Portugal. Dette publique de 204,485 milliards d?euros, soit 123,6 % du PIB.

2- Médaille d?argent : l?Italie. Mario Monti laisse derrière lui une dette publique de 1988,658 milliards d?euros, soit 127 % du PIB.

1- Médaille d?or : la Grèce. Dette publique de 303,918 milliards d?euros, soit 156,9 % du PIB.

A propos du premier trimestre 2013 en Europe :
Pourcentage de variation du PIB par rapport au même trimestre de l?année précédente :

10- Allemagne : - 0,3%.
9- France : - 0,4%.
8- Belgique : - 0,5%.
7- Pays-Bas : - 1,3%.
6- République tchèque : - 1,9%.
5- Finlande : - 2%.
5- Espagne : - 2%.
4- Italie : - 2,3%.
3- Médaille de bronze : le Portugal : - 3,9%.
2- Médaille d?argent : Chypre : - 4,1%.
1- Médaille d?or : la Grèce : - 5,3%.

http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-15052013-AP/FR/2-15052013-AP-FR.PDF
a écrit le 18/05/2013 à 14:14 :
Hollande a piégé la droite qui s'est enfoncée tête baissée pour soutenir les restes idéologiques agonisants du néolibéralisme (qui n'a rien à voir avec le libéralisme) et aussi tête baissée au soutien des groupuscules intégristes sur le mariage pour tous. Hollande ne peut pas annoncer le Krach qui se rapproche ce serait irresponsable et provoquerait une panique,il doit rassurer et gérer la fin du délire néolibéral qui actionne la planche à billets à fond (Qe1, Qe2, Qe3 et chez nous "assouplissement monétaire) on en est à 5000 milliards de papier imprimé depuis 2008 ça ne montera pas jusqu'au ciel ,ne croyez pas ces bobards , l'Allemagne a 2000 milliards de dette et ne rembourse pas un centime .Le défaut général se prépare ,le Grand Rasoir comme à Chypre va passer (60% de taxe sur les dépôts du jamais vu et l'UE prépare une directive qui le permettra partout . Ecoutez Delamarche ou Jorion pour comprendre ,ils avaient prédit la crise .Hollande pilotera le retour à l'économie réelle et c'est bien que ce soit lui et pas un jouet aux mains du lobby bancaire comme le petit d'avant .
a écrit le 18/05/2013 à 12:53 :
Comme l'ont remarqué beaucoup de gens, le Mode-d'Emploi de la "Boite-à-Outils"
du capitaine de pédalo est rédigée en....Allemand.
Réponse de le 18/05/2013 à 17:51 :
C pourquoi il a choisit un prof d allemand comme 1er ministre.
a écrit le 18/05/2013 à 12:51 :
Une grosse difficulté de l'Europe est qu'il n'y a pas de consensus sur la manière de faire la croissance économique et sur l'origine de la croissance et du confort des peuples. Il est évident que la croyance assez largement partagée par la France, l'Italie et la Grèce que la croissance vient de l'augmentation des dépenses publiques et de l'initiative de l'état est loin de créer un consensus en Europe. L'UE a été créée pour maintenir la paix. Aujourd'hui le plus fort engagement dans ce sens est celui de la "Pax Angela". Les institutions européennes ont pour vocation de gérer les conflits. Elles le font très bien et en ajouter une ne changera rien. La principale institution est le franco-germano-moteur, qui est paralysé.
a écrit le 18/05/2013 à 12:51 :
Effectivement ! En 1918, Clemenceau avait dit : "Pour que l'Allemagne ne s'en remette
pas, il faudrait y créer une Ecole Polytechnique". Aujourd'hui pour que l'Allemagne
s'effondre, il faut que le "Hollandais-Flouant" exige d'Angela qu'elle créee une ENA
Allemande.
a écrit le 18/05/2013 à 12:30 :
FH est un illusionniste.... c'est ce que l'on apprend à l'ENA sinon nous ne serions pas dans cette situation et comme se sont les énarques qui ont accaparé le pouvoir depuis la création de l'ENA , dans les années 60 il ne faut pas s'étonner de l'état de la France!!!!
Il y a deux mesures à prendre qui ne coûteraient rien
Fermer l'ENA
Supprimer la " Compétence Générale" aux collectivités locales
on peut y ajouter l'interdiction de subventionner les associations hormis les caritatives en étant très strict sur la définition.
Bon courage à tous
a écrit le 18/05/2013 à 12:14 :
L'union Européenne, du fait des alternances politiques nuisibles dans certaine pays a perdu son message de réussite tel que l'avaient suscité ses initiateurs d'alors. Elle ne sait plus où elle va , un peu à l'image de notre gouvernement, je pense que les plus grande turpitudes nous attendent, les problèmes sont devant nous. Les peuples ne sont plus consultés pour les grandes directions à prendre.
a écrit le 18/05/2013 à 12:02 :
Il continue de délire, de rêver sans fondement. il a la peine de fini sa phrase avec hésitation dans tous allocution annoncé à son peuple. Je me pose ma question Comment le majorité de peuple français lui a confier ses destins à ce type inconscient et irresponsable.
a écrit le 18/05/2013 à 12:01 :
Ils se groupent pour créer la pauvreté aux contribuables européens.
a écrit le 18/05/2013 à 11:57 :
excellent article, Hollande étant supposé intelligent, il sait tout cela ! Conclusion: son discours est à usage interne, comme quand, sous Sarkozy, il prétendait renégocier le pacte budgétaire avec l'Allemagne. Il enfume son propre peuple pour justifier son poste de Président (comme le font certains petits chefs dans les entreprises).
a écrit le 18/05/2013 à 11:52 :
Hollande ou Leonetti ex ministre UMP ,aucune difference
Apres la conférence de presse de Hollande du 16 mai 2013

http://www.lecourrierduparlement.fr/jean-leonetti
Leonetti Le traité de stabilité, ?un reniement positif de Monsieur Hollande?
le14 11 2012
Ancien ministre chargé des Affaires européennes, le député UMP Leonetti plaide pour plus d?intégration.
Qui est le père du traité européen de stabilité ? François Hollande ou Nicolas Sarkozy ?
Les parents immédiats sont Nicolas Sarkozy et Angela Merkel
En adoptant ce traité, nous mettons en pratique le partage de souveraineté qu?implique la monnaie unique. C?est une étape intermédiaire vers la naissance d?une gouvernance économique européenne pour plus d?intégration
Les sondages d?opinion montrent que les Français sont favorables à un referendum pour ou contre l?adoption du traité.
Pourquoi le leur refuse-t-on ? Est-ce par peur qu?ils rejettent le traité ?
S?ils sont favorables à un referendum, c?est qu?ils ont le sentiment confus ? mais non dénué de réalité ? que les décisions sont prises sans eux. L?Europe se construit malgré les peuples et c?est une erreur majeure. À propos du traité de stabilité cependant, la question du partage de souveraineté a en réalité déjà été tranchée lorsque les Français ont majoritairement approuvé le traité de Maastricht
Merkel propose même un budget de la zone euro. Qu?en pensez-vous ? Elle a tout à fait raison.
Auparavant, il y avait un clivage entre l?UDF pro-européenne et le RPR plus souverainiste
Verra-t-on émerger une ?fédération d?États-nations? ?Le mot ? fédéral? fait débat, je lui préfère la notion de partage de souveraineté
Peut-être est-il temps de donner un nouveau souffle à l?Europe en fusionnant les présidences de la Commission et du Conseil européen et en créant un poste de ministre des Finances de la zone euro pour afficher notre unité et clarifier les compétences

a écrit le 18/05/2013 à 11:30 :
Hollande a bien parlé un peu l'oral de l' ENA. Hollande tire un papier comment faire payer à l' Allemagne nos difficultés. En construisant un gouvernement économique dirigé par les pays du Sud. Le Président rêve. Frau Merkel a reconstitué le Saint Empire romain germanique et se désinteresse de la France.
a écrit le 18/05/2013 à 11:18 :
N'étant pas calé en économie, une chose me surprend. l'Irlande a un lourd déficit et un faible impot sur les sociétés, donc un potentiel de recettes plus faibles que pour les pays qui taxent plus les sociétés. Lorsque l'Europe lui vient en aide pourquoi n'exige t-on pas en échange qu'elle relève son taux d'imposition. Sans pour autant lui demander de s'aligner sur les taux les plus élevés des autres pays européens
On exige bien de certains pays de réduire leurs dépenses. Pourquoi n'exigerions pas de ceux qui ont des recettes trop faibles de relever leurs taux.
a écrit le 18/05/2013 à 11:15 :
Les impots, taxes et prélévements sont trop élevés en France et découragent l'investissement de capitaux, et comme il est dit dans un commentaire plus bas il va falloir apprendre à garder et à faire venir les riches en France et pour cela il ne faut pas que l'impot soit confisquatoire.Très dur à mettre en place pour un gouvernement socialiste.
a écrit le 18/05/2013 à 11:08 :
La marge de manoeuvre d'un pays comme le notre ,endetté, en déficit récurrent avec une balance commerciale très défavorable,tout celà depuis plus de 15 ans,est très faible .Je crois néamoins ,que relancer l'idée d'une VRAIE gouvernance économique Européenne est une bonne proposition,même si elle est contraire à l'article 1 du traité Européen que la France a ratifié après que les français ont d'ailleurs voté contre.(Rappelons que justement ,L Fabius s"était opposé à ce traité ,car il excluait toute gouvernance économique )
a écrit le 18/05/2013 à 11:08 :
http://www.urtikan.net/dessin-du-jour/cannes-festival-du-luxe-pendant-la-crise/
a écrit le 18/05/2013 à 10:47 :
Mais de nombreux économistes nous donne un rôle cruciale pour la survie du Capitalo-Libéralisme Débridé, nous devrions souffrir pour nous reformer pour que celui-ci perdure.

Sans nous le système s?écroule!!!

Voilà la martingale de Hollande : menacer de nonmer Melanchon 1er Ministre!!!
a écrit le 18/05/2013 à 10:33 :
Les mémes idées si elles avaient été émises par Sarkosy auraient eu beaucoup plus de chances de voir le jour car les possesseurs de capitaux lui auraient fait confiance, alors que Hollande à force de dire qu'il n'aime pas les riches que son ennemi c'est la finance n'obtiendra rien de ce monde ou tellement peu.L'intelligence serait de tout faire pour attirer les riches dans notre pays et non pas de les faire fuir, car c'est eux qui ont les moyens d'entreprendre et de créer des emplois.
a écrit le 18/05/2013 à 10:17 :
Hollande est plein d'illusions mais très peu réaliste.Il va à l'échec c'est sur car qui peut faire confiance à ce président ? Certainement pas ceux qui ont les moyens d'entreprendre et sans eux rien ne pourra se faire.
a écrit le 18/05/2013 à 9:58 :
Jour apres jour l'UE se decompose. Les Britanniques vont la quitter et demanderont sans doute un statut a la suisse... Les elections europeennes de 2014 seront un fiasco et donneront la part belle aux partis anti europeens. elles permettrnt comme toujours de caser les copains. Pendant ce tenps Hollande continuera de ruiner la France.
a écrit le 18/05/2013 à 9:43 :
Bonne nouvelle le TWO PACK a été validé à Bruxelles.
extrait de fin :
By 15 October annually, each member state will have to submit its draft budget
for the following year. If an examination of the draft budget reveals a serious noncompliance with the budgetary obligations laid down in the Stability and Growth
Pact, the Commission will request a revised draft budget;
Fini les budgets réactualiser 5 fois par an.
Réponse de le 20/05/2013 à 9:32 :
réactualiser(és) ,ho putain j'ai honte pour moi !
a écrit le 18/05/2013 à 9:31 :
Sortir de lá UE. Urgente Êxit
a écrit le 18/05/2013 à 9:17 :
Maintenant que sa réforme phare est promulguée, la vie des français sera1 plus gaie ! Ou pas....
a écrit le 18/05/2013 à 9:08 :
Encore une fois notre président fait diversion, comme avec le Mali dont nous ne sommes pas sorti d'affaire, pour ne pas parler des vrais sujets. Il a toujours agit ainsi et, à son âge, il ne changera plus. La vraie question est de savoir si les Français vont accepter cette mascarade encore longtemps ?
a écrit le 18/05/2013 à 9:02 :
FH est un illusioniste et il le sait bien puisqu'il en a toujours été ainsi. Il a été à bon école avec son maître FM. La seule chose qu'il ai appris à l'Ena est comment faire de belles phrases pour enfumer son monde et cela va durer encore 4 ans. S'il est là aujourd'hui, c'est bien la faute des Français qui l'on élu ! A eux de se réveiller s'ils ne veulent pas une France appauvrie dans 4 ans.
a écrit le 18/05/2013 à 8:00 :
les allemands sont convaincus qu'ils sont meilleurs c'est ce qui fait leur force . Les francais sont convaincus que les allemands sont plus forts c'est ce qui fait leur faiblesse .Tout est dans la psychologie . C'est comme un match de foot , tout se passe dans la tete .
a écrit le 18/05/2013 à 7:43 :
Il rêve complètement On voit la tous le problème d un président énarque avec des idées tordus. Les allemands vont nous demander des réformes et ils auront le même discours pendant encore longtemps même si par miracle pour FH Angela perd les élections l idée du petit François étant de ne pas vouloir bousculer les fonctionnaires et les élus il lance donc des idées des initiatives du mouvement comme dirait la chère Ségolène
a écrit le 18/05/2013 à 7:36 :
Bonne analyse des solutions irréalistes de FH on pourrait peut être passer sous tutelle allemande c est peut être la solution pour faire enfin un début de changement dans notre pays réduire les dépenses réformer notre mille feuilles.
a écrit le 18/05/2013 à 7:36 :
Les propositions de F. Hollande sur l'Europe ne visent qu'un seul but, si cela ne fonctionne pas ce sera la faute aux européens et surtout à l'Allemagne et non pas à Hollande.
Pour l'heure, F Hollande est incapable de sortir seul la France de ses difficultés économiques et financières et a ajouté 34 Milliards d'impôts et taxes sur les français et cela n'est pas fini.
Il avait promis de baisser les dépenses publiques de 60 Milliards en 5 ans...dont 10 milliards étaient t inscrits dan le projet de loi de finances 2013....et que nous dit-il lors de sa conférence de presse, aucune baisse en 2013, et miracle baisse de 1,5 Milliard en 2014...alors que le programme de stabilité 2014 fixait à 14 milliards la baisse des dépenses,par contre la hausse des impôts n'est pas virtuelle. (1)
(1) décisions fiscales déjà prises : modification du quotient familial = hausse d'impôt de 500 millions, non indexation du barème de 'IRPP = hausse d'impôt de 1,è milliard, tranche d'impôt à 45 % = hausse d'impôt de 320 million, révision de l'ISF = hausse d'impôt de 300 millions, droits de succession revus à la baisse de 150.000 à 100.000 = hausse d'impôtde 1,4 milliard, taxe de 75 % reportée sur les entreprises = hausse d'impôt de 200 millions, plafonnement des niches fiscales = hausse d'impôts de 1,3 milliard.
En contrepartie, des solutions d'un autre âge de la "boîte à outils": CICE, emplois d'avenir, contrats de génération, un petit bémol: la sécurisation de l'emploi (ANI) qui est une décision de la "démocratie sociale" non prévue par la constitution actuellement.....F. Hollande fait décider par les syndicats qui ne représentent que 7,9 % des salariés et encore les 2 syndicats les plus importants (CGT et FO) n'ont pas signé....
Il s'était engagé sur un "zéro déficit" à la fin de son mandat en 2017...qu'en est-il aujourd'hui...il n'en parle plus.
La future réforme des retraites 2013 s'attaquera -t-elle aux avantages faramineux des régimes des fonctionnaires et des régimes spéciaux, il n'en parle pas....
La réforme du mille feuilles des collectivités locales ...il n'en parle plus....
a écrit le 18/05/2013 à 7:33 :
à partir de septembre mme Merkel nous indiquera la direction qu'il faudra prendre...
Laissez FH se gaver et nous racconter des contes de Grimm ou Andersen.A la rentrée
le ciel de France sera plus clair pour tous (comme le mariage).Entretemps (pour les
germanophobes) un conseil: continuez à cracher sur l'Allemagne,c'est la seule chose
qui vous reste avant l'armageddon français.
a écrit le 18/05/2013 à 7:16 :
Marrants ceux qui pensent que les allemands bossent plus d'heures que les autres. Ils ne sont jamais allés en Allemagne ! Par contre je veux bien croire qu'ils bossent moins que les autres vue l'heure à laquelle ils postent leurs commentaires sur le thème de "la cigale et la fourmi" ...
a écrit le 18/05/2013 à 2:36 :
"Les illusions de (la stratégie européenne de) François Hollande" ... aurait pu être un titre plus approprié, non ?
a écrit le 17/05/2013 à 22:49 :
Même les économistes partisans de la construction européenne commencent à comprendre.

Mieux vaut tard que jamais.

Bernard Maris est un économiste. Il est actuellement professeur des universités à l'Institut d'études européennes de l'université Paris-VIII.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Maris

En septembre 1992, Bernard Maris avait voté "oui" au référendum sur le traité de Maastricht, "oui" à la création de l'euro.

Mercredi 15 mai 2013, en conclusion de son article dans "Charlie Hebdo", page 6, Bernard Maris parle de la zone euro.

La conclusion de Bernard Maris est ultra-pessimiste concernant la zone euro :

"Le redressement passe par :
1) une annulation pure et simple d'une partie de la dette, collective [souligné trois fois : si un seul pays annule, il est cuit] ;

2) une fiscalité commune à la zone euro ;

3) un pouvoir bancaire soumis à un pouvoir politique supranational.

C'est possible ? Non. Ni 1, ni 2, ni 3 ne sont possibles. Donc ? Donc mégacrise en perspective. A demain, Marine Le Pen."
Réponse de le 19/05/2013 à 6:19 :
@Clyde. +1. On accuse l egoisme allemand , mais on oublie de dire qu en France on ne veut pas des plombier polonaiss.
a écrit le 17/05/2013 à 21:56 :
Incompréhensible: l'article 1 de notre constitution Européenne interdit toute gouvernance économique Européénne . L Fabius l'avait, en son temps, dénoncé .Ce traité a alors ,pour tout type de raison, été rejeté par référendum,par la France .Malgré Cela ,Sarko ,avec l'accord de la gauche ,a ratifié cet accord non voté par les Français ..Au jour d''hui,on:(F Hollande) nous propose cette gouvernance économique .Le rejet de son rejet vaut i acceptation ???Why not .Personnellement ,ça me paraîtrait une bonne évolution
a écrit le 17/05/2013 à 20:34 :
Bien vu. Angela Merckel travaille ,Hollande agite des idées, le résultat ne fait aucun doute, compte tenu du poids de l'Allemagne. "Quand les mes de 130 kg parlent, les mecs de 60 kg écoutent", un point c'est tout.
a écrit le 17/05/2013 à 19:57 :
Bonne analyse sur la manière et l'art avec lesquels FH joue du pipeau au peuple français. Le conte d'Andersen dit que ceux qui écoutent le joueur de flûte finissent noyés dans la rivière.
a écrit le 17/05/2013 à 19:52 :
Je ne pense pas que François Hollande soit naïf à ce point, Monsieur Godin. Il sait parfaitement que cette idée de "gouvernance économique" n'est qu'illusoire, mais il faut faire illusion justement aux yeux de ceux qui l'ont élu, ni plus, ni moins. Sa côte de popularité ne cessant de raser les pâquerettes, il ne dit pas autre chose que : "Regardez, JE suis le chef de ce pays, JE suis capable d'orienter l'Union Européenne".
a écrit le 17/05/2013 à 19:47 :
Encore 4 ans pour les touristes vous aimez la Grèce hollande vous la livre
a écrit le 17/05/2013 à 19:07 :
les bobos parisiens en auront pour leurs pertes d'argent !
a écrit le 17/05/2013 à 18:52 :
le rêve de Hollande : s' unir , sous le régime de la communauté , avec Merkel . Gross malin pépère !
a écrit le 17/05/2013 à 18:48 :
Encore un article qui rechauffe le mythe de la domination allemande. En réalité, c'est l'Allemagne qui subventionne la France parce que ce n'est que grâce à la garantie allemande implicite que la France peut financer son déficit à des taux très bas. Et le pacte de stabilité dénoncé n'est pas appliqué: La France vient d'obtenir 2 ans de plus pour réduire son déficit à 3%. Et si l'ojectif n'est pas atteinte d'ici deux ans, il y aura un nouveau répit.
Réponse de le 18/05/2013 à 17:47 :
Revoyez votre copie.....
a écrit le 17/05/2013 à 18:28 :
Appliquons nous à faire ce que nous avons à faire. Alors un jour les autres nous prendrons peut être au sérieux.
a écrit le 17/05/2013 à 18:00 :
qui dirige la france ? supprimont l'état français (quelles economies!!!) et faisons une europe fédérale, au plus vite !
Réponse de le 19/05/2013 à 6:28 :
@Fred +1
a écrit le 17/05/2013 à 17:48 :
Putain 4 ans
a écrit le 17/05/2013 à 17:41 :
pas tres réaliste je vois mal par exemple l'allemagne accepter de payerl es gaspillages du mille feuille français ou les 38 ministres quand l'allemagne est aussi bien gouvernée avec moitié. AUTRE POINT NON NEGLIGEABLE il faudrait un nouvel impot européen donc faire porter le chapeau à bruxelles ,,,,,,,,,,
Réponse de le 18/05/2013 à 17:49 :
ils devraient tous, être payés "au résultats"! ça les changeraient, c'est clair !!
a écrit le 17/05/2013 à 17:32 :
Classique: quand on est nul chez soi, on veut noyer son échec au milieu d'une entité plus grande, afin de diluer ses propres responsabilités.
Réponse de le 20/05/2013 à 0:07 :
C'est la monnaie unique plus encore que la monnaie commune qui a été une erreur stratégique gravissime. Je conviens parfaitement avec vous qu'il faudrait revenir en arrière, malheureusement, les élites s'accrochent à ce totem par refus de reconnaître leur erreur et par crainte de passer pour des "mauvais européens"; l'européisme est devenue une véritable idéologie intégriste! Or, non seulement l'euro n'est pas l'Europe, mais l'euro a d'ores et déjà détruit une partie de l'Europe, qu'elle a réduite à un Mezzogiorno avec la destruction des industries dans les pays méditerranéens, condamnés à devenir des camps de vacances ou des sites touristiques et balnéaires pour les retraités des riches pays d'Europe du Nord... Après avoir fixé l'essentiel de l'industrie Européenne sur son sol, après avoir marginalisé et détruit une bonne partie de l'industrie Française qui était sa principale rivale, l'Allemagne parvient à fixer la supériorité acquise une fois pour toutes et si besoin, fait appel à la main d'oeuvre non qualifiée et peu chère de ses voisins de l'Est, ainsi qu'à la main d'oeuvre qualifiée (ingénieurs, techniciens) qui pourrait lui manquer auprès de ses anciens concurrents à l'Ouest; pas d'avenir pour les jeunes diplômés de haut niveau en France ou en Italie? Pas grave, répond l'Allemagne, chez nous il y a des usines pour vous employer! Quant à ceux qui resteront au pays, ils n'auront d'autre choix que d'accepter le chômage, la précarité ou bien un emploi tertiaire d'accueil aux touristes étrangers... Ce modèle européen ne profite donc réellement qu'à l'Allemagne et ses satellites, et ça n'a rien à voir avec l'Europe; l'Europe actuelle et les multiples invocations d'une Europe encore plus fédérale ne sont qu'un paravent pour assurer la mise en coupe de l'Europe du Sud et de la France et entériner de façon définitive la domination de l'Allemagne... Tant que l'élite dominante (qu'elle soit au pouvoir ou dans l'opposition) abondera dans ce sens, elle sera peut-être rassurée sur ses ambitions de carrière, mais elle poursuivra la liquidation du peuple qui avait eu la naïveté de lui faire confiance pour maîtriser son avenir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :