Des députés alertent sur l'augmentation des travailleurs "low cost" européens dans l'UE

 |   |  620  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Un rapport parlementaire pointe la situation fragile des travailleurs européens que leur employeur envoie hors de leur pays d'origine. Il juge que la législation européenne reste "insuffisante et largement inefficace" et alerte sur le développement de ce travail "low cost".

Un "nouvel esclave moderne". C'est ce à quoi les travailleurs détachés en Europe ressembleraient, selon un rapport parlementaire publié mercredi.

Les travailleurs sont considérés comme "détachés" lorsque leur employeur les envoie provisoirement exercer leurs fonction dans un autre État membre de l'Union. La Commission européenne estimait leur nombre à 1 million en 2009, un chiffre qui atteindrait 1,5 million aujourd'hui, une grande part n'étant pas déclarée.

Une legislation inefficace

Les députés dressent un "état des lieux inquiétant" de la situation de ces travailleurs détachés. Ils évoquent une législation européenne "insuffisante et largement inefficace" qui conduit à un développement du travail "low cost" menaçant "des pans entiers" de l'économie.

Une directive européenne de 1996 (96/71) encadre ces échanges de main d'oeuvre. Elle prévoit notamment que le "noyau dur" des règles du pays d'accueil s'applique (salaires, conditions de travail...) mais que les cotisations sociales sont dues dans le pays d'origine.

Dans leur rapport examiné par la commission des affaires européennes de l'Assemblée, les députés Gilles Savary (SRC, Socialiste, républicain et citoyen), Chantal Guittet (SRC) et Michel Piron (UDI, Union des démocrates et indépendants), soulignent que cette directive est devenue, du fait de l'absence de contrôle efficace, "un outil redoutable de concurrence déloyale, notamment dans les secteurs de la construction, du BTP et de l'agroalimentaire".

Une situation exacerbée par la crise

Cette situation, notent les auteurs, est exacerbée dans un contexte de crise et de tension du marché du travail. L'emplyé "low cost" devient, disent-ils, un "nouvel esclave moderne", qui "peut dormir dans des hangars ou sur de simples paillasses, être nourri de boîtes de conserve pendant des semaines, et ne fait l"objet d'aucun contrôle de la part de la médecine du travail", des situations "loin d'être marginales" et en développement.

Faute d'harmonisation sociale dans l'UE, l'utilisation "de plus en plus massive" de ces travailleurs "low cost" déstabilise "des filières productives entières", écrivent les auteurs, évoquant à titre d'exemple le cas de travailleurs étrangers "employés systématiquement à des tarifs horaires allant de 3 à 6 euros de l'heure" dans le secteur de l'abattage de la viande en Allemagne, ce qui "met en danger cette filière dans les autres États membres".

Pas d'avancées en vue

Face aux abus, la Commission européenne a présenté en mars 2012 un projet d'amélioration de la directive de 1996. Mais, notent les députés, ce projet "demeure très en-deçà des besoins réels d'amélioration de la législation face à cette réalité inquiétante" et ne fait "l'objet d'aucun consensus", ce qui rend douteux son adoption rapide. A défaut, les députés évoquent la possibilité de "mesures nationales unilatérales" pour "mettre en place des sanctions exemplaires".

Ils suggèrent aussi de créer une Agence européenne de contrôle du travail mobile en Europe et une "carte du travailleur européen" électronique sur le modèle de la carte vitale pour permettre une identification "rapide de l'entreprise et du travailleur" détaché.

Ils proposent aussi de créer une "liste noire d'entreprises et de prestataires de service indélicats" ou encore que la Commission européenne introduise la notion de salaire minimum de référence, toute entreprise rémunérant ses salariés en deçà d'un certain seuil s'exposant à des poursuites et sanctions judiciaires "pour atteinte au principe de concurrence équitable". Un précédent rapport réalisé par le sénateur Eric Bocquet (CRC, communiste) et rendu public le mois dernier allait dans le même sens, plaidant pour un contrôle renforcé en Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2013 à 11:12 :
Le STO est de retour de même que les mauvais traitements infligés aux ressortissants des pays de l'Est !
a écrit le 30/05/2013 à 10:39 :
Les technocrates de Bruxelles font tout pour développer les parties extrémistes dans l'U.E.. Personne ne sera surpris en France lors des prochaines élections des scores élevés du front de gauche et national...
a écrit le 30/05/2013 à 6:12 :
Les députés français ne pensent qu'à fiscaliser ou sanctionner. Ils ne comprennent rien à l'économie encore moins à la concurrence. À en juger des investissements personnels des membres du gouvernement, où personne ne détient de PEA ou tout autre produit qui finance l'économie, je ne suis pas étonné !
Réponse de le 30/05/2013 à 15:37 :
Quel rapport avec l'article ? Puisque vous conseillez aux politiques de s'appliquer à eux mêmes leurs leçons (PEA etc), faites de même. Et devenez donc travailleur low cost, puisque pour vous, lutter contre ce phénomène c'est sanctionner et taxer.
a écrit le 30/05/2013 à 5:03 :
Nos députés n'ont jamais rien dit quand nos usines sont parties délocaliser en Chine, avec le bonheur des patrons français d'avoir des ouvriers esclaves. Nos députés ? Qu'ont ils fait contre le chomage ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :