Chypre appelle à nouveau à l'aide

Le président chypriote a écrit à ses homologues pour leur demander de venir en aide à la première banque du pays, Bank of Cyprus. Une invitation à revoir l'aide mis en place en avril en profondeur.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Chypre appelle à nouveau à l?aide. Le président de la république hellénophone a, selon le Wall Street Journal, envoyé une lettre aux dirigeants européens pour les appeler à « soutenir une solution de long terme concernant la liquidité de Bank of Cyprus (BoC). » « J?insiste sur l?importance systémique de BoC non seulement pour le système bancaire, mais aussi pour l?ensemble de l?économie », ajoute Nikos Anastasiadès. C?est une invitation à réaliser une refonte complète du plan d?aide mis en place en avril.

Le plan européen

Selon ce plan, Chypre devait obtenir 9 milliards d?euros au MES et 1 milliard d?euros du FMI moyennant une restructuration complète de son système bancaire. BoC devait demeurer la seule grande banque du pays en absorbant une partie de l?autre grande banque du pays, la Laïki, qui était mise en faillite. Les grands déposants des deux banques ? ceux qui avaient des dépôts supérieurs à 100.000 euros ? étaient mis à contribution pour la restructuration du système bancaire chypriote.

Deux solutions ?

Mais, Nikos Anastasiadès estime que ce plan a été conçu « sans préparation soigneuse. » Le n?ud du problème serait celui des avances accordées par la banque centrale chypriote (donc à la BCE) à la Laïki. Ces 9 milliards d?euros devraient être transférés au bilan de BoC sans vraies actifs pour les couvrir. Nikos Anastasiadès propose donc de transformer ces avances en obligations long terme qui seront honorées par un véhicule ad hoc. Ou bien de ne pas fusionner les deux banques. Deux solutions qui obligeraient à revoir complètement la copie de l?aide à Chypre.

Une épine dans le pied des Européens

Les Européens ne seraient certainement pas enchantés de rouvrir le dossier chypriote qui avait pris des proportions considérables en mars et en avril. Surtout à moins de 100 jours des élections allemandes. Mais il est vrai que le plan d?aide à Chypre a été un rien bâclé. Il a fallu rassurer rapidement les marchés en trouvant un semblant de solution acceptable pour tous. Le président chypriote a donc raison : on a fait peu de cas des conséquences et de la faisabilité de ce plan. Mais lui-même avait alors défendu ce plan becs et ongles devant son parlement. Il est vrai que « ses partenaires » ne lui avaient guère laissé le choix : la BCE menaçait de stopper le robinet au système bancaire chypriote et de faire sortir de facto le pays de la zone euro.

Economie à l?agonie

Aujourd?hui, comme on pouvait s?y attendre, l?économie chypriote est à l?agonie. Le PIB devrait se contracter de 8,7 % cette année, selon le gouvernement. Même la Grèce n?a pas connu une récession si dure. Les déposants ont, naturellement, fui l?île malgré un contrôle des changes qui, par ailleurs, étrangle l?économie en décourageant l?investissement. Nikos Anastasiadès a du reste critiqué ce contrôle des changes qu?il a lui-même mis en place. Mais l?ancien grand ami d?Angela Merkel semble désormais de plus en plus mal accepter son rôle de proconsul de l?UE dans son propre pays.
 

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 22/06/2013 à 18:06
Signaler
Chypre appelle à nouveau à l'aide,je suis pas là ,pas que ça faire,sans blague y a pas qu'eux en Europe,sans blague:).Bravo le PIB -8,7% en 1 an ,Christine va pas être contente.

à écrit le 19/06/2013 à 16:36
Signaler
les russes ont été spoliés, ils ont pris leur fric et maintenant ils vont saigner les retraités et les pauvres citoyens

à écrit le 19/06/2013 à 15:59
Signaler
Le FMI appellent les espagnols à baisser leur salaire. La TROÏKA trouve que même un salaire très réduit quand il y en a un c'est encore trop. Il faut choisir, sortir de cette Union Européenne et de l'euro ou la guillotine.

à écrit le 19/06/2013 à 15:57
Signaler
En réalité, lorsque j'entends hellénophoniquement le mot "aide", je prends peur; suis-je hellénophobe? Car nous parlons bien de Chypre; mais c'est pareil?

à écrit le 19/06/2013 à 14:57
Signaler
La France devrait faire comme Chypre et demander 780 Milliards au Fond Européen de Stabilité.

à écrit le 19/06/2013 à 12:26
Signaler
votre article m'a bien fait rire , car un paradis fiscal auquel on a fait très peur aux petits déposants et hyper peur aux defiscalisés , eux ils sont partis , les chypriotes eux sont restés mais paient l'addition au prix fort a présent , tel est pri...

le 20/06/2013 à 10:39
Signaler
@ Balzac +1

à écrit le 19/06/2013 à 12:26
Signaler
Chaque économie adapte sa monnaie sauf... l'euro qui fait l'inverse et adapte, du moins essaye d'adapter, l'économie à sa monnaie! Nous en voyons le résultat et le dogmatisme ne pourra le faire évoluer favorablement!

le 19/06/2013 à 17:20
Signaler
@pragma +1

à écrit le 19/06/2013 à 11:46
Signaler
Vous souhaitez voir le dessous des cartes et comprendre cette arnaque européenne et l'euro qui va avec ? http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/la-tragedie-de-euro ET http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle...

à écrit le 19/06/2013 à 11:22
Signaler
Et quand reparle-t-on de la Slovénie, de l'Espagne, du Portugal..? A ce jour, 1 000 milliards d'Euros dans les diverses "bad bank", purge non terminée.

à écrit le 19/06/2013 à 11:18
Signaler
Le sauvetage de Chypre et le risque de rechute de la Zone Euro http://www.leconomiste.eu/decryptage-economie/11-le-sauvetage-de-chypre-et-le-risque-de-rechute-de-la-zone-euro.html

à écrit le 19/06/2013 à 11:10
Signaler
Les paradis fiscaux appellent à l'aide... Après avoir plumé les grands pays avec l'évasion fiscale etc.

le 19/06/2013 à 11:27
Signaler
Vous n'avez que partiellement raison. Une partie de la crise chypriote est liée à la crise grecque, et en particulier à la restructuration de la dette qui a été faite sans mesure d'accompagnement. En outre, force est une nouvelle fois de constater qu...

le 19/06/2013 à 16:05
Signaler
René Monti à raison, à un bémol près, c'est que la restructuration est tout sauf intelligente et c'est bien le drame qui guette l'europe... car le problème irlandais est un peu mieux géré que le reste mais il est tout sauf règlé. En revanche il alime...

le 19/06/2013 à 16:35
Signaler
@René Monti: Bien que je connaisse cette république du nord au sud, d'est en ouest, je ne dirais pas que je serais particulièrement hibernophobe, ni hibernophile. Les Irlandais sont bien responsable de leur propre bulle immo. Mais disons-le; ne compa...

à écrit le 19/06/2013 à 11:08
Signaler
9 milliards d'euros, cela fait 12 000 ? par Cypriote, enfants inclus (800 000 francs !). Ce pays a fait n'importe quoi et doit déposer le bilan, aux frais des prêteurs qui l'ont accompagné dans le délire. Il faut remettre les compteurs à zéro.

le 19/06/2013 à 14:48
Signaler
12000EUR = 78.600FRF (à peu près). Petite erreur d'échelle.

à écrit le 19/06/2013 à 11:07
Signaler
Pas possible la crise est derriere nous dixit F Hollande ...

le 19/06/2013 à 11:29
Signaler
Et dixit M. SARKOZY qui a fait on ne sait plus combien de réunions européennes qui étaient censées avoir résolu les crises ?

à écrit le 19/06/2013 à 11:05
Signaler
Encore un appel au contribuable pour sauver les grandes fortunes au chaud dans les paradis fiscaux. Aux larmes Citoyens

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.