Chypre est bien partie pour redevenir le cauchemar des Européens

 |   |  760  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'appel au secours du président chypriote doit être pris au sérieux par les Européens, s'ils ne veulent pas que Chypre redevienne un cauchemar. Car les avantages de l'euro s'estompent pour le pays.

Comme la lettre du président chypriote vient de le rappeler, l'affaire chypriote n'a rien perdu de son caractère exemplaire pour le reste de l'Europe. A l'heure où le FMI reconnaît - à la grande fureur de la Commission européenne et de la BCE - des erreurs dans la gestion de la crise grecque, la troïka semble en passe de doubler la mise avec Chypre.

La quadrature du cercle bancaire

L'aide à cette petite république a en effet été montée en urgence, sous la pression de la BCE qui brandissait la menace d'une sortie de Chypre de la zone euro. Nul n'a semblé réellement prendre la mesure des conséquences et de la faisabilité des recettes préconisés. Surtout, un seul critère a servi de fil conducteur : engager le moins possible les contribuables des autres pays, tout en maintenant Chypre dans la zone euro. Ainsi a-t-on exclu 15 milliards d'euros d'engagements grecs de toute participation au sauvetage afin de préserver les banques grecques que l'on ne voulait pas à nouveau recapitaliser. Ainsi a-t-on également maintenu dans le bilan de la Bank of Cyprus 9 milliards de créances sur la BCE au titre de l'aide à la liquidité d'urgence, l'ELA. Autant de poids que le système bancaire chypriote ne peut supporter, lui qui n'a guère dans son bilan que des dépôts qui, depuis mars, ont fondu de près d'un cinquième, malgré le contrôle des capitaux.

Depuis plusieurs mois, Nicosie et la troïka tente de résoudre la quadrature du cercle en tenant de monter une restructuration viable du système bancaire chypriote dans ces conditions. C'est évidemment impossible, à moins de faire sortir le pays de la zone euro et de payer en nouvelle monnaie ou d'augmenter le montant de la solidarité européenne. Deux options exclues pour le moment. Mais la situation ne pourra rester indéfiniment bloquée.

L'économie se délite

Car, pendant ce temps, l'économie chypriote se désintègre progressivement. Les prévisions de la troïka étaient de toute évidence irréalistes. Le PIB chypriote va reculer de 9 % cette année, peut-être 5 % selon le FMI l'an prochain, En deux ans, la richesse du pays sera réduite de 15 %. Même la Grèce n'a pas connu une telle cure. Les mesures d'austérité imposées par la troïka pèsent bien sûr, mais c'est surtout l'absence de vrai secteur bancaire et d'investissement en raison du contrôle des capitaux qui asphyxie l'économie chypriote. Tout ceci amène l'absence absolue de confiance dans l'avenir qui gèle encore le fonctionnement de l'économie. Et cette fois, il sera difficile de faire admettre que cette potion permettra d'assurer la « croissance future » du pays.

Quitter l'euro est-il une solution ?


En réalité, la zone euro est devenue un enfer pour Chypre. Il est désormais difficile de penser qu'une sortie du pays de l'UEM - aussi catastrophique soit-elle - donne lieu à une situation pire que celle que connaît le pays aujourd'hui. Sans doute, les Chypriotes devront-ils compter avec l'inflation générée par la dévaluation rapide de leur monnaie. Sans doute, l'Etat chypriote, devenu insolvable et incapable d'emprunter sur les marchés, devra-t-il serrer les vis. Mais, du moins, une nouvelle monnaie permettrait de faire fonctionner à nouveau l'économie, en particulier le système bancaire.

Prendre le risque de laisser sortir Chypre ?

La question se pose donc à nouveau de savoir si Chypre doit rester ou non dans la zone euro. Si l'Europe pense pouvoir régler le problème en l'ignorant, elle se trompe. Une sortie de l'île de la zone euro pourrait coûter cher à cette dernière. L'OMT, dont se vante tant Mario Draghi, le gouverneur de la BCE mais qui n'est encore qu'une menace, pourrait bien alors devoir être actionné. Les marchés seraient en effet tentés de tester la BCE sur le fameux « whatever it takes » (quoi qu'il en coûte) pour sauver l'euro de Mario Draghi. Or, ce dernier doit craindre un tel scénario, lui qui n'a pas encore, malgré ses promesses, publier le cadre légal de l'OMT (9 mois après son annonce !). Sans compter que si Nicosie quitte la zone euro, il y a fort à parier que le MES et la BCE doivent encaisser des pertes. Que l'Europe se méfie donc : la bombe chypriote est encore bourrée d'explosifs. Et c'est ce qu'a voulu dire Nikos Anastasiadès avec son appel au secours. L'ignorer serait inconscient.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2013 à 13:55 :
Les Romains (il y a 1900 ans ) disaient je me méfie des Grecs même lorsqu'ils font des
offrandes. 5J'ignore si c'était dans Juvenal, Suétone etc ?
Nous aurions dû faire attention lorsque l'on sait queles comptes de la Grece, etc...et qu'un
VIP Français a dit : Comment vous ne voudriez pas faire jouer la Grece de Platon en
deuxiéme division, on voit le résultat. Les Benefs sont pour eux les dettes popur les
cons-tribuables ?
Réponse de le 20/06/2013 à 18:46 :
Virgile, faisait référence au cheval de Troie, cadeau rusé des grecs. Ceci dit les grecs actuels seraient plutot les héritiers de l'empire byzantin dont ils ont conservé la religion et les querelles "byzantines" qui les préoccupent. L'empire byzantin en proie à la corruption et au pouvoir exorbitant de ses innombrables fonctionnaires a sombré dans l'apathie et l'abandon de ses terres cultivables surtaxées au profit des Turcs qui l'ont envahi sans trop de difficultés. Cà ne vous rappelle rien?
a écrit le 20/06/2013 à 10:53 :
Le CREDIT AGRICOLE a eu le nez creux de se désengager d'EMPORIKI qui était probablement investie à CHYPRE.
Réponse de le 20/06/2013 à 11:18 :
EMPORIKI, banque Grecque très exposée aux obligations Grecques. D'ailleurs les banques Chypriotes sont également très exposées à la dette Grecque et c'est le plan de sauvetage de la Grèce qui a des répercussions violentes sur Chypre (mais chut, ça faut pas trop le dire).
Réponse de le 20/06/2013 à 12:51 :
Le CA aurait surtout eu le nez creux de ne jamais mettre les pieds là-bas et de ne pas se renforcer continûment au capital alors que la crise s'aggravait... Ca vaut également pour son brillant investissement dans Bankinter...
Et comme le dit Thargor, l'explosion de Chypre est la conséquence du naufrage grec (devrais-je dire de l'euro ?), pas l'inverse.
a écrit le 20/06/2013 à 9:26 :
Il y a plusieurs choses incroyables dans la gestion de la crise européenne :
1- La Grece a fait défaut sur une partie de sa dette mais les CDS n'ont pas été activés pour autant est-ce normal ? NON
2- La crise a ravagé les banques chipriotes ainsi, les déposants de ces banques (qu'ils soient riches et russes n'est en fait qu'un détail) ont été simplement volés avec la bénédiction de l'UE et sans consultation démocratique réelle (le parlement chipriote n'avait aucune alternative) est-ce normal ? NON
3- L'Allemagne premiere puissance économique d'europe dicte la ligne de conduite de la BCE au détriment des pays moins industrialisés qui souffrent de l'euro fort est ce normal ? NON
Maintenant tous les politiques fréquentables nous disent que l'euro est irréversible et que de faire sortir des pays de cette monnaie amènerait à la catastrophe, pour l'instant l'incapacité de dévaluer a ruiné l'Espagne, la Grece, l'Italie, Chypre, l'Irlande et le Portugal. La liste n'est pas définitive mais derrière elle se cache des millions de familles plongées dans la pauvreté par la faute de technocrates européens qui ne tire pas leur légitimité de quelque processus démocratqie que ce soit.
je vous remercie de m'avoir lu
Réponse de le 20/06/2013 à 9:38 :
+1000 au sujet de l'intransigeance monétaire allemande : http://blog.mondediplo.net/2013-06-18-De-la-domination-allemande-ce-qu-elle-est-et-ce
Réponse de le 20/06/2013 à 9:38 :
+1000 au sujet de l'intransigeance monétaire allemande : http://blog.mondediplo.net/2013-06-18-De-la-domination-allemande-ce-qu-elle-est-et-ce
Réponse de le 20/06/2013 à 10:08 :
Tout cela vous ennuie ? Jetez un oeil sur le site de l'UPR (www.u-p-r.fr). Le seul parti républicain qui prone depuis 2007 la sortie de l'ue/l'euro et l'otan. François Asselineau explique de manière magistrale les leviers de cette prétendue construction européenne et ses ravages présents et à venir. Cela ne sert à rien de se plaindre tout seul derrière son écran. L'heure est plus que grave, bien plus que ce que l'on peut lire dans les journaux mainstream. Il faut qu'un maximum de gens se revielle....pour l'avenir de nos enfants.
Réponse de le 20/06/2013 à 10:25 :
@10:08 Asselineau n'est pas le seul à dénoncer cette europe néolibérale même si son combat est salutaire il est bien seul aussi et ce n'est pas le chemin des urnes que viendra le changement mais bien par la rue, "l'histoire nous montre qu'il n'y a pas de politiques sociale sans mouvement sociale" P. Bourdieu
Réponse de le 20/06/2013 à 10:50 :
Oui mais c'est le seul à proposer sans ambiguïté et de manière argumentée et sourcée (donc indiscutable) une sortie de cette arnaque européenne. Pour le reste, je crains que vous ayez raison et que tout cela se termine en émeute.
Réponse de le 20/06/2013 à 11:19 :
L'arnaque, ce n'est pas l'Europe mais les politiques qui s'en occupent. Un peu comme les politiques qui s'occupent de la France. Un "bon" politique ne fait pas un bon gouvernant.
Réponse de le 20/06/2013 à 12:58 :
Ce qui est triste c'est qu'il va y avoir l'année prochaine des élections européennes. Quelque soit le résultat, meme 100 % de souverainistes élus dans l'europe entière, les députés européens n'auront simplement pas le pouvoir de faire changer la politique de la commission qui, je le rapelle encore, n'est pas élue.
Réponse de le 20/06/2013 à 13:28 :
Que les commissaires européens soient élus ou pas ne change rien. Notre exécutif est lui aussi nommé et je n'ai pas l'impression que cela soit mieux que l'exécutif européen, depuis 30 ans nos gouvernements ont su prouver leur inefficacité à faire le job. Maintenant je suis d'accord avec vous sur la gestion calamiteuse de la crise européenne mais tout cela résulte de l'absence d'Europe et non d'un trop d'Europe. C'est bien parce qu'on n'a pas de gouvernement unique Européen mais une multitude de gouvernements (les hésitations de la France, de l'Allemagne, les positions intransigeantes de la Finlande, etc) qu'on en est là aujourd'hui. Avec un gouvernement économique parlant d'une seule voix on n'en serait pas à cette calamité. On a mis la charrue avant les boeufs pour l'Euro. On le sait tous. Une monnaie unique sans gouvernement économique et budgétaire unique, cela ne rime à rien.
Réponse de le 20/06/2013 à 14:12 :
@Bertlondon nous avons surtout accepter une europe sous la dogme monétaire allemand (avec notamment l'indépendance de la BCE et son impossiblité de mutaliser les dettes comme dans n'importe quelle zone monétaire et d'imprimer des billets). Ce dogme ne sert que les intérêts de l'industrie allemande aux détriments de tout les autres. La fin de la zone euro est inévitable car les allemands n'accepteront jamais de revenir sur cette croyance en une monnaie forte et stable. Nous allons encore attendre qq années à nous enfoncer sans aucun résultat à part notre désindustrialisation et la grande braderie de notre secteur publique. Quand enfin de nous nous déciderons à sortir et dévaluer pour redevenir compétitif (car c'est là la SEULE solution) nous n'aurons plus d'industrie et plus de service publique, du beau gâchi en somme.
Réponse de le 20/06/2013 à 17:47 :
Que de réflexions basées sur l'émoi, le présent immédiat et l'oubli des innombrables dévaluations du franc sans lesquelles nous serions un pays ultra riche. Les émergents vont bientot connaitre les affres de leur croissance brutale qui profite à une minorité et que la majorité va vouloir partager. Nous allons rester des états sociaux, mais simplement obligés de sortir du social à crédit. L'euro sauvera la grèce et Chypre dans la douleur mais vaut mieux la rigueur que la famine car qui leur preterait un kopek? Quand aux Allemands, ils ne sont ni si fous ni si riches, ils savent bien qu'il faut maintenir l'Europe car leur sort est lié au notre mais refusent le suicide collectif, quoi de plus naturel? Quand au Américains, justes ou pas, seuls ou avec les autres, dans la bonne ou la mauvaise direction, face à l'immobilisme des autres ils iront de l'avant quitte à faire demi-tour si ils se trompent.
Réponse de le 20/06/2013 à 21:35 :
@Bob44, euh... on a aussi le droit de se réformer non ? C'est bien connu, il nous faut être mis au pied du mur pour qu'on réforme en France, c'est comme cela depuis 30 ans et ça ne changera pas. Trop de conservatismes, trop d'assistanat, tuent notre pays à petit feu. Tout ce que vous critiquez (à juste titre) sur la BCE provient de l'absence de gouvernance politique de ce bateau ivre qu'est la zone Euro. La grande braderie de notre secteur public est inévitable de toute façon car on ne peut continuer à affecter 57% de notre PIB à la dépense publique, ce n'est pas tenable. Avant l'Euro nous avions dévalué c'est vrai, maintenant nous ne pouvons plus et là est le problème : cela nous oblige à revoir complètement notre façon de fonctionner et là-dessus, c'est vrai, les Allemands ont pris 15 ans d'avance. Mais je crois que l'Europe n'est pas la coupable ici, ce sont nous gouvernements de droite comme de gauche et notre incapacité à accepter de vraies réformes.
a écrit le 20/06/2013 à 9:22 :
Où sont passés les 200 milliards destinés au "sauvetage" de la Grèce ? http://www.bastamag.net/article3135.html
Réponse de le 20/06/2013 à 17:52 :
à rembourser nos banques, ce qui ne finance pas leur avenir mais garantit vos économies et l'euro. Quant à l'avenir des grecs, il sera plus facile à améliorer avec des dettes plus légères qu'avant, ce qui ne règle pas tout, mais voulez-vous payer 1000 milliards au lieu de 200 et donner un bonus à vos frais à la mauvaise gestion?
a écrit le 20/06/2013 à 9:15 :
S'il n'y avait que Chypre pour être le cauchemar des Européens. D'autres pays suivent ou suivront et la misère avec.
a écrit le 20/06/2013 à 9:05 :
L'Europe à 27 bientôt 28 voir 29 pays ,23 langues,3 alphabets,ha vous nous dites que l'Europe ça ne marche pas,non sans blague.Ne vous inquiétez pas ,ils sont entrain de tout remettre à plat avec le traité EU-USA.Parce que les states ne vont pas tolérer un foutoir pareille cela nuit au business.Ils vont nous mettre en concurrence ,tiens ça me rappelle quelque chose a oui un film un jour sans fin,le gars recommence la même journée que la veille.""Phil semble bloqué dans le temps jusqu'à ce qu'il ait donné un sens à sa vie"". C'est beau non ?
Réponse de le 20/06/2013 à 11:21 :
Ce sont les USA qui ont encouragé ce foutoir et qui l'encouragent tant qu'ils le peuvent. Si l'Europe n'avait pas été gâchée, nous serions la première puissance mondiale au lieu de tomber en ruine.
Réponse de le 20/06/2013 à 14:02 :
A thargor La titrisation des subprimes dans le monde entier, on en paie les conséquences encore maintenant. Pour les EU, maintenant c'est QE et cela leur permet d'avancer toujours.
Réponse de le 22/06/2013 à 14:08 :
Thargor vous qui n'avez manifestement pas les neurones en vacances,(c'est pas comme moi)
avez vous cru une seule minute que les States aller laisser se créer une puissance économique concurrente de la taille de la zone Eu,ils flinguent pour beaucoup moins que cela.Regardez la tronche de Barroso quand les ricains lui font les gros yeux,déconfit le maoiste.C'est dire si nous sommes entre de bonnes mains.
a écrit le 20/06/2013 à 8:14 :
Vous pourriez apprendre à additionner correctement des pourcentages? Cela s'apprend en classe de seconde je crois.
Réponse de le 20/06/2013 à 8:28 :
perdre 9% puis 5% revient a perdre 13.55%
a écrit le 20/06/2013 à 7:29 :
Il dit quoi FLAMBY aux Chypriotes ? Quel nulle celui là, quand on voit sa quote remonter ça montre le niveau, c'est comme le BAC il suffit de remonter les notes et comme ça tout le mode dégage du lycée pour s'entasser en Fac. Ceci étant POURVU qu'ils sortent et montrent qu'une autre voie est possible, même en ayant PILLE les épargnants via les voleurs Européens, ils sont à la rue. J'oubliais "la crise est finie"
Réponse de le 20/06/2013 à 7:43 :
D'après le nombre de fautes de langues que vous êtes capable de faire en cinq lignes et d'après le simplisme de vos arguments-caricatures, avez-vous eu besoin qu'on remonte vos notes de français et de philo ? Et êtes-vous sûr de connaître à fond ce dossier, au fait ? La notion de "s'entasser en fac" (certaines se désertifiant au contraire ces toutes dernières années) semble indiquer le contraire, sans parler de vos "raisonnements" qui ne suggèrent pas une longue fréquentation de l'enseignement supérieur.
Réponse de le 20/06/2013 à 12:28 :
flamby ? ce ne serait il pas le petit gars qui est encore moins crédible et moins intéressant que zahia ?
Réponse de le 20/06/2013 à 13:01 :
On ne sait pas trop ce que vient faire M. HOLLANDE dans cette histoire. Demander plutôt à Mme MERKEL et à M. SARKOZY, les intitiateurs de ces plans géniaux depuis 2010...
Et du fameux pacte de stabilité de décembre 2011
Réponse de le 20/06/2013 à 13:22 :
moi j'ai raté un épisode ... Ce n'est pas M.HOLLANDE qui était aux manettes lors de la crise de Chypre et ce n'est pas son ministre de l'économie qui a "validé un temps" la spoliation des épargnants ?

Les permanents politiques anonymes cela devient lassant ...
Réponse de le 20/06/2013 à 17:27 :
Vous avez certainement raté un épisode que je me permets de vous rappeler : ce n'est pas Mme MERKEL qui dirige tout cela depuis février 2010 ?

Et qui a imposé le pacte de stabilité en décembre 2011 ? Pacte de stabilité dont aucun pays n'arrive à tenir les objectifs définis à l'époque (A part l'Allemagne)

Mais je vous accorde que M. HOLLANDE est d'un optimisme béat.
Mais il ne faut pas confondre ceux qui ont déclenché la crise par leur incompétence, et ceux qui essayent avec plus ou moins de réussite d'en sortir


Réponse de le 20/06/2013 à 18:06 :
Le traité de maastricht a été signé en 1992, c'est lui qui précise que le deficit budgetaire ne doit pas dépasser 3%, à la demande des Français. Mitterand comme les autres étant drogué au déficit à fait des promesses de drogué, voeu d'abstinence, mais pour l'avenir, après sa mort. La volonté d'approfondir l'union européenne était nécessaire pour sortir de la crise, et on ne voit pas les crises que l'Europe nous évite, puisqu'elles n'arrivent pas, par contre on subit celles venues des états unis, et celles dues à nos hommes politiques qui se croyant à l'abri de l'europe et de l'économie des pays non déficitaires s'endettent à tout va. Leur donner un droit d'endettement supplementaire, serait courir au suicide.
Réponse de le 21/06/2013 à 8:33 :
Tonton qui était plutot finaud en affaires étrangéres à bien vu le coup venir,il a du se dire vous voulez l'europe,vous allez l' avoir.Tenez cadeau.Voir l'historique des régles des 3% et 60% de déficit,ça repose sur du vent.
a écrit le 20/06/2013 à 6:57 :
On a voulu une monnaie niue, on a voulu faire comme aux USA sans s'en donner les moyens réels. Sur le papier l idée était bonne mais chaque pays ne peut se passe de sa souveraineté. En 58, de Gaulle l avait déjà dit : une Europe des nations oui mais pas une nation européenne.
Réponse de le 20/06/2013 à 13:33 :
+1000
Réponse de le 20/06/2013 à 18:22 :
et de Gaulle a lancé Le France, le Concorde, le mercure, sauvé la grandiose siderurgie française etc...
autant de productions Françaises géniales au pertes abyssales dues a l'absence de commercialisation. Le grand homme était trop vieux il percevait bien le changement mais pas la vitesse prodigieuse de la mutation mondiale.
L'Airbus est le succès de ceux qui ont compris que Francais, Allemands, Anglais, Italiens sont tous capables de construire seuls un Airbus, mais que seule l'Europe peut en vendre et c'est valable pour tout. Alors quand on veut vivre au dessus de ses moyens, il faut être leader et Européen, sinon on reste dans son village gaulois en ruminant Gergovie.
a écrit le 20/06/2013 à 5:54 :
Quand on pense que la porte euro va s ouvrir a la Letonie, no comments sur la folie dangereuse de ces gens non elus qui nous gouvernent depuis bruxelles
Réponse de le 20/06/2013 à 6:32 :
C'est de la folie dangereuse, tout à fait d'accord avec vous, c'est vraiment du n'importe quoi.
Réponse de le 20/06/2013 à 11:26 :
...sur la folie des dirigeants lettons qui adoptent l'euro contre la volonté de leur peuple l'euro, les fourmis pauvres (par rapport à la grèce ou à chypre) vont être récompensées de leur vertu en contribuant à entretenir les cigales du sud
a écrit le 20/06/2013 à 1:20 :
C'est pas possible, parce que "Sa Suffisance" "Moi Président Je" (16fois) a déclaré très récemment que "la crise en Europe est finie"
Réponse de le 20/06/2013 à 3:03 :
+1000
Réponse de le 20/06/2013 à 5:17 :
il a même parlé de Chypre pour préciser que la crise était finie !!!
Réponse de le 20/06/2013 à 8:25 :
Il n'a fait que répéter la même chose que son prédécesseur qui a sauvé 24 fois le monde avec ses petits bras musclés de jogger hypoglycémique et déclaré en 2011 que la crise était finie...
Réponse de le 20/06/2013 à 11:19 :
C'est sur que Winnie l'ourson le jogging et l'hypogycémie il connait pas, le changement c'est effectivement maintenant.
Réponse de le 20/06/2013 à 14:22 :
Vous avez déjà vu Sarko courir (enfin si on peut appeler ça courir ) ? C'est assez cocasse ! Et il arrive à avoir des malaises son ch'ti pépère ...
a écrit le 20/06/2013 à 0:04 :
La France aux Allemands et Chypre aux Turcs. A chacun sa misère.

a écrit le 19/06/2013 à 23:59 :
On les met dehors et c'est tout. Défaut de paiement sur leur dette, les créanciers assumeront. C'est le jeu après tout!
Réponse de le 20/06/2013 à 5:20 :
parce que la Grèce a fait défaut et que les créanciers assument (dont Chypre) que la crise est là !!!
la mise dehors de Chypre et d'autres créerait pour nous une crise d'une ampleur telle que le mot de pauvreté serait dépassé !!!
Réponse de le 20/06/2013 à 6:42 :
En fait, avec l'Euro on a le choix : mourir à petit feu en restant avec l'Euro ou participer au suicide collectif en sortant de l'Euro.
Réponse de le 21/06/2013 à 1:39 :
erreur, avec l'euro on a le choix entre rembourser des dettes faramineuses ou faire défaut.
il parait évident que nous allons vers le défaut ce qui amènera une crise incommensurable.
je pars du principe que la crise n'a pas encore commencé !
et nous allons vivre une situation pire que la Grèce. Cela amènera peut-être ne guerre !!
a écrit le 19/06/2013 à 22:34 :
Analyses pertinentes sur l'ue et l'euro sur le site de l'UPR (www.u-p-r.fr). Ca change des infos de TF1.
Réponse de le 20/06/2013 à 6:33 :
"infos de TF1". il y a des "infos" sur TF1?
a écrit le 19/06/2013 à 21:52 :
ThinkerView - Réfléchissons ensemble (B.Esambert, O.Delamarche, O.Berruyer)
Si vous avez un peu de temps allez voir cela sur Youtube ,ça fait peur !
a écrit le 19/06/2013 à 20:58 :
Ça ne fait jamais que 7 ans que cette crise a comencé...

Quand les gouvernements, et en premier lieu Berlin, vont-ils enfin comprendre que c'est la fin d'une époque?
Réponse de le 20/06/2013 à 5:25 :
le problème est que ce n'est pas que la fin d'une époque !! car si ce n'était que cela, tout irait bien !! on dirait que les retraites c'est à partir de 70 ans, que les 35 h , maintenant c'est 45 h payées 35 etc... non c'est plus grave : les politiques ne veulent pas voir que les dettes qu'ils ont créé depuis 50 ans vont nous tomber dessus sans crier gare !!!
Réponse de le 20/06/2013 à 11:10 :
Pas que les politiques : tout le monde est endetté, à commencer par les banques ! La dette publique n'est pas la dette totale contrairement à ce que racontent les oracles ( zozos) d'économistes qui ne savent même pas prévoir ce qui s'est passé la veille !
Réponse de le 21/06/2013 à 1:42 :
les banques ne sont endettées que les dettes que les Etats ne peuvent rembourser.
Bien sûr il n'y a pas que la dette d'Etat, mais c'est de très loin la plus grosse
a écrit le 19/06/2013 à 20:42 :
la faute a l euro ce que vous payer un franc avant est passer a un euros cela a permis a certain d engranger des fortunes considérable les banques spéculatrice on jouer du triple a b.et j en passe
les pays avec des gouvernements corrompus on pu voir des fortunes s échappés et ceux qui on contribuer a cet exile d argent d argent savait que l europe aurait mis la main a la poche et rebelote c est reparti , la preuve le scandale du libor ou ils ont été trop loin
Réponse de le 20/06/2013 à 11:40 :
Si vous trouvez normal de payer à l'étranger une commission de 1e quand vous achetez un ticket de métro avec votre CB, n'hésitez pas à le proposer à votre banque pour les frais bancaires en France. Mais laissez les autres en dehors de vos histoires.
a écrit le 19/06/2013 à 20:36 :
Soit la Troika est nulle mais à ce point difficilement envisageable soit elle est muselee par des interets superieurs occultes et dont le but est d appauvrir l europeen et d engraisser des politico vereux financiers...n est ce pas Mr Barosso ert ex Mr Juncker....
ILa troika n a jamais fait qqchose de bien....alors Incompetence ou corruption ou les deux...????
Réponse de le 19/06/2013 à 21:16 :
la troika est composée d'institutions (BCE, FMI, Commission Européennes) ayant des membres élus par aucun peuple, aucun citoyen... ils sont nommés... alors pour ce qui est de la légalité de leurs actions, c'est très discutable de la part des européens.
Réponse de le 19/06/2013 à 22:38 :
Cyril, les élus Français sont dans la légalité totale, d'accord... Mais à en juger par l'état dans lequel se trouve ton pays, je ferais quand même plus confiance à ces zigues plutôt qu'aux tiens...
Chypre est une poudrière depuis des années, oui des années. Les banques françaises (mais d'autres aussi) en ont bien profité, c'est de bonne guerre, en face, la clientèle maffieuse n'avait que le choix... En finance nous savions tous qu'il y avait un os là aussi, comme aux Zétazunis/subprime, l'important étant de sortir juste avant son voisin. Autre cochonerie si je puis dire est l'attitude de la Grèce envers Chypre à l'époque de la crise Grecque...on n'en parle pas trop. Et pourtant Chypre fut en partie la "déchetterie" des Hellènes !
a écrit le 19/06/2013 à 20:16 :
L'euro ne peut laisser fuir un de ses territoires alors qu'elle essaye de les engloutir un a un pour ressembler a une monnaie incontournable! Sa base de crédibilité est nulle!
a écrit le 19/06/2013 à 20:14 :
La géopolitique, les bases militaires britanniques et les réserves gazières offshore entrent également en jeu dans le dossier chypriote. L'UE ne peut pas se contenter de signer des chèques sans contreparties. Une issue possible serait de transférer Chypre dans le giron du Royaume-Uni avec l'adoption de la £ et un statut équivalent à Gibraltar. Le système bancaire londonien est en mesure d'absorber le chypriote. L'exploitation des ressources gazières compenseront largement ce sauvetage bancaire. Certains Chypriotes, en particulier les élites politiques, risquent de grincer des dents, mais la majorité des citoyens et les résidents pourraient s'éviter un chemin de croix à la grecque et retrouver rapidement la prospérité. Les habitants de Gibraltar peuvent témoigner.
Réponse de le 20/06/2013 à 13:36 :
Les chypriotes se souviennent tres bien du protectorat de la couronne anglaise, quand Chypre s'est fait envahir par les turcs et que l'accord de protection militaire a été 'oublié' par les Anglais...
Réponse de le 20/06/2013 à 14:13 :
Oui, très bonne remarque, c'est probablement un frein psychologique. Néanmoins, Chypre fait maintenant partie de l'UE et le statut n'est pas le point essentiel dans ma proposition. La France aussi a quelques contentieux historiques avec la couronne anglaise :-)
a écrit le 19/06/2013 à 20:09 :
Qu'est-ce que la troïka ? et l'OMT ?

Tous vos lecteurs ne sont pas des experts du domaine. Merci d'expliquer un minimum...
Réponse de le 20/06/2013 à 9:54 :
Si le journaliste explique tout, c'est un livre qu'il doit écrire.
Si Peter ne connait pas quelque chose, qu'il cherche par lui-même: http://www.google.com

Les gens sont terriblement assistés....

a écrit le 19/06/2013 à 20:01 :
Le contribuable ne peut payer pour les abysses des pertes financières. Seule la BCE peut le faire. Cela ne coûte alors rien. Mais un jour il faudra bien constater les pertes et apurer les bilans des banques des actifs définitivement sans valeur en créant des bad banks ou des consortium de réalisation sans garantie de l'état. Il y a actuellement beaucoup de monnaie émise, mais elle ne circule pas. Il est temps que l'Europe libéralise la création de nouvelles banques qui se substitueraient progressivement au crowd funding.
a écrit le 19/06/2013 à 19:40 :
Moi qui croyait fermement que la crise était terminé depuis la visite de hollande au japon. Je suis abasourdi par une tel annonce. Il avait d'ailleurs assuré il y a 3 mois que le plan pour Chypre était mit en place afin de "privilégier les solutions qui assurent un financement soutenable de Chypre"
Surement un complot politique afin de déstabiliser François hollande. Comment croire qu'une taxe de plus de 30% du PIB et un contrôle des capitaux puissent impacter la croissance d'un pays.
D'ailleurs seul les riches ont payé et les 20% des dépôts du pays qui ont été retiré du pays ne leur appartenait surement pas.



Réponse de le 19/06/2013 à 21:19 :
Bien vu ! Il est rare que les lecteurs aient une bonne mémoire mais beaucoup sur 'La Tribune' sont de grande qualité.
Réponse de le 19/06/2013 à 22:22 :
Pour une fois que les riches paient....
Réponse de le 20/06/2013 à 7:02 :
@libertad46 : ça n'empêchera pas aux pauvres de payer....
a écrit le 19/06/2013 à 19:39 :
N'allez pas croire que tout cela est la faute de l'euro! C'est la faute des promesses et de ceux qui ont pu y croire, de ceux qui ont lâché "un tient" pour deux tu l'auras! Alors que l'on aurai pu faire aussi bien avec nos monnaies nationales sans nous forcer la main!
a écrit le 19/06/2013 à 19:38 :
Il devrait partout être admis que seuls les comptes des résidents locaux devraient être protégés, par la banque centrale s'il le faut.
Mais il n'y a aucune logique au système actuel, c'est le bordel, le chaos.
Réponse de le 19/06/2013 à 20:50 :
Savez vous ou sont partis vos sous que vous avez confié à votre banque/assurance?
Vous etes probablement de ceux que vous nommeriez " pas locaux" ....
a écrit le 19/06/2013 à 19:33 :
Les politiques nous ont bien b.isés avec cet euro !! Quelle bande d'incapables !
Réponse de le 19/06/2013 à 19:53 :
eh! oui! et puis, ils s'y accrochent fermement!
a écrit le 19/06/2013 à 18:50 :
Habituellement, l'annonce d'une enième crise de la zone euro entraîne une baisse de l'euro par rapport au dollar. Or, en l'occurrence, il ne baisse pas. Cela signifie peut-être du nouveau côté FED.
a écrit le 19/06/2013 à 18:37 :
...Moi j'ai tout misé sur...Heuliez & VirginMégastore ! :-)))
a écrit le 19/06/2013 à 18:32 :
Allez on sort le chéquier!!!!
C'est le début de la fin..... On a connu la création de l'euro, on va connaître sa disparition. On vit de grand moment, l'histoire est en marche, on pourra le raconter à nos petits enfants au coin de la cheminée.... Comme quand mes grand-parents me racontent l'occupation....
Réponse de le 19/06/2013 à 18:48 :
le cauchemar de l'Europe exactement les mêmes termes que pour la crise de la Grèce. C'est reparti pour un grand tour. Maintenant Chypre. Combien ça va encore coûter?
a écrit le 19/06/2013 à 18:27 :
EH HOP ! Une petite ponction sur les comptes ; UNE !
Réponse de le 19/06/2013 à 18:39 :
Moi j'ai tout investi dans Heuliez, VirginMégastore & Florange... :-)))
Réponse de le 19/06/2013 à 19:09 :
@M'en fous...
Evidemment avec de tes investissements vous ne risquez PLUS rien !
Réponse de le 19/06/2013 à 20:57 :
+1

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :