"Les règles européennes sont un handicap pour les entreprises" (Cameron)

 |   |  300  mots
La baisse du niveau de réglementation des entreprises est l'une des conditions nécessaires au maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, pour le Premier ministre britannique conservateur.
La baisse du niveau de réglementation des entreprises est l'une des conditions nécessaires au maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, pour le Premier ministre britannique conservateur. (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
La baisse du niveau de règlementation des entreprises est l'une des conditions nécessaires au maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, affirme le Premier ministre britannique conservateur.

Pour le Premier ministre britannique David Cameron, le niveau de règlementation des entreprises est trop élevé au sein de l'Union européenne. Selon lui, Il faut absolument que cela change:

"Il est essentiel que les entreprises puissent tirer profit du marché unique de l'Union européenne. Mais trop souvent, les règles européennes constituent un handicap pour les entreprises. Je suis donc déterminé à changer cela et à travailler pour que l'union européenne soit un atout pour le business et non une entrave".

Ce constat, envoyé par mail, fait suite aux conclusions d'un rapport commandé par le gouvernement et conduit par six chefs d'entreprises de premier plan, qui lui a été remis lundi. Des résultats qui lui permettront de renégocier les termes de l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne, comme il l'avait annoncé en janvier dernier, avant d'organiser - s'il est réélu en 2015 - un référendum sur le sujet d'ici fin 2017.

Les industriels britanniques sont majoritairement pour le maintien du Royaume-Uni dans l'UE

Reste que 85% des industriels britanniques seraient pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union Européenne, à en croire un sondage publié lundi par l'organisation professionnelle EEF. Son directeur général Terry Scuoler estime:

"La Grande-Bretagne ne doit pas jouer avec son futur en Europe. Les enjeux sont énormes"

 Pas de doute pour Terry Scuoler: le message des industriels,  est "clair":

"Nous devons montrer la voie et jouer une part active pour transformer l'UE de l'intérieur" (...) "Nous devons être au centre du changement que nous voulons voir en Europe... Des milliards de livres d'opportunités commerciales sont en jeu et nous devons nous concentrer - et concentrer le débat - sur ces opportunités qui débloqueront la croissance de notre économie maintenant et sur le plus long terme"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2013 à 12:53 :
En réalité c'est bien ça: "Les industriels britanniques sont majoritairement pour le maintien du Royaume-Uni dans l'UE" et le maintien des réglementations européennes; ceci avec une certaine prudence dans l'avenir pour éviter tout excès de zèle en cette matière; Cameron fait dans le populisme anglais. Il fait concurrence à notre populo Hollande...C'est déloyal?
a écrit le 15/10/2013 à 11:39 :
Rogner sur les biens tutélaires (santé, éducation, environnement) qui font baisser le niveau de rentabilité des capitalistes, voilà l'objectif de Cameron et de sa clique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :