Alimentaire : le Royaume-Uni a trouvé une méthode originale pour réduire le gaspillage

Londres envisage de limiter aux produits frais l'obligation de faire figurer une date limite de consommation.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Sur les 8 millions de tonnes de nourriture et de boisson jetés à la poubelle chaque année au Royaume-Uni,  5 millions de tonnes seraient encore comestibles. Et selon une étude rendue publique par le gouvernement britannique, ce gaspillage représenterait chaque année l'équivalent de 795 euros par contribuable. Pour y mettre un terme, Londres souhaite donc ne plus faire figurer sur les emballages des produits alimentaires de date limite d'utilisation optimale (DLUO) qui incite les consommateurs à s'en débarasser alors qu'ils restent comestibles. L'indication de la date limite de consommation (DLC) serait, elle, maintenue pour les produits frais.

De fait, alors que la DLC indique au consommateur qu'il prend un risque en mangeant ou en buvant un produit après la date indiquée, la DLUO n'a pour seul intérêt que de lui indiquer que ses qualités gustatives ne sont plus garanties par le fabricant.

Cette initiative britannique pourrait-elle faire école en France ? "D'après une enquête menée par l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie en 2010, chaque Français jette chaque année 7 kg de produits alimentaires encore tout emballés" précise ainsi le quotidien Le Parisien.

Retrouvez la vidéo reportage sur le sujet de BFMTV, ICI.