+0,8% : la plus forte croissance trimestrielle britannique depuis plus de trois ans

 |   |  452  mots
En Grande-Bretagne au troisième trimestre 2013,  l'activité a progressé aussi bien dans le secteur agricole (+1,4%) que dans celui de l'industrie (+ 0,5%), de la construction (+2,5%) et des services (+0,7%).
En Grande-Bretagne au troisième trimestre 2013, l'activité a progressé aussi bien dans le secteur agricole (+1,4%) que dans celui de l'industrie (+ 0,5%), de la construction (+2,5%) et des services (+0,7%). (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'économie britannique a enregistré au troisième trimestre sa meilleure croissance (+ 0,8%) depuis le deuxième trimestre 2010. Une performance à mettre au compte de l'activisme monétaire de la Banque d'Angleterre qui a favorisé le rebond du marché immobilier et de la consommation.

Annonce positive ce matin pour la Grande-Bretagne: le pays semble engagé sur la voie de la reprise. Après une progression de la valeur de son Produit intérieur brut (PIB) de 0,4% au premier trimestre 2013, puis de 0,7% au deuxième, voilà que le pays affiche 0,8% de progression de son PIB pour le troisième trimestre de l'année.

Les chiffres publiés ce vendredi matin par l'Office des statistiques nationales (ONS) sont conformes aux attentes des analystes. "La première estimation du PIB montre que la reprise accélère" avec la "plus forte croissance (trimestrielle) depuis le deuxième trimestre 2010" dans le pays, a commenté Samuel Tombs, économiste de Capital Economics. En glissement annuel, l'économie britannique a crû de 1,5% au troisième trimestre, a ajouté l'ONS.

Dans le détail : l'activité a progressé aussi bien dans le secteur agricole (+1,4%) que dans celui de l'industrie (+ 0,5%), de la construction (+2,5%) et des services (+0,7%).

L'économie britannique est encore 2,5% en dessous de son niveau de 2008

Le gouvernement du conservateur David Cameron s'est empressé de saluer la publication de ces chiffres qui "montrent que le dur labeur de la Grande-Bretagne paie et que le pays est sur la voie de la prospérité", selon un porte-parole du ministère des Finances. Et qui a ajouté :

"De nombreux risques subsistent mais grâce à notre programme économique, la reprise a désormais un véritable rythme"

Mais les dirigeants politiques ont beau se féliciter, il reste à voir si cette reprise est durable. Certes l'économie britannique demeure 2,5% au-dessous de son pic du premier trimestre 2008, juste avant la crise. Mais les économistes semblent y croire:

Ils considèrent globalement que ce rebond est dû principalement à la politique monétaire ultra-accommodante de la Banue d'Angleterre qui a injecté 375 milliards de livres (440 milliards d'euros) dans l'économie.

"Les effets de la politique monétaire accommodante se ressentent désormais pleinement", a par exemple souligné Martin Beck de Capital Economics.

Toutefois, des économistes mettent en garde contre tout triomphalisme et soulignent le risque de déséquilibres alors que la crainte d'une nouvelle bulle immobilière a récemment émergé.

"Le rebond est provoqué par des améliorations de la demande plutôt que de l'offre et ne rééquilibre pas l'économie vers l'investissement et les exportations", regrette Michael Saunders. Et les derniers chiffres de la balance commerciale de juillet et d'août sont d'ailleurs "loin d'être encourageants", renchérit Howard Archer d'IHS Global Insight.

Après avoir connu une profonde récession sur la période 2008-2009 avec une contraction de 7,2% de sa croissance, le pays a ensuite alterné fin 2011 et début 2012 entre croissance et contraction, avant de repartir sur les chapeaux de roues ce printemps.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2013 à 8:14 :
Et où en est le projet de supprimer UN MILLION CENT MILLE postes de fonctionnaires ? A-t-il été réalisé ?
a écrit le 27/10/2013 à 7:12 :
Cameron doit reduire le prix a la pompe de 10% pour faciliter l'exportation de ses produits manufactures.Sans compter que le secteur aeronautique frutueux doit reinvestir 40% de son budget dans la recherche.L'angleterre a des ressources petrolieres que la France n'a pas et surtout un secteur aeronautique de pointe qui sauveras l'angleterre si elle sait se dynamiser et de patience attendre les retombes positives du futur.La mondialisation oblige les acteurs de tout pays de l'excellence de leurs produits manufactures car l'excellence avant gardiste saura toujours trouver son repondant dans les retombes economiques par force des choses.Mais a cause de l'inertie struturelle de l'angleterre elle demande au p.m. de liberer les forces vives de la nation pour gagner dans la competition economique pluri-struturelle.
a écrit le 26/10/2013 à 23:15 :
Quand la plethore des compagnies publics battent de l'aile il faut restructurer par denationalisation par force de regulation conjoncturel.Car l'heritage desastreuse de la mauvaise gestion du labour party vous oblige a s' adapter ou disparaitre.prevoir un programme d'investissements des hautes technologies du futur pour rebondir tel que les telecommunications, l'aerospace et la microinformatique telematique et surtout la biologie medecine de recherche de pointe.Cameron n'a pas de choix mais quand il y a un sale travail a faire il faut bien un qui se salisse les mains pour l'avenir des enfants britanniques malgre eux ou mourrir par lethargie paralysante.Apprends a pecher plutot que donner un poisson a ton prochain est la devise du jour.
a écrit le 26/10/2013 à 17:00 :
Allez , on donnent 440 Md d' Euros à Hollande et là c' est le mimi le rara....cle . Les Anglais jouent au Monopoly
, point de miracle, mais de la dette surement....
a écrit le 26/10/2013 à 15:27 :
L'Angleterre est dans une panade indescriptible. Il est fortement déconseillé d'aller y investir. Le pays bénéficie de... la vente de quelques grosses entrepries, on citera l'opération Kraft qui passe progressivement dans les comptes, celle de Vodafone qui conforte par son arrivée future et celle par exemple de Schneider Electric sans oublier les milliers d'opérations chinoises. Malgré ces ventes, le bilan reste modeste tant les pertes sont lourdes. On peut penser que les acteurs français de l'énergie vont racheter les acteurs anglais du secteur, que les fabricants de cigarettes vont se vendre avant de tomber totalement et que BP va être fusionné à Shell. Il est à espérer aussi que certaines banques ferment comme Lloyds et RBS tandis que la pharmacie s'écroule et que BAE se prépare à intégrer Airbus. L'Angleterre reste comme cette caverne vidée de l'essentiel de ses trésors accumulés là des différents crimes et pillages de plusieurs siècles, auparavant inaccessible, on la visite comme la marque d'un passé qui a forgé notre destin, forcément, ... sans arriver à trouver la moindre émotion.
Réponse de le 26/10/2013 à 15:53 :
Faux et ridicule; "La Grande-Bretagne est la première destination des investisseurs américains pour les actifs financiers, devançant notamment la France, qui arrive en cinquième position, a indiqué vendredi le département du Trésor des Etats-Unis." Source: news-banques.com

Réponse de le 26/10/2013 à 18:24 :
Votre réponse, @Onze, se décale de ce que j'ai dit. L'économie du pays est sérieusement endommagée et il est fort peu probable qu'elle se redresse à moyen terme. Les actifs financiers ne sont pas une preuve d'activité on le sait mais une preuve de spéculation à destination des paradis fiscaux dont le pays est la plaque tournante. S'ils ne sont pas comptabilisés par titre pour une année, ils sont l'illustration de la volatilité. Les compensations diverses font que c'est souvent le cas. Mais l'investissement américain issu des Q.E qui quitte le pays pour soutenir d'autres secteurs n'est pas un signe de grande santé ni une référence et l'économie américaine pas plus. Si l'on suit ce raisonnement le pays ne devrait ne plus avoir aucun problème, or il en a.
a écrit le 26/10/2013 à 11:12 :
Il y a un peu plus d'un an, Cameron justifiait la faiblesse économique par celle de la zone euro.
Je suppose que cette reprise ce fait grâce a la zone euro.
Encore faut-il que les chiffres de l'ONS soit confirmer, ce qui pour le coup serait un vrai retournement de tendance!
a écrit le 26/10/2013 à 10:41 :
L'an dernier un article de l'Agefi du 12/11/2012 intitulé « Le Trésor britannique bénéficie de la manne de la Banque d'Angleterre » précisait que « Le gouverneur de la Banque d'Angleterre a en effet écrit vendredi au chancelier de l'Echiquier pour lui annoncer que les revenus dégagés grâce au programme d'assouplissement quantitatif (QE) de la banque centrale seraient désormais reversés au Trésor. Ce dernier utilisera cette manne pour réduire le stock de dette. »

L'Espagne et l'Italie aimeraient pouvoir en faire autant et pas seulement eux dans la zone euro.
a écrit le 26/10/2013 à 9:43 :
Oui mais nous on est plus malin!!! On a pas besoin de faire de la bonne gestion.....la fameuse et vilaine rigueur....nous en France on a des idées, ...alors la croissance nous....on l'achete.....et sur le dos de nos enfants en plus....c'est encore plus malin par ce que ces bleus.....ils n'ont pas le droit de vote.....bon il faut reconnaitre que c'est un peu cher....0,5% de croissance coute 1% de dette.....mais on s'en fout car pour l'addition......on sera barrés.....puisque je vous dis qu'on est malins !!!
a écrit le 26/10/2013 à 9:30 :
Cette fausse reprise est liée aux nouvelles mesures sur l'immobilier adoptées par le gouvernement, qui incite les menages a s'endetter.
a écrit le 26/10/2013 à 9:25 :
Entre une RFA et un RU qui sourient, la France poursuit sa descente aux enfers.
Réponse de le 26/10/2013 à 12:43 :
Les banksters sourient, un peu moins les classes moyennes ...
a écrit le 26/10/2013 à 9:02 :
+0.8% de croissance avec combien de % de dettes qui ne seront jamais remboursées en plus?... Si on met les deux bout à bout, je pense que cette croissance est inexistante, comme pour tous les pays qui vivent à crédit, dont la France également. Plus dur sera la chute!
a écrit le 26/10/2013 à 2:13 :
Ce n'est pas un degrevement d'impot mais un bonus gouvernemental d'achat immobilier.De plus relever une taxe du volume d'echanges monetaires internationales du pound temporaire de trois ans de o.9% pour la relance interieure monetaire de l'economie.Et que la voie royale de la reussite de Cameron lui soit ouverte.
a écrit le 25/10/2013 à 22:37 :
Cameron doit maintenant imposer une relance economique interieure du secteur immobilier.Avec un degrevement d'imposition de 4500 euros pour tout achat immobilier d'investissement d'une duree de 7 a10 ans et une aide a l'embauche des entreprises des chomeurs de longue duree de contrats determines de 2 a 3ans de 15% de degrevement de masse salariale de premiere embauche de reinsertion.Ceci va redoubler la mecanique de la reprise economique sur le court terme et consolideras les effets actifs de la reprise sur le long terme.Cameron doit etre a l'avant garde du jeu economique mondial pour etre le moteur dirigiste des forces economiques stabilisatrices positives pour son pays.Cameron doit appliquer une politique agressive de :si j'ose gagner et transformer une reprise ralentie en une victoire certifieeprogrammee.
a écrit le 25/10/2013 à 20:55 :
Et si on expatriait Hollande en Angleterre ? Ce n'est pas une bonne idée ça ?
a écrit le 25/10/2013 à 20:15 :
On dira ce qu'on voudra, mais j'en connais un (et même plusieurs) qui aimeraient pouvoir annoncer une croissance trimestrielle de 0.8% en France. Mais comme cela vient d'un pays gouverné par "la droite", ça ne peut pas être une bonne croissance.
Réponse de le 26/10/2013 à 1:41 :
Si on s'en tient aux faits, cette croissance ne compense toujours pas la récession qu'a connu l'Angleterre pendant la crise, bien plus forte que celle de la France. La preuve en est que son PIB est toujours inférieur à ce qu'il était en 2008, tandis que le PIB français a rattrapé son niveau de 2008. Regarder la croissance de court terme ne donne que peu d'informations, c'est la croissance de longue période qui compte, et de ce point de vue la France est meilleure.
Réponse de le 26/10/2013 à 7:56 :
Faire tourner la planche à billets, c'est de droite ? Ah bon ! Et moi qui croyait être de droite ... Ça ne doit pas être la même que vous, cela dit...
a écrit le 25/10/2013 à 19:50 :
Ils sont surtout tombé beaucoup plus bas que nous , maintenant on va les croiser et dans 2 ans nous ferons semblant de remonter aussi
a écrit le 25/10/2013 à 19:16 :
La politique de Cameron porte ses fruits devant la corruption financiere du dernier labour party.
Reussir dans un contexte de recession mecanique mondiale est un exploit.Mais cameron doit relever de 0.3% sur trois ans la masse salariale du public et developper une enveloppe globale pour la relance de l'economie de l'ile et de l'australie en relation avec les pays de l'A.S.E.A.N.Cette enveloppe de relance s' effectuera de deux points du budget global sur trois ans afin que les entreprises britanniques ont de la.marge de manoeuvre dans les marches monetaires d'echanges du commonwealth avec le marche de l'Asie.Et peut etre Cameron sera elu the man of the year by the guardian.
Réponse de le 25/10/2013 à 19:36 :
Oah c'est beau ce que vous dites, snif, c'est même émouvant tellement c'est une belle histoire !
a écrit le 25/10/2013 à 17:56 :
Encore une fois la croissance britannique est un leur.
Avec une fois de plus la croissance boostée par l immobilier.
Rien de bien sain, avec en plus la planche à régime, on se dônne rendez vous rapidement.
a écrit le 25/10/2013 à 16:00 :
Le réussite du redressement économique du Royaume-Uni nécessite de disposer de la souveraineté monétaire, ce n'est pas le cas de la France pour laquelle manquerait la dévaluation de la monnaie, le Quantitative Easing, le redressement se ferait beaucoup plus mal. Comparez aussi avec l'Espagne dont on salue les efforts d'austérité qui a 26% de taux de chômage, contre 7,9% au Royaume-Uni, et qui vient de réussir le grand exploit de faire 0,1% de croissance au troisième trimestre contre 0,8% pour le Royaume-Uni.
a écrit le 25/10/2013 à 15:25 :
Super! À nouveau du Step and Go!
a écrit le 25/10/2013 à 15:04 :
Tiens! Je croyais que l'austérité et la baisse des dépenses publiques ne pouvaient créer de la croissance? Nous aurait-on menti (encore une fois)?
Réponse de le 25/10/2013 à 16:02 :
C'est surtout la dette, multipliée par deux en quelques années, qui a aidé à la relance, notamment par les Jeux Olympiques.
Réponse de le 25/10/2013 à 16:12 :
Austérité à coups d'endettement et de planche à billets ? Vous êtes décidément le comique qui égaye nos après-midi ...
Réponse de le 25/10/2013 à 16:33 :
Faire gonfler la dette pour faire de la fausse croissance, tout le monde sait le faire...
a écrit le 25/10/2013 à 14:53 :
La politique économique anglaise se résume en 3 mots:
- Fortes économies budgétaires effectuées en parallèle de baisse d'impôts pour les entreprises (+ offre), hausse des impôts pour les particuliers (- de demande importée).
- Politique monétaire accommodante permettant un maintient des taux d'intérêt longs bas (diminution des frais financiers de la dette publique).
- Dévaluation compétitive pour augmenter les exportations.
Elle a pour objectif de corriger les déséquilibres tout en évitant le principal risque de ce pays: l'inflation.

Cette mécanique va permettre aux UK d'annuler 3 freins:
- Réduction du déficit commercial
- Réduction du déficit budgétaire structurel et conjoncturel
- Réduction du chômage grâce à des entreprises plus compétitives.
Le chemin pris par UK est dure mais il est sain et vrai. Donnons rendez vous à la France et aux UK dans 3/4 ans et comparons la situation à ce moment là.
Le gap sera significatif, c'est une évidence.



Réponse de le 25/10/2013 à 17:00 :
" Le chemin pris par UK est dure mais il est sain et vrai" ; faire tourner la planche a billets, vous trouvez ca "sain et vrai"? Je comprends mieux pourquoi la France n'est plus au rendez vous de Prix Nobel d'Economie depuis des lustres!
a écrit le 25/10/2013 à 14:43 :
Sans une dévaluation durable de l'Euro, la zone Euro n'aura pas de reprise durable. Madame Merkel est l'ennemie de la monnaie unique, et la France devrait tout faire pour la débarquer, de gré ou de force.
Réponse de le 25/10/2013 à 14:57 :
Vous voulez une nouvelle guerre pour relancer l'économie ? Quelle idée originale en effet... :)
Réponse de le 25/10/2013 à 14:59 :
Le problème avec les dévaluations compétitives, c'est que si tout le monde le fait en même temps (États-Unis, Japon, Royaume-Uni et zone Euro), ça ne sert plus à rien.
Réponse de le 25/10/2013 à 15:31 :
Heureusement qu'elle est là pour garantir nos emprunts!
Réponse de le 25/10/2013 à 17:14 :
@tous . Gauche toute à raison . Quand les tricheurs ne sont pas punis il n y que les coms qui continuent de jouer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :