Réforme bancaire : le projet de Bruxelles moins contraignant que prévu ?

 |   |  263  mots
Michel Barnier, le commissaire européen chargé des Services financiers, devrait présenter le projet de directive européenne sur la régulation bancaire d'ici février.
Michel Barnier, le commissaire européen chargé des Services financiers, devrait présenter le projet de directive européenne sur la régulation bancaire d'ici février. (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
La Commission européenne aurait renoncé à imposer un cantonnement strict des activités spéculatives des banques dans son projet de directive qui doit être présenté d'ici février.

La règle Volcker, version européenne, risque d'être bien moins stricte que prévu. Le projet de régulation des activités bancaires en cours de préparation qui s'inspire en partie de cette loi américaine, renoncerait en effet à interdire purement et simplement u'un même établissement puisse à la fois mener des activités de banque de détail et des activités spéculatives risquées. Les Etats auraient en outre davantage de liberté pour appliquer les nouvelles normes. 

Le spectre de 2008

C'est ce qu'indique un projet de directive de la Commission européenne que s'est procuré le Financial Times. Cette réforme européenne, menée par le  Michel Barnier, le commissaire en charge des Services financiers, s'inspire notamment d'un rapport publié en 2012 par Erkki Liikanen, le gouverneur de la Banque de Finlande qui visait à éviter une nouvelle crise financière comme celle de 2008. Il s'agirait pour cela de définir les activités qui posent un "risque systémique" comme l'achat et la vente de certains produits dérivés puis contraindre les banques à les séparer de leur activité de prêt aux entreprises et aux particuliers dans une structure ad hoc. Mais les modalités de cette législation seraient adoucies par rapport aux recommandations du rapport Liikanen. 

>> Réforme bancaire: tout savoir sur le rapport Liikanen en cinq questions

Pas de vote avant 2015

Le plan de Bruxelles doit être présenté par début janvier ou février, peu avant les élections européennes. Aucun vote du Parlement ne devrait intervenir avant 2015. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2014 à 15:56 :
Il vaut le dire en 3 chiffres ça cause mieux Pib Mondial 63000 milliards $,bourse et marché obligataire 87000 milliards $,la touche finale 601000 milliards $ de produits dérivés (gré à gré) montant notionnel.On a une petite idée de la cartouche de dynamite qui risque fort de nous péter dans la tronche.
a écrit le 06/01/2014 à 18:32 :
les lobbies bancaires sont toujours les plus fort à la fin face à des députés, des fonctionnaires Européens dont la plupart n'y comprenne rien.
Réponse de le 06/01/2014 à 19:05 :
Les députés européens et les membres de la Commission sont très bien informés,

Les députés européens et les membres de la Commission sont avant tout des complices traitres au service des voyous de la finance.
a écrit le 06/01/2014 à 17:34 :
Combien de dirigeants bancaires européens ont fait l'objet de poursuites pénales après avoir mis gravement en danger l'économie mondiale ?
Alors pourquoi accepteraient-ils un changement de règles ?...
a écrit le 06/01/2014 à 17:14 :
Je ne comprends pas pourquoi vous mettez la photo de Michel Barnier, alors que c'est son directeur de cabinet Olivier Guersent qu'il aurait été plus judicieux de mettre (c'est lui qui gère avec le conseil) . Il a travaillé au cabinet de Neelie Kroes (2004-2006) , Ce serait bien de faire un article sur cette dame , les lecteurs en tomberaient à la renverse.
Réponse de le 06/01/2014 à 18:27 :
aucun article sur cette commissaire Européen en Français sur le net !
Réponse de le 06/01/2014 à 23:50 :
@ Ecirtap
On peut avoir un aperçu du CV de cette dame sur Wikipédia. Il ne faut pas s'étonner ensuite de l'éxécration générale de la Commission Européenne dirigée par le félon Barroso.
a écrit le 06/01/2014 à 14:28 :
Ces "choux de Bruxelles"fermentent dans leur bouillon de culture freulaté sinon empoisonné. Depuis 2007/2008, la pantomime des G20, Euro-groupe, symposiums comme à Davos ont gavés de suffisamment de supercheries pour ne plus être respectés.
a écrit le 06/01/2014 à 12:02 :
demandons à David Niel de créer une banque en ligne de dépôt exclusivement, avec une rémunération des dépôts de 1% . il drainera ainsi les milliards dont les banques classiques se servent actuellement pour spéculer pour leur propre compte .
il est temps que les consommateurs se révoltent contre un système bancaire protégé qui les spolient .
Réponse de le 06/01/2014 à 13:57 :
D'accord avec KIRK, si BARNIER était un spécialiste des dérivés ça se saurait ! Encore un politique que l'on a envoyé à BRUXELLES pour le caser ( griller en savoie)
a écrit le 06/01/2014 à 11:40 :
Nous ne sommes en rien déçu des gesticulations de la commission européenne et de ses membres qui nous jouent de la flutte.

Il y a longtemps que nous les avons classés dans les inutiles ruineux qui jouent un mauvais tour aux citoyens français en particulier.
Ils sont plutôt dans le rôle des pétainistes des voyous de la finance dans la guerre économique.
a écrit le 06/01/2014 à 9:35 :
Cela aurait dommage de revoir ce dispositif qui permet 'Par exemple, les transactions sur les produits dérivés de change -qui ont été créés pour permettre aux entreprises qui commercent à l'international de se couvrir contre les risques de taux de change- se sont élevées lors d'une seule journée d'avril 2013 à 5.300 milliards de dollars.
Ce, alors que les exportations mondiales de marchandises annuelles s'élèvent à 18.300 milliards de dollars et à 4.300 milliards pour les services. Autrement dit, à ce rythme "le commerce mondial peut être couvert en 4 jours", remarque Christophe Nijdam, analyste au cabinet indépendant Alphavalue et spécialiste du marché des produits dérivés.
Et si l'on prend en compte le marché des capitaux dans son ensemble (225 .000 milliards de dollars), il est couvert en 42 jours…Latribune
Réponse de le 06/01/2014 à 18:30 :
exact mais comme vous semblez bien informé,ces couvertures nécessitent une contre partie. Serait il normal qu'une banque de dépôt prenne des positions de contrepartie avec l'argent des dépositaires ?
a écrit le 06/01/2014 à 9:24 :
Enterrement de 1° Classe. Face à la toute puissance des banquiers comment aurait-il pu en être autrement?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :