Le chômage à nouveau en hausse en Espagne

 |  | 470 mots
Lecture 3 min.
Sur un an, le chômage a baissé de 3,34%, a rappelé la secrétaire d'État à l'Emploi, Engracia Hidalgo. (Photo : Reuters)
Sur un an, le chômage a baissé de 3,34%, a rappelé la secrétaire d'État à l'Emploi, Engracia Hidalgo. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
L'Espagne a enregistré 113.000 nouveaux chômeurs en janvier pour s'établir à 4,8 millions. Mais le mois de janvier est traditionnellement un mauvais mois, et les signes d'une lente reprise sont bien là.

L'embellie n'aura pas duré sur le marché de l'emploi en Espagne. Le nombre de personnes inscrites au chômage est en effet reparti à la hausse en janvier, touchant désormais 4,8 millions de personnes, a annoncé le ministère de l'Emploi. De quoi inquiéter pour la timide reprise qui pointait le bout de son nez depuis l'été et une stabilisation du taux de chômage autour de 26% au dernier trimestre de 2013.

La quatrième économie de la zone euro, qui a renoué avec une faible croissance depuis le troisième trimestre 2013, a recensé en janvier 113.097 demandeurs d'emploi de plus qu'en décembre (+2,41%), indique le ministère.

Le mois de janvier traditionnellement mauvais

Mais la secrétaire d'État à l'Emploi, Engracia Hidalgo, a souligné qu'il s'agit de la plus faible hausse depuis 2007 pour un mois de janvier, traditionnellement mauvais. Elle y voit donc la confirmation "de la tendance à la stabilisation du marché du travail débutée en mai 2012".

Elle a par ailleurs relevé que sur un an, l'Espagne enregistre 166.343 personnes en moins (-3,34%) sur les listes du chômage, après le plus fort recul en décembre, sur un an, depuis 1999. Le pays avait connu une augmentation annuelle de 544.000 chômeurs en moyenne depuis le début de la crise en 2008, selon le ministère.

Baisse du chômage des jeunes

Le chômage baisse notamment chez les jeunes de moins de 25 ans: en janvier, ils étaient 34.753 de moins qu'un an plus tôt à être inscrits au chômage, soit une baisse de 7,5%. Selon l'INE (l'Institut national des statistiques espagnol), le chômage des jeunes s'établissait à 55,06% au quatrième trimestre.

D'après le ministère, le nombre de chômeurs avait enregistré six mois consécutifs de baisse entre mars et août, avant de repartir à la hausse à la rentrée, une période difficile après l'été, propice aux contrats saisonniers en Espagne.

Les signes de reprise sont bien là

Puis en novembre, un mois traditionnellement mauvais pour l'emploi, le nombre de personnes inscrites au chômage avait légèrement baissé, avec 2.475 demandeurs d'emploi de moins qu'en octobre. Il avait ensuite fortement réduit en décembre, de 107.570 personnes, à 4,7 millions.

Le ministre de l'Economie Luis de Guindos a récemment dit anticiper une croissance "proche de 1%" et "une création nette d'emplois" pour 2014.

Frappée doublement en 2008 par l'éclatement de sa bulle immobilière et le démarrage de la crise financière internationale, l'Espagne est engagée dans un programme historique de rigueur, avec 150 milliards d'euros d'économies programmées entre 2012 et 2014 pour réduire son déficit public. Le chômage devrait se situer à 25,9% à la fin 2014, selon le gouvernement, à 27% selon le FMI, qui prédit une reprise très lente si l'Espagne ne met pas en oeuvre de nouvelles réformes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2014 à 12:39 :
Les chômeurs qui sortent des statistiques en Espagne, comme d'ailleurs aux USA ou en France, sont des chômeurs en fin de droit ! Donc, ils sont toujours là mais n'apparaissent plus dans les stats. C'est pourquoi, il convient d'ajouter aux moins 5% aux statistiques pour avoir le nombre réel de chômage, soit à mon avis entre 30 et 33%, rien que cela, en Espagne, autour de 16 ou 17% en France et de l'ordre de 13% aux USA !
a écrit le 07/02/2014 à 14:09 :
De mieux en mieux, cette Europe: 55% de chômage chez les jeunes, voila une société humaniste et de progrès! Et même en Angleterre, on compte 6 points de déficit! Cette europe du chômage et de la croissance nulle, voila un bon système! Qu'on fasse donc 5 millions de retraités! Et pire en France, avec une pénurie de millions de logements, on guillotine républicainquement 50% de nos diplômés, et on parle d'une retraite à 70 ans alors que certains l'ont obtenue à 54 ans! C'est une véritable spoliation des jeunes générations! Arrêtons le massacre!
a écrit le 04/02/2014 à 12:56 :
les espagnols ne sont pas encore aller assez loin dans l'austérité. Il doit y avoir encore des fonctionnaires.
Réponse de le 05/02/2014 à 22:56 :
Ils ont des champions de la course ferroviaires comme chez nous...
a écrit le 04/02/2014 à 11:28 :
l'émigration de masse et la baisse des salaires pour relancer l'industrie n'ont pas suffit.
Merci l'euro, merci l'austérité gracias para todo. Bravo à tous les promoteurs des fameuses "réformes" dont on ne dit jamais le contenu (baisse des salaires, hausse des impots et précarisation de gens)
Réponse de le 04/02/2014 à 11:56 :
Avec un bon régime méditerranéen, adieu les kilos en trop et la Graisse...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :