Si l'Ecosse devient indépendante, le Trésor britannique assumera sa dette

 |   |  508  mots
Une rue commerçante d'Edimbourg, siège du Parlement écossais.
Une rue commerçante d'Edimbourg, siège du Parlement écossais. (Crédits : Asif Musthafa/Flickr)
Pas de partage de la dette. Pour minimiser les risques sur les marchés financiers, le Trésor britannique a annoncé lundi qu'il se porterait responsable de l'intégralité de la dette souveraine en cas d'indépendance écossaise.

La dette souveraine peut-elle être partagée ? Sur quelle base ? La Grande-Bretagne a choisi de ne pas répondre à des questions sensibles : même si l'Ecosse devient indépendante le 18 septembre prochain, lors d'un référendum organisé par le parti indépendantiste au pouvoir, la dette souveraine restera intégralement sous la responsabilité du Trésor britannique.

C'est ce qu'a annoncé lundi Danny Alexander, le bras droit du chancelier de l'Echiquier Georges Osborne. L'objectif est d'éviter que les investisseurs internationaux ne demande un surcroît de rendement pour acheter de la dette, compte tenu du risque que celle-ci ne tombe dans l'escarcelle de l'Ecosse, un pays sans historique récent de crédit.

1.200 milliards de livres de dette

Selon la presse britannique, rapportée par Les Echos lundi midi, plusieurs investisseurs se sont inquiétés auprès de l'Office de gestion de la dette, du statut des 1.200 milliards de livres de dettes souveraines après le référendum. Le Trésor entend donc parer tout mouvement de panique sur le marché obligataire.

Le leader du parti indépendantiste écossais, Alex Salmond, avait affirmé vouloir que l'Ecosse assume sa part de la dette. Mais la décision du Trésor britannique pourrait rendre plus aisée la tâche des partisans du "oui" à l'indépendance - minoritaires en Ecosse pour le moment - qui ne pourront plus être accusés de causer des troubles sur la dette nationale.

"Non", mais...

En novembre 2013, Alex Salmond avait dévoilé à Glasgow son livre blanc, un programme de 670 pages promettant une Ecosse "plus juste et plus prospère" en cas d'indépendance. L'Ecosse rejoindrait l'UE et l'Otan, tout en conservant la reine d'Angleterre pour monarque et la livre pour monnaie.

Si l'opinion écossaise reste sceptique quant au bien fondé d'une sortie du Royaume-Uni, le quotidien Les Echos met en avant la campagne "trop molle, trop technique et trop négative" d'Alistaire Darling, ancien ministre de l'Economie travailliste, en faveur du "non" d'une part, et le charisme d'Alex Salmond d'autre part.

Le résultat du référendum écossais n'est pas joué d'avance, d'autant que les indépendantistes ont promis de rompre avec la politique de rigueur en vigueur outre-Manchen et réaffirmée cette semaine par le Premier ministre conservateur David Cameron.

L'Ecosse, déjà en partie autonome

L'Ecosse, 5 millions d'habitants, est gouvernée par le Parti national écossais depuis les élections législatives de 2007. Le parti a obtenu en mai 2011 la majorité absolue des sièges au Parlement écossais, et imposé un an plus tard un référendum sur l'indépendance à David Cameron.

Depuis 1997, le parlement écossais jouit d'une autonomie sur les questions d'éducation, de santé, d'environnement et de justice. Il verrait en cas d'indépendance ses compétences élargies à la défense. Un autre point important et potentiellement conflictuel en cas de sécession : les ressources en mer du Nord. L'Ecosse entend garder 90% des revenus des importantes réserves pétrolières de la mer du Nord, ce sur quoi Londres est en désaccord.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2014 à 0:16 :
et les lendemains de fêtes on a généralement la gueule de bois................
a écrit le 14/01/2014 à 12:28 :
la revanche posthume de bonie prince charlie le heros national ecossais defait en 1745 et qui voulaitt se liberer du joug britanique et rendre le trone aux stuart
a écrit le 14/01/2014 à 1:39 :
Quand la France fera de meme avec la bretagne ? Manque de courage des bretons et des français ? :)
Réponse de le 14/01/2014 à 10:23 :
Ne parle pas de malheur, Car il y aurait aussi l'Alsace qui a été autonome sous
l'Empire Allemand en 1911, la Savoie ? etc...Mais ce funeste jour risque d'arriver
si nous continuons a avoir des iles tropicales déficitaires, surtout à cause des
avantages accordés tant aux fonctionnaires en activité et en retraite.
Réponse de le 14/01/2014 à 11:00 :
A Bretagne : très drôle, la Bretagne indépendante et avec quoi comme ressources et comme énergie ? Vous êtes aussi assistés que les Corses avec la même mentalité.
Réponse de le 14/01/2014 à 20:53 :
Et alors, on est bretons, on n'est pas français, on n'aime pas la france ni les parigots arrogants. On a le droit d'être independants. Et si y a pas de boulot en Bretagne, on en trouvera bien ailleurs, nous les bretons aimont les voyages.
Réponse de le 27/01/2014 à 1:19 :
Met des hydroliennes dans le gulf stream et tu verrais l energie degage.
Les bretons sont plein de ressources ils faut pas les sous estimer.
Regarde l ifremer bien que faisant partie de l etat. Les competences son tbretonnes.

De plus on a pas trop le choix sauf si tu veux sombrer avec la france. Son systeme est incompetent...4000 milliards d euros de dettes c est responsable. Le peuple qui doit trinquer. Deja bien taxer . Et les entreprises ont demande d embaucher...tu a vu les charges alors oui il y a des sacrifices a faire mais c est sa ou la banqueroute
a écrit le 13/01/2014 à 18:45 :
Historiquement, le rattachement de l'Ecosse a la couronne britannique est un fait jeune (300 ans). Le desir d'independance est legitime et l'Ecosse est encore aujourd'hui une vraie nation, dotée d'une grande autonomie. Sur le coup de la dette, ils font un joli coup :)
a écrit le 13/01/2014 à 17:39 :
5,3 M habitants... une nouvelle Irlande, une demi Grèce, etc... décidément l'Europe des REGIONS est en marche ! Et c'est tant mieux ! Si, à l'avenir on pouvait ne plus considérer le Luxembourg, Malte,... et d'autres comme des pays/nations, et leur redonner la place (petite) qui leur revient, on aura peut être avancé !
Réponse de le 13/01/2014 à 18:17 :
Diviser pour mieux régner : ça va faire les affaires de nos "amis" des USA ...
Réponse de le 14/01/2014 à 10:59 :
Au contraire, un état fédéral fort qui se charge de mutualiser la défense, la monnaie, les affaires étrangères (rationnalisation des coûts) et un état régionale qui se charge de la vie quotidienne des citoyens. C'est juste du bon sens.
a écrit le 13/01/2014 à 17:28 :
ils vont aller voter en kilts et vos cornemuses.
Réponse de le 13/01/2014 à 21:01 :
Yes, et avec leurs Claymore !
Hartley Mac Dowall
a écrit le 13/01/2014 à 16:52 :
Premier grand test qui donnera un début de réponse au referendum attendu en Catalgone.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :