Un Islandais sur dix réclame un référendum sur l'UE

 |   |  473  mots
3.500 personnes ont manifesté lundi devant le Parlement à Reykjavik contre la tentative du gouvernement d'enterrer la candidature du pays à l'UE.
3.500 personnes ont manifesté lundi devant le Parlement à Reykjavik contre la tentative du gouvernement d'enterrer la candidature du pays à l'UE. (Crédits : Reuters)
Le gouvernement envisage de retirer la candidature de l'Islande à l'UE par vote au Parlement. En réaction, des dizaines de milliers d'Islandais ont signé une pétition exigeant un référendum.

L'organisation d'un référendum en Islande sur la poursuite des négociations d'adhésion à l'Union européenne est un scénario de plus en plus probable. Alors que le gouvernement souhaitait enterrer la question via un vote au Parlement, ils sont plus de 35.000 Islandais ce jeudi matin à avoir signé une pétition en faveur d'une consultation populaire, soit plus d'un Islandais sur dix (environ un électeur sur huit).

La pétition circule toujours sur internet et peut-être signée en donnant son numéro de Sécurité sociale - ce qui garantit la fiabilité du décompte.

Bras de fer pour un vrai débat

"A l'évidence, les gens se soucient de cette question. Nous étions optimistes, mais la réponse a été meilleure que ce que j'osais espérer", se réjouit Jon Steindor Valdimarsson, le leader de Já Ísland (Yes, Iceland), un groupe d'organisations pro-Union européenne à l'origine de la pétition.

Le groupe compte remettre par la suite le texte au Parlement, dans l'espoir que soit organisé un référendum.

Le gouvernement, où cohabitent deux partis eurosceptiques, avait annoncé vendredi qu'il défendrait un projet de loi, afin de se donner le pouvoir de "retirer la candidature à une adhésion à l'UE" déposée par le pays en 2010. Le projet, qui prévoit que la candidature ne pourrait être relancée que grâce à un référendum, n'a pas encore été mis à l'ordre du jour. L'opposition, qui refuse que la candidature soit aussi rapidement enterrée, exige un débat plus consistant. 

Le gouvernement a dissout le comité de négociation

Mardi soir, les débats étaient vifs au Parlement. La présidente du groupe parlementaire du Parti de l'indépendance (droite), Ragnheidur Rikhardsdottir, a affirmé que, contrairement au gouvernement, elle était d'accord pour que les négociations soient menées à leur terme puis que les électeurs islandais décident. De son côté, le Mouvement gauche-vert (opposition) a présenté une proposition de loi pour déclarer les négociations suspendues, et non arrêtées.

Mais le gouvernement actuel, qui  a dissous le comité de négociation, n'a aucune intention de relancer les négociations avec Bruxelles. Et si un référendum avait effectivement lieu, le "non" à l'UE l'emporterait largement, l'opinion publique refusant de se soumettre à la politique commune européenne pour la pêche.

Une position "préjudiciable aux intérêts politiques et économiques du peuple islandais", juge le leader de Já Ísland. Les partisans d'une adhésion considèrent que leur pays aurait beaucoup à gagner d'une adoption à terme de l'euro, qui stabiliserait leur économie.

Une nouvelle manifestation était prévue à Reykjavik mercredi, après celle qui a rassemblé 3.500 personnes lundi devant le Parlement - la plus importante depuis celles qu'a entraînées la crise financière de 2008-2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2014 à 11:15 :
qu'ils remboursent déjà leurs dettes, voleurs !
a écrit le 28/02/2014 à 10:43 :
les islandais devrait rester hors de l'ue et surtout de l'euro. Tous les pays qui sont dans l'euro sont balayés par la mondalisation à part l'Allemagne
a écrit le 28/02/2014 à 8:53 :
La plupart du temps nous sommes majoritairement favorables à l'Europe donc là à 28% dont 15% d'indécis c'est un point bas dans les sondage qui n'est pas significatif si vous analysez les chiffres sur la durée.
a écrit le 28/02/2014 à 8:15 :
3500 …. pour combien d'habitants ? ils ont tout à fait raison de rester hors de ce piège à cons qu'est l'Europe (mais cela a été bien pensé par nos chers amis américains …..) Cf les conférences de Francois Asselineau
Réponse de le 28/02/2014 à 8:55 :
Il finiront par faire comme les ukrainiens et d'autres qui fuient les dictatures et extrêmistes préconisés par Asselineau.
a écrit le 28/02/2014 à 5:35 :
L'Islande finira par rejoindre l'Europe et l'euro comme la plupart des scandinaves notamment car son économie et situation sont trop instables.
Réponse de le 28/02/2014 à 8:32 :
Wouahhh, quelle culture, pour l'économiste.
Norvege, Danemark, Suede et donc Islande n'ont pas l'euro.
Après, c'est vrai que la Finlande (la plupart des pays scandinaves hahaha) est dans l'UEM et profite de cette "chance" pour torpiller toute velléité d'eurobonds et autres aneries du genre les "riches pays du nord" vont payer les dettes des "pauvres" pays du sud.
a écrit le 27/02/2014 à 23:01 :
...et les autres neuf s'en tapent
a écrit le 27/02/2014 à 18:26 :
Avec seulement 10%, il va falloir organiser un référendum pour organiser ce référendum, mais faites confiance à "Bruxelles" pour mettre sa "zone"!
a écrit le 27/02/2014 à 16:32 :
En cas de difficulté, on peut "discuter" avec Bruxelles (ce que fait d'ailleurs le gouvernement français en ce moment) et même recevoir une aide (cf. la Grèce). Avec les marchés, aucune discution n'est JAMAIS possible !... Ils sont courageux ces irlandais... ou fous ?...
a écrit le 27/02/2014 à 15:43 :
A quand notre tour ???
a écrit le 27/02/2014 à 12:34 :
délicat de répondre .... je ne connais pas le droit Islandais.... donc pas d'avis ! mais sa donnera un avis sur la gestion de la BCE!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 27/02/2014 à 12:41 :
Bricolage et improvisation...ils n'ont pas d'autre méthode...la plus utilisée étant le lobyyng.
Comme le référendum sur l'europe en France...vous étiez contre ...ils l'ont fait.
a écrit le 27/02/2014 à 12:27 :
c'est une décision intéressante dans la mesure .... où la politique de la BCE .... s’interprète !
a écrit le 27/02/2014 à 12:27 :
Donc 9 Islandais sur 10, soit l'écrasante majorité n'en veulent pas. ça commence à bien faire ces minorités qui parce qu'elles manifestent avec fracas pensent être la majorité!
Réponse de le 27/02/2014 à 12:35 :
La démocratie ce n'est pas l'apanage de la majorité car c'est aussi l'expression d'une minorité qui peut convaincre (ou pas) la majorité d'une bien fondé de ses idées.
Réponse de le 28/02/2014 à 0:03 :
La minorité peut chercher à convaincre mais ne doit pas chercher à imposer son choix. Sinon on est en oligarchie ou monarchie.
a écrit le 27/02/2014 à 11:15 :
ah bon un referendum pour quoi faire , a oui la democratie ? et patati et patata je connais
mais moi lors du referendum 2005 on a volé ma voix j'avais voté NON
Réponse de le 27/02/2014 à 12:19 :
Raison de plus pour ne pas voter UMPS aux prochaines élections européennes.
Réponse de le 27/02/2014 à 12:28 :
En même temps les Français n'ont pas été trompés. Sarko avait clairement annoncé qu'il passerait la constitution européenne en force s'il était élu président. Les Français l'ont élu en toute connaissance de cause. Faut lire les programmes des candidats avant de voter!
Réponse de le 27/02/2014 à 17:14 :
et pardi encore une camaligue de notre ancien President
un referendum et un seul et pas remettre en question la décision du peuple
a écrit le 27/02/2014 à 10:36 :
Qu'est-ce qu'on en a à foutre ?
On est déjà assez dans la merde en France grâce aux Barons de la politique qui mènent les " Basses Classes " vers leur perdition. ( ;-) ).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :