La zone euro au bord du gouffre déflationniste

 |   |  1049  mots
Les prix n'ont augmenté en zone euro que de 0,5 % en mars.
Les prix n'ont augmenté en zone euro que de 0,5 % en mars. (Crédits : reuters.com)
La hausse des prix a encore ralentie en mars en zone euro à seulement 0,5 % contre 0,7 % en mars. Un ralentissement préoccupant qui somme la BCE d'agir jeudi.

C'est sans aucun doute un choc. Eurostat a rendu public ce lundi sa première estimation d'inflation pour la zone euro en mars. Les prix y ont augmenté de 0,5 % sur un an. C'est une nouvelle décélération de la hausse des prix après la hausse de 0,7 % de février. On s'y attendait certes après les chiffres de l'inflation de mars en Espagne (-0,2 %), en Allemagne (1 %) et en Belgique (0,9 %) publiés vendredi. Il n'empêche. C'est une nouvelle fois le constat d'échec que la politique monétaire menée par la BCE n'est pas en mesure de freiner les forces déflationniste. Ce chiffre est tout simplement le plus faible depuis novembre 2009. Mais alors, la zone euro sortait d'une période d'inflation négative. Elle pourrait y revenir cette fois.

Les arguments contre la déflation faiblissent

Ce risque de déflation, agité depuis longtemps, mais toujours rejeté par la BCE et beaucoup d'économistes, est-il réel ? Ce qui est certain, c'est que les arguments de ces derniers contre la déflation semblent de plus en plus s'effriter. Mario Draghi a ainsi passé l'automne et l'hiver à expliquer qu'il ne voyait pas de logique déflationniste à l'œuvre, où « il y aurait une baisse générale et autoentretenue des prix. » Mais on voit que le recul de l'inflation touche désormais l'ensemble de la zone euro, y compris l'Allemagne qui n'a connu en mars qu'une hausse mensuelle de 0,3 % de ses prix.

Les experts ont aussi mis en avant l'effet de l'énergie, qui est réel puisqu'en février, hors alimentation, tabac et énergie, l'inflation de la zone euro se situait à 1 %. Mais la baisse de l'énergie ne peut-elle pas finir par se transmettre aux autres produits et ainsi entraîner la zone euro dans la déflation ? Surtout, en mars, les prix hors alimentation et énergie ralentissent à +0,8 %, preuve que la désinflation n'est pas qu'énergétique.

La BCE avait avancé la bonne tenue des anticipations d'inflation à moyen terme, mais ces dernières ont déjà fléchi et il est loin d'être évident qu'elles résisteront longtemps à une période de faible inflation ? Aussi en est-on réduit aux dernières extrémités pour évacuer la question de la déflation, notamment en évoquant pour l'Allemagne la date tardive de Pâques qui pèserait lourdement sur les prix des denrées alimentaires…

Le risque réel de déflation

Mais face à cet affaiblissement de la rhétorique « rassurante » se développe l'idée que tous les ingrédients d'une déflation semble aujourd'hui réunie en zone euro. « L'environnement économique est toujours extrêmement faible et les croissances de la masse monétaire et du crédit restent négatives. Du coup, la menace d'une déflation est absolument réelle », résumaient la semaine passée dans une note Kerstin Bernoth et Philipp König, économistes à l'institut berlinois DIW.

Une croissance fragile et marquée par la poursuite de l'austérité

Certes, l'économie de la zone euro semble aller mieux. La confiance des consommateurs a montré ce vendredi une belle santé. Mais qu'on ne s'y trompe pas. La zone euro est en phase de stabilisation, au mieux de correction, après une longue récession. Cette reprise n'est en aucun cas suffisamment solide ni vigoureuse pour assurer un redressement durable des marges et de l'emploi et soutenir une reprise de l'inflation. Il faut conserver en mémoire - notamment dans les pays périphériques - l'ampleur de la chute enregistrée auparavant. La croissance grecque de cette année, prévue à 0,6 %, n'effacera pas la chute de 24 % du PIB depuis 2008 et ses conséquences sociales et économiques.

Surtout, le choix européen de la « stabilité » à l'allemande suppose que les forces récessives de la consolidation budgétaire demeurent à l'œuvre dans la plupart des pays de la zone euro perdurent et, dans certains pays, risquent de s'intensifier. La zone euro n'est pas sortie de l'austérité et l'austérité est naturellement déflationniste.

Des banques encore rétives à prêter

D'autant que les banques demeurent irrémédiablement rétives à prendre des risques et à prêter suffisamment. Jeudi, la BCE a indiqué que la croissance de la masse monétaire est demeurée faible à 1,3 % en février sur un an contre 1,2 % en février. Autrement dit, la hausse demeure atone. D'autant qu'elle n'est pas portée par le crédit dont la distribution affiche une baisse annuelle de 2 % comme en janvier. Bref, rien là qui ne soit en mesure de faire remonter réellement l'inflation à des niveaux plus décents.

L'effet d'accumulation de la faible inflation

Surtout, la faiblesse de l'inflation est une réalité depuis presque un an. Autrement dit, voici des mois que la faible hausse des prix pèse sur les marges des entreprises. A la longue, cette pression devient de plus en plus lourde et peut conduire à repousser des investissements ou à serrer les coûts. Ce lundi 31 mars, une étude de Moody's a souligné le risque d'une longue période de faible inflation pour la reprise européenne. Mais si la croissance rechute dans la zone euro, il est certain qu'alors, on n'aura bien du mal à éviter de chuter dans une spirale inflationniste. Pour les entreprises des pays périphériques, la baisse des prix peut être compensée en partie par la baisse enregistrée du coût du travail. Mais plus les prix baissent, plus cette compensation est faible. Et comme le crédit reste atone, l'investissement ne peut réellement repartir. Là aussi la croissance est menacée.

La BCE sommée d'agir

La BCE est donc désormais sommée d'agir. L'évolution du discours de la Bundesbank la semaine dernière et les messages envoyés depuis quelques jours par les officiels de la banque européenne tentent d'envoyer des messages pour laisser entendre que la BCE va sortir de l'attentisme qui est le sien depuis novembre. Mais le fera-t-elle réellement ? Ne se contentera-t-elle pas de demi-mesures comme une baisse de son taux de refinancement de 0,25 % à 0,10 % ? Ses possibilités sont larges, mais osera-t-elle ? On le saura jeudi lors de la conférence de presse de Mario Draghi. Une chose semble cependant certaine : l'attentisme semble désormais intenable.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2014 à 14:00 :
On lit dans la presse que la dette du G7 a augmenté depuis 2008 de 18000 milliards $ à 140000 pour 1000 de PIB... soit 440%. Les banques prettent largement leurs fonds propres, en terme d'engagements, ça fait des risques... 4 fois le PIB. On nous sert que la zone est en danger... alors la déflation... de toute façon on monte les taxes.
a écrit le 02/04/2014 à 0:15 :
Ah, mais on me souffle dans l'oreillette qu'en fait, ce n'est pas celui-là, le poisson d'avril, mais l'article sur Monti. Oups!
a écrit le 02/04/2014 à 0:14 :
Celui-ci aussi c'est un poisson d'avril ? Pour qu'on croit que les journalistes ne savent pas parler correctement le français ? Ah bah en fait non.
a écrit le 02/04/2014 à 0:11 :
@Romaric Godin Merci pour ces fautes d'orthographe et ces erreurs de syntaxe ! Cet article est presque illisible... Personne ne vous a donc appris à vous relire ? Vous vous ridiculisez. Vous ridiculisez La Tribune. Décidément, le journalisme français se porte de plus en plus mal...
a écrit le 01/04/2014 à 16:35 :
l euro est une gangrène , il est la base de tout nos problèmes mais ceux qui ont voulu l euro savaient pourquoi , car grâce a l euro ils ont pu empocher des fortunes
a écrit le 01/04/2014 à 10:42 :
Il faut baisser l'€uros pour faire remonter les prix a l'import et ainsi créer un peu d'inflation !
a écrit le 01/04/2014 à 7:46 :
La stratégie du choc de Naomi Klein. A lire , livre édité juste avant la crise.
a écrit le 01/04/2014 à 6:46 :
Parmi nous se cachent des commentateurs payés par Bruxelles pour étendre les velléités anti euro et anti Bruxelles. Notez bien que personne n'est contre l'Europe. Cela ne veut rien dire d'être contre un continent qui tient son nom d'une déesse grecque. Donc c'est gens sont payés par Bruxelles pour limiter le vote anti Bruxelles qui se rapproche. Faites des recherches sur le net pour connaitre le budget de la pravda Bruxelloise.
Réponse de le 01/04/2014 à 7:55 :
il ne faut pas confondre Europe et Union européenne quand aux espions de la Commission européenne cela fait longtemps que nous le savons ils ne sont pas assez subtils dans leur commentaires. Et puis la Tribune les aime bien puisque nos commentaires ne sont pas toujours mis en ligne.
a écrit le 01/04/2014 à 6:38 :
Avec des marges de plus en plus serrées les entreprises ferment les unes après les autres. Des millions de personnes sur le carreau en perspective. Barrez-vous les jeunes !
a écrit le 01/04/2014 à 0:54 :
c'est la désinflation et non déflation, par contre la tribune premier en désinformation
Réponse de le 01/04/2014 à 5:47 :
Et une masse monétaire en circulation qui baisse, vous appelez ça comment monsieur je sais tout ?
Réponse de le 01/04/2014 à 15:10 :
Il a raison KILOL de souligner que pour le moment, il s'agit plutôt de DESINFLATION. Naturellement, La Tribune n'a pas tort de dire que cette désinflation pourrait (souligner ceci) devenir une déflation.
a écrit le 31/03/2014 à 22:52 :
Je sui ecolo et depuis que j'ai compris que Merkel était la championne de la décroissance je l'adore !! Elle est comme Jourdain elle fait de l'écologie sans le savoir. L'austérité nous mènera à la récession lente , à la déflation et donc à la décroissance !! hmmm j'adore !!!
Réponse de le 31/03/2014 à 23:46 :
@Voui
La décroissance n'a qu'un seul défaut, elle va laisser au bord de la route quantité de gens qui n'ont pas les moyens de "décroître" encore plus que ce qu'ils ont déjà "décrut". La décroissance...serait adaptée aux riches, mais ceux-là ne veulent pas décroitre. Ceci dit, si la décroissance c'est la transition énergétique, produire et consommer au plus près, réduire la part des transports, mettre les banquiers au pas et éradiquer les paradis fiscaux... entre autres, je suis preneur.
a écrit le 31/03/2014 à 17:48 :
Ce n'est pas encore inquiétant cette légère déflation, çà oblige à des adaptations bénéfiques à terme, c'est bénéfique à l'export alors que le dollar monte et çà vaut mieux que le contraire, le Japon a connu bien pire pendant bien plus longtemps. Par ailleurs l'énergie qui est toujours sur une tendance haussière depuis 10 ans et 5 ans au creux de la crise peut se retourner très vite vues les tensions et le climat assez exceptionnel cet hiver.
Réponse de le 31/03/2014 à 18:08 :
Exact. De plus contrairement au Japon, plusieurs pays européens continuent de consommer quand d'autres s'arrêtent, les cycles ne sont pas tous en phase ce qui n'est donc pas inquiétant pour la déflation en Europe.
Réponse de le 31/03/2014 à 19:13 :
il faut que l'on vous adapte bénéfiquement vous aussi eco
Réponse de le 31/03/2014 à 21:36 :
@ECO:

Bonjour Eco, il me semble que vous mélanger plusieurs choses:

1/ La déflation ne favorise en rien les exportations, ce sont les prix a la consommation qui baisse, pas les cout de productions.

2/ le dollar ne monte pas, au contraire, Il baisse par rapport a l'euro. Et c'est donc un gros problème car nos produits a l'export, a cause du taux de change, se retrouvent donc plus chers.

d'autre part la déflation n'est jamais une bonne chose, car elle signe le début de l’arrêt de la machine économique... tout le monde anticipe sur la baisse des prix, et attends pour acheter ou investir car demain (et après demain...) sera encore moins cher.

Cordialement.
Réponse de le 31/03/2014 à 21:56 :
"tout le monde anticipe sur la baisse des prix, et attends pour acheter ou investir car demain (et après demain...) sera encore moins cher" : En même temps, la moyenne peut induire en erreur... Serait-ce bien grave si on connaissait une déflation forte sur l'immobilier parallèlement à une augmentation des prix "classiques" des autres biens de consommation? J'en doute.
Réponse de le 31/03/2014 à 22:01 :
Ça fait bel lurette que l'économie de l’Europe est mort... Pour le peuple la seule chose important est est ce que l'on peux encore produire notre nourriture? Et comme la réponse est non alors là oui on est dans la merde...
Réponse de le 01/04/2014 à 8:44 :
@Eco,

Bonjour Eco, plusieurs points pour rebondir sur ce que vous dites:

1/ La déflation ne favorise en rien nos exportations, puisqu'ils s’agit d'une baisse des prix a la consommation, pas des couts de productions

2/ Le dollar ne monte pas, au contraire il baisse par rapport a l'euro. Nos produits se trouve alors plus chers a cause du taux de change par rapport au dollar. ce qui un fois de plus pose problème pour nos exportations.

d'autre part la déflation n'est jamais une bonne chose car elle signe le début de l’arrêt de la machine économique. tout le monde anticipe la baisse de prix, donc pourquoi acheter aujourd'hui alors que que demain (et après demain...) sera encore moins cher ? Vous rentrez donc dans une spirale infernale...

Cordialement.
a écrit le 31/03/2014 à 16:44 :
je voudrais savoir comment l'Allemagne fait pour s'en sortir avec ses excédents commerciaux monstres ?
Réponse de le 31/03/2014 à 17:05 :
Elle a supprimé le salaire minimum, petit jobs a mi-temps mal payés, a appauvrit et précarisé un peu plus sa population, et elle produit des grosses berlines réservés a une clientèle aisée qui se moque de payer sa voiture 10 ou 15% plus cher en cas de monté du taux de change de l'euro par rapport au dollar.

Et non, on ne peut pas faire comme eux, car les excédents commerciaux ne peuvent se créer que s'il y a déficit chez les autres. C'est le principe des vases communicants.

l’Allemagne a menée une politique de cavalier solitaire...c''est aussi ça la fameuse solidarité de l'UE dont on nous parle, une guerre économique sans précédent entre les états membres :-)
Réponse de le 31/03/2014 à 17:40 :
mais alors pourquoi en France les gens pensent que ça vient des fonctionnaires ? il sont bêtes ?
Réponse de le 31/03/2014 à 17:43 :
@ Ric : nous on a les 35 heures ce n'était pas idéal, trop de services publics par rapport à l'Allemagne et plus encore aux Etats-Unis, un smic élevé, des rigidités etc 36000 communes qui pourraient être divisées par 5 facilement, trop de départements, trop de sénateurs et députés, trop de réglements etc Avant de dire ce sont les allemands ou l'Europe j'aimerais mieux que l'on vise l'excellence pour servir de modèles et redonner un coup de boost à l'Europe en redevenant un moteur efficace ! Par ailleurs l'Allemagne est en train de ralentir et entre dans une situation démographique plus compliquée donc il faut penser à servir de relai tout comme l'Italie, l'Espagne etc
Réponse de le 31/03/2014 à 17:47 :
l'ump veut copier le modèle allemand mon dieu
Réponse de le 31/03/2014 à 17:49 :
vive l'Europe du dumping social allemand !!!!
Réponse de le 31/03/2014 à 18:12 :
Je plussoie avec Eco. L'Allemagne a mis un smic en place et c'est très shématique de parler de dumping social qui ne concerne qu'une faible part de leurs activités dont la majorité et à haute valuer ajoutée. Mais la propagande FN touche le fond dès qu'il s'agit d'Europe ou d'Allemagne ou d'économie !
Réponse de le 31/03/2014 à 19:15 :
l 'Allemagne n'a pas encore mis de smic. l'allemagne est adapté à l'euro pas la France. la France ne s'adaptera jamais à l'Europe du Sud
a écrit le 31/03/2014 à 16:13 :
Les baisses de prix sont bonnes pour le consommateur... on ne cesse de réduire le pouvoir d'achat et d'augmenter les TVA. A quand l'interdiction du travail et la chasse aux sorcières?
Réponse de le 31/03/2014 à 17:50 :
on va interdire aux gens de travailler et de dire des bêtises sur internet.
a écrit le 31/03/2014 à 16:06 :
Les prix ont étés multipliés par 10 en 14 ans depuis le passage à l'euro et on nous parle de déflation..de qui se moques t on?
Réponse de le 31/03/2014 à 16:46 :
Dons vous n'avez plus de télés, voitures, ordinateurs...
Réponse de le 31/03/2014 à 17:19 :
Vous est sur que çe n'est pas par 100 plutôt.
a écrit le 31/03/2014 à 16:04 :
c'est pas un gouffre c'est du pouvoir d"achat en devenir
a écrit le 31/03/2014 à 16:00 :
Il devrait être possible de faire baisser de 40% l'immobilier ainsi que les loyers de façon mécanique et l'on sauvera l'économie au détriment des rentiers au lieu de s'en prendre aux classes moyennes comme l'on fait depuis 40 ans de déficit continue .
a écrit le 31/03/2014 à 15:33 :
Le cout des logement a augmente de 150% depuis 2000. Il serait temps que la bulle se degonfle, meme si l'effet richesse inverse va faire aussi baisser la consommation des proprietaires.
Réponse de le 31/03/2014 à 17:44 :
je suis sur que vous n'avez jamais lu un livre d'économie
Réponse de le 31/03/2014 à 18:14 :
Non "il était temps" a raison. La hause des logements dans certains villes et qui font de Paris une des villes les plus chères du monde n'est pas tenable. Un peu de déflation qui n'est d'ailleurs par généralisée si l'on prend pays par pays en Europe a du bon.
a écrit le 31/03/2014 à 15:23 :
Puisque l'Europe a besoin d'investisseur qui empruntent pour augmenter ou créer de la production pourquoi les pénaliser en leur faisant payer des intérêts sur leurs emprunts. La BCE plus tôt que de rémunérer les banques avec des taux ridicules n'a qu'a directement rémunérer les emprunteurs investisseur.
a écrit le 31/03/2014 à 14:44 :
Déflation pour les uns, et les autres Carnet de commandes Ferrari, BMW, Mercédes, Jaguar, Complet pour l' année 2014 ?????
a écrit le 31/03/2014 à 14:41 :
Il faut sortir de l' Europe et vite !!!! Les peuples travaillent que pour renflouer les caisses des pays en ruine !!! Nous n' allons pas tarder à prendre l' Ukraine pays ruiné dans notre belle europe !!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 31/03/2014 à 15:21 :
N'importe quoi! Source ? faut arreter de propager des rumeurs et en faire des arguments.
Réponse de le 31/03/2014 à 16:34 :
Je vous invite à visionner les conférences de François Asselineau (www.upr.fr) afin de vous faire une idée sur les tenants et les aboutissants de cette escroquerie que représente l'UE et l'euro.
Réponse de le 31/03/2014 à 17:24 :
Exactement, allez voir les images de ceux qui se vautres à Bruxelles, qui vivent grassement de leur indemnités !!!!! L' Europe nous emmène à la ruine !!!!
Réponse de le 31/03/2014 à 17:56 :
Ah encore de la propagande du FN ou d'Asselineau ou de Poutine contre l'Europe. Ce n'est pas parce qu'il y a un % assez limité de profiteurs à Bruxelles comme partout qu'il faut démanteler l'Europe qui a mis 50 ans à se construire et alors que c'était très souvent pire avant et que l'on ne réprésente plus rien dans le monde sans l'Europe ni l'euro. Moi je suis pour la rénovation de l'Europe mais pas son démantèlement et pour la conservation de l'euro, évidemment. C'est mieux que la monnaie argentine, vénézuelienne, ukrainienne, voire russe etc
Réponse de le 31/03/2014 à 17:56 :
Ah encore de la propagande du FN ou d'Asselineau ou de Poutine contre l'Europe. Ce n'est pas parce qu'il y a un % assez limité de profiteurs à Bruxelles comme partout qu'il faut démanteler l'Europe qui a mis 50 ans à se construire et alors que c'était très souvent pire avant et que l'on ne réprésente plus rien dans le monde sans l'Europe ni l'euro. Moi je suis pour la rénovation de l'Europe mais pas son démantèlement et pour la conservation de l'euro, évidemment. C'est mieux que la monnaie argentine, vénézuelienne, ukrainienne, voire russe etc
Réponse de le 31/03/2014 à 17:57 :
Ah encore de la propagande du FN ou d'Asselineau ou de Poutine contre l'Europe. Ce n'est pas parce qu'il y a un % assez limité de profiteurs à Bruxelles comme partout qu'il faut démanteler l'Europe qui a mis 50 ans à se construire et alors que c'était très souvent pire avant et que l'on ne réprésente plus rien dans le monde sans l'Europe ni l'euro. Moi je suis pour la rénovation de l'Europe mais pas son démantèlement et pour la conservation de l'euro, évidemment. C'est mieux que la monnaie argentine, vénézuelienne, ukrainienne, voire russe etc
Réponse de le 31/03/2014 à 17:57 :
Ah encore de la propagande du FN ou d'Asselineau ou de Poutine contre l'Europe. Ce n'est pas parce qu'il y a un % assez limité de profiteurs à Bruxelles comme partout qu'il faut démanteler l'Europe qui a mis 50 ans à se construire et alors que c'était très souvent pire avant et que l'on ne réprésente plus rien dans le monde sans l'Europe ni l'euro. Moi je suis pour la rénovation de l'Europe mais pas son démantèlement et pour la conservation de l'euro, évidemment. C'est mieux que la monnaie argentine, vénézuelienne, ukrainienne, voire russe etc
Réponse de le 31/03/2014 à 17:58 :
Ah encore de la propagande du FN ou d'Asselineau ou de Poutine contre l'Europe. Ce n'est pas parce qu'il y a un % assez limité de profiteurs à Bruxelles comme partout qu'il faut démanteler l'Europe qui a mis 50 ans à se construire et alors que c'était très souvent pire avant et que l'on ne réprésente plus rien dans le monde sans l'Europe ni l'euro. Moi je suis pour la rénovation de l'Europe mais pas son démantèlement et pour la conservation de l'euro, évidemment. C'est mieux que la monnaie argentine, vénézuelienne, ukrainienne, voire russe etc
Réponse de le 31/03/2014 à 19:22 :
C'est pas parce que vous répétez 4 fois les mêmes mensonges qu'ils deviennent des vérités. L'UE est un désastre démocratique, économique et social et il n y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.
Réponse de le 31/03/2014 à 23:38 :
@ECO
"L'UE est un désastre démocratique, économique et social", vous avez raison, parce que l'UE est néo-libérale, c'est l'UE des banquiers, des lobbies...Ce n'est pas pour autant qu'on doit la disloquer, même si parfois la tentation est grande. Les risques sans l'UE me semblent encore plus grands. Le siècle dernier a trop subi les conséquences d'une Europe divisée, autoritaire, revancharde...
Réponse de le 01/04/2014 à 10:44 :
Faut arrêter avec le slogan "l'europe c'est la paix". Nous avons tout le contraire devant nos yeux. L'UE est un ensemble de pays aux intérêts divergeants dominée par un fédérateur extérieur (les US) comme disait De Gaulle. Mais réveillez-vous bon sang ! dans peu de temps il sera peut-être trop tard.
a écrit le 31/03/2014 à 14:32 :
Les prix montent mais certains parlent de déflation... surréaliste...
Réponse de le 31/03/2014 à 15:10 :
les prix montent ? Lesquels ? Statistique au doigt mouillé ? C'est sur que votre vue globale géographiquement et sur toute les familles de produit est reconnue !
a écrit le 31/03/2014 à 14:25 :
Hahaha:
en février, hors alimentation, tabac et énergie, l'inflation de la zone euro se situait à 1 %

L'inflation hors inflation en sommme! Bande d'escrocs
a écrit le 31/03/2014 à 14:17 :
taux d'intérêt quasiment nul et monnaie aussi abondante que possible, et les prix baissent. La théorie quantitative de la monnaie ne fonctionne plus. L'euro n'y est pour rien, pas plus que le dollar. Seules des réformes structurelle faites par les gouvernements pourraient y faire.
Réponse de le 31/03/2014 à 15:12 :
monnaie abondante en Europe ? Je ne crois pas non...vous devez confondre avec les US.
a écrit le 31/03/2014 à 14:12 :
Qui a dit que la déflation est une mauvaise chose? Imprimer, imprimer, imprimer! Vous ne savez faire que ça!
Réponse de le 31/03/2014 à 16:39 :
La deflation...c'est l'arret de la machine economique. Vu que les prix baissent tout le monde attend demain pour acheter car c'est moins cher. Et vu que le landemain les prix ont effectivement baissés...pourquoi ne pas attendre encore un peu plus ? Et voila, tout s'arrete
Réponse de le 31/03/2014 à 18:17 :
Ric l'Europe n'est pas le Japon. Ceratins pays consomment encore quand d'autres s'arrêtent, les cycles sont différents et il y a renouvellement des biens. Un peu de déflation est bénéfique.
a écrit le 31/03/2014 à 13:59 :
Comme nous sommes les seuls sur la planète à ne pas faire tourner la planche à billets, y'a encore quelqu'un de surpris..??
Réponse de le 31/03/2014 à 16:17 :
C'est un bête problème de vases communiquant !
a écrit le 31/03/2014 à 13:52 :
L'Europe se montre d'une efficacité redoutable ! Et ce n'est pas faute d'avoir été averti par les partis anti liberaux qui contestaient l'austérité à tout va ! Quand ca sera trop tard (déjà peut être !) on accusera les gouvernements pour leur manque de rigueur. On entend tellement de raisonnements d épiciers : surtout il faut pas s'endetter, on ne peut dépenser que ce qu'on gagne, on ne doit pas laisser de dettes à nos enfants. A croire que les économistes européens ont géré des épiceries (sans succès surement) ou les comptes du ménage....
a écrit le 31/03/2014 à 13:47 :
vive l'euro !!!
a écrit le 31/03/2014 à 13:31 :
on voit bien que le problème de la France, ce n'est pas la droite ou la gauche mais l'euro.
Réponse de le 01/04/2014 à 9:13 :
Non le problème de la france c'est les français
a écrit le 31/03/2014 à 13:28 :
Avec des indices non truqués on n'aurait pas ce genre de préoccupation,mais il semble que tous concourent à pousser la BCE à la roue et faire un petit QE....
a écrit le 31/03/2014 à 13:23 :
C'est trop beau. Du pur enfumage 40 ans d'age. Heureusement que nos dirigeants ont la solution : LA CROISSANCE. Avec ça je fais tout !! Même repousser les cheveux. Bon je ne sais pas si à la fin du processus de reprise de la croissance positive il restera beaucoup de poulets, bâtons d'encens et bougies.
a écrit le 31/03/2014 à 12:51 :
Les japonais en viennent, ils tentent maintenant l' hyperinflation qui est la suite logique des choses ce qui ce conclura in fine par la guerre. Ils sont juste en éclaireur. On fera le même parcours, c' est inscrit dans la pierre.
a écrit le 31/03/2014 à 12:40 :
Je vous rappelle que nos "experts" de la BCE démentaient en fin d'année toute menace déflationniste. Ces faux-jetons croient pouvoir, par leurs mensonges et leurs manipulations, influer sur le facteur psychologique de l'économie. Ils se disent "semons de fausses bonnes nouvelles, le moral des ménages remontera et nous réenclencherons le cercle vertueux de l'économie". Ils se passe la même chose avec l'INSEE-Pinnochio (des menteurs appointés) qui nous explique ce matin (afin de venir au secours de Hollande, leur chef actuel) que le pouvoir d'achat a augmenté en 2013 en France, alors que nous avons été écrasés d'impôts et de prélèvements. MONNAIE TROP FORTE = BAISSE DE COMPETITIVITE ET DES EXPORTATIONS = ACTIVITE ECONOMIQUE EN RECUL + CHOMAGE = DEFICIT BALANCE COMMERCIAL ET GLOBAL = POLITIQUE D'AUSTERITE = BAISSE DU POUVOIR D'ACHAT = DEFLATION. Sortons la France de l'ornière en quittant l'euro pour revenir au SME.
a écrit le 31/03/2014 à 12:30 :
La conférence de presse de Mario Draghi jeudi , voilà l'évènement important à venir de cette semaine et pas le remaniement de François Hollande.
a écrit le 31/03/2014 à 12:25 :
Effectivement, il va falloir dégonfler d'urgence les dépenses publiques, ainsi réformer = durcir fortement les systèmes d'assurances sociaux!
Réponse de le 31/03/2014 à 12:53 :
Bonjour,

ou bien faire tout l'inverse, comme les USA ou l’Angleterre qui dépensent encore plus que nous, d'argent qu'ils n'ont pas, pour relancer leur économie.
L'Angleterre n'a pas signé ce fameux pacte européen de stabilité (règle des 3%). ils sont a presque 8% de déficit (drôle d'austérité n'est-ce pas ?). et personne (Bruxelles) ne leur demande de compte a rendre...
Réponse de le 31/03/2014 à 15:18 :
et donc entrer en spirale récessioniste ?
C'est une bêtise sans nom de vouloir accélérer les coupes dans les dépenses publiques, si tout le monde le fait en même temps, c'est la berezina économique assurée ! (même des libéraux en conviennent)
L'assainissement est à l'oeuvre, mais il faut l'étaler sur un temps long, sinon nous courrons à la catastrophe et à la destruction de nos états sociaux et au délitement social (comme en grèce).
Réponse de le 31/03/2014 à 16:20 :
"L'assainissement est à l'oeuvre" Vous avez vu ça ou ? On a pas commencé l'ombre d'une économie dans ce pays !
a écrit le 31/03/2014 à 12:14 :
Bonjour,

Il me semblait que l'UE devait nous apporter plein emploi, croissance et prospérité...
résultat: http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/noel-2013-appauvrissement-et-145425

Et aujourd'hui s'il nous venait l'idée saugrenue de sortir de cette machine technocratique, nos dirigeants nous promettent l'apocalypse ?

Doit-on les croire une nouvelle fois ?
Réponse de le 31/03/2014 à 12:19 :
l'UE ne comprend toujours pas les difficultés des peuples ! qu'ils attendent le score des européennes ! comprendront ils alors , eux qui sont à l'écart des problèmes et du quotidien des peuples qui s'expriment pourtant !!!!! ouvrons leur les yeux fin mai
Réponse de le 31/03/2014 à 13:03 :
il y a une incompréhension démentielle des politiques et de l'UE! les peuples sont à bout!! qu'ils descendent un peu de leur tout d'ivoire pour voir les immenses difficultés de ceux ci !! une claque MONUMENTALE attend les Européennes!!
Réponse de le 31/03/2014 à 18:23 :
C'est parce-que UE a apporter le plein emploi aux hommes politiques!
a écrit le 31/03/2014 à 12:13 :
perso je ne comprends pas ! car je trouve les produits courant trop chers ! de la qualité presque inabordable - car rare- sinon des chinoiseries "non durables" c'était mieux années 70 et 80 et plus facile pour la classe moyenne ! les galeries lafayette font payer cher mais ils ont la manne des touristes asiatiques et s'en sortent très bien même si la classe moyenne les boude ils ont les riches parisiens.....alors que la tribune cherche la déflation pour les ménages qui ont du mal à boucler les fins de mois ? c'est où ???
a écrit le 31/03/2014 à 12:12 :
Le journaliste devrait se relire... Une déflation qui baisse... - - = +
a écrit le 31/03/2014 à 12:09 :
En déflation qu es ce qui augmente ?
Réponse de le 31/03/2014 à 12:14 :
La pauvreté bien sur...pour les peuples bien évidemment;
Réponse de le 31/03/2014 à 12:52 :
La monnaie. Le pouvoir d'achat des euros des salariés. Mais malheureusement vu le niveau d'éducation moyen, voilà le peuple qui fait tout pour se faire avoir.
Réponse de le 31/03/2014 à 12:52 :
La monnaie. Le pouvoir d'achat des euros des salariés. Mais malheureusement vu le niveau d'éducation moyen, voilà le peuple qui fait tout pour se faire avoir.
Réponse de le 31/03/2014 à 13:04 :
et pour les autres, le fric à outrance!
a écrit le 31/03/2014 à 12:07 :
c'est à dire qu'avec une telle pression baissière sur les salaires ajouté à une monnaie toujours plus forte et aucune barrière à l'importation, on voit mal comment cela ne pourrait être autrement !
Réponse de le 31/03/2014 à 12:17 :
Ah bon ! je trouve tout trop cher du moins les bons produits, la boulangerie française mis à part les chinoiseries à 1 euro non écologiques car non durables !!
manger correctement devient hors de prix / VOYEZ LE CÖUT DE LA BONNE VIANDE et j'en suis à aider mes enfants en achetant fromages français, fruits de saison qu'ils ne peuvent s'offrir ! vous avez dit déflation pour les sucreries
peut être ???
Réponse de le 01/04/2014 à 1:09 :
les produits de qualité ont des prix qui augmentent c'est la grande merde industrielle qui stagne

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :