Face à la baisse des prix, la Banque d'Espagne appelle la BCE à agir

Pour la première fois depuis 2009, les prix à la consommation ont baissé en Espagne, au mois de mars. L’annonce intervient dans un contexte de crainte de déflation en zone euro.
Avec une baisse des prix de 0,3% en mars, la déflation atteint l'Espagne. (Photo :Reuters)
Avec une baisse des prix de 0,3% en mars, la déflation atteint l'Espagne. (Photo :Reuters) (Crédits : Reuters/Sergio Perez)

La "spirale déflationniste" guette-t-elle la zone euro ? C'est ce que craint le gouverneur de la Banque d'Espagne Luis Maria Linde. Avec une baisse des prix à la consommation de 0,2% en mars, selon les premières estimations de l'Institut national de la statistique publiées vendredi, la déflation est en tout cas une réalité en Espagne.

Baisse des prix de l'alimentaire en Espagne

S'il ne précise pas quels produits ont vu leurs prix diminuer, le communiqué de l'Institut insiste sur la baisse des prix de l'alimentaire et des boissons non alcoolisées.

Après plusieurs mois avec une inflation qui oscillait entre 0,3 et 0,1 % depuis novembre 2013, la nouvelle n'est pas surprenante. L'Espagne avait déjà connu une baisse généralisée des prix pendant huit mois consécutifs en 2009.

Risques de déflation en zone euro

Mais cette fois, alors que l'inflation en zone euro atteint péniblement les 0,7% en février, l'inquiétude gagne les couloirs de la Banque centrale européenne, dont l'objectif est de maintenir un taux proche de 2%.

Jeudi, son président Mario Dragui a affirmé qu'il était prêt "à prendre des mesures supplémentaires" pour rehausser l'inflation.

Plaidoyer pour "détendre" la politique monétaire de la BCE

Le gouverneur de la banque centrale espagnole a également estimé que "la BCE [devait] prendre des mesures pour anticiper [la] possibilité" d'une déflation en zone euro, grâce à "une politique monétaire encore plus détendue". Le taux d'intérêt directeur de la banque est déjà au niveau historiquement bas de 0,25%.

Pourtant, Mario Dragui et le patron de la banque centrale allemande Jens Weidmann se sont voulu rassurants et ont jugé que le risque de déflation généralisée en zone euro restait "limité".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 31/03/2014 à 12:45
Signaler
Que la bce intervienne... pour renflouer gratos les banques espagnol...

à écrit le 29/03/2014 à 4:32
Signaler
Une politique des pays du sud imposés par les pays du nord exclusivement sur les impôts et taxes sans AUCUN résultat pèsent d'abord sur les moyens des consommateurs mais également sur le moral de ceux qui peuvent investir c'est à dire la classe moyen...

à écrit le 28/03/2014 à 15:45
Signaler
Autre actualité du jour pour l’Espagne : record historique de faillites en 2013 : http://fr.news.yahoo.com/espagne-record-historique-faillites-2013-130147772.html Attendons avec impatience ce que pourra faire la BCE pour l’Espagne, pas grand-ch...

le 28/03/2014 à 18:51
Signaler
Vous croyez pas qu'ils vont parler des faillites espagnoles ils ont du mal a parler du nombre des notres de faillites. CQFD

à écrit le 28/03/2014 à 15:28
Signaler
essayons la deflation ce pourrait etre une excellente chose pour purger les mauvaises dettes dues a de mauvais invstissements et repartir sur des bases saines......mais faut pas trop rever

le 28/03/2014 à 23:38
Signaler
Oui, surtout dans l'immobilier!

à écrit le 28/03/2014 à 15:18
Signaler
C'est cela, oui, agissons... Oublions au passage que les tombereaux de billets déversés aux USA et en GB ont à peine fait frémir l'inflation de ces pays... Car c'est bien connu : quant à force de chômage, la demande s'effondre attirant les prix à la ...

à écrit le 28/03/2014 à 15:06
Signaler
Je souhaiterais que la BCE ne fasse rien. C'est très bien si les prix ne monte pas plus vite.

à écrit le 28/03/2014 à 14:31
Signaler
Il faut arrêter de jouer à se faire peur ! Un niveau de déflation de -0.2% n'est tout simplement pas perceptible. D'ailleurs, quand les prix sont trop élevés, faut-il se plaindre qu'ils baissent un peu ?

le 28/03/2014 à 23:37
Signaler
Je suis prêt à parier que vous changerez de discours quand votre tas de pierre aura perdu plus de 10 % de sa valeur actuelle...

à écrit le 28/03/2014 à 13:24
Signaler
voilà une bonne nouvelle pour le consommateur . Le consommateur enfin roi face aux aigrefins !

à écrit le 28/03/2014 à 13:06
Signaler
pas de deflation mais ...,les commerces et les usinent ferment les resto sont vides 30% de remise sur les voitures ..7 millions de pauvres et l euros qui a double pas rapport au dollar,on crevera en bonne sante .!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.