L'Union européenne compte 507,4 millions d'habitants

 |   |  347  mots
La France enregistre un taux de natalité de 12,3‰, le deuxième le plus élevé dans l'Union européenne, après l'Irlande. (Photo: Reuters)
La France enregistre un taux de natalité de 12,3‰, le deuxième le plus élevé dans l'Union européenne, après l'Irlande. (Photo: Reuters) (Crédits : © 2009 AFP)
Selon les chiffres publiés jeudi par Eurostat, la population de l'Union européenne a augmenté de 1,7 million au long de l'année 2013. Cette augmentation dépend essentiellement du solde migratoire, mais aussi d'ajustements statistiques.

La population européenne augmente. En un an, dans les 28 Etats membres de l'Union européenne, elle a crû d'1,7 million, s'établissant à 507,4 millions au 1er janvier 2014, contre 505,7 millions un an plus tôt, révèle jeudi l'office statistique de l'UE, Eurostat.

Un accroissement naturel de 80.000 personnes

Si au long de l'année écoulée le nombre de naissances a été pratiquement égal à celui des décès, engendrant un accroissement naturel de la population de 80.000 personnes, le solde migratoire, lui, s'est élevé à 700.000 personnes.

Le reste de l'augmentation est dû à des ajustements statistiques, précise Eurostat. Le plus grand a notamment concerné l'Italie, où les données du recensement ont été comparées avec celles des municipalités, produisant une augmentation de la population enregistrée d'environ 1 million de personnes.

La France deuxième dans le classement du taux brut de natalité

Les bébés nés en 2013 dans l'Union européenne sont 5,1 millions, pour un taux brut de natalité de 10 naissances pour 1000 habitants, inférieur donc à celui de 10,4‰ enregistré en 2012. Les taux de natalité les plus élevés ont été observés en Irlande (15,0‰), en France (12,3‰), au Royaume-Uni (12,2‰), les plus faibles en Allemagne, en Grèce et en Italie (8,5‰ chacun) ainsi qu'en Roumanie (8,8‰).

La plus forte croissance positive naturelle de la population a été également observée en Irlande (+8,5‰), loin devant Chypre (+4,7‰) et le Luxembourg (+4,2‰). Treize États membres ont en revanche enregistré une croissance naturelle négative: la plus forte baisse a été observée en Bulgarie (-5,2‰).

Solde migratoire élevé au Luxembourg 

Quant aux soldes migratoires, le Luxembourg (+19,0‰), Malte (+7,6‰), et la Suède (+6,8‰) enregistrent ceux positifs les plus importants, alors que l'Irlande (-5,6‰), l'Espagne (-5,5‰) et la Grèce (-4,7‰) font état de ceux négatifs les plus élevés.

Au total, la population a augmenté dans quinze États membres, notamment au Luxembourg, à Malte et en Suède. Elle a en revanche baissé dans treize autres Etats, surtout en Lettonie, Lituanie et à Chypre.

A long terme, la population des pays constituant l'UE à 28 a augmenté, depuis 1960, d'environ 100 millions de personnes, passant de 407 millions à 507 millions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/07/2014 à 13:51 :
Bien mais combien d'étranger a l'Europe géographie..... Sa s'est une vrais question.... Il nous faudrait un points de la population étranger par pays.... La France et l'Italie ne sont pas dans les même cas que la Norvège ou la suède .....
a écrit le 16/07/2014 à 10:19 :
des tableaux des chiffres de naissance dèces migration auraient été plus parlant. On aurait ainsi vu que la france a le plus grand nombre de naissance...
a écrit le 10/07/2014 à 18:28 :
Il n'y a pas de quoi en être fiers alors que le nombre de pauvres et de chômeurs ne cesse d'augmenter.
Réponse de le 16/07/2014 à 10:23 :
Ceux sont des chiffres de démographie, quel rapport avec les chômeurs et les pauvres...? Il ne faut pas tout ramener à ces propres priorités et angoisses....Par ailleurs, l'Europe est la zone du monde où les pauvres et les chômeurs sont le moins à plaindre financiérement (bien devant les USA), mais cela est un autre débat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :