Le gouvernement britannique (aussi) veut mieux encadrer les OPA étrangères

Le ministre des Entreprises, Vince Cable, souhaite obliger les acquéreurs étrangers de sociétés britanniques à prendre des engagements fermes sur l’emploi, l’investissement et la recherche. Le gouvernement de David Cameron envisage des pénalités financières en cas de manquements.
Le débat sur les OPA étrangères s'est ouvert au Royaume-Uni au printemps lorsque le géant américain de la pharmacie Pfizer a tenté de prendre le contrôle d'AstraZeneca, faisant craindre des pertes d'emplois importantes.
Le débat sur les OPA étrangères s'est ouvert au Royaume-Uni au printemps lorsque le géant américain de la pharmacie Pfizer a tenté de prendre le contrôle d'AstraZeneca, faisant craindre des pertes d'emplois importantes. (Crédits : reuters.com)

Le « décret Alstom » d'Arnaud Montebourg ferait-il des émules ? Le Royaume-Uni n'envisage pas de veto à un rachat dans un secteur stratégique mais le gouvernement de David Cameron souhaite obliger les acquéreurs étrangers de sociétés britanniques à prendre des engagements fermes sur l'emploi, l'investissement et la recherche. Le débat sur les OPA étrangères s'est ouvert au Royaume-Uni au printemps lorsque le géant américain de la pharmacie Pfizer a tenté, en vain, de prendre le contrôle de son concurrent britannique AstraZeneca, en promettant l'installation d'un centre de recherche à Cambridge, le maintien d'une usine dans le nord de l'Angleterre et de 20% des effectifs de recherche en Grande-Bretagne, sauf si les circonstances évoluaient « considérablement. »

 

« Ce qu'a fait alors le gouvernement, c'est s'engager dans des négociations pour obtenir des assurances. Ce que nous devons faire désormais, c'est nous assurer que lorsque des engagements sont pris, il n'y ait pas de marge de manœuvre » a déclaré dimanche le ministre des Entreprises, Vince Cable à la BBC.

 

Intervention du gouvernement, pénalités financières

Or un autre précédent a laissé de douloureux souvenirs. En 2010, le groupe américain d'agro-alimentaire Kraft s'était engagé à laisser ouverte l'une des usines du britannique Cadbury, mais il était revenu sur cette promesse sitôt l'opération bouclée. La modification de la réglementation nécessiterait sans doute l'adoption d'un nouveau texte de loi, qui pourrait entrer en vigueur rapidement, selon Vince Cable.

 

« Nous pourrions aller vers des pénalités financières afin de faire en sorte que ces engagements soient contraignants (...) Il existe des marges de manœuvre dans les règles existantes et nous voulons parvenir à ce qu'il ne soit pas possible d'y échapper », a fait valoir le ministre. « Il faut un dernier recours dans lequel le gouvernement peut intervenir, peut invoquer l'intérêt général », a-t-il ajouté.

 

L'intervention du politique dans des dossiers impliquant des entreprises est aujourd'hui très limitée par la loi britannique, se cantonnant aux cas où la pluralité des médias ou la stabilité financière sont menacées.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 14/07/2014 à 7:00
Signaler
Tiens tiens, le pays du capitalisme souhaiterai protéger le prêt carrée des entreprise national ..... Un changement qui en dit beaucoup sur les règle de la finance de ce monde.... Oui je crois qu'il nous faut nous protéger car quel est l'efficacité d...

à écrit le 13/07/2014 à 21:05
Signaler
Les Anglais commenceraient-ils à souffrir aussi des pratiques de leur "amis" américains? US GO HOME, même et surtout d'Angleterre, voilà qui n'est pas pour me déplaire.

à écrit le 13/07/2014 à 18:09
Signaler
Quand les Français protègent leurs entreprises ce sont d'affreux communistes. Quand les Anglais, les Américains ou les Brésiliens le font, ce sont juste des patriotes soucieux de protéger l'emploi. Quand arrêtera t on de taper sur la France?

le 13/07/2014 à 20:59
Signaler
Totalement d'accord avec cette analyse.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.