"Une inflation obstinément basse peut gravement nuire à la croissance"

La présidente du FMI Christine Lagarde s'est prononcée pour le maintien de la politique monétaire "accommodante" de la Banque centrale européenne. Elle estime que si elle persiste, l'inflation basse peut "alourdir le poids de la dette".
La patronne du FMI a toutefois présenté comme une bonne nouvelle le fait que l'économie européenne soit en train de commencer à se remettre de la crise. REUTERS/Kevin Lamarque
La patronne du FMI a toutefois présenté comme "une bonne nouvelle" le fait que "l'économie européenne soit en train de commencer à se remettre de la crise". REUTERS/Kevin Lamarque (Crédits : Reuters)

"Une inflation obstinément basse peut gravement nuire à la croissance", a averti Christine Lagarde. Dans un discours prononcé devant la Fondation Robert Schuman à Paris, la directrice générale du FMI a mis en garde contre les risques d'"alourdissement du poids de la dette"

"La politique monétaire doit rester accommodante, pas de manière indéfinie, mais jusqu'à ce que la demande privée se soit complètement rétablie et que la BCE ait atteint son objectif de stabilité des prix", a-t-elle déclaré, dans une allusion à l'objectif d'un peu moins de 2% d'inflation de la BCE.

Une politique monétaire sujet à débat 

La présidente du FMI n'est pas la seule à s'inquiéter des risques de la faible inflation sur la croissance, sa position est partagée par le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer. Membre du Conseil des gouverneurs de la BCE, il a tenu à rappeler début juillet que l'institution située à Francfort était prête "à agir par tous les moyens qui seraient nécessaires si des risques baissiers se matérialisaient".

A contrario, le président de la Banque centrale allemande Jens Weidmann juge les taux d'intérêt de la Banque centrale européenne, abaissés en juin à des nouveaux plus bas historiques, trop bas pour l'Allemagne :

"Il est clair que la politique monétaire, vue d'un point de vue allemand, est trop expansive pour l'Allemagne, trop souple."

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 25/07/2014 à 14:59
Signaler
On joue à Néron, Maximum ou bien Colbert, on confond les genres, c'est la mode à la française? Maximum de chômage surtout au sud!

à écrit le 24/07/2014 à 1:03
Signaler
Nous sommes bons dans la crise, rendons la permanente, on voit ça... Mr l'inflationniste vous attaquez le pouvoir d'achat! Tout va bien Mr la Marquise!

à écrit le 20/07/2014 à 18:46
Signaler
Une inflation basse c'est surtout un manque à gagner pour les politiques forcé d'augmenter les impôts pour se gaver...

à écrit le 19/07/2014 à 12:37
Signaler
On confond toujours "but" et "moyen", la monnaie n'est qu'un "moyen" d'échange et n'a pas pour "but" sa thésaurisation qui en augmente son volume sans création de richesse, risquant a terme de créer l'inflation que l'Allemagne redoute!

à écrit le 19/07/2014 à 12:18
Signaler
madame Largarde dit clairement et crûment a la BCE et donc a l'Allemagne que la politique actuelle est une impasse sociale et économique pour l'euro groupe , sans inflation on privilégie la dette , que cette dernière croissent encore et encore malgré...

à écrit le 19/07/2014 à 3:21
Signaler
En 10 ans et alors que les salaires font du sur place et que les taxes et impôts ne font qu'exploser jour après jour, l'immobilier a juste pris 250%, les prix de l'alimentation ont doublé et sont maintenant tellement élevés que faute d'encore pouvoir...

à écrit le 18/07/2014 à 18:51
Signaler
Il faut qu' ils se les mordent et qu' ils déclarent qu' une économie saine a besoin d inflation pour effectuer les ajustements nécessaires à un budget social.

à écrit le 18/07/2014 à 17:38
Signaler
Et des salaires toujours à la baisse en terme de pouvoir d'achat, ça ne risque pas de nuire à la population. Donc, pourquoi est ce un problème, et surtout pour qui ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.