L'Irlande veut rembourser le FMI en avance

 |   |  409  mots
L'Irlande espère économiser 375 millions d'euros par an...
L'Irlande espère économiser 375 millions d'euros par an... (Crédits : reuters.com)
Dublin voudrait pouvoir emprunter sur les marchés pour rembourser le FMI et faire des économies sur les taux d'intérêt. Mais l'Allemagne ne l'entend pas de cette oreille.

Le ministre des Finances Michael Noonan a entamé ce lundi 8 septembre une grande campagne diplomatique pour obtenir la possibilité de rembourser par anticipation sa dette contractée en 2010 auprès du FMI. Au moment du « plan de sauvetage irlandais », Dublin avait accepté 67 milliards d'euros de la part de l'UE (à l'époque majoritairement le FESF) et du FMI. La part du FMI était de 19,5 milliards d'euros.

Economies prévues

Aujourd'hui, principalement grâce à la « garantie » accordée par la BCE sur ses titres souverains au travers du programme OMT (qui peut déclencher le rachat illimité de ces titres), l'Irlande est revenu sur les marchés financiers. Mais la dette de l'Etat irlandais est encore très lourde (125 % du PIB) et pèse donc encore beaucoup sur le budget du pays. Le gouvernement irlandais s'en passerait bien. Aussi a-t-il fait un calcul simple. Sur les marchés, le 10 ans irlandais est aujourd'hui aux alentours de 1,7 %. A l'inverse, les prêts du FMI ont un intérêt de 5 ans. Dublin est donc tenté de rembourser par anticipation sa dette au FMI par émission de crédit sur le marché.

Dublin espère économiser ainsi 375 millions d'euros par an. Mais pour réaliser cette opération, il faut l'accord de l'ensemble des créanciers de l'Irlande, autrement dit le Mécanisme européen de stabilité (MES), l'Union européenne, la Suède, le Royaume-Uni (qui ont accordés des prêts bilatéraux) et la BCE, qui détient des obligations irlandaises racheté sur le marché. Selon les officiels irlandais, cités par le Financial Times, ce sont les Allemands qui risquent d'être les principaux obstacles à cette procédure.

Réticences allemandes

Au sein du Bundestag, plusieurs élus estiment en effet que l'Irlande n'a pas fait assez de réformes pour voler de ses propres ailes. On est également sceptique sur l'effet de l'OMT sur les taux. Il est vrai que le dégonflement des taux peut paraître bien excessif au regard des niveaux d'endettement des pays jadis sous programme d'aide. Accepter le remboursement anticipé du prêt du FMI, ce serait exposer un peu plus l'Irlande au risque des marchés et, en cas de retournement du marché des taux, s'assurer de la nécessité d'une nouvelle aide garantie par... le contribuable allemand. Les négociations seront donc difficile puisque le gouvernement allemand, pour accepter le « swap » tant à l'Eurogroupe qu'au MES, doit obtenir le feu vert du Bundestag.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2014 à 7:08 :
malin les irelandais! ils font comme les francais... si ca tourne en eau de boudin, les dettes seront ' payees par personne' vu que la bce a donne sa caution...
a écrit le 08/09/2014 à 23:49 :
La question qu'il faudra bien se poser un jour ou l'autre est : que cherche réellement l'Allemagne ?
C'est délirant qu'un pays n'accepte pas le remboursement de dettes par anticipation df'un autre pays.
Réponse de le 09/09/2014 à 7:10 :
les allemands seront RAVIS que l'irelande rembourse quand ca sera possible... pour l'instant ils se contente de vouloir se refinancer aupres de la bce c'est a dire ' de personne'... en clair si ca derouille c'est les autres qui payent ( ca doit d'ailleurs etre pour ca que les francais ont tant de sympathie pour l'irelande)
a écrit le 08/09/2014 à 20:37 :
on ne peut rien faire sans l'autorisation de l'allemagne
on est 28 non?
Réponse de le 08/09/2014 à 22:51 :
Ce sont les premiers contributeurs à l'UE. Aussi, l'UE et le FMI ont accordé un prêt sans conditions alors que l'Irlande pratique un dumping fiscale scandaleux..
a écrit le 08/09/2014 à 19:27 :
Non seulement L'U.E. (donc surtout l'Allemagne) a imposé à l'Irlande le sauvetage de banques privées et lui a collé sur le dos une "dette odieuse", mais maintenant elle fait tout pour qu'elle reste au fond du trou.
Espérons que les écossais vont mettre un bon coup de pied dans ces institutions de malheur...
Réponse de le 08/09/2014 à 19:52 :
tout à fait !
Réponse de le 08/09/2014 à 22:53 :
De quelle dette parlez-vous ?? Chaque pays est responsable de sa propre dette. Si l'Irlande imposait un peu plus ses entreprises, elle n'aurait pas besoin de pleurer auprès des institutions à chacune de ses crises.
Réponse de le 09/09/2014 à 10:35 :
Vous avez 1 000 fois raison Troll ! Avec un impot de 15% sur les sociétés, l'irlande est un cauchemar fiscal qui fait du dumping et fait baisser les recettes des autres gouvernements car les multinationales délocalisent leur siège là bas. L'irlande doit remonter au niveau moyen des autres... et nous créerons petit à petit une convergence pour cesser ces folies de gouvernements qui créent de la déflation fiscale.
a écrit le 08/09/2014 à 19:05 :
ah l'Allemagne, encore une fois, elle n'est pas d'accord.
Sacré teutons, toujours entrain de se croire supérieurs aux autres et tout critiquer en permanence. Qu'ils reprennent leur DM!
a écrit le 08/09/2014 à 18:15 :
L’Allemagne refuse pourquoi ?Peut être du au faite qu'ils savent déjà par calcul que les états d’Europe sont dans l'impossibilité de rembourser donc laisse une parti au caincain n'est peu être pas plus mal...
a écrit le 08/09/2014 à 17:57 :
qu'est ce qu'elle entend de la bonne "oreille" l'Allemagne? jamais d'accord celle là! pourtant en ce moment un parti monte qui porte préjudice à Merkel, l'AFD, 1 parti qui commence à avoir du succès ! ccontre le gouvernement, contre l'immigration de masse, en fait les Allemands commencent doucement à se réveiller....(et les salaires misérables ! )

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :