Après l'Irlande, le Portugal sera le deuxième pays à s'affranchir de l'aide de la troïka

 |   |  449  mots
Le satisfecit de la troïka ouvre la voie au déboursement d'un dernier chèque de 2,6 milliards d'euros, sur un total de 78 milliards versés au Portugal depuis 2011. (Photo : Reuters)
Le satisfecit de la "troïka" ouvre la voie au déboursement d'un dernier chèque de 2,6 milliards d'euros, sur un total de 78 milliards versés au Portugal depuis 2011. (Photo : Reuters) (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Lisbonne a annoncé vendredi avoir conclu avec succès le dernier examen de ses comptes par la troïka. Le gouvernement portugais décidera dimanche de quelle manière il sortira au mois de mai du plan de sauvetage lancé en 2011.

Le Portugal a réussi son examen final. La dernière évaluation de son économie menée par ses bailleurs de fonds internationaux (la "troïka", composée du Fonds monétaire international, de l'Union européenne et de la Banque centrale européenne) a été conclue avec succès, a annoncé le gouvernement portugais vendredi.

Les sacrifices des Portugais ont eu un sens

Le pays est ainsi en passe de devenir la deuxième économie sous assistance de la zone euro (après l'Irlande) à s'affranchir de son plan d'aide internationale, dont il devrait sortir dans le courant du mois de mai. Le vice-Premier ministre Paulo Portas s'en réjouit :

"La douzième évaluation a été surmontée, ce qui ouvre la voie à la conclusion du programme".

"Le Portugal a fait le chemin lui permettant de reconquérir son autonomie financière, ce qui donne un sens et une utilité aux sacrifices consentis par la société portugaise"

Un dernier chèque de 2,6 milliards d'euros

Le satisfecit de la "troïka" ouvre la voie au déboursement d'un dernier chèque de 2,6 milliards d'euros, sur un total de 78 milliards prévus par le plan de sauvetage accordé au Portugal en mai 2011 en échange d'un programme de rigueur et de réformes.

La sortie de ce plan est prévue officiellement pour le 17 mai prochain. Paulo Portas a précisé qu'un conseil des ministres extraordinaire déciderait de la manière dont s'effectuerait cette sortie dimanche, c'est-à-dire la veille de la prochaine réunion des ministres des Finances de la zone euro.

A l'issue de ce conseil des ministres, le Premier ministre Pedro Passos Coelho dira notamment si le pays demandera à ses partenaires européens une ligne de crédit de précaution ou s'il retournera sur les marchés sans filet de sécurité, comme l'a fait l'Irlande en décembre dernier.

Filet de sécurité ou pas ?

Jeudi, Pedro Passos Coelho avait laissé entendre que le pays s'apprêterait à suivre l'exemple de Dublin :

"Nous sommes en mesure de montrer aux Portugais que le chemin parcouru jusque-là nous permet d'avancer par nos propres moyens à partir de maintenant"

Une telle stratégie serait envisageable puisque le Portugal a renoué avec la croissance en 2013 et que ses rendements obligataires diminuent fortement cette année.

Vendredi, la ministre des Finances Maria Luis Albuquerque a toutefois refusé de confirmer l'hypothèse privilégiée par les analystes :

"Au long de ces trois dernières années, nous avons reconquis crédibilité et confiance. Nous avons retrouvé notre capacité à nous financer sur les marchés, condition indispensable à la conclusion du programme, quelle que soit la stratégie de sortie que choisira le gouvernement"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/05/2014 à 20:43 :
Ils nous prennent vraiment pour des attardés !
Il n'y a plus de travail là-bas, les jeunes (et moins jeunes) diplômés ont été poussés par le gouvernement à émigrer.
Pauvre Portugal, il ne s'en sortira jamais !!!
a écrit le 04/05/2014 à 15:38 :
L'europe de L'UMPSCENTRE se moque de nous ,votons! et eliminons ces escrocs avec leur monnaie catastrophique!
a écrit le 04/05/2014 à 11:27 :
WOAW ! C'est génial ! Le patient est mort !


Donc il n'est plu malade, soyons heureux mes chers concitoyens !
a écrit le 03/05/2014 à 17:06 :
Pauvre france le chômage ass rsa caf retraite sécurité sociale fonctionnaires qui travaille impôt
a écrit le 03/05/2014 à 17:00 :
Et la france avec la dette des communes et de l état et de la caisse de dépôt sécurité sociale en faillite chômage trenpeur rsa ass économique retraite fonction public ou va ton
a écrit le 03/05/2014 à 13:42 :
Mensonges et endoctrinement ! européistes pourris qui mettent à genoux les peuples, les uns après les autres dans la misère et le désespoir! HONTE à eux !
a écrit le 03/05/2014 à 13:02 :
Mensonges! la troika dirige ces pays ou regne la misere et la precarite avec le roi euro ,monnaie de tout ces escroc europeistes
a écrit le 03/05/2014 à 6:54 :
Tout est dans le titre
a écrit le 02/05/2014 à 19:22 :
J'espère avoir plus de chance sur ce commentaire que sur le précédent.
Juste pour savoir il vous en reste des infos pareilles bizaremment juste avant les élections, cherchez l'erreur.
a écrit le 02/05/2014 à 18:30 :
le Portugal est en plus mauvais état maintenant. La dette et le chomage ont augmenté à cause des mesures de la troika mais bon c'est pas grave la troika est contente de ça. ABSURDE
a écrit le 02/05/2014 à 18:30 :
le Portugal est en plus mauvais état maintenant. La dette et le chomage ont augmenté à cause des mesures de la troika mais bon c'est pas grave la troika est contente de ça. ABSURDE
a écrit le 02/05/2014 à 18:30 :
le Portugal est en plus mauvais état maintenant. La dette et le chomage ont augmenté à cause des mesures de la troika mais bon c'est pas grave la troika est contente de ça. ABSURDE
a écrit le 02/05/2014 à 18:30 :
le Portugal est en plus mauvais état maintenant. La dette et le chomage ont augmenté à cause des mesures de la troika mais bon c'est pas grave la troika est contente de ça. ABSURDE
a écrit le 02/05/2014 à 17:34 :
1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 318,703 milliards d’euros, soit 175,1% du PIB.
2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2069,216 milliards d’euros, soit 132,6 % du PIB.
3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 213,631 milliards d’euros, soit 129 % du PIB.
4- Irlande : dette publique de 202,920 milliards d’euros, soit 123,7 % du PIB.
5- Chypre : dette publique de 18,442 milliards d’euros, soit 111,7 % du PIB.
6- Belgique : dette publique de 387,159 milliards d’euros, soit 101,5 % du PIB.
7- Espagne : dette publique de 960,676 milliards d’euros, soit 93,9 % du PIB.
8- France : dette publique de 1925,292 milliards d’euros, soit 93,5 % du PIB.
9- Royaume-Uni : dette publique de 1460,975 milliards de livres sterling, soit 90,6 % du PIB.
Merci à Pierre Jovanovic (Eurostat publie les chiffres de la dette publique du quatrième trimestre 2013)
Réponse de le 03/05/2014 à 9:46 :
Ne l'oublions jamais, l'Allemagne pas très loin, avec une dette publique de 2000 milliards d'euros soit 85% du PIB. (critères de convergence : 60%).
Réponse de le 04/05/2014 à 12:06 :
il y a-t-il une dette privée? quelle est-elle? celà signifie quoi de nos économies?
merci de l'éclairage

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :