Activité du secteur privé : baisse en France, croissance en l'Allemagne

 |   |  389  mots
Dans le secteur manufacturier en France, l'indice PMI a diminué à 47,6 contre 48,8 en septembre.
Dans le secteur manufacturier en France, l'indice PMI a diminué à 47,6 contre 48,8 en septembre. (Crédits : reuters.com)
La croissance de l'activité privée s'est légèrement renforcée en octobre dans la zone euro atteignant 52,2 points en octobre, selon l'indice PMI publié par le cabinet Markit. La France est à la peine avec des signaux négatifs en matière d'évolution des prix notamment.

En très légère croissance en octobre dans la zone euro, la situation du secteur privé reste fragile. L'indice PMI des services et industrie (composite) du cabinet Markit publié jeudi 23 octobre, est ainsi passé de 52 à 52,2 points au mois d'octobre, deux points au-dessus de la barre de 50 séparant les zones de contraction et d'expansion de l'activité

Mais cela "masque une réalité plus inquiétante", note l'économiste Chris Williamson du cabinet Markit:

"La croissance du volume des nouvelles affaires ralentit et s'inscrit à un niveau proche de la stagnation, tandis que le repli du volume du travail en attente s'accélère, entraînant une réduction des effectifs pour la première fois depuis près d'un an."

Les mauvais résultats français

La France subit une contraction de l'activité dans le secteur privé accélérée en octobre. Elle affiche son rythme le plus élevé depuis huit mois sous l'effet d'une baisse des commandes des entreprises.

Ainsi, l'indice PMI composite s'est inscrit à 48,0 contre 48,4 au mois de septembre, soit son plus bas niveau depuis février. Dans le secteur manufacturier, l'indice a diminué à 47,6 contre 48,8 en septembre. Les services, qui sont repassés en zone de contraction le mois dernier, ont vu leur indice diminuer à 48,1 après 48,4 en septembre.

En outre, les entreprises interrogées ont fait état d'une baisse de leurs prix de vente, et ce à un rythme sans précédent depuis cinq ans, ce qui alimente les craintes de déflation.

Allemagne: l'effet de rattrapage

L'Allemagne jouit quant à elle de bons résultats mettant fin à une série de déceptions. La croissance de l'indice s'est accélérée en octobre grâce à un rebond dans l'industrie, une évolution de bon augure pour la croissance au quatrième trimestre. L'indice PMI composite est passé de 54,1 en septembre à 54,3% en octobre.

Le secteur manufacturier notamment marque un retournement de tendance avec un indice PMI flash à 51,8 après 49,9 le mois dernier. L'indice des services, lui, a reculé à 54,8 après 55,7 mais reste nettement au-dessus du seuil de 50 séparant contraction et expansion. Pour Chris Williamson, les craintes de récession en Allemagne semblent donc quelque peu exagérées.

Toutefois, ces bons chiffres pourraient être alimentés par un "effet rattrapage" avant tout après des résultats décevant les mois précédents.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2014 à 16:24 :
L'indice pmi est un indice predictif. On ne peut pas affirmer que l'activité s'est contractée en France sur la foi de ce seul indice. Même si c'est certainement le cas.
a écrit le 23/10/2014 à 16:12 :
ls n'ont jamais vu venir quoi que ce soit. Par exemple ils n'ont absolument pas vu venir la décroissance allemande au deuxième trimestre ni la chute de la production industrielle au T3. Bref.
a écrit le 23/10/2014 à 15:04 :
"" La France subit une contraction de l'activité dans le secteur privé accélérée en octobre""
loooooooooool !! c'est hollande qui a dit la semaine derniere qu'il allait acceler, non?
voila, c'est fait!!!!! ;-)))))))))))))))))))

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :