Hongrie : la rue a eu raison du projet de "taxe internet" de Viktor Orban

 |   |  342  mots
Viktor Orban, le Premier ministre hongrois est arrivé au pouvoir en 2010. Son parti a remporté les dernières législatives d'avril 2014.
Viktor Orban, le Premier ministre hongrois est arrivé au pouvoir en 2010. Son parti a remporté les dernières législatives d'avril 2014.
Le Premier ministre hongrois a annoncé qu'il abandonnait son projet de taxe internet "dans sa forme actuelle" alors que les manifestations continuaient de mobiliser massivement. Il a annoncé qu'une consultation aura lieu en janvier prochain sur la question de la régulation d'internet.

Le gouvernement hongrois va abandonner son projet visant à taxer le trafic de données sur internet, mesure à l'origine d'importantes manifestations antigouvernementales depuis une semaine, a annoncé le Premier ministre Viktor Orban, vendredi.

"La taxe ne peut pas être introduite dans sa forme actuelle car le gouvernement souhaite élargir la taxe sur les télécommunications, mais les gens voient cela comme une taxe sur internet", a expliqué Orban sur Radio Kossuth.

"Si le peuple n'approuve pas une chose et si de plus il la considère comme déraisonnable alors elle ne doit pas être faite", a-t-il poursuivi. "Le droit fiscal doit être modifié. Cela doit être retiré".

Au pouvoir depuis 2010, Viktor Orban n'a pas la réputation de craindre les conflits. Son parti, Fidesz (centre-droit), a largement modifié la législation hongroise, nationalisant les avoirs des fonds de pension privés et taxant les grandes entreprises et les banques pour réduire le déficit budgétaire.

"Deux questions"

Le projet d'une taxe sur l'internet a provoqué un large mécontentement public face à la politique menée par le Premier ministre, accusé d'autoritarisme par ses adversaires. Face à la mobilisation, le chef du gouvernement a décidé de faire machine arrière, estimant que ce projet posait "deux questions".

"Il y a la question de savoir ce qu'on peut et ce qu'on ne peut pas faire en matière de régulation d'internet et il y a la question financière d'internet", a-t-il dit.

"Nous devons déterminer où vont les énormes profits générés en ligne et voir s'il existe un moyen pour en conserver une partie en Hongrie afin d'alimenter le budget", a-t-il poursuivi.

Le Premier ministre a annoncé qu'une consultation sur ces deux questions débuterait en janvier prochain.

Le projet gouvernemental prévoyait dans un premier temps de taxer les transferts de données à un taux de 150 forints (48 centimes d'euros) par gigabytes. Face à la contestation, Fidesz avait proposé un système forfaitaire de 700 forints (2,26 euros) par mois pour les particuliers et 5.000 forints (16,14 euros) pour les entreprises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2014 à 16:45 :
En Hongrie ils ont les bains la bière le fois gras et Mr Orban...
a écrit le 31/10/2014 à 12:43 :
je suis ok pour taxer internet en france aussi, pas de raison pour que facebook et google engrangent des milliards tandis que les français crèvent de faim.
a écrit le 31/10/2014 à 12:34 :
Oh punaise ce projet de Taxe hongroise va donner des idées aux escrocs de notre GvT...
a écrit le 31/10/2014 à 12:09 :
A quand la souveraineté dans le numérique? Une mondialisation du web n'est pas une obligation.
a écrit le 31/10/2014 à 11:19 :
Cette idée de taxation au Gb me semble pas si mauvaise. Notre réseau est loin d être aussi efficace qu il le devrait (déploiement très long de la fibre/4g). Cette taxe permet d instaurer une sorte de fair usage: chacun paye pour son utilisation du réseau. Un moyen très efficace pour stopper l optimisation fiscale des google, youtube et cie
Réponse de le 31/10/2014 à 11:38 :
Vous voulez en gros revenir au minitel ou au debut d internet ou on facturait a la duree/volume.
Pire comment vous pouvez savoir qui utilise quoi sur le reseau (car un paquet peut transiter par plusieurs endroit avant d arriver) sans mettre des sonde partout qui vont devoir par definition espionner le contenu (c est un peu comme si la poste devait ouvrir vos lettres pour savoir qui vous les a envoye afin de le facturer)
Et comment vous faites pour les donnees etrangeres qui transitent (il est possible qu un paquet de marseill a dunkerque passe par les USA ...)
Réponse de le 31/10/2014 à 17:42 :
Fb, youtube & co génèrent des MM $ de Ca grâce a la pub
Par l optimisation fiscale ils ne paient que tres peu d impots. Ce serait les prendre a leur propre jeu. Soit vous etes en regle avec le fisc, soit on vous taxe lourdement et arbitrairement
Réponse de le 01/11/2014 à 18:09 :
ben voyons, vos arguements n'ont aucune valeur, le minitel, et pourquoi pas la torche à huile des grottes...et vos insultes provuent que vous avez tort !
oui il faut taxer internet , mais les entreprises privées du net le refusent et veulent garder les milliards de benefs en irland ou dans les paradis fiscaux, sans payer d'impots en france
a écrit le 31/10/2014 à 11:13 :
Le gouvernement essaye de voter une loi et comme le gouvernement est constitué de "pleutres" il change tout de suite d'avis pour avoir la paix sociale et continuer à empocher des salaires et avantages importants tout en diminuant les revenus des français :)
a écrit le 31/10/2014 à 11:01 :
"taxe internet" de Viktor Orban très bien
a écrit le 31/10/2014 à 10:59 :
Hongrie :Taxe internet très bien!
a écrit le 31/10/2014 à 10:41 :
DANS CE PAYS LA C EST PAS CE QU'HONGROIS!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :