Viktor Orban attaque la législation française sur les médias

 |   |  384  mots
(Crédits : latribune)
Le premier ministre hongrois a précisé que si sa loi sur la presse devait être changée, d'autres Etats membres, dont la France, devraient faire de même. De son coté, Laurent Wauquiez calme le jeu.

Attaqué pour sa loi sur les médias, considérée par beaucoup comme liberticide, le premier ministre hongrois n?en démord pas. Tout en défendant fermement sa législation devant des journalistes, jeudi 6 décembre, Viktor Orban a insisté sur le fait que son texte n'était pas différent de ceux d'autres pays membres. "Je défie quiconque de trouver dans notre loi quelque chose qui ne figure pas dans les lois sur les médias des autres Etats membres." Il a cependant précisé que "la Hongrie acceptera toute procédure entamée par l'UE".

"Nous sommes dans l'Union européenne, il y a des règles du jeu", a-t-il ajouté en visant en particulier Paris, Berlin et Copenhague. "Si ce passage de la loi hongroise sur les médias est amendé, alors les lois sur les médias en France, en Allemagne et au Danemark devront également être modifiées, puisqu'il n'y a rien dans notre législation qui ne soit dans leurs lois sur les médias", a-t-il précisé.

Il a estimé que la France et l?Allemagne avaient réagi de façon prématurée et inutile. Il a ajouté que la Hongrie n?avait pas critiqué la loi française permettant de nommer les présidents de l?audiovisuel public par le président de la république.

Pas de surenchère

Interrogé par France Inter, le secrétaire d?Etat français aux Affaires européennes, Laurent Wauquiez, a calmé le jeu. "Je crois qu?il s?agit de ne faire aucune pétition de principe, aucune accusation a priori juste un travail sérieux sur les textes. Cela nous permettra ainsi de voir clairement est-ce que cela pose des problèmes et dans ce cas est-ce qu?on peut les corriger, ou est-ce qu?à l?inverse il n?y a pas de problèmes et les inquiétudes peuvent être levées", a-t-il expliqué.

"Il faut que l?on fasse l?effort de distinguer les questions intérieures qui peuvent se poser pour la Hongrie et leur vocation à assumer la présidence européenne", a ajouté le ministre.

Lire la suite de l'article  Viktor Orban attaque la législation française sur les médias

 

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :