"La BCE utilisera tous les moyens à sa disposition" pour soutenir l'inflation (Draghi)

 |   |  228  mots
La hausse des prix en zone euro stagne à un niveau très faible depuis des mois. En octobre, l'inflation a légèrement accéléré à 0,4%, après 0,3% en septembre, mais reste très éloignée de l'objectif de la BCE.
La hausse des prix en zone euro stagne à un niveau très faible depuis des mois. En octobre, l'inflation a légèrement accéléré à 0,4%, après 0,3% en septembre, mais reste très éloignée de l'objectif de la BCE. (Crédits : reuters.com)
Le gouverneur de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi se dit vendredi 21 novembre prêt à étendre les rachats d'actifs "sans délai indu" si l'inflation reste faible.

Il est "essentiel de rapprocher l'inflation (en zone euro, NDLR) de son objectif" et pour ce faire, la banque centrale utilisera "tous les moyens à sa disposition, dans le cadre de son mandat", a martelé Mario Draghi vendredi 21 novembre lors d'un congrès bancaire à Francfort.

Pour ce faire, le gouverneur de la Banque centrale européenne (BCE) s'est dit "prêt à recalibrer l'ampleur, le rythme et la composition de nos achats (d'actifs) si nécessaire" et ce "sans délai indu".

Ramener l'inflation à 2%

"À court terme, les indicateurs (mesurant les attentes d'inflation) se sont dégradés à des niveaux que je qualifierais d'excessivement bas", a notamment souligné l'Italien, estimant qu'il est devenu "essentiel pour la BCE d'agir et de continuer à agir pour ramener l'inflation à proximité de 2%".

La hausse des prix en zone euro stagne à un niveau très faible depuis des mois. En octobre, l'inflation a légèrement accéléré à 0,4%, après 0,3% en septembre, mais reste très éloignée de l'objectif de la BCE.

Un taux directeur déjà au plus bas

L'institution monétaire de Francfort a abaissé depuis le mois de septembre son principal taux directeur à 0,05%, son plus bas niveau historique, et a déployé depuis juin un vaste arsenal d'outils, comprenant des achats d'obligations sécurisées et de titres adossés à des actifs (ABS), dont elle attend désormais les premiers résultats.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2014 à 19:13 :
C'est un européen qui a le courage de dire que l’Allemagne ne joue pas pour l’Europe mais perso,il faudrait que nos politiciens ouvrent les yeux et arrête de faire les autruches naïves !!!!!!!
a écrit le 22/11/2014 à 9:32 :
L inflation est un droit , sans elle impossibilité à moyen terme de faire de la redistribution sociale . De cela aucun expert n en parle .
a écrit le 21/11/2014 à 14:52 :
Une inflation à 2 % avec gel des salaires, des retraites et des prestations sociales, ils en rêvaient ! Oui ils vont tout faire et oui je consommerai volontairement de moins en moins.
a écrit le 21/11/2014 à 13:01 :
Le saviez vous? Mais avec le "Franc" nous n'avions pas ce problème, l'inflation était toujours d'actualité! La monnaie était un "moyen" d'échange maintenant c'est un moyen d'unification qui devient un "but" soi disant "irréversible"!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :