L'Allemagne se prépare avec nervosité au salaire minimum unique

 |   |  959  mots
La ministre fédérale allemande du Travail, Andrea Nahles, a préparé la loi qui entrera en vigueur au 1er janvier
La ministre fédérale allemande du Travail, Andrea Nahles, a préparé la loi qui entrera en vigueur au 1er janvier (Crédits : reuters.com)
Il ne sera théoriquement pas possible de payer un salarié outre-Rhin moins de 8,50 euros de l'heure à partir du 1er janvier. A l'approche de l'échéance, les employeurs et les syndicats deviennent fébriles .

Dans moins d'un mois, le 1er janvier 2015, le salaire minimum unique au niveau fédéral de 8,50 euros par heure entrera en vigueur. C'est une date symbolique, mais dont la portée est souvent exagérée en France comme en Allemagne. Rappelons que le salaire minimum n'est pas une chose inconnue outre-Rhin.

Depuis une dizaine d'années, il en existe dans de nombreuses branches et ils sont majoritairement au-dessus du niveau fédéral fixé par le gouvernement. Mais il est vrai que certains secteurs de l'économie n'y étaient pas encore soumis et qu'ils étaient souvent différents entre l'ex-RDA et les « anciens Länder » de la République fédérale. Pour les Sociaux-démocrates, ce salaire minimum fédéral est un grand succès.

C'était un point essentiel de la campagne de la SPD en 2013 qui a été imposé aux Conservateurs d'Angela Merkel. Lesquels plaidaient cependant pour une « limite basse de salaire » qui ressemblait beaucoup à ce salaire minimum. Mais il existe encore de nombreuses exceptions.

De nombreuses exceptions

Ainsi ni les jeunes de moins de 18 ans, ni davantage les chômeurs de longue durée (qui devront toujours accepter les fameux jobs à 1 euro de l'heure) ou les travailleurs saisonniers, ne seront soumis à ce salaire minimum.

Par ailleurs, les branches qui avaient des salaires minimums inférieurs à 8,50 euros de l'heure disposeront de deux ans pour s'adapter. Certaines ont décidé de prendre les devants : les bouchers auront 8,60 euros minimum dès octobre 2015, les blanchisseurs 8,75 euros à partir de juillet 2016. Mais la plupart attendront évidemment le dernier moment possible avant de se soumettre à la nouvelle loi, autrement dit le 1er janvier 2017.

Wolfgang Schäuble tente de contourner la mesure

A ces exceptions prévues par la loi, le ministre des Finances Wolfgang Schäuble semble vouloir en rajouter quelques-unes. Ainsi, il a rédigé un décret qui fait polémique et a ému plus d'un syndicaliste outre-Rhin. Ce décret permet aux employeurs, dans les secteurs soumis à mobilité, comme les facteurs ou les routiers, de ne prendre en compte comme temps de travail rémunéré que la durée théorique du travail et non la durée effective.

Dans ces secteurs, il s'agit donc de contourner le salaire minimum en réduisant le temps de travail payé. Les syndicats et les partis d'opposition au parlement, Verts et parti de gauche, ont dénoncé cette manœuvre, mais le gouvernement affirme que les contrôles seront effectués pour éviter les abus.

Problème : les effectifs des contrôleurs, qui dépendent en Allemagne, des douanes, seront réduits de 1.600 personnes l'an prochain. Wolfgang Schäuble applique parfaitement dans son administration l'austérité qu'il préconise comme une doctrine partout ailleurs. Du coup, ils ne seront que 6.500 contrôleurs pour vérifier l'application du salaire minimum dans la première économie d'Europe... Les syndicats ont promis le dépôt d'une plainte contre le décret Schäuble.

Les employeurs inquiets

Il est vrai que les employeurs allemands ne cessent de se montrer nerveux à l'approche de cette date fatidique. Un sondage publié par le très conservateur institut IFO de Munich et réalisé sur 6.300 entreprises révélait voici peu que 57 % de ces entreprises envisageait des « contre-mesures » au salaire minimum.

Ces mesures sont différentes, selon les secteurs. Dans la restauration, 31 % des entreprises veulent augmenter les prix. Dans le commerce de détail, on préfère une baisse du temps travaillé (33 %) et des licenciements (29 %). Dans l'industrie, les licenciements (26 %) sont envisagés, ainsi que des hausses de prix et des baisses de primes (23 % dans les deux cas). Ces résultats dénotent une certaine panique démesurée : selon l'institut DIW, l'impact sur la masse salariale sera en moyenne une hausse de 3 % et elle ne dépassera pas 9 %, selon les secteurs.

Certains secteurs veulent encore des exceptions

Certains secteurs sont très en pointe dans le combat pour des exceptions. C'est le cas de la distribution de presse et des boulangers. Selon Der Spiegel, les chefs des groupes CDU et SPD au Bundestag auraient accepté d'ouvrir des négociations avec ces branches pour discuter de nouvelles exceptions.

En revanche, les compagnies de taxis, très inquiètes, ne peuvent guère compter sur la bienveillance du gouvernement fédéral. Ils ont beau menacer d'une vague de licenciements, voire de passer aux actes, comme cet entrepreneur de Hanovre qui a licencié ses 65 chauffeurs pour ne pas les augmenter, rien n'y fait.

Effet limité sur le plan macroéconomique

Reste à mesurer les conséquences de cette tension. Elles devraient être fort limitées. Les études publiées sont assez contradictoires. Si les « sages économiques » - les cinq économistes qui conseillent le gouvernement fédéral - ont mis en garde sur ses effets, d'autres comme l'institut DIW, ont jugé qu'il serait relativement neutre sur la conjoncture.

Quant aux grands instituts économiques, ils ont alerté en octobre sur la possibilité d'une suppression d'un million d'emplois à cause du salaire minimum. Mais, pour 2015, ils ont prévu une augmentation de près d'un million du nombre d'actifs en Allemagne. Certains secteurs outre-Rhin souffrent en effet de sous-emploi et ne pourront pas, même avec un salaire minimum, se permettre de licencier... Si, en effet, certains emplois seront sans doute perdus ; si certains investissements seront momentanément gelés, la hausse de la consommation et la nécessité d'augmenter une productivité qui avait beaucoup baissé dans les services après les réformes Schröder compenseront, au niveau macroéconomique, les effets négatifs.

Par ailleurs, l'ampleur de cette mesure reste très limitée, comme on l'a vu. Il s'agit donc plus d'un « baroud d'honneur » du patronat allemand, très opposés sur le principe à cette mesure.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2014 à 17:02 :
si l allemagne veut refaire venir les emigres pour travaIllez chez eux il faut qu il sadtapE a un smic europeens n et oui l europe des sacrifices c est aussi pour le patronat allemand???
a écrit le 09/12/2014 à 15:58 :
Quelle honte ce pays qui a redécouvert l'esclavagisme pour s'en sortir, avec 1€/h combien d'heures faut il travailler pour payer son loyer ?
Réponse de le 09/12/2014 à 19:04 :
Quelle honte que vous avez aucune idée comment les job a 1€ fonctionnent.
Je suis allemand (je m'excuse pour mon francais) mais je suis grave étonné combien des francais croivent nencore cette propaganda du gauche. mais bon. je vous souhaite bonne chance.
PS C'est vrai le 1€ job existe mais renseignez vous avant vous raconté une merde pareille.
Réponse de le 09/12/2014 à 22:08 :
déjà parlez-nous sur un autre ton.
Réponse de le 09/12/2014 à 22:18 :
@Henning
si les français ignorent le fonctionnent des jobs à 1€, ce serait bien que vous nous expliquiez comment cela fonctionne. Ce serait mieux que l'agressivité de votre intervention.
Réponse de le 09/12/2014 à 22:25 :
Et bien expliquez donc ce que sont lesjobs à 1€, et pourquoi vous trouvez ça bien. Ça serait plus constructif.
Réponse de le 10/12/2014 à 8:30 :
Cessez de vous faire passer pour un allemand. Un minimum de connaissance de cette langue et de sa construction grammaticale vous permettrait de ne pas commettre ces simulacres d'erreurs. Votre intervention n'enrichit le débat que par votre bêtise dont la mesure laisse entrevoir une idée de l'infini.
Réponse de le 13/12/2014 à 13:27 :
Inutile d'essayer de faire croire que vous êtes allemand. Ils écrivent largement mieux le Français que ce que vous faites... Vous leur faites honte. Quand au travail à 1€, expliquez nous l'avantage... Pour ma part voir qu'en France les petits travailleurs perde de l'argent en bossant par rapport à ceux qui ne travaillent pas et profitent du système, je trouve ça honteux. Même si je suis pour que ceux qui ne travaille pas est des aides, le faites qu'un patron qui soit viré ne cherche pas d'emploi parce qu'il gagne plus en restant au chômage n'est pas normal. Quand a toutes les aides qui existe, beaucoup devrait ne pas exister; comme la prime de noël; les allocations familiales en fonctions du nombre d'enfants (incitant certain à en faire beaucoup dans un pays avec un fort taux de chômage [ a sa création on avait besoin de mains d’œuvre, aujourd'hui c'est alloc devrait être distribuée a ceux qui ne font pas d'enfant]).
Il y a des pistes, mais comment les passer sans froisser ceux qui en profites et surtout ceux qui en ont réellement besoin pour vivre et qui n'en abuse pas.
a écrit le 09/12/2014 à 14:12 :
Pour ceux qui de l ont pas encore compris, la rénumération à 1 euro de l´heure c est le traitement priviligié pour les chômeurs professionnels qu´on veut ainsi « motiver » a se réintégrer dans la vraie vie professionnelle. En plus de cet euro symbolique ils touchent les alloc. chômage auquels ils ont droit plus tous genres de subventions habitation, chauffage, sécu, caisse retraite etc …..
Le mec avec 1 euro de heute s en tire a l ´aise avec 1500 eur par mois ….
Alors renseignez vous avant de raconter des boniements !
Réponse de le 09/12/2014 à 15:19 :
Après renseignement
Après ces 12 mois, le chômeur est considéré comme un chômeur de longue durée et percevra l'"Arbeitslosengeld II", une sorte de revenu minimum d'insertion ou de survie, qui tourne lui aux alentours des 360-370 euros.
Pour les 1500 euros par mois, on en est loin .
Réponse de le 09/12/2014 à 15:30 :
Cela peut paraître juste dans le principe, mais en fait il s'agit d'un emploi subventionné pour des entreprises qui sont censées pratiquer la libre concurrence comme les lois européennes l'exige. C'est tout simplement du dumping social. Ceux qu'on appel "chômeurs professionnels" sont bien souvent des seniors expérimenté qui ont été licenciés pour cause de salaire élevé, puis ré-embauché à prix cassé.
Réponse de le 09/12/2014 à 15:38 :
Vous oubliez également de dire que les gens qui travaillent dans ce cadre avec le Hartz 4 ne cotisent pas pour leur retraite, et les gens qui rentrent dans ce dispositif n'ont que très peu de chances d'en sortir, c'est une trappe à bas salaire
En plus avec la réforme des retraites en 2030, un travailleur indépendant ayant exercé 35 années et gagné 2500 euros brut par mois ne gagnera pas plus que le minimum vieillesse allemand, soit 688 euro par mois. Un salarié ayant cotisé 40 années pour un salaire brut de 2200 euros percevra aussi l'équivalent du minimum vieillesse. c'est formidable le progrès quand même, nous pauvres béotiens devraient montrer plus de gratitudes à nos gouvernants
Réponse de le 09/12/2014 à 19:58 :
et pour environ 3000 euros bruts par mois c'est environ 900 euros de retraite apres 45 ans de cotisation.
Réponse de le 09/12/2014 à 21:41 :
A Hugo-Bas-Rhin : pour sûr il y aura un problème de financement des retraites dans 15-20 ans. Le problème ne sera pas spécifique a l Allemagne mais partout dans tous les pays dits civilisés, même dans ceux qui grâce à leur «colonies» et autres DOM se flattent d un taux de natalité digne d un élevage de lapins.
L Allemagne sera probablement l´un des moins touchés par la pauvreté des vieux en Europe parce que la majorité des allemands d´aujour d hui sont des vrais castors et engrangent leurs provisions ….
Quelque soit le niveau des retraites dans 15 ou 20 ans le système social ne devrait pas changer pour les allemands . Il y aura toujours un socle qu on pourra appeler comme on veux (Grundrente, Sozialhilfe etc.) Ca veut dire que comme c´est la cas aujourd hui le parapluie social fera en sorte que personne ne devra aller mendier sous les porches églises.
Le niveau des retraites francaises actuel (de la sécu) est nettement supérieur aux retraites allemandes (gesetz. Rentenversicherung) pour la simple raison que le système est financé par l emprunt. Je rappelle le déficit actuel francais atteint deja 30 % des rentrées d argent dans les caisses de l état. C est intenable.
Le jour ou le refinancement par l emprunt ne sera plus possible (sortie de l Euro ?) , le systeme va s ecrouler…. Tous les analystes sérieux sont d accords la dessus .
Réponse de le 10/12/2014 à 9:42 :
Reponse a DINGO : Apparament vous ne savez pas ce que c est . les rénumerations a 1 Euro/h. symbolique c est un système pour forcer «en douceur" la reintégration sociale dans un rythme de vie professionnelle, par exemple pour forcer ces gars á se lever le marin pour aller bosser ….
C est réservé pour des boulots très simples, géneralement dans les services publics ou communaux ( balayer les parcs etc ..) là ou la rentabité est secondaire.
Des jobs à un euro dans l industrie, car n existe pas car personne n en voudra.
Les « vieux » qualifiés ne sont pas licenciés, au contraire ! Les employeurs font tout pour les garder même apres avoir atteint l âge légal de la retraite.
C est vrai que certains « vieux » à la demande de leur ancien patron continuent après en temps partiel sur base de 400 eur/mois (pas imposés).
Par ailleurs la majorité des employés à temps partiel sur base 400 Eur/mois le font par ce que ca les arrangent. Femmes à la maison , etudiants, retraités etc..
a écrit le 09/12/2014 à 13:04 :
L'esclavagisme n'a jamais cessé . Il est vrai qu'aujourd'hui il s'est amplifié grâce entre autre au phénomène du chômage.
a écrit le 09/12/2014 à 12:40 :
Quel honte ! ils ont recréés l'esclavagisme payé 1 €/h, il faut travailler combien d'heures pour payer son loyer ? En vérité le taux de chômage est a 12% en Allemagne, 4 a 5 millions d'allemands sont payés moins que le smic français !
a écrit le 09/12/2014 à 12:16 :
le coût du travail a fortement augmenté en germanie au 3e trimestre.
c'est du fait de la démographie ?
Réponse de le 09/12/2014 à 20:04 :
la plupart des salariés en Allemagne ne dépendent plus des accords de branches.
Donc les hausses de salaires ne concernent plus que les salariés de grosses entreprises représentés par de puissants syndicats.
a écrit le 09/12/2014 à 12:10 :
je propose des Jobs rémunéres à 0,99 centimes d´euro pour être plus compétitif que l´Allemagne.
a écrit le 09/12/2014 à 9:16 :
Lisez les réactions des employeurs lorsque les premiers congés furent imposés... Toujours la même rengaine, ça va détruire l'économie, fermer des usines... C'était au XIXème...

Par contre que des gens travaillent à plein temps sans pouvoir en vivre, ça, c'est normal...
Réponse de le 09/12/2014 à 11:30 :
et regardez le nombre de clochards dans les rues à Paris et à Berlin... et demandez vous pourquoi un pays comme la France qui dépense autant dans le social a autant de pauvres ???
Réponse de le 09/12/2014 à 12:08 :
mais qu´attendez-vous pour travailler pour 5-6 euros bruts de l´heure?.
Allez-y en Allemagne!!
Raus, Schnell, Arbeit!!
Réponse de le 09/12/2014 à 12:13 :
le taux de pauvreté est plus élevé en Allemagne depuis quelques années (depuis les fameuses réformes).
Réponse de le 09/12/2014 à 15:02 :
J'ai l'occasion d'y aller réguliérement. Les clochards ne représentent pas les travailleurs pauvres mais ceux qui n'ont plus de travail... Ce sont deux catégories différentes. Mais je comprends, c'est compliqué mon ami. Et la classe moyenne est laminée depuis le début des années 2000 et la Tchatchérisation.
C'est un choix de société, mais pas un modèle à suivre, pour la classe moyenne. Celle qui reflète le niveau de démocratie (mobilité sociale) et l'esprit républicain d'une société.
Réponse de le 09/12/2014 à 21:46 :
Les clochards que vous voyez en Allemagne, ce sont les gars qui ont deja tout depensé les aides sociales qu on leur a versées et qui pemettent de vivre, de se loger, de se chauffer, de s eclairer sans aller mendier !!!
Ce sont des fumistes ou des bandes organisées.
Réponse de le 09/12/2014 à 22:15 :
on pourrait dire la même chose pour ceux qu'on trouve en France.
a écrit le 09/12/2014 à 8:55 :
La France c'est une activité à minima soutenue par une dépense publique non financée et la pauvreté organisée pour les non-fonctionnaires. Le reste est bavardage d'énarques planqués et gavés par les contribuables.
a écrit le 09/12/2014 à 8:43 :
Arrêtez de vous moquer des autres en essayant de laisser croire que notre pays à trouver de bonnes solutions ! Analysez plutôt pourquoi la France n'arrive pas ou ne veut pas s'en sortir économiquement a cause de politiques incompétents en tout sauf en mensonges
Réponse de le 09/12/2014 à 12:59 :
les personnes travaillant pour 1 h continuent de toucher leur chômage en parallèle.
Réponse de le 09/12/2014 à 20:01 :
Bon ,j'habite en Allemagne et les job a un euro sont effectivement déduit de vos indemnisations.
Les jobs a 1 euro sont payés en net . En Allemagne vous pouvez travailler pour 400 euro par mois sans payer d’impôt, en plus de votre activité professionnelle et avec l'autorisation de votre employeur.
Quand vous êtes employé pour 1 Euro vous pouvez être sur que vous ne fichez absolument rien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :