Les entreprises allemandes de plus en plus solides, à l'inverse des françaises

 |   |  237  mots
Comme facteurs de cette évolution positive, l'institut Creditreform cite l'accès facile au financement, la situation favorable des PME et une relative stabilité de la conjoncture.
Comme facteurs de cette évolution positive, l'institut Creditreform cite "l'accès facile au financement, la situation favorable des PME et une relative stabilité de la conjoncture". (Crédits : Reuters)
Grâce à une conjoncture solide et à de bonnes conditions de financement, les faillites des entreprises outre-Rhin ont affiché un recul marqué cette année pour s'établir à leur plus bas niveau depuis 15 ans.

Contrairement à leurs voisines françaises dont les défaillances sont en hausse en 2014, les entreprises allemandes se montrent de plus en plus résistantes. Depuis le début de l'année, 23.800 entreprises allemandes ont fait faillite, soit 9% de moins que l'an dernier, selon les chiffres compilés mercredi 10 décembre par l'institut Creditreform. C'est un plus bas depuis 15 ans, date d'entrée en vigueur de la législation actuelle sur les faillites, relève l'institut.

Comme facteurs de cette évolution positive, l'institut cite "l'accès facile au financement, la situation favorable des PME et une relative stabilité de la conjoncture". Les risques géopolitiques des derniers mois, et notamment la crise en Ukraine, ont certes fortement pesé sur le moral des entrepreneurs mais, "pour le moment, ne se ressentent pas sur la dynamique des faillites", précise Creditreform.

Les très petites entreprises restent les plus touchées

Parmi les mises en faillite, quatre entreprises sur cinq comptaient moins de cinq salariés. L'année 2014 n'a pas connu de faillite retentissante, à l'image d'Arcandor (distribution et tourisme) en 2009, Schlecker (drogueries) en 2012 ou Praktiker (magasins de bricolage) l'an dernier. La plus grosse faillite a concerné cette année l'éditeur Weltbild et ses 6.800 salariés.

Les faillites privées ont pour leur part reculé de 5% à 86.900. "Des salaires en hausse, un faible taux de chômage et une inflation basse ont stabilisé la situation financière des Allemands", explique Creditreform.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2014 à 14:47 :
Pendant ce temps le nombre de fonctionnaires continue d'augmenter sans fin (mais ça n'a pas de rapport...)
a écrit le 12/12/2014 à 13:51 :
La force de l´économie allemande c´est une multitude de PME 200 –500 persones très performantes et tres innovatrices. Ce sont elles qui cartonnent sur tous les marchés d exportation. Les fluctuations du cours du dollar ou de l Euro ne les interessent même pas. Leurs employés profitent directement de leur succès et ils sont superbement rénumérés. Il n y a qu a jetter un coup d œil sur les parkings de voiture devant de telles boites pour ce faire une idée sur les revenus de ces «esclaves à 1 Euro».
a écrit le 11/12/2014 à 19:22 :
Pour créer une entreprise, pourquoi ne pas faire une sécu?
a écrit le 11/12/2014 à 19:01 :
L'entreprise, il semblerait que ça fonctionne en Allemagne... trop d'Etat sans doute. On fait des entrepreneurs d'Etat?
Quand avez vous obtenu des baisses d'impôts... on fiscalise les heures sup et pourtant y a des riches! C'est des quignons de pain!
Pouvez-vous expliquer le pib comment avec le double de fonctionnaires et moins d'actifs occupés on peut comparer notre pib?

Comment expliquer la faible densité de population française la moitié de nos voisins et la désertification sud européenne. Les Etats laxistes nuisent au développement de l'activité... c'est le jabobincrétinisme, la centralisation et les excès administratifs qui empêchent le développement.
Et les français n'ont-ils pas tendance à partir?
Pourtant on entend dire la dolce vita, l'art de vive, c'est des pipos... 400000 espagnols quittent le pays, les salaires baissent, le chômage, on fait de bonnes politiques ou bien une désolation européenne.
Ce n'est pas une ZMO
a écrit le 11/12/2014 à 16:28 :
Pourquoi l'Etat fait-il faire faillite aux entreprises? Pourquoi l'Etat augmente la pauvreté? Pourquoi l'Etat défiscalise les riches et surfiscalise les familles? Pourquoi l'Etat démolit-il le batiment? Pourquoi l'Etat augmente les prix des logements? Pourquoi l'Etat augmente les prix? Pourquoi l'Etat pousse-t-il les français vers l'étranger?
A quand une législative à 500 umpompistes et la sortie du régime foireux qu'on nous sert?
a écrit le 11/12/2014 à 15:32 :
Nous faisons des fonctionnaires, des chômeurs et des pré-retraites... point d'emploi. Quid de la courbe des créations d'entreprises?
Et quid des politiciens qui ne font pas ce pourquoi ils sont élus: on tire sur les français et pas sur les riches... qui sont défiscalisés.
En revanche on déglingue les familles... c'est la haine du genre humain.
On entend tous les jours des gens sans ressources... c'est totalement illégal et contraire au contrat social.
Le déficit qui paye? Maastriche et la dette qui paye? Qui a droit à une subvention? Quel chômeur est radié des listes par un fonctionnaire? Quelle famille est détruite par les drogués d'Etat?
a écrit le 11/12/2014 à 8:56 :
Nous notre armée mexicaine de députés et de sénateurs discutera pendant des mois de l'ouverture des magasins le dimanche créatrice paraît il d'emplois,où des feux de cheminée à Paris...le poids des charges sur le travail ne sert pas qu'au financement du social il sert aussi à nourrir tout les politiciens qui mangent à la gamelle et cumulent les mandats..
Réponse de le 11/12/2014 à 13:21 :
Et des creches dans les mairies
a écrit le 10/12/2014 à 23:41 :
1) des faillites, on ne peut pas conclure que les entreprises allemandes sont plus résistantes dans leur ensemble, 2) on pourrait comparer d'autres années où c'était l'inverse, 3) aucune donnée historique, 4) aucune donnée sur les entreprises françaises, 5) de qui se moque-t-on ?
a écrit le 10/12/2014 à 20:00 :
la grosse difference est dans le taux de marge moyen de ces PME.
Tout juste 15% en France et 35% en Allemagne.
Soit les allemands vendent mieux que les Francais, soit les Francais sont ponctionnés par le Gouv? ou peut etre un peu des deux non ?
Réponse de le 11/12/2014 à 6:47 :
Les impots sont les memes en france et allemagne...ils font mieux car plus spécialisés.
a écrit le 10/12/2014 à 19:43 :
Les entreprises allemandes plus solides !Forcement avec de trés bons taux de croissances ces derniers années tirées par les BRICS la santé des entreprises allemandes pouvaient bien etre là .Pour 2015 la croissance allemande est prévue à 1 % et c'est là qu'on vera la solidité des dites entreprises .Un responsable patronnal français a dit en 2008 '''cette crise serra revelatrice des canard boiteux de notre économies '''.Les allemands n'ont pas encore connus cette situation ils s'en approchent .Rendez vous fin 2015 pour un premier bilan.......
a écrit le 10/12/2014 à 19:38 :
Ils sont telement bons qu'ils travaillent bras nus et sans gants sur un tour .....
Réponse de le 10/12/2014 à 21:46 :
+1, et encorencore, on ne montre pas le bas: le short et les claquettes...
Réponse de le 11/12/2014 à 6:47 :
soyez pas jaloux, oui ils sont meilleurs ...
a écrit le 10/12/2014 à 19:35 :
intérêt sans le nombre d'entreprises crées dans le même temps,............
???
a écrit le 10/12/2014 à 18:22 :
Le désastre industriel français a été initié par Chirac Raffarin Sarkozy Fillon,
et il faut bien kle constater
Hollande Valls Macron font perdurer et aggravent cette situation.
Réponse de le 11/12/2014 à 9:15 :
On peut aller plus loin encore dans le passé. Vous vous souvenez d'un certain tonton ?
a écrit le 10/12/2014 à 17:23 :
les allemands protègent les pmi des grands groupes depuis 40 ans avec un loi sur mesure......et les grands groupes ne les pillent pas, au contraire, eils les entrainent avec eux à l'exprot..... c'est l'inverse ici....... seuls comptent les gros du CAC.... et quelques autres, le reste n'est même pas connu des ministres..... les landers ont aussi protéger les PME et facilité leur regroupement..... epuis 2000.... le résultat est la......
a écrit le 10/12/2014 à 17:00 :
Continue à donner des leçons et a ne pas gérer son budget (recettes = dépenses) ni à diminuer la dette. Mais par contre il explique à tout le monde et surtout aux entreprises qu'elles doivent "faire des efforts" alors qu'elles ont écraser par les taxes et impôts et l'impossibilité de se développer en raison des charges administratives extrêmement lourdes.
a écrit le 10/12/2014 à 17:00 :
Continue à donner des leçons et a ne pas gérer son budget (recettes = dépenses) ni à diminuer la dette. Mais par contre il explique à tout le monde et surtout aux entreprises qu'elles doivent "faire des efforts" alors qu'elles ont écraser par les taxes et impôts et l'impossibilité de se développer en raison des charges administratives extrêmement lourdes.
Réponse de le 10/12/2014 à 18:19 :
qu'il montre son amour pour les entreprises.
a écrit le 10/12/2014 à 17:00 :
L'Union européenne a dressé les bilans décevants de l’exercice 2014. Selon Mario Draghi, la croissance économique dans la zone de l'euro s'est avérée être moins sensible que l’on ne comptait en UE. Et en 2015, il ne faut pas s'attendre aux changements pour le mieux.(!)

Cependant, contrairement aux nombreux pronostics, la BCE n’a pas osé déclarer le passage aux mesures anticrise plus efficaces, y compris l'achat des obligations d'État en grande quantité. Au lieu de cela, on propose aux investisseurs potentiels de se contenter de promesses vagues diffusées par Mario Draghi d’étudier dans les premiers mois de 2015 le succès des programmes stimulants actuels. Et ainsi nous resterons, tous, dans le tunnel en pente, sans voir la lumière au bout du noir pour encores quelques années. Qui vivra, la verra. Ou pas.
a écrit le 10/12/2014 à 16:58 :
Amusante cette nouvelle... nébuleuse ! Cet article ne dit pas combien gagne un ouvrier allemand en moyenne ? 700, 800 euros ? Avec des salaires aussi misérables - le SMIC n'existe pas encore en Allemagne - il est normal que les entreprises fassent moins faillite !
Réponse de le 10/12/2014 à 17:07 :
Idée reçue: les salaires en Allemagne sont en moyenne plus élevés qu'en France notamment dans l'industrie (voir groupe VW par exemple). Mais les charges moins élevées...
Réponse de le 10/12/2014 à 17:21 :
Le SMIC n'existe pas mais cela ne veut pas dire que les ouvriers gagnent moins en moyenne. Quittez ce cliché, SVP!
Réponse de le 10/12/2014 à 17:37 :
En effet il n y a pas de salaire minimum, mais un salarié qualifié avec un bac plus trois dans l industrie gagne 20 % de plus que chez nous avec une formation continue presque gratuite pour lui et avec des logements et un alimentaire beaucoup moins cher faites le calcul...
Réponse de le 10/12/2014 à 19:13 :

Ils gagnent environ 25 % de plus sur le brut et presque 30 % sur le net. Par contre ce peu aussi être moins dans des metier très peu qualifié , mais c rare
Réponse de le 10/12/2014 à 19:22 :
Je confirme. Le logement et l'alimentation, ainsi que ts les produits électroniques sont 20 à 25% moins chers en Allemagne et les salaires en moyenne plus élevés qu'en France.
a écrit le 10/12/2014 à 16:53 :
Ça devrait inspirer notre gouvernement ! Est-il interdit de copier ?
a écrit le 10/12/2014 à 16:47 :
En Allemagne, la loi protège les PME et les ETI des tentations prédatrices des grands groupes américains
Réponse de le 10/12/2014 à 18:22 :
Mais oui c'est clair evident, c'est la faute des yankees : tellement simple de designer des boucs emissaires pour eviter de balayer devant sa porte

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :