Grèce : a-t-on tenté "d'acheter" la présidentielle ?

Un député d'un parti d'opposition affirme avoir fait l'objet d'une tentative de corruption pour acheter sa voix. On lui aurait proposer 2 à 3 millions d'euros pour voter en faveur du candidat gouvernemental.
La Vouli, le parlement hellénique.

On sait combien le gouvernement grec peine à trouver une majorité pour élire son candidat à la présidence de la République et, ainsi, éviter des élections anticipées. Lors du premier tour de cette élection, le candidat gouvernemental Stavros Dimas, n'a obtenu que 160 voix, soit 7 de plus que la majorité parlementaire, mais encore loin des 180 voix nécessaires à l'élection au troisième tour, dernière possibilité d'éviter le scrutin anticipé.

3 millions d'euros pour élire un président

Mais ce vendredi 19 novembre, un député du parti eurosceptique de droite, les Grecs Indépendants, a annoncé avoir été approché par un intermédiaire qui lui aurait proposé 2 à 3 millions d'euros, dont 700.000 en liquide, plus divers autres avantages pour voter en faveur de Stavros Dimas. Ce député, Pavlos Haikalis, a refusé et fournit, pour appuyer ses dires, des vidéos montrant l'approche de cet intermédiaire qui, selon lui, appartient au « secteur de la finance. »

« Spectacle méprisable »

Alors que le porte-parole du gouvernement a dénoncé un « spectacle méprisable », la Commission d'éthique de la Vouli, le parlement grec, s'est saisie de l'affaire. Le nom de l'intermédiaire n'a pas été révélé, mais le secrétaire de Nouvelle Démocratie, le parti d'Antonis Samaras, a accusé cet homme d'être un proche du président des Grecs Indépendants. L'affaire semble donc trouble.

Pas de majorité possible à une voix près

Les Grecs indépendants disposent de 12 députés. Ils ont passé un accord avec le parti d'opposition Syriza pour s'entendre et ne voter pour aucun candidat gouvernemental à la présidence afin de déclencher des élections anticipées. L'ensemble des partis ayant refusé de voter pour Stavros Dimas représente 121 élus, ce qui, pour une voix, empêche toute majorité des deux tiers nécessaire à l'élection de ce dernier.

Elections anticipées si le 29 décembre, aucun président n'est élu

Une chose est certaine : la tension monte alors que l'échéance de nouvelles élections approche. Un deuxième tour du scrutin présidentiel doit avoir lieu le 23 décembre. Comme pour le précédent tour, Stavros Dimas aura besoin de 200 voix pour être élu. Le 29 décembre, un troisième tour se tiendra où 180 voix suffiront. S'il ne les obtient pas, la Vouli sera dissoute. Une perspective qu'Antonis Samaras voudrait éviter. A tout prix ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 29/12/2014 à 21:43
Signaler
Mais qui est ce fameux intermédiaire ? Pour qui travaille-t-il ? Mon petit doigt me dit de regarder à l'ouest, vers son "amis et alliés" depuis 70 ans...

à écrit le 20/12/2014 à 22:00
Signaler
Ce n'est pas de la corruption, c'est du mécénat...

à écrit le 20/12/2014 à 19:08
Signaler
Les voix, ça se vend sur priceminister ?

à écrit le 20/12/2014 à 14:47
Signaler
C'est comme la dictature de Ravez, c'est une question de définition... ou comme l'étatisme, c'est une plaie qui démolit la croissance. C'est comme l'affaire de Pétain et de Gaulle... le second avant d'être héros national fut proscrit. Et si on n'en...

à écrit le 20/12/2014 à 14:07
Signaler
Entre ce qui se passe en Grèce et surtout, ce qui vient de se passer en France concernant le renvoi de Mr Zemmour pour des soi-disant "propos incorrects à la PENSEE UNIQUE" et inquiétants pour la liberté d'expression ; j'arrête mes commentaires où qu...

à écrit le 20/12/2014 à 9:32
Signaler
Evidement et c'est partout pareil sous différentes formes "cash, job, contrat ..." , il faut vraiment être débile pour s'imaginer autre chose, de même que les urnes qui peu affirmer les résultats ! Les politiques sont les marionnettes de l'industrie,...

à écrit le 20/12/2014 à 8:14
Signaler
Coquille "On lui aurait proposer 2 à 3 " proposé

à écrit le 19/12/2014 à 21:36
Signaler
Si je suis grec et fauché et qu'on me donne 2 à 3 millions d'euros pour voter pour le pouvoir en place et contre la sortie de la Grèce de l'euro. Il n'y a pas de problème j'accepte et je me prend les deux ou trois millions d'euros !

le 20/12/2014 à 1:06
Signaler
Comme quoi, y'a des Grecs non fauchés qui pensent néanmoins à leur pays. Ca surprend, c'est sûr...

à écrit le 19/12/2014 à 21:16
Signaler
mais cela reste plausible vue la corruption ,qui règne en Europe.

à écrit le 19/12/2014 à 20:43
Signaler
3 millions, ça doit être des petits joueurs. Ou qui pensent s'adresser à des petits joueurs. Idem pareil, vous me direz. Mettez le paquet, les gars...

à écrit le 19/12/2014 à 19:52
Signaler
Le pire serait que l'on utilise l'argent public des européens pour les enfermés dans un environnement qu'ils ne désirent pas et qu'une minorité leur impose!

le 19/12/2014 à 20:45
Signaler
Eeet... y vient d'où, cet argent, à votre avis. Comme disait ma grand-mère : "Tout homme a ... pardon : "Toujours chercher à qui profite le crime."

le 20/12/2014 à 12:53
Signaler
Mais ça fait plus de deux siècles que l'on est dans ce cas.

à écrit le 19/12/2014 à 19:33
Signaler
Il y a vraiment une évolution en Grèce ! avant on achetait les voix et c'était normal. Maintenant, quand on achète des voix, on le dit, et ça parait anormal. Un vrai progrès !!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.