Grèce : un pas de plus vers de nouvelles élections ?

 |   |  344  mots
Les députés de la Vouli n'ont pas élu de président ce mardi
Les députés de la Vouli n'ont pas élu de président ce mardi
Le candidat gouvernemental à la présidence grecque n'a pas été élu lors du deuxième tour de scrutin. Même s'il progresse, il a peu de chance d'être élu lors du troisième tour lundi.

Sans surprise, le deuxième tour de l'élection présidentielle grecque s'est achevé sans que le parlement, la Vouli, ait pu élire un président de la République. Le candidat du gouvernement, l'ancien commissaire européen Stavros Dimas, n'a pas obtenu les 200 voix encore nécessaires, mais seulement 168. Il faudra donc un troisième tour qui sera décisif et qui se tiendra le lundi 29 décembre. Lors de ce troisième tour, il suffira de 180 voix à Stavros Dimas pour être élu.

8 voix de plus

Un des intérêts principaux de ce deuxième tour était cependant de mesurer la capacité de Stavros Dimas à obtenir lundi ces 180 voix. Lors du premier tour, il avait obtenu 160 voix. Cette fois, il a donc rassemblé 8 voix de plus. Plusieurs députés indépendants ont donc rejoint le candidat gouvernemental, notamment après la promesse d'Antonis Samaras, le premier ministre, d'élargir le gouvernement. On a aussi signalé le ralliement d'un député de la gauche indépendante (Dimar). Mais, pour autant, les chances de Stavros Dimas d'être élu lundi demeurent minimes.

Défections nombreuses nécessaires

131 députés se sont en effet opposés à son élection, soit 12 voix de plus que nécessaires pour bloquer lundi prochain l'élection de Stavros Dimas et déclencher de nouvelles élections. Le camp du non s'est donc effrité, mais il ne s'est pas effondré. En particulier, les deux « maillons faibles » de l'opposition, la droite eurosceptique des Grecs Indépendants (Anel), et Dimar ont fait bloc. Certes, il y a encore 10 indépendants qui ont voté contre Stavros Dimas. Il faudrait cependant qu'ils rejoignent tous la candidature gouvernementale, ce qui semble difficile à réaliser. Ou bien il faudrait des défections nombreuses dans les partis d'opposition, craignant notamment de ne pas retrouver des sièges en cas de scrutin. Mais Dimar, qui serait dans ce cas, vient de passer un accord avec Syriza, ce qui pourrait rassurer certains élus. Bref, les jours de la Vouli actuelle sont comptés. Un nouveau scrutin semble inévitable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/12/2014 à 12:03 :
La Grèce est le père de la démocratie il nous montre les coulisses de nos pays démocrates à savoir la corruption le profit d'intérêt personnel avant celui du peuple et de la nation. Voilà pourquoi je ne vote plus pour les privilèges de certain qui se moquent du peuple
a écrit le 23/12/2014 à 18:24 :
Tout s'achète et tout se vend dans notre merveilleux monde y compris la belle et noble "démocratie" tant adulée par nos élites et journalistes.

Sinon, à part ça, à quand un referendum en Grèce et dans tous les pays européens ?
a écrit le 23/12/2014 à 13:02 :
12 voix de plus en mettant l'argent nécessaire ça se trouve. On en a déjà trouvé 8 en plus, il n'en manque plus que 12.
Réponse de le 23/12/2014 à 13:16 :
Il y en a parfois qui se trompe de bouton!
a écrit le 23/12/2014 à 12:42 :
Il sera élu, tout ceci fait parti du jeu politique, de la capacité à se monnayer ! les députés en place encore pour 2 ans ne vont pas couper la branche sur laquelle ils sont assis. Pour une grande majorité, si il y avait tenu d' élections anticipé, ils perdraient leurs jobs.. faut pas les prendre pour des enfants de choeur.. le vrai compte à rebours pour tout le monde en europe démarre dans 2 ans, là et seulement là, tout va vautrer.
a écrit le 23/12/2014 à 12:35 :
le peuple seul est souverain en la matiere dans sont pays ,, mais les crecs ont bessoin d un gouvernement de gauche afin, de retablir l equilibre des inegalites dans leurs beau pays ;? JE LEUR SOUHAITE DIT ARRIVE???
Réponse de le 23/12/2014 à 12:43 :
ce n' est pas le peuple en cette affaire qui vote.. ce sont les députés en place...
Réponse de le 24/12/2014 à 3:10 :
Ci les députés n'arrivent pas à donner 180 de voies au président le 29 décembre, il aura automatique dissolution de l´assemblée avec des élections législatives. Donc le peuple grec pourra voter.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :