L'Eurogroupe échoue à trouver un accord avec la Grèce

 |   |  367  mots
Jeroen Dijsselbloem, patron de l'Eurogroupe, et Yanis Varoufakis, ministre grec des Finances, se serrent la main à l'issue d'un sommet de l'Eurogroupe.
Jeroen Dijsselbloem, patron de l'Eurogroupe, et Yanis Varoufakis, ministre grec des Finances, se serrent la main à l'issue d'un sommet de l'Eurogroupe. (Crédits : YVES HERMAN)
Les ministres des Finances de la zone euro ne renoncent pas pour autant à poursuivre les discussions en vue d'un accord. Yanis Varoufakis espère aboutir à un compromis à la prochaine réunion prévue lundi.

Les ministres des Finances de la zone euro ne sont pas parvenus à s'entendre avec la Grèce sur une déclaration commune ou sur un moyen de poursuivre les négociations d'ici à leur prochaine réunion, lundi, a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi le président de l'Eurogroupe.

"Nous avons étudié un certain nombre de sujets, dont l'un était l'actuel programme (d'aide internationale", a déclaré Jeroen Dijsselbloem au cours d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion exceptionnelle de l'Eurogroupe.

"Nous avons parlé de la possibilité d'une extension. Pour certains d'entre nous, il est évident que ce serait la meilleure solution mais nous ne sommes pas encore parvenus à un accord à ce sujet. Il nous faut un peu plus de temps", a-t-il ajouté.

Varoufakis espère un accord lundi

Le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a dit de son côté avoir expliqué à ses partenaires européens que le plan d'aide ne fonctionnait pas et ne pas avoir demandé d'extension de celui-ci. Se disant prêt à coopérer avec l'Union européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI), Yanis Varoufakis a émis le souhait qu'un accord puisse être conclu dès lundi.

Des experts du gouvernement grec vont discuter avec leurs homologues de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international et l'Eurogroupe fera le bilan de ces débats lors de sa prochaine réunion lundi.

Le ministre luxembourgeois des Finances Pierre Gramegna s'était auparavant montré relativement optimiste. "Nous nous sommes mis d'accord sur une voie à suivre", a-t-il déclaré à la presse, ajoutant qu'il n'y avait pas eu de conflit pendant les sept heures de réunion.

Tsipras tiendra ses positions

Avant la réunion, le gouvernement formé par Alexis Tsipras après la victoire du parti de gauche anti-austérité Syriza aux législatives du 25 janvier s'était dit prêt à tenir ses positions face à l'Allemagne et aux alliés de celle-ci afin d'en finir avec la tutelle de la "troïka" (Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) et d'obtenir une renégociation de la dette de son pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2015 à 19:57 :
Il en va des pays comme des individus, chacun doit se débrouiller financièrement pour se garder le plus possible la tête hors de l'eau, et pour y arriver, le premier principe à respecter, comme le simple bon sens le dit, c'est de veiller à ce que le degré d'endettement ne dépasse pas les capacités financières d'un individu, pareil ou presque, pour un pays, de façon à le garder sous contrôle. Principe qui même avant 2008, était déjà un problème en Grèce où régnait la fuite en avant, chaque jour qui passait était une victoire. Un des conséquences de l'entrée de la Grèce dans la Communauté, fut, entre autres pour celle-ci, celle de s'imaginer, qu'une fois entrée, (on sait comment et sans qu'on lui torde le bras) dans la cour des grands,de pouvoir vivre à la façon des "grands", sans pratiquement rien se refuser. Bref! la grenouille s'est prise pour le boeuf...on connaît la fin de la fable!
a écrit le 12/02/2015 à 13:40 :
L'Europe est plus préoccupée par l'annexion de l'Ukraine qu'à résoudre les problèmes économique de la zone euro.
a écrit le 12/02/2015 à 10:50 :
Il faut faire intervenir des responsables de l'énergie.
a écrit le 12/02/2015 à 10:30 :
Vous, français, pouvez courber l’échine et baiser les pieds des courageux Grecs qui vous entretiennent grassement. Au-delà de l’ignorance, de l’incompétence et des mensonges gobés par un populo décérébré, voici quelques faits irréfutables... 1) Les Grecs sont plus courageux que n’importe quel français et travaillent beaucoup plus (chiffres OCD à l’appui). 2) La fraude fiscale est nettement moins élevée en Grèce qu’en France car plus de 75 % de la population est fiscalement prélevée à la source, ce qui est loin d’être le cas en France. 3) Proportionnellement à la population, le nombre de fonctionnaires est beaucoup moins élevé en Grèce qu’en France. 4) C’est un psdt français de droite, associé à une banque américaine qui a tut manigancé pour que la Grèce entre de force dans la zone euro. 5) L’ « aide » » à la Grèce n’est rien d’autre qu’un racket permettant à la BE d’engranger un fabuleux trésor de guerre sur le dos des Grecs et à certains états peu reluisants de truquer leurs comptes déficitaires : la Grèce RAPPORTE chaque année des dizaines de millions d’euros à la France qui, de facto, vit aux crochets des Grecs. 6) La dette grecque a triplé depuis l’instauration de l’ »aide » européenne. 7) La Grèce ne reçoit même pas 15 % de l’ « aide » européenne, le reste étant systématiquement et automatiquement détourné au profit de la BCE, de certaines banques peu connues pour leurs pratiques déontologiques (dont, entre autres, une bq française) et de quelques états parasites (dont la France une fois de plus). 8) L’exemplaire Allemagne a une dette de guerre de plus de 100 milliards vis-à-vis de la Grèce. 9) La France, toujours prompte à donner des leçons aux autres, a une dette sept fois supérieure à celle de la Grèce (soit .31 milliards d’euro)s et est totalement infoutue de la rembourser même partiellement. Vous, français, n’oubliez pas de dire « merci » aux Grecs qui vous permettent de survivre dans vos illusions. Pendant ce temps, 1 Grec sur 4 vit avec moins de 20 ( !) euros par mois, les écoles ne sont pas chauffées en hiver (avec des températures qui sont descendues jusqu’à -20 °C cet hiver) et les cours de sport et de gym ont été depuis longtemps abandonnés parce que les enfants s’évanouissent d’inanition. Mais, pendant ce temps, la France continue à engranger des dizaines de millions d’euros chaque année sur le dos de la Grèce et des Grecs. Qui sont les profiteurs, les fraudeurs et les parasites ?
Réponse de le 12/02/2015 à 10:43 :
Il n'y a pas grand chose à répondre à autant de bêtise et de préjugés. Aligner autant de choses sans les analyser. ..
Réponse de le 12/02/2015 à 11:03 :
@Aux français donneurs de leçons : vous savez parfaitement intepréter le ressenti de nombre de mes compatriotes
@grec : essayer de vous informer un peu
Réponse de le 12/02/2015 à 11:40 :
Racontez toutes les c.... que vous voulez, récitez bien les leçons de votre endoctrinement et niez la réalité autant que vous voulez. Le fait est qu'aujourd'hui la valeur ajoutée de la Grèce au plan économique n'est pas supérieure à n'importe quelle destination de vacances à bas cout pour tourisme de masse, et que contrairement à l'ile Maurice ou d'autres endroits, ca ne suffit pas à faire fonctionner le pays. La Grèce est en à retomber dans la catégorie des pays en voie de développement et elle est sous perfusion européenne depuis des lustres, elle vit de l'argent que les pays comme le notre veuille bien lui accorder, le minimum c'est de ne pas mordre la main qui vous nourrit
Réponse de le 12/02/2015 à 12:01 :
tous ces arguments sont du complotisme!pour rappel:la productivité française est la plus forte du monde,la croissance est repartie et le chomage stabilisé.le France ne se porte pas mal du tout,merci pour elle!
Réponse de le 12/02/2015 à 12:29 :
@grec et @aux Français :tout ce que dit "Aux français donneurs de leçons" est vrai. Il faudrait un jour vous informer. Pour cette information, il faut la chercher sur Internet et pas gober les mensonges des médias français : pour votre information notre pays concernant la presse est classé très très bas (après le Salvador) si vous ne savez pas pourquoi. Relisez ce que vous avez écrit, et réfléchissez, si c'est vous qui avait transcrit vos pensées ou si ces pensées ne vous ont pas été dictées par les médias !
a écrit le 12/02/2015 à 10:14 :
D'une vue satellite vous comprendrez pourquoi la Grèce et les pays du sud Europe ne pourront jamais se calquer sur le modèle économique des pays du Nord. Les Allemands et autres Hollandais passent leurs vacance en Grèce .. de la à penser qu'ils voient dans les grecs des fainéants profiteurs il n'y a qu'un pas ... que les Allemands ont franchi
Réponse de le 12/02/2015 à 11:32 :
Et quand ils voient "Boboplage" à Paris, ce n'est pas mieux.
Réponse de le 12/02/2015 à 12:13 :
QI<80
a écrit le 12/02/2015 à 9:57 :
Bravo !
Les grecs sont les seuls à avoir des dirigeants qui suivent leur promesses de campagne.
Certains chez nous devraient en prendre de la graine...
Réponse de le 12/02/2015 à 10:02 :
+1000000000
Réponse de le 12/02/2015 à 10:05 :
+99999
a écrit le 12/02/2015 à 9:53 :
Je veux que l on me préte du pognon et le dépenser à ma guise mais je ne veux plus rembourser celui que l'on ma déja prété et que j ai dilapidé !
Réponse de le 12/02/2015 à 10:07 :
C'est bien ce qu' a fait l' Allemagne en "empruntant" 162 Milliards d' Euros qu'elle ne veut pas rendre à la Grèce.
Les grecs n'ont qu'à emprunter autant à l' Allemagne et les rendre dans 70 ans ... ou pas
Réponse de le 12/02/2015 à 12:02 :
"que j'ai dilapidé":non,que la classe politique véreuse a dilapidé
a écrit le 12/02/2015 à 9:47 :
La meilleure solution pour la Grèce serait de sortir de la zone Euro et comme ça de gagner de nouveau sa indépendance monétaire. L'hyperinflation ne devrait pas être un problème majeur, car le tourisme garantit un apport non négligeable de monnaie étranger.
Réponse de le 12/02/2015 à 17:28 :
il faudra 1 million de drachmes pour faire le plein , c'est tout.
a écrit le 12/02/2015 à 8:32 :
Une réunion pour rien, dont tous connaissaient l'issue..et c'est cela que les citoyens ne supportent plus. Les grecs en sont réduits à faire de mauvais procès à leurs soutiens.
a écrit le 12/02/2015 à 8:32 :
Tous les jours à la TV des pubs pour des voitures en leasing nous disent: "un crédit vous engage et doit être remboursé". Allo les Grecs, vous en pensez quoi ?
a écrit le 12/02/2015 à 8:03 :
Les grecs voudraient continuer à dépenser le double de ce qu'il gagnent et effectivement pas beaucoup de gens motivés pour leur prêter
Une bonne faillite ferait un exemple sinon tous les drogués de l'Europe vont arriver àu comptoir
Réponse de le 12/02/2015 à 8:30 :
Il n'y a pas que les Grecs qui veulent continuer à dépenser l'argent qu'ils n'ont pas ...!
Réponse de le 12/02/2015 à 10:09 :
L'allemagne est l'homme fort de l' Europe en ce moment car elle n'a jamais remboursé aucune dette (160 milliards à la Grèce).
Que les Allemands commencent par régler leurs dettes avant de cracher sur ceux qui les ont enrichis
a écrit le 12/02/2015 à 7:47 :
Que les deux personnages sur la photo ont l'air heureux tout plein!
La comédie humaine est un masque de paille face à ce qui arrive.
Le pouvoir est en train d'échapper à qui croyait le tenir solidement.
Que ce soit sur ce front ou sur le front ukrainien, avis de tempête!
Vers 2020 on y verra plus clair: faites vos jeux, rien ne va plus!
a écrit le 12/02/2015 à 7:45 :
il a une jolie echarpe burburries, notre ami communiste!
ca a ete achete avec l'argent prete par la bce? il envisage l'achat d'une echarpe hermes avec l'argent que l'allemagne va lui preter sans remboursement?
Réponse de le 12/02/2015 à 8:11 :
Pouvez-vous simplement vous imaginer que ce monsieur avait une vie professionnelle avant de devenir ministre ?
Réponse de le 12/02/2015 à 8:56 :
Un prof payé avec nos sous lol
Réponse de le 12/02/2015 à 9:57 :
J'ai aussi appris qu'il était testeur de jeux vidéos, et qu'il voulait appliquer la logique de ces jeux d'arcade à l'économie.
Réponse de le 12/02/2015 à 10:22 :
Toujours en France ?
Réponse de le 12/02/2015 à 12:05 :
@@Churchill:oui ,ça rale beaucoup,mais ça profite quand meme de la protection sociale et des services publics de qualité,ainsi que de la liberté d'entreprendre
Réponse de le 12/02/2015 à 12:19 :
Intox habituelle. Néo-liberalisme surjoué par celui qui se prétend au dessus de la plèbe.
a écrit le 12/02/2015 à 7:40 :
Le problème de la Grèce n'est pas uniquement financier, il est aussi lié à l'énergie. Etudiez cet aspect SVP.
Réponse de le 12/02/2015 à 8:48 :
l’énergie dépensée à truander le fisc pour les contribuables et l’énergie à le gaspiller pour le gouvernement
Réponse de le 12/02/2015 à 9:43 :
Bien répondu
+1000
Réponse de le 12/02/2015 à 15:42 :
vous évoquez la situation des français fraudeurs et de la france qui a une dette sept fois supérieure à cele de la Grèce, sans doute. Remboursez votre dette nationale, fraudez moins (la fraude fiscale est bcp plus élevée en france qu'en Grèce où 75 % de la population est prélevée à la source) et travailez plus et mieux (les Grecs travaillent plus que vous, chiffres OCDE à l'appui).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :