Le roman de 2012 : octobre brun pour Marine Le Pen

Hélène Fontanaud, journaliste politique à La Tribune, imagine en quatre épisodes (à retrouver tous les vendredis de janvier) les événements qui pourraient se produire en octobre 2011, avant l'ouverture de la campagne présidentielle de 2012.

5 mn

Copyright Reuters

Mercredi 26 octobre. Marine Le Pen savourait tous ces petits moments médiatiques. Une forêt amazonienne de caméras, une nuée de micros et une foule de journalistes l'attendaient à l'issue du bureau national du FN. Vêtue du strict tailleur bleu nuit qu'elle s'imposait dans sa campagne présidentielle, elle entama sa conférence de presse par une longue digression sur "l'incurie du pouvoir" face à une panne d'électricité qui avait privé l'Alsace de courant et de chauffage pendant plusieurs heures un samedi soir. "Évidemment, railla-t-elle, Strasbourg n'a pas été touchée et que des petits villages sombrent dans la nuit, c'est un peu dans la logique de la politique suivie depuis maintenant trente ans, cette politique qui consiste à laisser mourir nos campagnes et nos paysans... "

Un de ces curieux journalistes constamment équipés de petites caméras légères se leva : "Madame Le Pen... " "Oui, c'est mon nom", lança la présidente du FN. "Des informations non confirmées... " "Qui ne sont donc pas des informations", asséna Marine Le Pen. Le reporter s'enhardit : "C'est bien pour cela que je vous pose la question ! Avez-vous oui ou non rencontré Nicolas Sarkozy ?" La dirigeante d'extrême droite arbora un large sourire : "Mais plusieurs fois, mon jeune ami ! Pourquoi, vous jamais ?" "Dans quelles circonstances ?" "Quand et où ?" "Avez-vous conclu un accord pour le second tour de l'élection présidentielle ?" Les questions fusaient...

Marine Le Pen ramena le calme, les deux mains levées : "Pas tous en même temps, j'ai déjà rencontré Nicolas Sarkozy, oui. Mais de là à imaginer que le Front national, dont le devoir historique, la mission sacrée, est le redressement de la France, va accepter de se lancer dans des petits calculs d'appareils politiques, pour se ménager des sièges de députés ou même des ministères, c'est mal, c'est très mal me connaître. Je fais aujourd'hui le pari, non seulement d'être présente au second tour de l'élection présidentielle, mais d'être en tête au premier tour. C'est autour du salut national, autour du rétablissement des valeurs d'ordre et de sécurité, que se fera la sortie de cette crise que nous ont imposée des décennies de gabegie financière et de politique immigrationniste." Marine Le Pen reprit son souffle. Un texto clignotait sur l'écran de son portable. "N'en fais pas trop ! Le Pen." "Merci Dark Vador", pensa-t-elle avec affection.


Vendredi 28 octobre. François Fillon courait à petites foulées. Le parc de Matignon sentait la terre humide et l'herbe coupée. Des gendarmes postés sur les murs entourant le plus beau - mais aussi le plus secret - des jardins de Paris tapaient dans leurs gants pour se réchauffer. Le Premier ministre s'arrêta au pied de l'orme de Lutèce que Lionel Jospin avait fait planter lors de son long passage rue de Varenne. L'arbre avait été malade, à l'image du Parti socialiste français, songea le chef du gouvernement, qui avait mal dormi après le débat qui l'avait opposé la veille à François Hollande sur France 2. Plutôt bien remis de sa défaite aux primaires, le député de Corrèze avait littéralement taillé en pièces tous les arguments de François Fillon.

Le Premier ministre soupira, le point de côté était lancinant. Son téléphone sonna. C'était Nicolas Sarkozy. La voix n'était pas bonne, l'humeur non plus : "J'ai eu Villepin... C'est cuit. Il veut y aller." "En même temps Nicolas, on s'y attendait, non ? Mais il ne fera pas beaucoup de voix, on l'a asphyxié, littéralement étouffé en lui prenant ses derniers grognards." François Fillon sourit en pensant au titre de "Libération", au lendemain de l'arrivée de Jacques Le Guen et François Goulard au gouvernement, en septembre : "Villepin : et maintenant sainte Hélène ?" Nicolas Sarkozy toussota : "Oui, bon, c'est peut-être vrai mais ça s'agite de tous les côtés, et Marine Le Pen, Marine Le Pen..." "Eh bien ?" s'inquiéta François Fillon. "Eh bien, elle veut nous faire la peau, j'ai bien compris son calcul, elle veut un 21 avril à l'endroit et à l'envers, elle nous tricote patiemment son affaire, la fille à Le Pen, son rêve, c'est de tout faire péter et, si des crétins comme Villepin, Borloo, Hulot se mettent de la partie, eh bien j'irai à la pêche avec Ségolène Royal en juin, tiens ! Je vais même finir par la trouver sympathique la dame du Poitou ! Parce que l'autre fille à papa, merci hein !"


Dimanche 30 octobre.
Les feuilles mortes crissaient sous les pas. Le givre disparaissait peu à peu, conférant un éclat automnal au jardin anglais du domaine de Rambouillet. Devant la chaumière aux coquillages, deux officiers de sécurité avaient pris place, lunettes de soleil et oreillettes de rigueur. Le grésillement des ordres qui leur étaient donnés parvenait jusqu'à Marine Le Pen, qui ne s'impatientait pas pour autant. "On doit aller à la laiterie de la Reine", lâcha un des Cerbère. "Mais Madame Bruni-Sarkozy n'a pas encore accouché !" plaisanta la présidente du Front national. Elle nota que les policiers s'étaient détournés pour ne pas afficher une quelconque réaction. Marine Le Pen haussa les épaules et suivit docilement ses guides.

Devant le pavillon royal, le moteur d'une longue voiture sombre tournait. La portière s'ouvrit quand la dirigeante d'extrême droite s'approcha. Nicolas Sarkozy, mine renfrognée, s'extirpa avec une difficulté certaine du véhicule. "Un problème ?" s'enquit Marine Le Pen, pourtant totalement indifférente. "Un lumbago, grimaça le chef de l'État. On dirait que j'en ai plein le dos... Bon allons-y !"

Le musée avait été fermé, sur ordre élyséen. Marine Le Pen s'immobilisa devant la sculpture "Amalthée et la Nymphe". "C'est étrange que vous m'ayez donné rendez-vous dans une des résidences de Marie-Antoinette", sourit-elle. "Si ça vous amuse de faire des comparaisons, souvenez-vous que ceux qui ont guillotiné Louis XVI et la reine ont fini eux aussi la tête tranchée !" répliqua Nicolas Sarkozy. "Je vous trouve bien vindicatif", reprit la présidente du FN. "Passons plutôt aux choses sérieuses. Je vous le dis tout de go : il n'y aura pas d'accord, même en sous-main, pas même de message codé avant le premier tour de l'élection. C'est après le premier tour qu'éventuellement nous discuterons." "Et de quoi bon Dieu ? s'emporta Nicolas Sarkozy, j'ai besoin de savoir maintenant quelles sont vos intentions." "Mes intentions ?" Marine Le Pen faillit s'étrangler de rire : "Mes intentions ? Mais elles sont très simples : je veux le pouvoir. Le pouvoir, c'est tout." Ses propos résonnèrent métalliquement dans le salon de marbre désespérément froid et vide.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 56
à écrit le 27/01/2011 à 10:23
Signaler
la suite d'octobre brun sera encore plus intéressante: le referendum sur l'Europe promis par le FN. La France a voté non à la « Constitution européenne » (ramassis de revendications en tous genres jusqu?à la pèche à la sardine) mais cela a été igno...

le 28/01/2011 à 9:06
Signaler
Effectivement, les 4 600 ronds de cuir de Bruxelles ne connaissent pas la crise. Extrait du Point.fr : "Le jour où le gouvernement irlandais annonce un plan d'économies de 15 milliards d'euros, et alors que le Portugal est paralysé par une grève géné...

à écrit le 27/01/2011 à 8:17
Signaler
La situation économique s'aggrave de jour en jour et l'inquiétude gagne progressivement l'ensemble des couches sociales de notre pays et du reste du monde. Nicolas Sarkosy et sa clique ne contrôlent plus grand chose et ce manque de maîtrise de la sit...

à écrit le 26/01/2011 à 8:21
Signaler
je pense que mr sarkosy devrai quitte le pouvoir car 70 pourcent de francais ne le veule plus

à écrit le 25/01/2011 à 14:40
Signaler
Octobre brun, quel augure?, j'ai lu dans ces colonnes q'il faudra choisir entre la peste et le choléra!, et bien je pense que, comme tout les citoyens sont désormais vaccinés par les quantités de vaccins de Bachelot à eu la bonté d'acheter, ils ne ri...

à écrit le 24/01/2011 à 18:11
Signaler
Il y a GRAND danger : la seule chance de Sarkozy pour 2012 , c'est de se retrouver face à Le pen ; entre la peste et le choléra ...cette fois je déchirerai ma carte d'électeur !

le 25/01/2011 à 12:24
Signaler
Pas de souci, NS ne sera pas au 2ième tour de l'election présidentielle ! Lui & son gouvernenent ont perdu toute crédibilité ! Il risque fort de gerer les affaires courrantes cette année et l'an prochain, avant de ceder la place! Oubliez NS, il app...

à écrit le 24/01/2011 à 10:24
Signaler
MLP a un discours qui se rapproche plus des conversations en "privé" que de celles censurées, édulcorées, filtrées des politiques qui sont par conséquent TRES loin de la réalité.... de ce fait, ils parlent presque comme des "Bizounours" !!!

le 24/01/2011 à 16:24
Signaler
A force de mentir aux Français et de ne pas leur tenir le langage de la vérité, 70 % des Français ont perdu confiance dans les dires de Nicolas Sarkozy (voir le dernier sondage sur sa capacité à gérer les problèmes du G20). L'UMPS dans son ensemble m...

le 24/01/2011 à 17:23
Signaler
@Eiffel ! Ne revez pas trop ! MLP fera sans doute un score meilleurs que son père ! Mais de là à étre élue, il y a un pas que ne je franchirai pas ! Elle ne peux remporter l'éléction ! Tous de droite, ceux de gauche, du centre, des verts, des ultra...

le 24/01/2011 à 18:57
Signaler
Sans oublier la pression de tous les médias qui outrepasseraient leur devoir de réserve et de neutralité pour appeler à ne pas voter FN.. comme la dernière fois... c'est bizarre, mais leur comportement anti-FN n'a pas été sanctionné à l'époque..?. c'...

le 25/01/2011 à 1:04
Signaler
Doute, ne restez pas dans le doute, les Français n'ont plus peur et Marine Le Pen vogue sur une vague de fond qui est profonde et va submerger l'UMPS qui ment aux Français et leur cache la vérité et notamment sur les finances catastrophiques du pays....

le 25/01/2011 à 12:14
Signaler
@Eiffel, L' état catastrophique des finances et du pays !! C'est un secret de polichinel. Personne n'est dupe ! Dans un mois dans un an, nous aussi nous passerons sous la coupe du FMI! Et nous aussi, nous devrons restructurer notre dette. D'autre p...

à écrit le 24/01/2011 à 0:17
Signaler
2012 patriote

à écrit le 23/01/2011 à 12:04
Signaler
Octobre brun, c'est quand même beaucoup. Et après tout, Sarko n'a que le retour de manivelle de 2002 qu'il mérite sur la droite populiste.

le 23/01/2011 à 13:10
Signaler
Le terme droite populiste est à bannir et à remplacer par nouvelle droite. Pour ce qui est de M. Sarkozy et de l'UMPS, il est vrai qu'ils se payent la tête des Français au point que ces derniers s'en aperçoivent maintenant !

le 23/01/2011 à 20:11
Signaler
Populiste n'est pas une insulte, simplement un courant de pensée qui est souvent de bon sens face aux élites bien éloignés des réalités.

à écrit le 23/01/2011 à 10:26
Signaler
Tout amusant et rafraichissant soit ce texte, il n'en réduit pas pour autant le risque. Nous allons probablement voir fuser toutes les formes de dénigrement et de ridiculisation du FN durant les prochains mois, mais malgré l'avertisssement de 2002, c...

le 23/01/2011 à 11:22
Signaler
Le FN dénonce tous les abus éhontés de l'UMPS et propose une alternative de gestion crédible avec plus de justice sociale et notamment en accordant la préférence nationale aux chômeurs français. La France est le seul pays au monde à pratiquer la préf...

le 23/01/2011 à 11:36
Signaler
Voilà un typique message du premier cercle.... Les problème posé de l'absence de gestion UMPS est a peu près le bon, d'où l'audience du FN, mais la réponse apportée ne l'est pas.. Comment peut-on un instant croire que le FN saurait mieux gérer la Fra...

le 23/01/2011 à 17:05
Signaler
Oui, rentier de la politique,Le FN, lui ne vit que grâce à des dons de particuliers,et sachez que l'UMPS vit très bien des subventions qu'elle s'accorde grassement, qui par ailleurs disons le, sort de notre poche (contribuable oblige). dans ces cond...

le 23/01/2011 à 21:57
Signaler
Cher Sépharade, je déduis de votre remarque que le FN aimerait bien taper dans la caisse également pour équilibrer ses comptes, car ce n'est pas faisaible autrement ? Ai-je dit que je respectais l'actions des autres ? Non ! Donc comment voudriez-vous...

le 25/01/2011 à 14:20
Signaler
Bonjour le rentier de la politique, Je respecte votre point de vue,et je ne me fais pas d'illusion si un jour le FN venait au pouvoir, son financement, j'en suis persuadé serait assuré avec notre argent. A part Eva Joly, je ne vois qui d'autre dans l...

à écrit le 23/01/2011 à 5:13
Signaler
Le texte est un peu trop caricatural en general - un peu trop "guignolesque"! Mais ca se lit bien... Et c'est drole :) Donc j'aimerais lire la suite des que possible... "Mes intentions ? Mais elles sont très simples : je veux le pouvoir. Le pouvo...

le 23/01/2011 à 16:22
Signaler
La suite le week-end prochain.

à écrit le 23/01/2011 à 2:19
Signaler
On aime ou on n'aime pas, c'est quand même bien écrit... Cela dit on voit bien venir la suite et la fin (quelqu'un l'a dit) : Marine passe le premier tour et se ramasse au second, et c'est sans doute ce qui arrivera... Car la France, sous son bonnet ...

à écrit le 22/01/2011 à 14:09
Signaler
Hormis le titre que je remplacerais par "Octobre bleu, blanc, rouge" le scénario est réaliste et montre la détermination d'une femme appelée par les faits et l'Histoire pour sauver la France du déclin et du désespoir. Nul doute que cette étoile monta...

le 22/01/2011 à 18:49
Signaler
Triomphante, astre mort de l'UMP et du PS ? S'ils sont si mort pourquoi les gens préfèrent-il voter même si c'est pour élire quelqu'un PS ou de l'UMP (qu'il soit compétent ou incompétent) plutôt que pour un candidat issu d'un parti aux idées extrémis...

le 22/01/2011 à 19:38
Signaler
Qui parle de se mettre à dos la communauté internationale ? La réalité est toute autre. Des liens de coopération étroits seront au contraire noués et la France connaîtra un rayonnement qu'elle a perdu depuis la mort du général De Gaulle. Vous n'avez ...

le 22/01/2011 à 22:48
Signaler
De Gaulle était un bon militaire, pas un bon politicien, et le FN n'est certainement pas composé de Gaullistes, ou alors des gaullistes qui n'ont rien compris (il n'y a plus de gaulliste, certainement pas aux FN). De plus, de Gaulle correspondait plu...

le 22/01/2011 à 22:53
Signaler
En vérité, je ne saisis pas la finalité des politiques du FN. De ce que j'en ai compris, d'après Mme Le Pen, il faudrait instaurer une sorte de politique isolationniste (le terme n'est sans doute pas exact, mais poussé à l'extrême, c'est l'idée) : ta...

le 23/01/2011 à 9:24
Signaler
Vos réflexions sont intéressantes mais attention, avec le bilan désastreux de l'UMPS et les 1600 milliards de dettes, la France est en situation de faillite et des mesures urgentes doivent être prises. Nul doute que le projet du FN comporte de petits...

le 23/01/2011 à 16:18
Signaler
tout et n'importe quoi, la corruption institutionnalisée, vraiment du n'importe quoi, si vous avez entendu Marine Le Pen, c'est tolérance zéro sur le sujet!. Lorsque vous dites: la France est un moustique dans le monde d'aujourd'hui; oui tout à fait ...

le 23/01/2011 à 17:41
Signaler
Car vous êtes convaincus que le patriotisme, un patriotisme aux inquiétants reflets de nationalisme, sera l'égide protégeant le pays de toute corruption ? La corruption va changer de main, je vois ça gros comme une maison. La corruption est déjà une ...

le 24/01/2011 à 3:31
Signaler
En 2012 continuez à voter pour l'UMPS pour en prendre encore une bonne dose et pour être bien sûr que la France fasse jeu égal avec les pays du tiers monde. Si vous ne mesurez pas l'étendue du désastre avec une immigration-invasion qui ne laisse aucu...

à écrit le 22/01/2011 à 14:04
Signaler
Heureusement que la réalité dépasse la fiction et que la moralité de nos politiques nous intéresse bien plus que leur look pour ne pas accorder de crédit à des contes pour enfant.

à écrit le 22/01/2011 à 13:28
Signaler
Il existe des sociétés de portage salarial pour voyants. Vous devriez en contacter une . Et n'oubliez pas votre boule de cristal. Je ne crois pas que Sarko se représente, il fait nous faire un coup à la Poutine où il sera le 1er ministre du Prési...

à écrit le 22/01/2011 à 12:28
Signaler
Il était une fois deux filles à papa Marine et Martine qui ne pensaient qu?à ça : Du texte? du texte? du texte? et encore du texte. Pas besoin de prétexte, le contexte suffisait ou s?y prêtait? Elles se disputaient un trône qu?elles n?occuperont jam...

à écrit le 22/01/2011 à 11:05
Signaler
Ah bon, et ou avait vous lu que Marine allait se faire teindre les cheveux en Brun?, le blond lui va si bien.!

à écrit le 22/01/2011 à 10:49
Signaler
Sinon vous avez de la chance de pouvoir être payé pour écrire ce genre de truc sans intérêt aucun.Je vais changé de métier moi.

le 22/01/2011 à 11:48
Signaler
Ce "genre de truc" comme vous dites est rarissime dans notre production. Mais certains lecteurs ont l'air d'apprécier. Quant à changer de métier, encore faut-il pouvoir justement "écrire" ce type d'article (et n'importe quel article d'ailleurs). Mais...

le 22/01/2011 à 14:59
Signaler
il est normal que les journalistes traitent tous les sujets c'est la liberte d'expression -

le 22/01/2011 à 15:19
Signaler
Liberté d'expression ? ! Que faites vous des millions de Français muselés et écartés de toute représentation nationale depuis 25 ans? Ca vous a chagriné?

le 22/01/2011 à 19:13
Signaler
Tss. Je n'aime pas le persiflage, surtout sans fondements. Le texte est bien écrit, quoique dans un style très académique. Mais surtout, il permet au journaliste de donner son avis, ou sa "perception" des choses si l'on veut utiliser un terme en acc...

le 22/01/2011 à 21:05
Signaler
Moi, ce que je hais , ce sont les journalistes qui tente d'influer sur le vote des citoyens par des procédés pernicieux et déloyaux ; cette ambiance en noir et blanc , le choix des mots , l'utilisation de l'adjectif "brun" ne sont pas le fait du hasa...

le 22/01/2011 à 21:15
Signaler
La liberté d'expression n'existe pas en France, ni ailleurs. Chacun parle dans son intérêt et tout le reste ce n'est que du theatre

le 22/01/2011 à 23:48
Signaler
Absolument d'accord. D'où l'intérêt de l'éducation, et de la casuistique apprise en français - ce n'est pas pour rien que français et philosophie, au bac même en S, sont des coefs 4. On devrait, à mon humble avis, mettre plus l'accent sur le danger e...

le 24/01/2011 à 13:35
Signaler
Je ne voulais pas vexer La Tribune,si je viens sur ce site c'est que ça m'intéresse quand même ! Mon commentaire se voulait critique sur CET article là,où il est prété à MLP des comportements et des mots présumés.C'est de la mauvaise foi pour lavage ...

à écrit le 22/01/2011 à 10:42
Signaler
Sarkozy ne se représentera pas; Fillon prendra une gamelle à 14%.MLP fera 30 % ce qui secouera le monde et c'est Ségolène qui sera élue Elle aura promis un nouveau référendum sur la constitution européenne et instaurera la proportionnelle intégrale ...

le 22/01/2011 à 11:39
Signaler
ahahah ça fait du bien de rire un coup :)

le 23/01/2011 à 16:20
Signaler
Permettez moi de rire avec vous.

à écrit le 22/01/2011 à 10:04
Signaler
Politique fiction ou pas ,rarement lu quelque chose d'aussi stupide; vous avez déjà vu un parti politique qui ne vise pas le pouvoir? Si le sens de l'Histoire va vers le FN alors il accédera un jour au pouvoir . Et vous n'y pourrez rien .

à écrit le 22/01/2011 à 9:56
Signaler
Comme dans toute patisserie, il faut une dose de Sel, je suis certain qu'il faudrait une bonne dose de FN à notre politique actuelle "trop sucrée"

à écrit le 22/01/2011 à 9:30
Signaler
J'avoue ne pas tres bien comprendre cette "fiction".. pourquoi "Octobre brun" si ce n'est de connoter cet adjectif à la peste brune.. lourd et stupide.. mais il faut rester "politiquement correct".. Quant à la conclusion "le pouvoir" .. les autres p...

à écrit le 22/01/2011 à 9:08
Signaler
Et c'est ainsi qu' à la fin possible de cette histoire fiction le souhait de Marine le Pen se réalisa au premier tour de la présidentielle face à une classe politique déconcertée, sauvait in extremis au deuxième tour par un peuple fier et intelligen...

à écrit le 22/01/2011 à 9:07
Signaler
"...un des cerbère(s),Madame..." Et à force de lieux communs, pas très inspiré l'Octobre brun....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.