A quoi pense Nicolas Sarkozy pour 2011, année pré-présidentielle

 |   |  902  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le chef de l'État joue la discrétion pour mieux élaborer son plan de reconquête, notamment grâce à sa présidence du G8 et du G20. A gauche aussi, l'élection présidentielle de 2012 est dans toutes les têtes.

«Plus que quelques jours semaine et on passe à autre chose. » Ce responsable de l'UMP ne cache pas son soulagement alors que s'achève une des années les plus difficiles du quinquennat de Nicolas Sarkozy. L'affaire Woerth-Bettencourt, le conflit des retraites, les ratages d'un été sécuritaire, les records d'impopularité dans les sondages, un remaniement essoufflé sont autant de pages noires que la majorité espère tourner pour de bon avant la probable campagne pour la réélection du président sortant.

La ronde des voeux

Lors de ses voeux aux Français, vendredi prochain, puis lors des cérémonies qui se succéderont tout au long du mois de janvier, Nicolas Sarkozy veut essayer de se poser en président « protecteur » face aux dégâts économiques et sociaux de la mondialisation. Et pour appuyer ses efforts, la double présidence française du G8 et du G20 sera un atout de taille.

Priorités internationales

Le chef de l'État a d'ailleurs prévu de tenir une conférence de presse, sans doute le 24 janvier, pour définir les priorités de son action : nouvelle gouvernance mondiale, réforme du système monétaire international et lutte contre la volatilité des cours des matières premières. Nicolas Sarkozy sera à Washington le 10 janvier pour en discuter avec Barack Obama.

Nicolas Sarkozy a prévu aussi d'évoquer la question des financements innovants pour le développement, notamment lors du sommet annuel de l'Union africaine, fin janvier, à Addis-Abeba. Le 27 janvier, le président français participera, pour la deuxième année consécutive, au forum économique de Davos, là aussi pour y détailler ses ambitions pour le G20.

La fiscalité à réformer

Sur le plan national, Nicolas Sarkozy et son éternel Premier ministre, François Fillon, ont placé en tête des priorités pour 2011 une réforme de la fiscalité du patrimoine - destinée en partie à corriger dans l'opinion les méfaits de la loi Tepa de l'été 2007. L'impôt sur la fortune et le bouclier fiscal devraient donc être supprimés pour être remplacés par une taxe sur les revenus du patrimoine.

De la dépendance au chômage

La question de la dépendance, avec le projet de création, à l'horizon 2012, d'une nouvelle branche de la Sécurité sociale, sera évoquée par Nicolas Sarkozy dès le 20 janvier lors de ses voeux - décentralisés - aux professionnels de la santé. La lutte contre le chômage sera aussi un des axes du dernier acte du quinquennat, le chef de l'État ayant promis une décrue en 2011.

Marine Le Pen en embuscade

La partie s'annonce délicate pour Nicolas Sarkozy. S'adressant à la mi-décembre aux parlementaires de la majorité, François Fillon a prévenu que « le front » des adversaires de l'UMP serait « étendu » en 2012. « De l'extrême gauche à l'extrême droite, ils seront tous contre nous et tous contre le président de la République », a-t-il lancé.

Tout l'enjeu pour le chef de l'État repose sur ce double défi : reconquérir le terrain perdu au centre et à droite depuis 2007. À l'extrême droite, Marine Le Pen est déjà en embuscade.

Et à gauche ?

A gauche aussi, l'élection présidfentielle de 2012 est déjà dans toutes les têtes. Voeux de Ségolène Royal en Poitou-Charentes le 10 janvier, voeux de Martine Aubry rue de Solferino le 13 janvier, voeux de François Hollande en Corrèze le 15 janvier... Les présidentiables socialistes sont décidés à ne pas perdre une minute pour essayer de s'imposer en 2011 comme le candidat de 2012. Et cette année sera aussi celle du choix pour le champion des sondages, Dominique Strauss-Kahn. Le directeur général du FMI doit composer avec les attentes de ses camarades français et l'agenda chargé de 2011... et notamment avec la présidence française du G8 et du G20.

"Il a peur"

Le patron des députés UMP, Christian Jacob, a ironisé dans les colonnes du Parisien-Dimanche sur un DSK « en vraie difficulté. Pour être candidat à la présidentielle, il faut le vouloir (...) On a le sentiment qu'il est incapable d'assumer. Il a peur ! » a lancé ce proche du secrétaire général du parti présidentiel, Jean-François Copé. Pour le strauss-kahnien Jean-Christophe Cambadélis, membre de la direction du PS, Christian Jacob a démontré « que l'UMP craint DSK en général et la gauche en particulier ». Les sondages indiquent en effet une probable victoire du candidat de gauche face à Nicolas Sarkozy en 2012. Mais les intentions de vote au premier tour restent alarmantes pour un Parti socialiste pressé de se mettre au clair sur son projet et sur celle ou celui qui va l'incarner.

La course de lenteur des éléphants

Martine Aubry veut tenir le calendrier, en partie conçu pour permettre un atterrissage en douceur à Dominique Strauss-Kahn : élaboration du projet au printemps, dépôt des candidatures aux primaires en juin et compétition à l'automne. Mais Ségolène Royal, la « gazelle » de 2006, a une nouvelle fois pris les « éléphants » de vitesse, en déclarant sa candidature fin novembre. Ce qui pourrait conduire à une accélération du tempo, Martine Aubry étant décidée à ne pas lui laisser le champ libre. Pas plus qu'à François Hollande, qui se prépare pour le mois de mars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2011 à 11:11 :
Le Président ne pense qu'à lui, qu'à ses avantages ! il n'a pas tenu ses promesses sauf pour les ultra-riches un peu comme Bush avec les républicains - il va abandonner l'isf pour taxer davantage les français moyens, ceux qui n'ont pas les moyens de "gruger" ou de profiter de toutes les niches et avantages d'un système fiscal très "complexe" ....
a écrit le 19/01/2011 à 10:19 :
moi je trouve que le president nous mais dans la mouise et pour ne pas me cacher je trouve que marine lepen a des argument plus acrocheur que le president actuelle car pour le momment que c t il fait eeuuuu rien a si on mais des taxe a droite a gauche les prix grimpes de tous les cote alors stope que se soit la droite ou la gauche rien ne bouge alors stop les fauce promesse
Réponse de le 23/01/2011 à 13:15 :
Nicolas Sarkozy peut cesser de rêver, il ne sera plus élu. L'Histoire retiendra de lui le côté bling bling, les gabegies, les affaires, l'hyperendettement de l'Etat, les 5 millions de chômeurs, son incapacité à freiner l'immigration sauvage, la préférence étrangère plutôt que la préférence nationale pour les demandeurs d'emplois, et son amour pour les riches et les très riches.
a écrit le 31/12/2010 à 9:50 :
Le seul moyen de relevement de la France est que notre cher president aille diriger undes pays qui nous concurence, qu'il fasse des promesses comme avant les élections et que le résultat soit a l'inverse de ses dires, les impots n'augmentent pas mais que dire des taxes et autres contributions, des suppressions et reductions d'avantages, mensonges et inderdits sont de riçgueur dans notre fausse democratie
a écrit le 30/12/2010 à 11:03 :
Sarkozy et Fillon devraient penser à partir aussi loin que possible de la France à laquelle ils ont fait suffisamment de mal. Juppé devrait les accompagner; il pourrait leur donner quelques bonnes adresses au Canada. Puisque ayant vécu moi-même dans ce pays que j'aime bien et auquel je ne souhaite aucun mal; il serait peut-être préférable qu'ils aillent tous au ranch de Bush, au Texas (qui se ressemble s'assemble)...Bonne Année, Bonne Santé à Tous...Jean-Claude Meslin
a écrit le 29/12/2010 à 12:53 :

avec toutes les casseroles qu il a depuis 2007 comment peut il se representer
a l'election presidentielle 2012 nous sommes des milliers ... à être des déçus du sarkosiste impossible de revoter pour lui en 2012 un petit conseil à droite si vous voulez avoir une chance en 2012 il faut changer de candidat et surtout ne soyez pas HYPOCRITE ne dites pas c est le meilleur car moi je sais bien ce que beaucoup pense en coulise à UNP . vous avez l'avenir de choisir le candidat de la défaite ou celui de la VICTOIRE !!!!
Réponse de le 29/12/2010 à 15:32 :
Oui mais... faudrait t-il encore que le PS arrive à se trouver un candidat... Entre l'extrême gauche et les différents courants du socialisme, sans compter les verts, c'est le grand écart idéologique. Seul DSK pourrait éventuellement faire face à Sarkozy, mais il est détesté par une partie importante de la gauche et a t-il vraiment envie de se présenter ? Rien n'est moins certain ! Et si c'est un Marine Le Pen - Sarkozy au 2ème tour, ce dernier gagnera à coup sur car la majorité des français n'est pas prête à accepter que le FN dirige la France. Je comprends votre argumentaire et je le partage dans un certain sens, mais stratégiquement, il y a de fortes chance pour que Sarkozy reste le mieux placé en 2012... même si les français n'en veulent plus.
Réponse de le 29/12/2010 à 16:23 :
lilo, pourquoi écarter un 2ème tour PS-Marine et une victoire au final du PS ? On sent bien ça dans le pays, non ?
Réponse de le 31/12/2010 à 10:11 :
il faut faire tres attention aux certitudes "inscrites dans le marbre" ou les pronostiques optimistes il ya 4 ans j aurai été sur que le FN aurait perdu contre le PS ou l'UMP
Aujourd'hui rien n est moins sur les gens en ont ras le bol la classe moyenne française est excédée On est un peuple de latin ce qui veut dire qu on n est absolument pas à l'abri d' un coup de chaud en reaction ...Surtout que Marine Le Pen a un talent pour la réthorique que n'a pas son pére Méfiance donc avec les certitudes ...
a écrit le 29/12/2010 à 8:21 :
Il se demande comment il va faire pour céder la place à Marine LP: poignée de main ou bise ?
a écrit le 28/12/2010 à 21:18 :
Il pense à échapper à la justice comme les 3 présidents précédents. Voilà la seule rupture qu'il aurait du faire avec le passé.
a écrit le 28/12/2010 à 17:26 :
ce qui est grave c'est que a gauche ils sont deja entrain de ce taper dessus. Ils peuvent pas une fois pour toute ce mettre d'accord?
A droite il ne peuve pas remettre sarkosy celui-ci est bien trop détester a présent. Au pire ils peuvent demander a DSK
a écrit le 28/12/2010 à 16:24 :
Salam Hallikoum, chers compatriotes.

C'étaient les voeux aux français du Président Sarkozy en direct du Maroc.
a écrit le 28/12/2010 à 15:56 :
Si j'étais Sarkozy, je laisserais ma place à mon fils.
Réponse de le 28/12/2010 à 21:20 :
tu l'as déjà fait Kim Jong -il
Réponse de le 29/12/2010 à 16:24 :
Damned ! Je suis reconnu !
a écrit le 28/12/2010 à 15:54 :
Si on a encore Sarko en 2012, on aura sûrement David Douillet comme 1er Ministre. Ca c'est chouette.
Réponse de le 30/12/2010 à 11:01 :
Moi, je vois plutôt Rama Yade pour son recul et sa maturité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :