Elections cantonales : ce qu'il faut retenir de ce premier tour

 |   |  1249  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le PS obtient 25% pour ce premier tour des élections cantonales, l'UMP tombe à 16%, le FN décroche quelque 15%. La participation pour le premier tour des élections cantonales françaises a été l'une des plus faibles sinon la plus faible de l'histoire électorale française.

Selon les chiffres du Ministère de l'Intérieur, le PS (Parti Socialiste) a obtenu 25% pour ce premier tour des élections cantonales, l'UMP du président de la république Nicolas Sarkozy seulement moins de 16% et le FN (Front National) 15%.

La participation pour le premier tour des élections cantonales françaises a atteint 55,63% des électeurs inscrits. C'est l'un des taux les plus faibles voire le taux le plus faible de l'histoire électorale française. Il est vrai que ces élections sont les dernières du genre ce qui n'est guère enthousiasmant pour les électeurs et qu'elles n'étaient pas pour une fois couplées avec les régionales. Lors des élections cantonales de 2004, l'abstention avait été de 36,09% au premier tour, et de 33,51% au second tour, et pour celles de 2008, de respectivement 35,12% et 44,53% au second. Le record d'abstention pour des cantonales reste celui de 1988 : 50,8% au premier tour, 52,9% au second.  Les élections européennes de 2009 avaient connu enore pire 59,37% (et 57,24% en 2004).

Traditionnellement, en cas de très faible participation, ce sont les partis dits "extrêmes" notamment le Front National (FN) dont les militants restent mobilisés, qui réalisent de bons scores. Ce scrutin n'a pas échappé à la règle, même si le FN n'était présent que dans 1.400 cantons. Le parti de Marine Le Pen est en mesure de se maintenir dans près de 400 cantons. Et cette situation met l'UMP dans une situation embarrassante. 

La fille de Jean-Marie Le Pen a salué dimanche soir le désir de changement des Français en matière de politique et a appelé à une mobilisation encore plus forte au second tour alors qu'a ses yeux, ce scrutin de "notables" qui favorise les sortants n'est traditionnellement pas favorable à son parti qui ne compte d'ailleurs pour l'instant aucun élu dans les cantons. Elle a stigmatisé la violence qui touche selon elle non seulement les villes mais aussi les campagnes et brandit une nouvelle fois la menace d'une vague d'immigration illégale accrue avec la crise dans les pays arabes notamment depuis l'île italienne de Lampedusa où elle s'est récemment rendue.

Du coup, l'hypothèse, initialement peu vraisemblable, d'un basculement du Sénat à gauche, enjeu indirect majeur de ce scrutin, n'est plus si invraisemblable.

Réponse dans une semaine, le dimanche 27 mars, avec le second tour de ces élections cantonales. Mais déjà, l'ambiance glaciale au QG de l'UMP ne présage pas d'un score honorable en ce premier tour. Le parti de Nicolas Sarkozy affirme qu'il ne faut pas tirer de ce scrutin des enseignements nationaux. Même s'il prend une véritable "claque". D'où un appel à une "très forte mobilisation" pour le second tour lancé ce dimanche soir par le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé. Il veut le maintien au second tour de tous ses candidats qui le peuvent.

Sinon, "il n'y aura pas d'alliance avec le Front National" avec lequel l'UMP dit ne partager "aucune valeur". Même s'il a reconnu que "bon nombre de nos électeurs avaient voté pour le Front National". Un vote dans lequel il n'y a "aucun espoir". Pas question pour autant de "front républicain", à savoir un appel à voter pour le candidat de gauche quand l'UMP a été éliminée au premier tour car "la droite et la gauche, ce n'est pas la même chose".

Le Premier ministre François Fillon a lui aussi réagi, mais par un simple communiqué. "Ce soir, alors que les électeurs se sont fortement abstenus, je ne peux que regretter que les Français ne se soient pas mobilisés pour choisir les élus qui prennent des décisions importantes pour leur vie quotidienne. J'invite chacun à se mobiliser pour le second tour car, dans beaucoup de cantons, rien n'est encore joué. Plus que jamais, la droite républicaine doit se rassembler autour de ses valeurs et de ses projets. J'invite chaque électeur à la responsabilité car notre démocratie locale, loin des postures démagogiques, mérite des élus capables de construire l'avenir des départements".

Le ministre de l'Intérieur et ex-secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant a semblé minorer la défaite du camp présidentiel en affirmant que la majorité avait emporté 32,5% des voix contre plus de 25% pour le PS sans lui ajouter les autres scores de la gauche. Le Modem de François Bayrou a estimé "irresponsable" le non-appel de l'UMP à voter systématiquement contre le Front National.

La gauche joue l'union pour le second tour

Pour le Parti Socialiste (PS), cette victoire demande toutefois confirmation car il a subi quelques échecs, par exemple à Aubagne où il est éliminé dès le premier tour au bénéfice du FN et de l'UMP. Mais plus largement, le PS devra compter avec les bons scores du front de gauche des communistes (7,87%) de Jean-Luc Mélanchon (0,96%) - qui a lancé : "Nicolas Sarkozy reçoit la monnaie de sa pièce de la réforme des retraites. La droite d'en bas a changé de chef" - et avec celui des écologistes (6,96%).

Des contacts et réunions ont eu lieu dès dimanche soir pour tenter de trouver des solutions communes à gauche en vue du second tour. Mais sans le co-président et fondateur du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon qui dénonce la "soirée privée de la péniche" réunissant les dirigeants du PS, d'Europe Ecologie, des Verts et du PCF.
 

Coupant l'herbe sous le pied aux autres ténors socialistes, la Première secrétaire Martine Aubry en tête alors que Dominique Strauss-Kahn est contraint au silence en raison de son poste de directeur général du FMI, le Fonds monétaire international, l'ex Premier secrétaire François Hollande, candidat putatif aux futures élections primaires au PS en vue de la Présidentielle de 2012, a appelé, au contraire de Jean-François Copé, à faire barrage au FN au second tour quitte à voter pour le candidat UMP. Il entend ainsi faire du Parti socialiste le ciment du barrage au Front national, en regrettant au passage la position "ambigüe" de l'UMP.

Cécile Duflot, la leader écologiste, a elle aussi lancé : "nous appelons tous les électeurs à faire barrage au FN", donnant une nouvelle indication de la position que veut afficher la gauche en vue du second tour.

Parmi les personnalités élues au premier tour figurent Bernadette Chirac en Corrèze (pour ce qui est sans doute sa dernière élection) avec 50,05% soit...deux voix d'avance, le Garde des Sceaux divers-droite Michel Mercier a été élu dès ce premier tour dans le Rhône, tout comme Eric Ciotti, le très droitier élu UMP dans les Alpes-Maritimes avec 76,84%. A Hénin-Beaumont, terre adoptive de Marine Le Pen, le FN obtient 65%. Au Nouveau Centre, François Sauvadet en Cote d'Or et Hervé Morin dans l'Eure ont été eux aussi largement élus.

Le nombre départements gérés par la gauche pourrait passer de 58 à 60. Le PS a fustigé la tentative de l'Elysée de lancer des débats par exemple sur l'Islam alors que les Français restent préoccupés surtout par les questions d'emploi et de pouvoir d'achat, mis à mal par la crise. Cela fait penser au fameux "it's economy, stupid" lancé par le camp de Bill Clinton contre celui de George Bush père, soulignant que ce sont les questions économiques qui préoccupent les électeurs et non celles de politique ou de diplomatie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2011 à 11:33 :
On pourrait faire un parallèle .......entre le dictateur Lybien qui est prêt à exterminer une partie de sa population qui ne pense pas comme lui et nos dirigeants actuels qui excluent un gros pourcentage de Français qui votent différemment..........Ils font même de la désinformation.
a écrit le 23/03/2011 à 19:57 :
Ce que je retiendrais de ce tour , c'est le ras le bol des Français qui désertent les urnes ,si ça continue les hommes politiques seront les seuls à aller voter , sauf si on prenait en compte le vote blanc , là ils seraient morts de honte devant la participation massive et les résultats.
a écrit le 22/03/2011 à 9:57 :
où sont les forces du bien. Dans Star wars quand le chancelier Palpatin (qui deviendra le méchant empereur!) prend démocratiquement le pouvoir Il a comme programme acclamé par l'assemblée Ordre et Sécurité. cela ressemble beaucoup a du Sarko ou du Marine! Vivement la révolte des Jedis
a écrit le 22/03/2011 à 8:30 :
c'est bizzarre personne à l'UMP se demande pourquoi le FN est passé devant, quelles sont les raisons, réfléchissez messieurs dames. moi en tout cas je me demande tous les jours si je suis encore en France...et pourtant je ne suis pas FN.
Réponse de le 23/03/2011 à 15:11 :
Il semble que nous soyons de plus en plus nombreux dans votre cas. Pour ma part, j'arrête de voter UMP et inaugure le vote FN.
a écrit le 22/03/2011 à 5:56 :
Mais on dirait que l'UMP et ses Ténors sentent déjà le "mouillé", auraient-ils déjà fait dans leur froc.? Sarkozy tu vas recevoir avant celle de 2012 la plus belle "dérouillée électorale" de ta vie. Tu te rappelleras de ton passage provisoire à l'Elysée.
a écrit le 21/03/2011 à 23:17 :
a chaque fois que je vois paniquer quelqu'un a propos du FN,je ne peux m'empecher de penser a quelqu'un qui a peur de perdre ses privileges si ce parti est élu...30 ans de privileges et de mépris des prolétaires...
a écrit le 21/03/2011 à 22:47 :
En écoutant les chantres de l'UMPS accuser le FN des pires hérésies on se croirait de retour à l'époque de l'inquisition.Heureusement qu'une partie croissante des forçes
vives de la nation ne s'en laissent pas imposer.Le mépris n'aura qu'un temps.
Réponse de le 21/03/2011 à 23:33 :
L'UMPS fait tout pour garder le pouvoir et n'hésite pas à diffamer à tout và. Mais la vague Marine triomphera car "les forces du bien l'emporteront par la force des choses" (Albert Schweitzer)
Réponse de le 22/03/2011 à 10:45 :
Sorti de son contexte ma remarque sur Star Wars peu parître déplacée c'était pour répondre à Eiffel! où sont les forces du bien. Dans Star wars quand le chancelier Palpatin (qui deviendra le méchant empereur!) prend démocratiquement le pouvoir Il a comme programme acclamé par l'assemblée Ordre et Sécurité. cela ressemble beaucoup a du Sarko ou du Marine! Vivement la révolte des Jedis

a écrit le 21/03/2011 à 17:31 :
y-a-t-il un modérateur à la tribune, pour controler le fiel déversé par tous ces F haine.
ils n'ont pas encore compris:
I. qu'il n'y aura pas d'élus F haine ou très très peu au 2ème tour.
II. que les rares élus F haine de ces dernières années ont largement montré leur incomptétence et leurs magouilles.
III. qu'il ne connaissent pas leur voisin de parti:
skinhead, extrèmiste catholique, royaliste, pétainiste, ancien communiste,
il ne passerai même pas une semaine avec l'ensemble des ces minorités.
IV ce n'est pas parcequ'une majorité de minorité votent la même chose que cela fait un programme de gouvernement!
etc, etc,
SVP regardez les choses en faces vous êtes pathétiques et très souvent incultes, c'est dailleurs pour cela que n'importe quel discours vous embobine!
le F haine ne mène à rien qu' à la division nationale
Réponse de le 21/03/2011 à 21:42 :
Quelques soient ses opinions, je suis étonné que l'on puisse laisser passer un tel message de "haine" vis à vis de plus de 25% de la population qui est représentée par ZERO députés alors que le PC, qui représente même pas 4%, a plus de VINGT députés (à la proportionnelle, le FN devrait avoir 120 députés).
C'est probablement ça la démocratie à le française (encore une "exception").
Facile de diaboliser quand l'UMPS maîtrise la quasi totalité de l'opinion et impose un dictat politiquement correct en interdisant, en autres, la publication de statistiques concernant directement la population et en poursuivant toute personne qui souhaite vivre avec les valeurs qui ont fait la France.
Quant aux magouilles, il me semble que l'UMPS a largement fait ses preuves depuis quarante ans.
Enfin, leur bilan culturel, économique et social est calamiteux.
Je n'ai jamais voté FN, mais cette situation est tellement choquante que je comprend le désintérêt des gens pour nos politicards et leur envie de changer la médiocrité ambiante.
Réponse de le 22/03/2011 à 19:45 :
à cendu , ce n'est pas de la haine, c' est pour essayer de les réveiller, c n'est pas parceque l'on est contre le pouvoir en place, que l'on sera pour tout ce que proposera le FN, vous mélangez, avertissement au gouvernement et connaissance de la réalité du FN!
la politique elle peut se faire au niveau local, en s'impliquant dans la société, pas en replis sur soi . je persiste et signe, une majorité de votant FN le font, parcqu'il ne comprennent pas le monde, et qu'on leur fait peur, c'est la plupart du temps de l'ignorance (voir toutes les études sociologiques sur le vote!)
je n'invente rien, c'est malheureusement un constat!
Réponse de le 22/03/2011 à 21:43 :
Ce n'est pas moi qui ai utilisé le mot "haine". Et je ne me permettrai pas de dire que 30% de la population, dont beaucoup ont voté Sarkozy auparavant, est repliée sur elle même et n'a rien compris. Pour ces gens, c'est vous qu'il faut "réveiller". Question annexe : qui est le "on" qui leur fait peur ? Enfin, je suis placé pour savoir à quel point l'information est tronquée et orientée, et même parfois créée de toute pièce (heureusement qu'il y a Internet). Donc, je me méfie des "constats"
a écrit le 21/03/2011 à 16:31 :
62%,inadmissible.
Avec une telle abstention,il est normal,que des canditatures farfelues soient présentes.
Cette dilution permet à chacun d'ergoter,à la limite de la "Bravitude".
Si ,parce que nous sommes pauvres,très pauvres,nous taxions la non participation ,les votes seraient certes farfelus,mais existeraient,et la réflexion serait bien plus intéressante.
Recette:10millions de non votants=100millions d'euros pour le Tresor.M.baroin l'idée doit vous faire calculer,le coût de ce scrutin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :