L'inculpation de DSK rebat les cartes pour 2012

 |   |  624  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Cyclone sans précédent dans la vie politique française, cette affaire est un coup de massue pour le PS où beaucoup avaient misé sur le directeur général du FMI pour reconquérir le pouvoir face au président sortant Nicolas Sarkozy.

Même s'il parvient à prouver son innocence, l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle aux Etats-Unis ne compromet pas seulement l'avenir politique du directeur géneral du FMI. Elle rebat aussi les cartes de l'élection présidentielle en France, dont il était jusqu'à maintenant le favori.

Pour l'heure, les spécialistes de la chose politique peinent certes à évaluer l'ampleur des dégâts. "Il y a une secousse considérable, mais on a du mal à être certain de l'étendue des dégâts", analyse ainsi le politologue Jean-Daniel Lévy interrogé par l'agence Reuters. Le patron du département Opinion & Corporate d'Harris Interactive souligne que cette affaire est sans précédent par son ampleur :  "A ma connaissance, c'est la première fois qu'un responsable politique de haut plan, indépendamment du jugement, est inculpé pour des affaires qui apparaissent comme relativement graves". Plus définitif, Jean-Thomas Lesueur, de l'institut Thomas More, club de réflexion basé à Bruxelles et Paris, juge que "c'est fini, incontestablement trop tard" pour Dominique Strauss-Kahn. A ses yeux, la "non-campagne" de DSK  "est terminée" : "C'est un bouleversement complet du plan de campagne, ça change la donne pour tout le monde".

Hollande talonnait déjà DSK dans les sondages

DSK, 62 ans, figurait au nombre des prétendants probables à la primaire socialiste qui se déroulera en octobre. Au vu des sondages d'opinion, il était considéré comme la meilleure chance des socialistes face à Nicolas Sarkozy. Mais qui va maintenant prendre en quelque sorte le relais? Dans une enquête Ifop publiée ce jour par Le Journal du Dimanche, le patron du FMI avait, avant même son inculpation, vu son avance grignotée par par François Hollande, qui recueillerait 23% des voix (contre 26% pour DSK) s'il était le candidat du PS.
Interrogé sur France Info, le politologue Stéphane Rozès, en convient : "la personnalité qui profiterait le plus de cette situation en termes de regard, et pas forcément en termes de popularité, c'est plutôt François Hollande". Et d'ajouter :  "Martine Aubry, elle va devoir garder la maison en cette période agitée, c'est-à-dire rester à la tête du Parti socialiste rue de Solférino et elle va intervenir comme dirigeante"

Mais la fille de Jacques Delors n'a sans doute pas dit son dernier mot. La dirigeante du Parti socialiste, qu'un accord de désistement réciproque liait théoriquement au directeur général du FMI, a dès qu'elle a appris la nouvelle parlé d'"un coup de tonnerre" et a appelé les socialistes à rester "unis et responsables". Si la question d'une candidature se pose néanmoins plus que jamais pour elle, "l'affaire DSK" pourrait aussi pousser de nouveaux prétendants à se déclarer, comme le député Pierre Moscovici, un proche du directeur général du FMI, ou le porte-parole du PS Benoît Hamon.

"Se méfier des regards à chaud"

A droite, on se refuse à tirer des conclusions électorales en invoquant la présomption d'innocence. "C'est sur le court terme un candidat sérieux qui se retire pour Nicolas Sarkozy. Mais ça ne change pas un des enjeux qui repose sur les épaules de Nicolas Sarkozy : apparaître comme étant un homme d'Etat qui rassemble les Français et qui noue des perspectives à caractère politique" estime Jean-Daniel Lévy qui invite les commentateurs à "se méfier des regards à chaud" : "En France, il y a une vraie séparation entre ce qui relève de la vie privée et de la vie publique". Il se garde toutefois de se prononcer sur l'impact qu'aura cette affaire "sur une personnalité jusqu'ici considérée comme relativement posée, droite, capable de redorer l'image de la France à l'international".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2011 à 9:30 :
Tiens donc ! avec la théorie du complot ça devient "passionnant" qui aurait intérêt à se débarrasser de Strauss Khan ?
a écrit le 17/05/2011 à 8:31 :
a Opsomer: pour l'instant Marine LEPEN est bien celle qui traine le moins de casserolles et quand je dis casserolle, la dernière histoire du PS avec DSK EST PLUS COMPARABLE A UN LAVE VAISSELLE PLEIN DE CASSEROLLES!!!!!!
Réponse de le 17/05/2011 à 15:07 :
Vous avez raison de préciser "pour l'instant" car Marine Le Pen n'est à la tête du FN que depuis le début de cette année 2011, soit moins d'un semestre... Cela ne fait pas d'elle une blanche colombe, bien au contraire ! Comme dit le dicton, chassez le naturel, il revient au galop !
Réponse de le 17/05/2011 à 18:55 :
Si DSK et Nicolas Sarkozy traînent des casseroles, il n'en va pas de même pour d'autres candidats potentiels tels que Jean-Louis Borloo, Hervé Morin, François Bayrou, Eva Joly... Le choix est donc large pour ceux qui rejettent l'UMPS tout en refusant de se jeter dans les bras des extrêmes.
a écrit le 16/05/2011 à 11:37 :
J'aimerais bien que madame Lagarde se présente.....
Super intelligente, travailleuse, respectueuse, ( et respectée), autoritaire, compétente, agréable à regarder, et adepte ...du yoga.
Bref une femme, bien , vraie.
Oui ?.
a écrit le 15/05/2011 à 19:05 :
Je vois déjà un deuxième tour à la présidentielle française avec Marine contre Martine et le succès final pour Marine que les Français de droite comme de gauche aiment de plus en plus !
Réponse de le 15/05/2011 à 21:00 :
Marine Le Pen à l'Elysée ? Même pas en rêve !
Réponse de le 16/05/2011 à 7:01 :
Les sondages favorables à Marine sont en hausse constante. Pourquoi ? Parce qu'elle s'intéresse aux Français et les aime contrairement à d'autres qui ne pensent qu'à leurs égos, au bling bling et au fric.
Réponse de le 16/05/2011 à 18:10 :
Comme dit le dicton, une hirondelle ne fait pas le printemps ! Ne vous en déplaise, le FN n'est pas majoritaire dans notre pays et ne le sera jamais ! La réalité est que Marine Le Pen n'accédera jamais au pouvoir suprême. La présidence de la République est hors de portée pour le Front national. Même si Marine Le Pen réussit à s?allier à la frange réactionnaire de la droite, incarnée justement par ceux "qui ne pensent qu'à leurs égos, au bling bling et au fric" pour reprendre vos mots, elle n?obtiendra que des miettes, un ou deux maroquins. D?ailleurs, est-ce un hasard si un héraut de la droite réactionnaire, l?avocat général Philippe Bilger, s?est récemment prononcé sur son blog (Justice au singulier) en faveur d?une telle évolution. Arguant le bénéfice "d?une domestication du FN", il défend cette opportunité en ces termes : "Pourquoi ne pas constituer le FN comme un courant extrême de l'UMP qui ne serait pas, avec des divergences certes mais sans gouffre insurmontable, sans familiarité avec la droite populaire déjà bien enracinée dans ce parti ?". Il conclue sa démonstration en affirmant que "L'essentiel aurait été sauvegardé" (Philippe Bilger, "L?UMPN ?", 24 mars 2011).
a écrit le 15/05/2011 à 16:17 :
Je pense qu'en politique la France ne sortira pas grandie quoiqu'il résulte de cette affaire. Que se soit à gauche comme à droite. Seule l'abstention sera malheureusement une fois de plus la grande gagnante.
a écrit le 15/05/2011 à 16:17 :
Je pense qu'en politique la France ne sortira pas grandie quoiqu'il résulte de cette affaire. Que se soit à gauche comme à droite. Seule l'abstention sera malheureusement une fois de plus la grande gagnante.
Réponse de le 16/05/2011 à 9:37 :
Oui je le pense mais il nous faut un Président mais qui ?????
a écrit le 15/05/2011 à 15:16 :
Le "politologue" (c'est quoi un politologue?) Levy à la memoire courte. S'il parle de la France il ya eu des "affaires" -pas sexuelles - assez graves et au délà de la France il a oublié l'affaire Clinton-Lewinsky

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :