Arnaud Montebourg interviewé par la rédaction de la Tribune

 |   |  636  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : J.Vasquez)
Arnaud Montebourg est le premier des candidats à la primaire socialiste reçu à La Tribune par la rédaction. Prochain rendez-vous : Manuel Valls.

Jeudi dernier sur France 2, lors du premier débat entre les six candidats à la primaire socialiste, Arnaud Montebourg n'a pas fait dans la nuance. Se présentant comme « le candidat des solutions nouvelles », il a appelé à « affronter les puissances financières ». Reçu, vendredi matin, par la rédaction de « La Tribune » (lire ci-dessous), le député, président du conseil général de Saône-et-Loire, a précisé son projet présidentiel. Selon lui, il faudra faire payer par une taxe sur la spéculation la dette de la crise qu'il est injuste et dangereux économiquement de faire supporter aux seuls contribuables. Critiquant tour à tour « l'égoïsme allemand » et « l'économie de pillage » de la Chine, il s'explique sur son choix du protectionnisme, regrettant que le sujet n'ait pas été abordé jeudi lors du débat, alors que c'est « le principal point de clivage entre les candidats socialistes ». Craignant une « révolte des peuples », il appelle à renationaliser progressivement la dette publique en mobilisant l'épargne et appelle à une « troisième révolution socialiste et écologiste ». Après Kerenski et Lénine, Montebourg, l'homme de la démondialisation... À chacun de juger.

Extrait de la première partie consacrée à l'Europe et à la crise grecque :

Vous avez déclaré jeudi avoir voté « non » au traité de Maastricht, instaurant la monnaie unique. Pourtant, vous l'aviez publiquement approuvé...

J'ai approuvé, en 1992, le traité de Maastricht, convaincu que j'étais alors par François Mitterrand. En revanche, j'ai voté « non » au traité constitutionnel soumis au référendum en 2005, qui reprenait les textes antérieurs. Et, lors du vote sur l'élargissement de l'Europe, je me suis abstenu. Je ne voulais pas que l'Europe soit définitivement un marché informe. Aujourd'hui, nous payons les conséquences de ce choix et la facture de l'incapacité des politiques à faire primer la politique sur les marchés. Il va falloir reconstruire sur les ruines de l'Europe car ses textes fondateurs sont devenus obsolètes. La « défaisance » de la zone euro ne va pas attendre. Les politiques ne le disent pas, contrairement aux économistes, mais l'effondrement est pour demain. Dans les deux mois, l'Espagne pourrait être en défaut : les autres pays ne pourront, alors, plus payer.

Voilà deux ans que la crise grecque a éclaté. Rien n'a été résolu. Comment fallait-il faire ?

Je crois qu'à l'incompétence des dirigeants européens s'est ajouté l'égoïsme de l'Allemagne, que la France s'est contentée de suivre. Il faut remonter aux origines de la crise : la stratégie de cavalier seul menée par l'Allemagne a déstabilisé toute la région. Elle a exacerbé les mécanismes de concurrence internes à la zone euro. La politique d'Angela Merkel, fondée sur la désinflation compétitive, est suicidaire pour l'Allemagne, dans la mesure où elle affaiblit toute la zone euro, qui va tomber dans la récession... alors même que 60 % de l'excédent commercial allemand est réalisé dans cette zone. Ce à quoi s'est ajoutée l'irrationalité des marchés. Si ses dirigeants acceptaient de faire d'elle une entité politique, s'ils gouvernaient sa monnaie, son budget, ses frontières, l'Europe serait la première puissance mondiale.

Que faire, dans l'immédiat ?

Vu l'ampleur de la crise, même le projet d'eurobonds me paraît dépassée. Il faut reprendre le contrôle des marchés. Ils sont devenus un mal, un danger, on n'en a pas besoin. Il faut procéder comme le font les Chinois : l'État y a le primat sur les marchés, il n'a jamais abandonné le contrôle. Il faut enfin créer une agence de mutualisation de la dette et faire payer la dette de crise, à savoir près de 400 milliards d'euros, par une taxe sur les transactions financières.

A suivre...
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2011 à 15:02 :
Est-ce bien utile ? La rédaction de la Tribune serait avisée de donner une égale parole sur les sujets économiques à tous les partis.
a écrit le 20/09/2011 à 12:40 :
mais bon sang : devenons un paradis fiscal et puis c'est tout, nous n'aurons plus de probleme de liquidité !
a écrit le 20/09/2011 à 10:22 :
OK pour une taxe sur les opérations financières y compris les virements dans les paradis fiscaux (surtout), et à condition que toutes les banques et institutions financières soient concernées. D'ailleurs on pourrait se poser la question de taxer les grandes fondations qui brassent des milliards...
a écrit le 20/09/2011 à 4:56 :
Beaucoup de généralités et peu de concret, c'est dommage car il a de la bravoure. A trop chercher à préserver le vieux système français, il ne voit pas, comme les autres politiques, les blocages de la France, l'évolution et la modernisation de l'économie, la concurrence internationale et le comportement des français. Par exemple, de plus en plus de retraités partent à l'étranger pour y couler des jours tranquilles pendant que leur enfants triment au travail à leur financer leur retraite sans faire valoir le travail de leur enfant. Combien de temps est-ce que cela va durer ? Autre exemple, lorsque vous vous faîtes soigner les dents à l'étranger, pourquoi est-ce que la sécu rembourse aux prix de la nomenklature française alors que les soins coûtent 10 fois moins chers ... Encore un exemple, 15 % des importations françaises découlent des hard discounters allemands ! Et d'après vous, pourquoi les allemands qui étaient importateurs de produits français notamment sont devenus exportateurs ?... Allez encore une suggestion : regardez dans les villes, il y a de plus en plus de locaux de magasins vacants. Lorsque vous avez un commerce, il y a au minimum, un, deux ou trois chômeurs en moins car vous êtes obligés d'avoir le TNS et du monde pour accueillir les clients, avoir du stock ... et impôts locaux. Avec un site internet : pas de frais de nettoyage, pas de personnel alors que le service fonctionne 24/24, pas de frais de déco ni de mobilier ... Ce n'est pas pour rien que les drive se développent... Vous avez un site internet = un impôt local + contributions sociales sur le CA réalisé. Parce que les prix toujours plus bas sans les charges collectives, il y a quelqu'un qui paye l'addition : vous et moi !
a écrit le 19/09/2011 à 17:32 :
mon grand père était de Saone et Loire et il n'en était jamais sorti ..Montebourg non plus.
a écrit le 19/09/2011 à 17:32 :
C'est le meilleur des 6 ! avec lui à la présidence, on ira enfin vers un début de commencement de résolution des problèmes. Le seul souci reste qu'il va falloir qu'il passe les primaires du PS et connaissant le profil type de l'encarté PS, c'est pas gagné..on peut toujours rêver (lui ou Marine Le Pen serait un bon choix)...
Réponse de le 22/09/2011 à 8:02 :
Vous êtes vraiment OPTIMISTE quand vous dites; le DEBUT du COMMENCEMENT, nos politiques sont dans la même vision, ils commencent toujours par le début et ne sortent jamais du COMMENCEMENT. Vous avez raison, MARINE est nettement plus direct!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 19/09/2011 à 15:11 :
Arnaud Montebourg et de rares femmes et hommes politiques élus de toutes tendances ont la lucidité et le courage de remettre en cause un système qui a conduit la communauté à semer la pauvreté dans tous les pays situés au Sud de l'Europe.
Le niveau atteint de pauvreté, de précarité, de baisse du pouvoir d'achat des classes moyennes qui se voit déclassées est porteur de guerre civile.
Des nouvelles organisations s'imposent. Les nouveaux clivages sont visibles.
Réponse de le 19/09/2011 à 16:54 :
Bravo ! je suis tellement heureux de vous lire ,que je vais utiliser votre pseudo ,pour avec l'aide de monsieur Montbourg fabriquer de la richesse et du mieux vivre à la chaine
Réponse de le 19/09/2011 à 19:53 :
La richesse ça ne se fabrique pas, il n'y a que les capitalistes pour proférer de telles âneries....
Réponse de le 20/09/2011 à 4:59 :
La richesse se fabrique mécaniquement et exponentiellement depuis que l'homme travail(humanus économicus) ,investi et épargne ,par contre les anticapitalistes ne produire rien ,même pas le son que mange les anes ...
Réponse de le 21/09/2011 à 20:15 :
Pipolino, arnaud montebourg n'a jamais dit qu'il était anti capitaliste. Vous essayez juste de le caser dans une des 2 cases qui structurent votre vision du monde. Apprenez à penser par vous meme, arnaud montebourg est le seul à proposez des idées novatrices, d'envergure et réalistes.
Réponse de le 28/09/2011 à 3:51 :
Churchill ... " apprenez à penser par vous même " le méprisant qui voudrait que nous soyons de son avis : Montebourg est bien pour un socialiste, mais pour quelle raison ne crée - t- il pas un parti ? il cherche une place de premier ministre ! voilà tout, il est comme tous les socialistes qui ne ressemblent plus du tout à J. Guesde.
a écrit le 19/09/2011 à 11:40 :
Bravo Montebourg ,vous etes vraiment un expert en désinformation ! je dois dire que vous avez des excuses vous parler en language marxo/lenino marxiste ,je dois dire que je n'arrive pas a suivre tout ! mais vous avez un avantage sur les autres politiques ... c'est que vous pouvez les flouer pendant un certain temps vu que vous vivez dans un autre monde.
Réponse de le 19/09/2011 à 22:19 :
pipolino ... bien vu ! Chez les socialistes il y a tellement de milliardaires qu'il faut un autre balancement pour donner le change.
Réponse de le 21/09/2011 à 20:17 :
Voila c'est ce que je disais au dessus, 2 cases libéraliste ou mzrxiste léniniste, c'est triste. Arnzud Montebourg est très loin de vouloir imposer la dictature du prolétariat. Il veut jouer le jeu de la mondialisation mais sans naiveté, avec une europe forte et sociale. Bravo monsieur montebourg
a écrit le 19/09/2011 à 10:12 :
Dès que quelqu'un a un autre avis sur la crise par rapport à la pensée actuelle qui, rappelons le, consiste à dire que l'on ne peut rien faire puisque de toute façon ce sont les marchés qui décident, on le tourne à la dérision, au ridicule!

Mais comment peut-on accepter cela aujourd'hui où toute idée est bonne à prendre pour pouvoir envisager toutes les possibilités d'action?

Comment les gens et les médias actuels peuvent-ils s'enfermer intellectuellement de la sorte ?

Je trouve consternant, affligeant, désarmant même, l'étroitesse d'esprit actuelle d'un bon nombre de gens y compris les médias!

Vous ne voyez donc pas que ce sont les marchés qui nous ont conduit dans cette crise parce qu'on leur a laissé une trop grande liberté d'action(abus de pouvoir)?

N'est-ce pas assez évident pour vous actuellement, au point de n'envisager comme seule solution, que ce sont les marchés financiers qui vont régler le problème actuel de la crise?

Je précise tout de même que je suis pour le libéralisme mais absolument contre le neo-libéralisme qui va nous conduire à une révolution si nous laissons les marchés prendre des décisions pour tout le monde.
Réponse de le 19/09/2011 à 12:01 :
Les pensées médiatiques associées aux sondages périodiques influencent de moins en moins les électeurs qui s'attachent à former leur propre opinion.
a écrit le 19/09/2011 à 9:54 :
j'ai ete scotche par le courage et la vision de cet homme que je trouvai auparavant "a effet de manches" dans son elocution . Il donne envie de le suivre . C'est de bonne augure contrairement a ses collegues socialistes qui ne font que rabacher les vieilles recettes . Continuez Mr Montebourg , je crois en vous , je voterai pour vous .La France a besoin de quelqu'un qui assume ses choix et qui croit dans les Français
Réponse de le 19/09/2011 à 12:36 :
Il n'y a que sur le nucléaire où il fait le "canard", c'est bien dommage...
Réponse de le 19/09/2011 à 14:37 :
La question du nucléaire est importante mais, de toutes manières, nous ne pourrons rien faire tant que nous n'aurons pas trouvé de solution aux problèmes économiques. Un démantèlement, ça coûte cher et nous n'avons pas encore, à l'heure actuelle, de solution de rechange au nucléaire qui produit 75% de l'électricité française. Je préfère qu'il fasse le "canard" sur cette question plutôt que sur l'économie comme HOLLANDE et AUBRY.
a écrit le 19/09/2011 à 9:48 :
Monsieur Montebourg
je voterai pour vous
au moins lui parmi les candidat il affiche une position claire et nette à l'encontre de Guguss (DSK)
je n'oserai pas imaginer voir DSK encore ministre inimaginable
Réponse de le 19/09/2011 à 20:14 :
Oui, on se demande ce qu'il fait encore au PS, mais en homme intelligent, il s'en sert comme échelle pour l'ascencion au pouvoir.
a écrit le 19/09/2011 à 8:55 :
Il a raison:il faut rétablir un certain protectionnisme en taxant davantage les produits chinois (et autres) à l'entrée de la zone euro!
Réponse de le 20/09/2011 à 12:01 :
Stone 1 :les produits chinois ne sont pas ou peu taxés car , ils font les fortunes de ceux qui ont délocalisé et ceux qui les commercialisent chez nous .(ceux qui d'apres nos gouvernants réinvestissent chez nous et qu'il ne faut pas trop imposer ,taxer )Un euro de production et jusqu'à 300 euros de vente ....
Réponse de le 20/09/2011 à 13:36 :
Stone1 .. !!! je suis en colère contre La Tribune !!!! c'est la troisième fois que mon topo part dans les nues !!! ou vous le faites exprès ? c'est incroyable! pour fair court - il est préférable de ne pas faire d'importation avec la Chine - il est préférable de produire nous-même et nous aurons rapidement poins de chômeurs.
a écrit le 19/09/2011 à 8:46 :
le seul gars , a gauche, qui a les c... pour dire ce qu'il pense de DSK. respect.
Réponse de le 19/09/2011 à 20:16 :
La différence c'est que lui il s'en sert à bon escient...
a écrit le 19/09/2011 à 6:42 :
"reprendre en main l'économie et la finance" : sans doute louable mais vaste pgr qui a inspiré bien des théoriciens, des révolutionnaires et même des dictateurs ou autres criminels. Les peuples n'ont plus les repaires ni les bases pour comprendre et analyser comment la finance les maanipule. Quant à l'info n'est-elle pas un pan de l'économie?
a écrit le 18/09/2011 à 21:44 :
Au secours Staline revient !!!!!!!!!!
Réponse de le 19/09/2011 à 11:21 :
Libre? Où est votre liberté si vos décisions sont dictées (certes indirectement) par les marchés? Quant à Staline je ne vois pas le rapport (dictature contre dictature des marchés?). On peut s'interroger sur la faisabilité des telles mesures dans un contexte européen et mondial, mais ce n'est pas une raison suffisante pour balayer d'un revers de main ces propositions, qui se justifient pas l'ampleur de la crise. La question est : les marchés peuvent-ils s'auto-réguler? L'histoire prouve que non! Reste la radicalité des mesures et les forces puissantes de la Finance (certes nécessaire), qui s'y opposeront. Résultats des courses, 2 mois après la Présidentielle...
Réponse de le 19/09/2011 à 12:37 :
Entre le soviétisme et ce qu'il propose ça n'est pas vraiment comparale.
Réponse de le 19/09/2011 à 12:44 :
Staline ? Pfff... Il faudrait vraiment intensifier les cours d'histoire à l'école...
Réponse de le 19/09/2011 à 15:09 :
Ca sera difficile d'intensifier les cours d'histoire puisque elle est devenue facultative à l'école primaire, amputée d'une demi heure par semaine en 5e et 4e et supprimé en Terminale au Lycée... Formons des robots (qui se croient Libre) mais totalement lobotomisés et incapables de voir des opinions originales... Le soviétisme, le stalinisme ce n'est même pas du communisme ! et Montebourg est socialiste... quel mic mac vous faites là : "la culture c'est comme la confiture..."

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :