Manuel Valls : "Il ne faut plus faire croire que des lois ou de nouvelles taxations peuvent tout régler"

 |   |  2006  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Héritier de la ligne social-libérale incarnée jusqu'au printemps par Dominique Strauss-Kahn, Manuel Valls, député-maire d'Evry, axe sa campagne sur de la nécessité pour la gauche de tenir aux Français "un discours de vérité". Dans l'entretien qu'il a accordé ce jeudi à l'ensemble de la rédaction de La Tribune, il s'est dit rassuré par le vote par le Bundestag du plan d'aide à la Grèce, mais juge que cela ne sera "pas suffisant". Il faut "réorganiser le secteur bancaire et avancer résolument vers un véritable gouvernement économique européen". Selon lui, donner la priorité au désendettement de la France permettra de retrouver des marges de manœuvre. Il plaide pour un nouveau "contrat social" et s'explique sur sa proposition de TVA sociale et confirme sa distance avec le projet socialiste sur les emplois jeunes ou la retraite à 60 ans.

Le Bundestag vient de voter le plan d'aide à la crise. Une bonne nouvelle pour la résolution de la crise de la zone euro ?

Le vote du parlement allemand, qui a approuvé ce jeudi le plan d'aide à la Grèce, est bien sûr positif. C'est un pas important dans la résolution de la crise. Mais il faudra aller plus loin. Il faut retravailler sur un nouveau traité de la zone euro. Les Allemands sont d'accord sur le principe. Ils ne seront pas nécessairement d'accord avec toutes nos propositions. Nous devons aller vers les "eurobonds", mais il faut bien sûr accepter, en contrepartie, des transferts de souveraineté. Les Etats qui vont très mal seraient évidemment mis sous tutelle - il faudrait un effacement partiel de la dette grecque - , mais les autres aussi devraient accepter une forme se surveillance.

La France doit-elle vraiment choisir comme modèle l'Allemagne ?

Il y a actuellement une forme de dérive, voire de fracture entre la France et l'Allemagne. Nous ne pouvons évidemment copier le «modèle» allemand, mais je suis d'accord avec l'idée que notre redressement passe par celui des finances publiques et une compétitivité accrue.

Elu président de la république, que feriez-vous pour réguler la finance ?

Je crois au renforcement du contrôle et à davantage de transparence s'agissant des banques. Je me suis prononcé très tôt en faveur de la séparation des métiers de banque de dépôt et de banque d'investissement. Car l'argent des épargnants ne doit pas servir à financer une économie casino. Il faut aussi renforcer les fonds propres des banques. Faut-il les recapitaliser ? Les nationalisersignifie que nous aurons quelques difficultés à conserver notre AAA. Le Royaume-Uni a nationalisé certaines de ses banques, l'Espagne est en train de le faire. Mais nationaliser une banque, c'est faire payer aux contribuables les pots cassés. Quoi qu'il en soit, il me semble que nous avons raté une occasion en 2008 : il aurait fallu garantir la présence de l'Etat dans les conseils d'administration des banques en échange des prêts consentis.

S'agissant de la taxe Tobin proposée par Bruxelles, on peut toujours regretter que les taux ne soient pas plus élevés, mais on avance. Cependant, la question de l'utilisation du produit de cette taxe est loin d'être dénouée. Pourquoi pas un plan Marshall pour les investissements dans les industries d'avenir.Nous aurons des débats avec un certain nombre de pays, y compris l'Allemagne.

La France est-elle encore prête à accepter des réformes ?

Le candidat de gauche désigné à l'issue de la primaire, le 16 octobre, devra tout de suite discuter avec les partenaires sociaux. Car, si nous arrivons au pouvoir l'année prochaine, nous n'allons pas commencer à faire voter des lois comme ça. Il ne faut plus faire croire que des lois ou de nouvelles taxations peuvent tout régler. En revanche, sur les questions économiques et sociales, il faudra passer un véritable contrat social avec les organisations syndicales et patronales pour réformer, sur la réforme des retraites notamment.

Sur la retraite, justement, ce sont à ceux, chez les socialistes, qui laissent planer l'ambiguïté sur un retour à la retraite à 60 ans pour tou, d'expliciter et de faire de la pédagogie sur la réalité du projet socialiste. D'ailleurs, dans ce projet, nous acceptons les mesures Fillon d'allongement des durées de cotisation. Certes, c'est dit mezzo voce. Mais la singularité et le risque pour notre pays est d'allonger à la fois la durée de cotisation et de relever l'âge de départ à la retraite, ce qui n'est pas le cas dans d'autres pays européens, par exemple en Espagne où l'âge remonte mais la durée de cotisation reste à 35 ans. Au-delà, je souhaite que nous tirions le fil de ce que nous disons aussi dans le projet et qui va dans le sens d'un souhait émis par la CFDT : aller vers un autre système de retraite. Un système à la carte ou par points. Je reconnais que c'est compliqué, les Suédois ont mis quatorze ans pour y parvenir. Mais ce sera une façon de sortir du débat sur l'âge légal du départ à la retraite. Dans ce nouveau système, il faudra inclure les années de formation, les congés maternité et parentaux et, surtout, l'élément essentiel qu'est la pénibilité. Le tout permettra de déterminer avec davantage de souplesse l'âge de départ à la retraite de chacun. Sinon ma crainte est qu'avec la convergence européenne cela conduise à remonter considérablement l'âge légal de départ. Ce qui serait dramatique.

Vous avez pris vos distances par rapport aux 300.000 emplois d'avenir évoqués dans le projet socialistes. Pourquoi ?

 

 

Je n'ai rien en tant que tel contre l'emploi aidé dans des moments de crise, notamment pour faciliter la vie des associations en proie à un manque de bénévoles. Ce type d'emploi existent d'ailleurs déjà. L'objectif me paraît louable. Pour autant, créer comme cela ex abrupto 300.000 emplois dits d'avenir, prévus dans le projet socialiste, sans vraiment savoir où on les met, à qui ils s'adressent - tous les jeunes sans distinguo ou ceux des quartiers en difficulté -, cela me parait ni une réponse intéressante en terme de dépense publique au moment où les caisses sont vides ni correspondre aux attentes de la jeunesse. Les jeunes veulent de la formation, une bonne orientation vers des métiers correspondant à leurs qualifications, donc de la considération et une reconnaissance de leurs diplômes. Et je ne parle pas des problèmes de discriminations de ceux qui vivent dans les quartiers dits difficiles. C'est donc par, la formation des salariés, la compétitivité et l'allégement des charges des entreprises et aussi par une autre stratégie que l'on s'en sortira. Je souhaite que l'on aborde le problème de l'emploi en promouvant une France d'entrepreneurs. Et je répète aussi que la facilité de la dépense publique n'est plus possible. Je ne propose donc pas de commencer une mandature par l'embauche de 60.000 enseignants, même s'il peut y avoir des postes à pourvoir ici ou là.

Vous avez pris une position très forte en faveur de la TVA sociale. Comment la mettre en ?uvre ?

On lui a donné beaucoup de noms. J'ai évoqué la notion de "TVA protectivité". En termes clairs, il s'agit de lier protection et compétivité. L'objectif est de trouver de nouvelles ressources pour la protection sociale, de ne plus faire reposer son financement sur le seul travail: il faudra assainir les comptes sociaux, et, au vu de leur niveau déjà élevé, il n'est plus envisageable d'augmenter les cotisations sociales. La TVA est un moyen puissant de financement, car l'assiette est très large. Relever d'un point tous les taux de TVA rapporterait quelque 9 milliards d'euros, ce n'est pas rien. Et ce ne serait pas nécessairement sensible du point de vue des consommateurs. Quand Lionel Jospin a baissé d'un point le taux normal de TVA en mars 2000, qui l'en a vraiment remercié, qui l'a vraiment vu ? Certains diront que ce seraient de 9 milliards d'euros de pouvoir d'achat enlevés aux consommateurs. Je ne le crois pas. Ces 9 milliards ne seraient pas synonymes de ponction sur le pouvoir d'achat. Selon mes calculs, pour une famille qui consomme l'équivalent de 1.800 euros par mois, le prélèvements serait de 15 à 16 euros. C'est supportable. Ces neuf milliards devraient servir à baisser les cotisations à la charge des employeurs. Autrement dit, l'objectif est de baisser le coût du travail. Il s'agit donc bien de renforcer la compétitivité des entreprises, surtout des PME. Il est possible, en outre, d'envisager une TVA "écomodulable", comme le prévoit le projet socialiste. Il s'agit de taxer plus oui moins fortement les produits, selon leur degré de nuisance à l'égard de l'environnement. Pour accompagner la TVA sociale, il faudra étendre les droits des consommateurs en autorisant les actions de groupe (class-actions). La relation consommateur-producteur en France est trop déséquilibrée. Sur la téléphonie, l'assurance, il y a un champ nouveau pour renforcer la concurrence.

Quel est votre position sur la réforme fiscale ?

La réforme fiscale, telle que nous la concevons au PS, passe par la fusion et l'impôt sur le revenu et de la CSG, tous deux étant retenus à la source. L'intérêt serait d'élargir l'assiette de l'impôt sur le revenu. Et que toute le monde participe à l'effort collectif: Peut-on se satisfaire de voir que la moitié des Français ne paient pas l'impôt. Le rapport à l'impôt s'est vraiment dégradé, en France... A la différence de la mise en place d'une TVA sociale, une telle réforme prendrait un certain temps.

Peut-on encore produire en France ?

La France a perdu 2 millions d'emplois industriels depuis vingt ans. Et cela continue. Pour y répondre, il y a des outils fiscaux, comme la TVA sociale, qui peut permettre de réduire le coût du travail et de lutter ainsi contre les délocalisations. Notre vrai problème est celui de notre compétitivité. Le rôle des banques est essentiel. Il y a un accord de tous les socialistes pour séparer les activités de dépôt et d'investissement sur les marchés. Au-delà, il faut agir de façon structurelle. L'idée de banque publique ou régionale pour les PME est une bonne réponse, à condition d'en faire un instrument souple et intelligent au service des PME-PMI. On verra si on l'adosse à la Caisse des dépôts ou sur Oséo. Mais les questions de financements ne sont pas notre seul handicap. Il faut stabiliser le capital des PME, les aider à augmenter leurs fonds propres pour grandir, mais il faut aussi mettre le paquet sur la formation : beaucoup d'entreprises peinent à trouver la main d'?uvre qualifiée dont elles ont besoin. En matière de politique industrielle, je crois beaucoup à une approche régionale. La France a des régions et des villes très dynamiques qui, grâce à la décentralisation, ont de véritables stratégies économiques. Il faut les aider à renforcer le maillage des PME sur le territoire. Comme le montre le déficit de notre balance commerciale, la France souffre aussi d'une insuffisante spécialisation de son industrie. Or, dans la période à actuelle, l'Etat ne peut pas tout faire. Il faut concentrer les moyens disponibles vers des secteurs prioritaires à haute valeur ajoutée : aéronautique, espace, pharmacie, biotechnologies ou nanotechnologies, privilégier les investissements vers les projets de rupture technologique. Le crédit d'impôt recherche est un bon outil mais trop concentré vers les grandes entreprises. Il faut l'orienter davantage vers les PME.

Sur le nucléaire, vous faites partie du camp des raisonnables ?

Non, des réalistes. Depuis Fukushima, on peut enfin avoir un vrai débat sur le nucléaire et sortir des caricatures. On peut raisonnablement prendre la décision de réduire la part du nucléaire autour de 50 % de production d'électricité à l'horizon 2025, en accélérant la transition vers les énergies renouvelables. Contrairement à d'autres, je pense qu'il faut garder la centrale de Flamanville.

Les socialistes sont divisé sur le sort de l'Hadopi et la protection des droits d'auteur. Quelle est votre position ?

Hadopi est un dispositif perdant perdant et inapplicable. Surtout si l'on considère que 15 millions d'internautes téléchargent en France. C'est une aubaine pour les distributeurs, pas pour les artistes. Il faut trouver de nouveaux modes de financement de la culture. La licence globale pose un certain nombre de problèmes. Je propose d'aller vers une contribution créative. Il faut taxer les fournisseurs d'accès Internet, qui font d'énormes marges sur les contenus illégaux. il faut aussi ouvrir le débat sur les intermittents du spectacle, et revoir le statut des artistes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2011 à 20:26 :
Pas 1 mot sur le cumul des mandats, boucliers fiscaux, sénat qui ser à rien et côute la peau des fesses, retraites et bonus faramineux (rien qu'avec ça la dette serait réglé !!! DEHORS Valls !! Suffit l'hypocrisie ! Allez écouter Montebourg pour les primaires et EVA JOLY pour 2012 et vous verrez s'il n'y a rien à faire !!! Vive EVA JOLY 2012 !!!
a écrit le 03/10/2011 à 9:24 :
C'est vers moins d'emploi qu'il faut aller, réduire le temps de travail salarié, pour libérer l'initiative personnelle c'est ce cap qu'il faudra prendre. Les issues du retour aux 39h sont la seule réponse que les politiques qui vivent de l'effort de ceux qui produisent ont trouvé. Le passéisme ainsi prôné nous raménerait à la minde...et pourquoi pas remettre les gosses au boulot? C'est devant que les solutions se trouveront, la croissance ne repartira pas sur des modèles urannés de consommation. Pour que les richesses soient partagées il faut d'abord partager le travail et le faire revenir aux nécéssités des personnes et non pas pour enrichir des capitalistes vielle époque qui ne rêvent que de monopoles et de pouvoir absolu sur le dos de ceux qui produisent.
Réponse de le 03/10/2011 à 17:27 :
bon courage pour remettre au travail ceux qui se la coulent douce sur le dos des autres.y a t il un pays au monde ou les salariés ont deux mois et demi de congés payés(rtt inclus)?
a écrit le 03/10/2011 à 7:25 :
Vous avez raison Monsieur VALS, le marché c'est tellement mieux, pour nous précipiter dans la Crise!!!
a écrit le 02/10/2011 à 16:15 :
Pendant qu'il pense im pot ce sont les demunis et les classe dites moyennes qui trinquent, a la votre M vals
a écrit le 02/10/2011 à 9:55 :
Bravo Manuel Valls , enfin une affirmation lucide qui n'a rien de démagogique.
Notre situation est vraiment compliquée et il n'y a pas de solution miracle.
C'est bien de le dire. Beaucoup essaient ou ont essayé de nous faire croire le contraire.
Réponse de le 02/10/2011 à 15:33 :
l'UMP tient une carte UMP à la disposition de Valls, dans l'Union qui se Moquie du Peuple, il y a déjà son ami BESSON qui l'attend.
Réponse de le 02/10/2011 à 19:58 :
Il y a d'autres amis qui attendent Mr Valls à l'UMP, par exemple Mitterand, MAM, Woerth, bientôt DSK, Koucner, et tant d'autres
Réponse de le 03/10/2011 à 5:36 :
L'ump est vraiment très loin d'être exemplaire dans son mode de fonctionnement.
Je reste persuadé que la liberté da parole de Valls au sein du PS ne serait pas possible à l'UMP (pensez à Devedjan)
Mais il est vrai que Martine Aubry a exigé, sans succès heureusement, la démission de Valls il y a qq années ......
a écrit le 01/10/2011 à 7:50 :
15 OU 16 Euros c'est supportable ?les petits revenus apprécieront.In fine ce sont toujours les vieilles recettes qui apparaisent:des impots,des impots...et une variante:des taxes,des taxes...Pas une seule fois le mot économies n'est prononcé;Il ira loin!
a écrit le 01/10/2011 à 7:29 :
le nouveau slogan pour l'avenir pour tous nos politiques cela sera : "dépenser moins pour économiser plus"
a écrit le 01/10/2011 à 6:14 :
Dans tous ces commentaires, j'ai l'impression que l'on oublie un volet essentiel de notre problématique, à savoir la création de valeur, qui elle seule génère de la croissance, de l'investissement, et surtout de l'emploi. La foire aux milliards à laquelle on assiste depuis de nombreuses années, pour donner une réponse immédiate aux pannes de croissance des US ( suprimes, junk bonds....) , de L'Europe ( pour certains pays, dont la France) , ne sont que des mirages, et génère de l'inflation galopante, avec plus de précarité!!!!! pour les plus fragilisés. Il faut trouver une réponse à notre désindustrialisation, et encourager la création de valeur ; à cet endroit la foire aux milliards pourrait avoir un sens ! Faut-il rappeler à M. WALLS, pour lequel j'ai beaucoup de respect, que la France aurait + 8 pointS de PIB, que l'Allemagne, (puisque c'est la mode de se comparer à ce pays), en termes de couts de structure/fonctionnement, avec 26 millions d'habitants en moins . IL FAUT ARRETER DE PRENDRE LES PROBLEMES A L'ENVERS !! IL FAUT RELANCER L'OFFRE EN SE DONNANT LES MOYENS DE LE FAIRE, notamment en aidant la création d'entreprise et de valeurs.

Excusez-moi, je n'avais pas fini. Si vous avez besoin d'une analyse pragmatique et réaliste, pour comment reprendre le chemin de la croissance sans démagogie et sans langue de bois, vous pouvez me contacter par mail.
f.garcia
Réponse de le 01/10/2011 à 7:19 :
Vous avez parfaitement raison, c'est la CRéATION DE VALEUR par l'industrie qui doit être URGEMMENT et ACTIVEMENT entreprise ... cesser les aides et entrer en fonds propres dans les entreprises innovantes, nouvelles de préférence... Hélas, l'Etat n'a fait que générer de la PAUVRETé et des AUTO-MISèRES.
Réponse de le 01/10/2011 à 14:09 :
Surtout se recréer un marché accueillant pour notre industrie cad un PROTECTIONNISME INTELLIGENT (en phase avec les idées de Montebourg: votez pour lui le 9 octobre aux PRIMAIRES CITOYENNES).
Réponse de le 03/10/2011 à 15:22 :
Et pour se créer rapidement de la valeur, faisons comme les Belges, plus de gouvernement.
Réduction drastique du traitement des Minsitres, députés et sénateurs de 50% pour commencer.
Plus d'éléctions après 2012, mais la mise en place d'un collège national qui fonctionnera avec 22 collèges régionaux sur des lignes de conduites fortes, car nous savons ce qui nous est nécéssaire.

Voilà une proposition de travail...planchons nous? chiche !
a écrit le 30/09/2011 à 23:35 :
De loin le meilleur raisonnement que j'ai entendu depuis longtemps.
Je pense qu'il y a une injustice flagrante dans la manière dont on est imposé. IR + csg + crds + tva au final, c'est absolument enorme. Voir en parallele, que sans rien faire les propriétaires ont vu leur capital multiplé, et qu'il n'y a quasiment pas d'impots à part le foncier, je ne comprends pas, et je trouve cela tout à fait injuste. Les loyers ne cessent d'augmenter, mais pas les impots sur le capital.
a écrit le 30/09/2011 à 16:02 :
Manuel Valls devrait trouver à se recycler auprès de Eric Besson, l'UMP en est friand de ces drôles de opportunistes aux dents qui raclent le parquet, les ongles accrochés aux plafonds
a écrit le 30/09/2011 à 14:13 :
Si cet homme veut être cohérent avec son discours que fait il dans un parti ultra étatiste et collectiviste ? Il devrait être au parti "Alternative Libérale". Enfin il a un peu de bon sens par rapport aux autres bolchéviques, c'est déjà ça, mais encore trop peu....
a écrit le 30/09/2011 à 14:10 :
Valls : celui qui veut mettre "plus de blancs" a la braderie de sa ville d'Evry pour faire croire a l'intégration ethnique (il a été piégé par une caméra cachée).....Tout en hypocrisie !!
Il n'a que le mot "vérité" a la bouche sur tous les sujets qu'il aborde , comme pour mieux dissimuler beaucoup de mensonges politiciens.
a écrit le 30/09/2011 à 13:31 :
La TVA est une escroquerie qui pénalise fortement les petites entreprises. Elle n'est pas du tout neutre contrairement à ce qui est dit dans les livres d'économie, ce que tous le commerçants savent. L'état peut-il continuer à arnaquer les entreprises et Manuel Valls faire croire qu'il s'agirait d'une solution que d'augmenter la peine ? La TVA bien au contraire doit disparaître en se regroupant sur un premier seuil généralisé de 8 % pour ensuite décliner jusqu'à zéro. La première phase pourrait prendre 14 ans avec un ajustement compensé à 8/18 en ouverture puis une révision tous les 18 mois. On notera que bruxelles interdit théoriquement une baisse au dela de 15 %. Je ne souhaite pas en effet que les entreprises françaises deviennent européennes et paient leur impôt à un gouvernement européen, que l'on fasse payer aux français les retraites des polonais (contre lesquels je n'ai aucune animosité, ils sont seulement les plus nombreux) et que notre pays et sa langue disparaissent dans une économie qui ne sera plus la leur.
a écrit le 30/09/2011 à 13:26 :
On le sent nettement plus proche de Sarko que de Hollande ou de Aubry.
a écrit le 30/09/2011 à 12:14 :
Ce personnage français depuis 1981(origine espagnole) à quoi comme diplome!Sur wykipédia il est dit qu'il est conseiller en communication!!!!!!!!!Je frémis a l'idée de voir ce personnage avec des responsabilirés ,et ne rien comprendre à ce qu'il dit, à ce qu'il lit,à ce qu'on lui dit !!!!!!!!!!
Réponse de le 30/09/2011 à 12:45 :
conseiller en communication!! ha je rigole!! j'espère qu'il ne conseille personne!!
il a l'air tendu comme une corde d?arbalète quand il parle...un sourire en coin un peu timide...par contre, il est vrai, il ne donne pas l'aire prétentieux...et ça ça plait par les temps qui courent...
au delà de ça...coquille vide.
Moi = pas de vote pour avocat (montbourg, sarko, villep....), pas pour assureur (bertrand...) pas pour com&marketing(tous)
Réponse de le 01/10/2011 à 8:16 :
M...E, reste plus personne pour qui voter!! aucun chef d'entreprise ne s'étant encore présenté.. et faudrait un medecin generaliste en tant que ministre de la santé, un agriculteur à ce ministère et au ministre des sport, un qui s'occupe d'orgagniser les JO, ça c'est ces compétences reconnues. Pour la finance?? Une simple ménagère économe fera l'affaire!
a écrit le 30/09/2011 à 11:35 :
ENFUMAGE... allez PS...dépenser dépenser.....impot va augmenter augmenter...


Evry va faire sa pub sur? les plaques d'égout
Des dizaines de plaques siglées du logo d'Evry Centre Essonne vont fleurir dans les rues de l'agglomération.Dépense inutile ou habile opération de «marketing territorial » ?
a écrit le 30/09/2011 à 11:32 :
PS !!! vive la dépense qui coule


La faculté des métiers de l'Essonne, située à Evry (chez WALLS DONC), serait aujourd'hui au bord du dépôt de bilan. Une alerte que le député-maire d'Evry, Manuel Valls (PS), a relayée hier dans un courrier adressé au président du conseil régional, Jean-Paul Huchon (PS).
a écrit le 30/09/2011 à 11:24 :
pas une seule fois entendu walls parlé du chomage....30 % des votes du pays au moins à cette heure!!!!

a écrit le 30/09/2011 à 11:23 :



vive la dépense public.....
walls enleve le contrat pour le refiller à l'état ENCORE ET TJRS PLUS DE FONCTIONNAIRES...
et les salariés du publics????il s'en fiche!!!
déshabiller paul pour habiller jacques....s'est de l'enfumage qui ne résoudra pas le chômage...sauf que les salariés du privé vont etre plus au chômage que les fonctionnaires
mais comme les salariés du prives payent les fonctionnaires...s'il n'ont plus d avenir ils vont quitter ce pays et laisser dépérir cette france de fonctionnaires...entre fénéant et profiteurs....

Un pavé dans la mare ou plutôt dans le réservoir d'eau. L'agglomération d'Evry (Essonne), présidée par le député maire PS Manuel Valls, reprend la main sur la distribution de l'eau potable. Aujourd'hui déléguée à la Lyonnaise des eaux, la distribution d'eau dans la Communauté d'agglomération Evry Centre Essonne (CAECE) sera confiée à une régie publique à partir du 1er janvier 2013.
Le privé continuera à se charger de l'assainissement. "Nous allons améliorer la qualité du service, baisser de 10 % le prix de l'eau et gérer directement la relation avec l'usager", promettait aujourd'hui Manuel Valls. Actuellement candidat à la primaire socialiste, l'élu reconnaît l'aspect politique de cette décision mais, dit-il, "l'objectif politique rejoint les objectifs économiques et financiers".

Approuvée à l'unanimité lors du conseil des maires hier, cette décision fera l'objet d'une délibération en conseil d'agglomération le 26 septembre prochain. La CAECE qui regroupe six communes de droite comme de gauche (Evry, Courcouronnes, Bondoufle, Lisses, Ris Orangis et Villabé) compte 116 000 habitants. Paris ou encore Grenoble ont déjà fait le choix d'une régie publique pour l'eau. Dans l'Essonne jusque-là, seule l'agglomération des lacs de l'Essonne qui unit Viry-Châtillon et Grigny, avait décidé de passer en régie publique.
a écrit le 30/09/2011 à 11:17 :
la preuve, ce walls est comme besson....il est dejà d'accord avec BERTRAND le faux cul de premiere de l ump..........
walls est tenu pare les c...par ump
si walls veut que son hopital s'arrange....il doit bosser avec bertrand...ump
mais la encore, corbeil a truqué l'appel d'offre et le peuple va payer
pour faire de la politique...il faut mentir cela a l'air d'etre la regle d or


L?hôpital refuse de payer et le bras de fer pourrait se régler au tribunal. « Claude Evin (NDLR : le directeur de l?agence régional de santé) n?est pas d?accord pour payer le surcoût qui est proposé, et il a raison, martelait jeudi dernier Xavier Bertrand, le ministre de la Santé, sur France Inter. Des loyers commencent à être payés. Il y a actuellement une discussion entre l?ARS et Eiffage pour voir de quelle façon on peut sortir de cette situation. » Le hic : Claude Evin conteste l?ouverture de négociations.

Aujourd?hui, pour faire des économies, les élus locaux, à l?image de Manuel Valls, le député-maire PS d?Evry, ou encore de Serge Dassault, le sénateur UMP de Corbeil, veulent divorcer d?avec Eiffage. Mais pour cela, il faudrait dédommager l?entreprise privée. « Nous sommes ouverts », rappelait Pierre Berger, directeur d?Eiffage, début septembre.

Réponse de le 30/09/2011 à 11:38 :
ils vont devoir payer....et les français vont oublier...
en code de marché public, si les regles et PV de reception et condition d'achat de l'hôpital sont respectés....8000 réserves pas levées = pas payé pour ces 8000 réserve...
mais bon...eifBTP = copain de la ville...
a écrit le 30/09/2011 à 11:13 :
Hôpital géant de CORBEIL: une grève contre le gâchis
Le nouveau coup de vis dans le budget de l?hôpital Sud francilien exaspère les syndicats. D?autant que l?établissement paie un loyer pour le futur site unique, qui est toujours inoccupé.
WALLS est le directeur du CONSEIL!!! alors????????????? fait mieux que les autres celui la?????????????????
non!!! on va virer des salaries pour payer 40 million de loyer d'un nvelle hôpital pas livré!!!




a écrit le 30/09/2011 à 11:09 :
Espérons que Valls ne sera pas le Besson 2012!
Réponse de le 30/09/2011 à 11:39 :
si si il ne pourra que l'etre...avec son hopital evry dejà en faillite avant d'avoir commencé....il a du faire appel à X Bertrand.....et là!!! ump oblige...ump le tient par les c....
Réponse de le 30/09/2011 à 11:57 :
hum.....vs avez bien compris....il faut voter blanc quand ni droite ni gauche ne vous plait...
a écrit le 30/09/2011 à 11:01 :
a dire que le ch a dépense 40 million d'euros de loyers pdt 30 ans ...alors que ce même CH ns à faite baisser une offre de matériel médical indispensable pour soigner les patients de + de 50%....mon patron a céder parce que la crise etait la...résultat, vendre à perte...on est mort
a écrit le 30/09/2011 à 10:57 :
Évry : départ inattendu du directeur du Centre hospitalier sud-francilien
1 sept. 2011
Le directeur du centre hospitalier sud-francilien (CHSF) d'Évry et Corbeil-Essonnes (Essonne) a annoncé mercredi qu'il quittait ses fonctions alors qu'un bras de fer est engagé entre l'établissement et la société Héveil, une filiale d'Eiffage, au sujet d'un partenariat public-privé (PPP), a-t-on appris de sources concordantes.

Dans sa lettre de démission, diffusée mercredi au personnel, Alain Verret écrit, après avoir détaillé le conflit opposant Eiffage au CHSF : « Dans ce contexte, j'ai demandé à faire valoir mes droits à la retraite dès à présent. Cette décision ne correspondait pas à mes projets. » Contactée par l'AFP, la direction du CHSF n'a pas souhaité s'exprimer. Manuel Valls, député-maire (PS) d'Évry et président du conseil de surveillance du CHSF, a évoqué un « scandale d'État » : « M. Verret est sacrifié sur l'autel des intérêts du groupe Eiffage. » Dans un communiqué, Jacques Picard, conseiller régional (EELV) dIle-de-France et Fabrice Thépin, conseiller municipal (EELV) de Corbeil-Essonnes, estiment qu'« un grand groupe du bâtiment tient en otage (...) la communauté hospitalière et la tutelle en déclarant, malgré d'énormes défauts touchant la sécurité et des installations de base, la mise en service de l'hôpital ». La CGT a indiqué à l'AFP que ce départ « interroge et surprend énormément de monde », estimant qu'il s'agit d'une « prise de position politique honnête » mais que « les personnels restent au CHSF ». Le syndicat Sud fait état du « licenciement déguisé d'un directeur en fin de carrière s'opposant aux restrictions budgétaires ». Le conseil de surveillance du CHSF avait voté le 30 juin à l'unanimité une motion en faveur de la sortie du partenariat public-privé (PPP). Dans le cadre du PPP, un bail emphytéotique hospitalier lie les partenaires : le CHSF verse un loyer annuel de 40 millions d'euros à Héveil pendant trente ans, avant d'en devenir propriétaire. Dans un rapport publié en février dernier, la Chambre régionale des comptes avait qualifié le PPP de choix paraissant « très onéreux pour l'établissement ». Manuel Valls tiendra une conférence de presse jeudi 1er septembre à 17H00, à l'hôpital Louise-Michel de Courcouronnes.
a écrit le 30/09/2011 à 10:50 :
hopital-sud-francilien: manuel valls s'empare-du-conseil-de-surveillance pour année 2011.
POURQUOI????
http://corbeil.info.free.fr/societe-corbeil-hopital-sud-francilien-manuel-valls-s-empare-du-conseil-de-surveillance-050211-363.html
a écrit le 30/09/2011 à 10:43 :
on les a vu à l??uvre les ideo de gauche avec sarko: french doctor, daty, amara, besson, ... ils nous ont montré qu'avec un peut de pouvoir et de fric....envolé les ideos!!!
alors wals avec la droite...il bouffe ds les deux gamelles les temps st durs s'est tout
a écrit le 30/09/2011 à 10:37 :
ce type, wals s'est le meme que Cope à ses débuts....s'est à dire un type qui fait le petit fragile...bien dans ses pompes...et des qu'il aura un peu de pouvoir....ils ns en fera baver
ce type dit seulement ce qu'il pense que le peuple veut entendre...pour etre elu comme les autres
a écrit le 30/09/2011 à 10:34 :
voilà ci dessous un exemple concret d'utilisation du fric commun! les organismes tiers sont ceux qui puisent dans les impôts récoltés de tous!!
expliquez moi comment une meme formation peut elle avoir un prix *2 selon celui qui l'achete
allez la gauche... les voila les vrais problemes

Coût de la formation par matière (à la journée) :
-Financement individuel : 350 ? HT
-Financement par un organisme tiers : 750 ? HT


a écrit le 30/09/2011 à 10:14 :
M VALLS est un homme de valeur mais qui a une image de socialiste de droite qui va être dedhibitoire pour la primaire. par contre il aurait sa place dans un gouvernement d'union nationale. ce qui implique que NS ne soit pas candidat ou soit battu.
a écrit le 30/09/2011 à 7:23 :
S'il se présentait je voterai pour lui.
Les autres sont des dépensiers, confus, absolument pas préparés aux mesures qui s'imposent.
Il faut sortir du débat gauche-droite stérile et discuter sur le fond avec syndicats, entrepreneurs et politiques
Réponse de le 30/09/2011 à 8:21 :
Quelqu'un de bon sens, il n'y a que de cette façon de s'en sortir.fini les dettes,je voterai aussi pour lui.
Réponse de le 30/09/2011 à 9:09 :
C'est le seul qui tient la route au PS. Il sera excellent pour 2017.
Réponse de le 30/09/2011 à 10:10 :
il est peut-etre pas mauvais, mais malheureusement pour lui il fait parti d'une bande et il devra se soumettre. Pour l'instant c'est du vent. Pour etre président, il faut etre indépendant et défendre ses convictions....Il est coincé par son système, bonnes idées qui ne seront jamais mises en oeuvre!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 30/09/2011 à 10:39 :
discuter avec les syndicats!!!!
merde alors...ces syndicats qui ne représente que qques grosses rares boites!!!
pas de syndicat dans les boite de 10 personnes!!!
et ns on en a pas besoin
Réponse de le 30/09/2011 à 11:43 :
fini les dettes avec Walls?????????va voir dans sa ville d'evry!! tu vas rire jaune avec le nvel hopital qui paye un loyer alors qu'il a 2 ans de retard sur date d'ouverture...Walls veut dépenser pour habiller des plaques d'égouts...avec le nom de sa ville!!!
mort de rire...va voir les news a evry et vote!!
a écrit le 30/09/2011 à 6:25 :
Socialisme et réalisme économique s'excluant mutuellement, je suggère à M. M.Valls de s'affranchir de l'étiquette partisane PS. Certes, la primaire PS lui a permis de s'exprimer mais, au delà, il lui faudra s'en extraire.
Réponse de le 30/09/2011 à 10:41 :
le social n?exclue pas la réalité économique...ce sont ceux qui ns menent dans le mur les responsables: politiciens de tout bord
a écrit le 30/09/2011 à 6:07 :
Voilà un homme réaliste ,dans le prochain gouvernement de Nicolas Sarkozy en 2013 ,il devrait être ministre de l'emploi ou de l'industrie.
Réponse de le 30/09/2011 à 9:55 :
Oui , la bonne hypthèse, le meme président avec un parlment à gauche
a écrit le 30/09/2011 à 6:01 :
Ce Valls avec tout le respect que jelui dois, dit n'importe quoi. Inquiétant ! Car acvec 5 points d'augmentation de la TVA, il n'y a plus de crise de la dette. Mieux, l'Etat rembourse à la vitesse grand V. Quand est-ce que des gens compétents prendront la parole ? Le gouvernement est pire dans ses actions avec sa ridicule histoire de taxe sur les chambres de bonnes. Lamentable ! FL/ Diplômé en économie
a écrit le 30/09/2011 à 5:43 :
Comme beaucoup d'internautes je suis surpris de trouver un candidat qui essaye d'être sincère et n'utilise pas la démagogie comme Montebourg et Mélanchon. c'est le nouveau Rocard ou Raymond Barre. Dommage que les français préfèrent les démagogues aux gens honnêtes.
Réponse de le 30/09/2011 à 11:47 :
rassurez vous!!
pas de sincèrité....s'est que ce type doit seulement rendre l'appareil à X Bertran de l'ump...qui le soutien dans l'affaire hôpital evry....une véritable cata financiere...depense public a gogo....
a écrit le 30/09/2011 à 4:06 :
il veut se faire expulser de son parti, ou quoi! c'est comme peyrelvade ( qui soutient hollande) qui explique qu'il faudrait investir ( vous savez, les riches capitalistes...) et se remettre a travailler !
a écrit le 30/09/2011 à 2:34 :
"Il faut taxer les fournisseurs d'accès Internet, qui font d'énormes marges sur les contenus illégaux. il faut aussi ouvrir le débat sur les intermittents du spectacle, et revoir le statut des artistes."
C'est reparti pour taxer les abonnements à l'internet aux profit des "artistes". Depuis Jack Lang qui a inventé la taxe sur les cassettes audio qui a été étendue depuis aux DVD, appareils photo, téléphones, gps... la gloutonerie de cette industrie parasitaire n'a aucune limite, le PS n'a pas changé. Affirmer que les FAI tirent un profit du téléchargement est un gros mensonge, les bénéficiaires sont les propriétaires des serveurs situés à l'étranger, hors de portée de nos taxeurs compulsifs.
Réponse de le 30/09/2011 à 3:37 :
les FAIs ne font pas d'argent avec les contenus illégaux, ils en perdent car ils sont obligés d'investir très lourdement dans leur réseaux. Ce sont les hébergeurs qui font de l'argent grâce à la publicité et l'accès direct au client final sans contribuer au réseau de transport. Je suis en phase lorsque vous dites que de nombreux sites hébergent des vidéos totalement illégales et que cela rend hadopi presque caduque.
Réponse de le 30/09/2011 à 4:07 :
je crois effectivement que les fournisseurs d'acces seraient ravis de se debarasser de ceux qui utilisent megaupload ( ou youtube, dans un autre registre); bon, il y a un peu de demago...
Réponse de le 30/09/2011 à 7:24 :
heu orange a achete daylimotion ...
Je peux vous assurer que le téléchargement est une aubaine pour les FAI. Pourquoi car si tu ne télécharge pas ta super connexion ne sert a rien au final.
Et ils n'améliorent pas leur infrastructure mais font tout simplement du throttling
Réponse de le 30/09/2011 à 12:52 :
je ne telecharge pas, ca sert a rien; les gens telechargent 8000 films qu'ils ne regarderont pas et 120 millions de morceaux de musique qu'ils n'ecouteront jamais ( vu qu'ils font tourner en boucle les 100 morceaux qu'ils preferent...); sinon le haut debit, ca permet d'avoir un confort de surf/ mail, la VoIP, la tele, la radio web via screamer, etc.......
a écrit le 30/09/2011 à 2:22 :
Monsieur Valls n'ira pas loin s'il reste honete.
Seuls la demagogie, les promesses Bidon et la chasse au sorcieres aux riches permettra de sortir vainqueur de la primaire Socialiste.
a écrit le 30/09/2011 à 1:11 :
Il est rassure parcce que l'Allemagne a vote le plan , tant mieux. 440 billions c'est , je lui accorde mieux que rien mais il parrait qu'il faut 2 trillions alors moi je ne suis pas rassure, je suis meme panique.
Réponse de le 30/09/2011 à 5:37 :
N'y aurait-il pas une erreur d'unités dans vos chiffres. 440 milliards et 2000 milliards (soit 2 billions). Mais le vote d'aide allemand n'est "que" de 44 milliards et le renforcement du FESF est prévu à hauteur de 200 milliards. Enfin se sont des chiffres en garantie. Du coup vous paniquez moins !

Réponse de le 30/09/2011 à 6:33 :
Il faudrait réformer également à ce niveau : milliards, billiards ...
Réponse de le 30/09/2011 à 8:34 :
Si vos chiffres etaient exacts, Stormy, tout irait pour le mieux dans le monde economique et aucun pays ne serait menace. Helas, il s'agit bien de 440 billions(1 billions= 1000 milliards) et de 2 trillions d'Euros. Du coup, avez vous peur ? D'accord avec vous Watch, il serait temps que les francophones se rallient au reste du monde economique.
a écrit le 29/09/2011 à 21:45 :
Monsieur Manuel Valls est un honnête homme. Il est raisonnable. Il ne se laisse pas aller à la démagogie. C'est le meilleur des six, sans doute le meilleur de tous.
a écrit le 29/09/2011 à 21:29 :
Valls est certainement le plus compétent de tous les candidats socialistes: réaliste, pragmatique, pas démagogue, il n'hésite pas à prendre ses distances avec les autres candidats qui n'ont toujours pas évolués depuis 1981.... Je suis sur qu'un gouvernement d'union nationale, donc situé au centre, pourrait utiliser ses compétences avec facilité et sans renier quoi que ce soit.
a écrit le 29/09/2011 à 21:10 :
De là à faire croire qu'il n'y auara pas de nouvelles taxations, il n'y a qu'un pas...et c'est un mensonge...parce que quelqu'un (le contribuable) devra bine combler les déficits !!!
a écrit le 29/09/2011 à 20:56 :
Enfin un qui à une juste appréciation de la réalité, mais que fait-il avec ces politiciens complétement démagos qui veulent encore taxer les français. Faut-il etre bien naif pour croire que leur programme est crédible. Lorsque j'entend Desir faire de la politique, lui qui a été condamné, et qui vient nous donner des leçons de civisme, il y a de quoi rire.
a écrit le 29/09/2011 à 20:26 :
"Les Etats qui vont très mal seraient évidemment mis sous tutelle - il faudrait un effacement partiel de la dette grecque - , mais les autres aussi devraient accepter une forme se surveillance." : Et oui, l'Europe est une union anti démocratique, qui se construit au détriment de la volonté des peuples. Et non fiers de leur erreur grotesque, qui mène l'Europe au bord du gouffre, cette même élite préfère confisquer le reste de démocratie qui existe. UNION EUROPEENNE = URSS !
a écrit le 29/09/2011 à 19:00 :
Valls n'a plus rien à faire au PS. Il lui faut rejoindre l'équipe de Sarko où son talent au service de la France sera mieux apprécié. Parmi les candidats PS, on sent nettement qu'il n'est pas à sa place.
Réponse de le 29/09/2011 à 21:03 :
pourquoi ? parcequ'il dit la vérité et porte un regard lucide sur la situation des finances publiques ? Oui c'est bien à gauche qu'on pense que la dette est un crédit illimité qu'on peut ouvrir quand bon lui semble pour arroser le peuple à des fins électoraux, et au passage servir ces petits copains CGTistes and co.
Réponse de le 30/09/2011 à 5:33 :
pourquoi ? parcequ'il dit la vérité et porte un regard lucide sur la situation des finances publiques ? Oui c'est bien à DROITE qu'on pense que la dette est un crédit illimité qu'on peut ouvrir quand bon lui semble pour arroser les privilégier à des fins électorales, et au passage servir ces petits copains du MEDEF and co.
a écrit le 29/09/2011 à 18:08 :
Certainement le plus réaliste et le plus crédible du groupe des 6. Pour les éléphants Aubry, Hollande nous les avons assez entendu et vu depuis 25 ans.
Réponse de le 29/09/2011 à 19:03 :
Il faut dire que ce n'est pas très difficile d'être plus réaliste que les autres ;) Même lassitude que toi sur les autres, vu et revus, y'en a marre ... La palme du pire étant les discours - promesses d'Aubry, ca dépasse tout !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :